Démographie de la Lozère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La démographie de la Lozère est caractérisée par une très faible densité et une population qui a connu une forte décroissance à partir de 1880. Après s'être stabilisée dans les années 1980, elle est légèrement remontée, pour marquer le pas aujourd'hui.

En janvier 2019, le département français de la Lozère comptait officiellement 76 422 habitants, se situant en 101e et dernière position sur le plan national. En six ans, de 2010 à 2016, sa population a baissé de 660 unités, c'est-à-dire de 110 personnes par an en moyenne. Mais cette variation est différenciée selon les 152 communes que comporte le département.

La densité de population de la Lozère, 14,8 habitants par kilomètre carré en 2016, est la plus faible au niveau métropolitain[Note 1].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Le département a été créé par décret du 4 mars 1790. Il comporte alors sept districts (Mende, Marvejols, Florac, Langogne, Villefort, Meyrueis, Saint-Chély) et 52 cantons. Le premier recensement sera réalisé en 1801 et ce dénombrement, reconduit tous les cinq ans à partir de 1821, permettra de connaître plus précisément l’évolution des territoires.

Avec 140 347 habitants en 1831, le département représente 0,43 % de la population française, qui est alors de 32 569 000 habitants. De 1831 à 1866, il va perdre 3 084 habitants, soit une baisse de 0,6 % moyen par an, pour un taux d’accroissement national de 0,48 % sur cette même période.

L’évolution démographique entre la Guerre franco-prussienne de 1870 et la Première Guerre mondiale est toujours à la baisse. Sur cette période, la population perd 12 452 habitants, soit une baisse de -9,21 % alors qu’elle croît de 10 % au niveau national. La population gagne 9,50 % pour la période de l’entre-deux guerres courant de 1921 à 1936 parallèlement à une croissance au niveau national de 6,9 %.

A contrario de la plupart des autres départements français, le Lozère ne va pas connaître d'essor démographique après la Deuxième Guerre mondiale. La population va continuer à décroître jusque dans les années 1980. Elle va alors légèrement remonter de 1990 à 2010 (+ 5,8 %) pour marquer le pas aujourd'hui.

1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841
-126 503143 247133 934138 778140 347141 733140 788
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
143 331144 705140 819137 367137 263135 190138 319143 565
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
141 264135 517132 151128 866128 016122 738108 822104 733
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
101 84998 48090 52382 39181 86877 25874 82574 294
1990 1999 2006 2011 2016 - - -
72 82573 50976 80677 15676 422---
(Sources : INSEE pour les années 2006[1] et 2007[2])
Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Population par divisions administratives[modifier | modifier le code]

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Le département de la Lozère comporte deux arrondissements. La population se concentre principalement sur l'arrondissement de Mende puisqu'on y recense en 2010 83 % de la population totale du département, avec une densité de 18 habitants/km², contre 17 % pour l'arrondissement de Florac.

Arrondissement Population
2016
Population
2006
Variation
2016/2006
Superficie
km2
Densité
hab./km2
Mende 63 180 63 758 en diminution -0,9 % 3 479 18,2
Florac 13 242 13 042 en augmentation 1,5 % 1 687 7,8
Source : Insee[3]

Cantons[modifier | modifier le code]

Communes de plus de 2 000 habitants[modifier | modifier le code]

Sur les 152 communes que compte le département de la Lozère, 8[Note 2] ont en 2019 une population municipale supérieure à 2 000 habitants, deux en compte plus de 4 000 et une plus de 10 000 (Mende).

Les évolutions respectives des 8 communes de plus de 2 000 habitants sont présentées dans le tableau ci-après[Note 3] :

Commune Population
2016
Variation
2016/2010
Mende 11 860[B 1] en diminution   -2,3 %
Marvejols 4 776[B 2] en diminution  - 5,5 %
Saint-Chély-d'Apcher 4 160[B 3] en diminution  - 3,8 %
Langogne 2 886[B 4] en diminution  - 4,2 %
Peyre en Aubrac 2 322[B 5] en diminution  - 1,9 %
Bourgs sur Colagne 2 169[B 6] en augmentation    4,5 %
La Canourgue 2 156[B 7] en augmentation    1,7 %
Florac Trois Rivières 2 069[B 8] en diminution  - 2,5 %
Source : Insee

Structures des variations de population[modifier | modifier le code]

Soldes naturels et migratoires sur la période 1968-2015[modifier | modifier le code]

La variation moyenne annuelle a cru depuis les années 1970 jusqu'en 2010, passant de -0,5 % à 0,4 %, mais marque le pas sur la dernière période (-0,2 %).

Le solde naturel annuel, qui est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une même année, reste négatif. La baisse du taux de natalité, qui passe de 13,2 % à 9 %, n'est que peu compensée par une baisse du taux de mortalité, qui passe de 13,9 % à 12,3 %[4].

Après avoir cru sur la période courant de 1968 à 2010, passant de -0,4 % à 0,6 %, le flux migratoire est en forte baisse à 0,1 %[4].

