Démographie de Midi-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau de la région

Au 1er janvier 2009, le nombre d'habitants de la région Midi-Pyrénées était estimé à 2 863 000 habitants, soit plus ou moins 4,4 % de la population de la France métropolitaine. Le rythme de croissance démographique de la région est un des plus élevés de France. Il est avant tout dû au solde migratoire (+ 1,00 % par an depuis 1999), le solde naturel étant très faible (+ 0,12 % annuellement)[1].

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Années Population au 1er janvier
département
de l'Ariège
département
de l'Aveyron
département
du Gers
Haute-Garonne département
du Lot
Hautes-
Pyrénées
département
du Tarn
Tarn-
et-Garonne
Midi-Pyrénées
1801 196 454 318 340 257 604 339 574 261 207 174 741 270 908 228 000 2 046 828
1851 267 435 394 183 307 479 481 610 296 224 250 934 363 073 237 553 2 598 491
1901 210 527 412 074 238 448 448 481 226 720 215 546 332 093 165 669 2 249 558
1936 155 134 314 682 192 451 458 647 162 572 188 504 298 000 164 629 1 934 590
1954 140 010 292 727 185 111 525 669 147 754 203 544 308 197 172 379 1 975 391
1962 137 192 290 442 182 264 594 633 149 929 211 433 319 560 175 847 2 061 300
1968 139 000 282 000 182 000 691 000 151 198 226 000 332 000 183 572 2 184 846
1975 137 857 278 306 175 366 777 431 150 778 227 222 338 024 183 314 2 268 298
1982 135 725 278 654 174 154 824 501 154 533 227 922 339 345 190 485 2 325 319
1990 136 681 270 408 174 746 925 116 155 970 224 919 342 946 200 295 2 431 081
1994 136 613 267 025 173 194 979 110 157 694 223 834 342 309 203 854 2 483 633
1995 136 496 266 473 172 650 991 133 157 977 223 936 341 873 204 268 2 494 806
1996 136 219 265 492 172 560 1 004 166 158 363 223 560 341 940 204 642 2 506 942
1997 136 544 265 027 172 401 1 016 846 159 074 223 109 342 116 205 208 2 520 325
1998 136 732 264 419 172 580 1 029 466 159 657 222 764 342 629 205 519 2 533 766
1999 137 201 264 048 172 484 1 044 208 160 230 222 631 343 444 206 029 2 550 275
2000 138 297 264 987 173 372 1 060 568 161 263 223 620 345 776 208 032 2 575 915
2001 139 689 266 196 174 443 1 078 907 162 526 224 689 348 875 210 366 2 605 691
2002 141 300 267 607 175 818 1 098 451 163 979 225 994 352 500 213 207 2 638 856
2003 142 960 269 110 177 152 1 118 196 165 502 227 381 356 055 216 182 2 672 538
2004 144 756 270 416 178 637 1 138 704 167 018 228 824 359 782 219 125 2 707 262
2005 146 257 271 258 179 662 1 155 838 168 000 229 858 362 746 221 335 2 734 954
2006 146 289 273 377 181 375 1 186 330 169 531 227 736 374 028 226 849 2 776 822
2007[2] 148 568 274 425 183 615 1 202 920 171 173 228 594 369 501 231 763 2 810 559
2008 150 201 275 889 185 266 1 217 344 172 796 229 079 371 738 235 915 2 838 228
2009 151 117 277 048 187 181 1 230 820 173 562 229 670 374 018 239 291 2 862 707
2010 152 038 276 805 188 159 1 243 641 174 578 229 458 375 379 241 698 2 881 756
2011 153 274 279 054 189 688 1 253 747 175 997 231 323 378 429 243 662 2 905 174
2012 154 546 281 370 191 262 1 264 154 177 457 233 242 381 570 245 684 2 929 285
2013 152 684 277 740 190 276 1 298 562 173 758 228 868 381 927 250 342 2 954 157
Années département
de l'Ariège
département
de l'Aveyron
département
du Gers
Haute-Garonne département
du Lot
Hautes-
Pyrénées
département
du Tarn
Tarn-
et-Garonne
Midi-Pyrénées

Sources : INSEE[3],[4],[5],[6] et IAURIF[7].