Variation de la population par périodes.
1968 à 1975 1975 à 1982 1982 à 1990 1990 à 1999 1999 à 2010 2010 à 2015
Variation annuelle moyenne de la population en % -0,5 -0,1 -0,2 0,1 0,4 -0,2
- due au solde naturel en % -0,1 -0,1 -0,2 -0,3 -0,2 -0,3
- due au solde apparent des entrées sorties en % -0,4 0 -0,1 0,4 0,6 0,1
Taux de natalité en ‰ 13,2 12,2 10,9 9,8 10,2 9,0
Taux de mortalité en ‰ 13,9 13,4 12,8 12,3 12,2 12,3
Source : Insee[4]

Mouvements naturels sur la période 2008-2017[modifier | modifier le code]

En 2008, 779 naissances ont été dénombrées contre 908 décès. Le nombre annuel des naissances a diminué depuis cette date, passant à 595 en 2017, concomitamment à une hausse du nombre de décès, avec 1023 en 2017. Le solde naturel reste ainsi négatif, passant de -129 à -428. Rapporté à la population correspondante, le taux lié au mouvement naturel annuel est ainsi passé de -0,2 % à -0,6 %[5].

Naissances
Décès

Densité de population[modifier | modifier le code]

La densité de population stagne depuis 1968, en cohérence avec la stagnation de la population. En 2017, la densité était de 14,8 habitants/km2.

1968
 
15.0
 
1975
 
14.5
 
1982
 
14.4
 
1990
 
14.1
 
1999
 
14.2
 
2010
 
14.9
 
2015
 
14.8
 

Répartition par sexes et tranches d'âges[modifier | modifier le code]

La population du département est âgée. Le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est en 2007 de 27,0 % alors qu'il est de 21,5 % au niveau national.

Le caractère vieillissant d'une population est traduit par l'indicateur de jeunesse qui est le ratio du nombre des 25 ans sur le nombre des 60 ans et plus. En 2007, il est pour de la Lozère égal à 21, soit quatre points en dessous du ratio national.

En 2007, le département comptait 38 589 hommes pour 38 288 femmes, soit un taux de 50,2 % d'hommes, supérieur au taux national (48,4 %). Les pyramides des âges du Département et de la France s'établissent comme suit.

Pyramide des âges du Lozère en 2007 en pourcentage[6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,9 
8,3 
75 à 89 ans
11,9 
15,3 
60 à 74 ans
16,0 
22,6 
45 à 59 ans
20,9 
20,1 
30 à 44 ans
19,2 
16,5 
15 à 29 ans
14,8 
16,5 
0 à 14 ans
15,2 
Pyramide des âges de la France en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,0 
75 à 89 ans
9,2 
12,6 
60 à 74 ans
13,5 
20,5 
45 à 59 ans
20,1 
21,3 
30 à 44 ans
20,4 
19,7 
15 à 29 ans
18,3 
19,6 
0 à 14 ans
17,5 


Répartition par catégories socioprofessionnelles[modifier | modifier le code]

Les deux catégories socioprofessionnelles surreprésentées par rapport au niveau national sont celles des retraités d’une part et des agriculteurs exploitants d’autre part. Avec 31,5 %, la catégorie des retraités est 6,2 % au-dessus de la moyenne nationale. Celle des agriculteurs, avec 5,5 %, est 4,4 point au-dessus.

Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle 2007 1999 Détails de l'année 2007
Nb % Nb % Hommes Femmes Part en % de la population âgée de
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 ans ou +
Ensemble 64 631 100 61 627 100 32 009 32 622 100 100 100
Agriculteurs exploitants 3 585 5,5 3 625 5,9 2 551 1 034 1,8 9,4 2,3
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 2 777 4,3 2 817 4,6 1 908 868 0,9 7,2 2
Cadres et professions intellectuelles supérieures 2 698 4,2 2 082 3,4 1 606 1 092 0,5 6,8 2,2
Professions intermédiaires 7 428 11,5 6 276 10,2 3 371 4 057 6,2 20,4 2,9
Employés 10 164 15,7 9 307 15,1 2 481 7 683 13,9 26,6 3,8
Ouvriers 7 328 11,3 7 087 11,5 6 288 1 040 16 18,2 2
Retraités 20 383 31,5 17 005 27,6 9 594 10 789 0 0,5 76,8
Autres personnes sans activité professionnelle 10 268 15,9 13 428 21,8 4 209 6 058 60,7 10,9 8
Source : Insee[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Guyane est le seul département français qui a une densité inférieure avec seulement 3 habitants/km2.
  2. Ce nombre est passé de 5 à 8 du fait de la création de plusieurs communes nouvelles.
  3. Pour les communes n'existant pas en 2010, on a pris en compte les chiffres de population des anciennes communes dans le même périmètre.

Références[modifier | modifier le code]

  • Recensements de la population au sur le site de l'Insee pour les communes de : (consultés le 26 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]