La croissance démographique augmente au fil des dernières décennies mais est assez hétérogène selon les départements. En effet, la population de certain département sont aujourd'hui en décroissance, comme c'est le cas pour l'Aveyron, le Gers ou encore les Hautes-Pyrénées, alors que les autres continuent de voir leur population s'accroître. Entre 1990 et 1999, la population a augmenté de 119 000 habitants (plus ou moins 13 000 par an) et de 226 000 personnes entre 1999 à 2006, soit plus du double avec 32 000 habitants supplémentaires en moyenne. Sous l'effet d'une importante migration surtout interrégionale, la progression a donc plus que doublé. Et le département de Haute-Garonne, avec Toulouse comme chef-lieu s'est taillé la part du lion : plus de 142 000 nouveaux résidents en sept ans ou 13,5 % de plus, soit une moyenne de plus de 20 000 par an. C'est une des progressions les plus élevées de métropole.

À noter aussi la performance très forte du Tarn-et-Garonne qui gagne plus de 13 000 habitants de 1999 à 2005. Par ailleurs, le Tarn sur lequel s'étend désormais une partie de l'aire urbaine de Toulouse, progresse de plus de 19 000 habitants en six ans, ce qui le propulse dans le peloton de tête des départements les plus dynamiques de France. Le reste de la région (Aveyron, Gers et Hautes-Pyrénées) connaît un développement un peu moindre quoique souvent fort positif. On constate une poussée démographique du Gers: alors qu'en 2005, un scénario central (INSEE) lui prévoyait seulement 184 000 habitants en 2030, ce chiffre semblerait déjà atteint, voire dépassé en 2008.

En examinant en détail la carte démographique de la région, on constate que l'essentiel de l'accroissement démographique se concentre le long d'un axe Nord-Sud qui va de Brive-la-Gaillarde en Corrèze, jusque Foix en Ariège, plus ou moins le long de la route nationale 20 (Paris-Barcelone)[8].

Mouvement naturel de la population[modifier | modifier le code]

Naissances et décès par département[modifier | modifier le code]

Chiffres fournis par l'INSEE[9],[10],[11] .

Département 2000 2004 2005 2006
Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde Naiss. Décès Solde
Ariège 1 377 1 846 -469 1 412 1 751 -239 1 389 1 784 -395 1 499 1 670 -171
Aveyron 2 654 3 211 -557 2 614 3 011 -397 2 701 3 335 -634 2 829 3 156 -327
Haute-Garonne 13 844 8 199 5 645 13 900 8 066 5 834 14 233 8 235 5 998 14 957 8 069 6 888
Gers 1 642 2 190 -548 1 625 2 039 -414 1 666 2 119 -453 1 580 2 064 -484
Lot 1 589 2 002 -413 1 430 1 942 -512 1 477 2 066 -589 1 563 1 919 -356
Hautes-Pyrénées 2 260 2 757 -497 2 186 2 504 -318 2 095 2 670 -575 2 284 2 508 -224
Tarn 3 746 3 923 -177 3 611 3 673 -62 3 837 3 914 -77 3 933 3 746 187
Tarn-et-Garonne 2 361 2 289 72 2 591 2 153 438 2 590 2 355 235 2 823 2 217 606
Midi-Pyrénées 29 473 26 417 3 056 29 369 25 139 4 230 29 988 26 478 3 510 31 468 25 349 6 118

Seuls le Tarn et surtout le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne ont un solde naturel positif. Celui-ci est fort important en Haute-Garonne, lié à la jeunesse relative de ce département. Par contre dans les six autres départements, le solde négatif est parfois très important (sauf le Tarn) et conduirait à une baisse accélérée de la population, s'il n'y avait l'immigration pour inverser la tendance. Mais la situation n'est pas si noire qu'on pourrait le penser. Dans la plupart des départements de la région, on peut remarquer une hausse régulière et parfois importante du chiffre des naissances ces dernières années (Ariège, Aveyron, Tarn et bien sûr Tarn-et-Garonne), si bien que les soldes négatifs sont en forte décroissance. Si ce mouvement se poursuit, cela annonce peut-être un profond renouveau.

Fécondité par département[modifier | modifier le code]

De 1999 à 2003, le nombre moyen d'enfants par femme ou indice conjoncturel de fécondité a été le suivant, pour chaque département et pour l'ensemble de la région :

Département Fécondité
1999[12]
Fécondité
2000
Fécondité
2001
Fécondité
2002
Fécondité
2003[13]
Fécondité
2004[14]
Fécondité
2005
Ariège 1,58 1,78 1,68 1,75 1,83 1,90
Aveyron 1,65 1,77 1,81 1,82 1,80 1,90
Haute-Garonne 1,57 1,64 1,64 1,60 1,61 1,59
Gers 1,59 1,73 1,84 1,69 1,82 1,85
Lot 1,70 1,78 1,79 1,74 1,80 1,70
Hautes-Pyrénées 1,65 1,72 1,73 1,71 1,70 1,78
Tarn 1,62 1,85 1,77 1,81 1,80 1,83
Tarn-et-Garonne 1,77 1,91 2,01 1,97 1,98 2,16
Midi-Pyrénées 1,59 1,70 1,70 1,67 1,69 1,71
France métropolitaine 1,79 1,87 1,88 1,87 1,87 1,90 1,92

La fécondité en Tarn-et-Garonne connaît une progression impressionnante. Avec 22 % de hausse en cinq ans, elle est tout à fait hors-normes en France. Le Tarn, l'Aveyron, le Gers et surtout l'Ariège, affichent eux aussi une forte remontée. Pour le reste, le point noir semble être le département de la Haute-Garonne qui, vue son importante population, tire l'ensemble de la région vers le bas.

Répartition des naissances par nationalité de la mère[modifier | modifier le code]

Chiffres de l'INSEE pour l'année 2004[15] :

Ensemble Mères
françaises
Mères étrangères
Total
étrangères
Algérie Espagne Italie Portugal Maroc Tunisie
Ariège 1.412 1.347 65 4 0 0 8 15 1
Aveyron 2.614 2.471 143 20 1 0 15 40 1
Haute-Garonne 13.900 12.394 1.506 342 44 13 49 250 60
Gers 1.625 1.533 92 3 4 2 8 20 1
Lot 1.430 1.357 73 4 3 0 8 18 0
Hautes-Pyrénées 2.186 2.086 100 8 5 0 10 23 3
Tarn 3.611 3.359 252 58 6 1 22 69 2
Tarn-et-Garonne 2.591 2.349 242 15 2 3 19 106 3
Midi-Pyrénées 29.369 26.896 2.473 454 65 19 139 541 71
-- légitimes 14.372 12.574 1.798 359 43 14 93 476 66
-- hors-mariage 14.997 14.322 675 95 22 5 46 65 5

L'immigration étrangère[modifier | modifier le code]

Note :
Par immigré on entend quelqu'un résidant en France, né étranger à l'étranger. Il peut être devenu français par acquisition ou avoir gardé sa nationalité étrangère. Par contre le groupe des étrangers est constitué par l'ensemble des résidents ayant une nationalité étrangère, qu'ils soient nés en France ou hors de France. Rappelons que les enfants nés en France de parents étrangers sont étrangers, mais deviennent Français de plein droit à 18 ans, s'ils y résident et y ont résidé de manière continue ou discontinue pendant cinq années depuis l'âge de 11 ans et s'ils ne désirent pas conserver leur nationalité d'origine. Cependant, dès l'âge de 13 ans, les parents peuvent demander la nationalité française pour leur enfant, avec son accord (sous condition d'avoir résidé cinq ans en France depuis l'âge de 8 ans). De plus le mineur de 16 ans accomplis peut faire la demande d'acquisition anticipée de la nationalité sans l'accord de ses parents et sous les mêmes conditions de durée de résidence en France durant cinq années depuis l'âge de 11 ans.

Nombre d'étrangers et de Français par acquisition[modifier | modifier le code]

Nombre d'étrangers et de naturalisés en France et en région Midi-Pyrénées, au recensement de 1999 :

France
métropolitaine[16]
Région
Midi-Pyrénées[17]
Français 55 257 500 2 452 222
-- dont Français par acquisition 2 355 300 119 334
Étrangers 3 263 200 100 474
Total 58 520 700 2 552 696

Répartition de la population étrangère en 1999[modifier | modifier le code]

France
métropolitaine
Région
Midi-Pyrénées
Union européenne 1 195 500 51 265
-- dont Portugais 553 700 15 973
-- dont Espagnols 161 800 12 402
-- dont Italiens 201 700 7 047
-- dont Britanniques 93 500 6 307
Hors Europe 2 067 700 49 209
-- dont Marocains 504 100 18 033
-- dont Algériens 477 500 10 158
-- dont Tunisiens 154 400 2 625
-- dont Turcs 208 000 1 835
Total 3 263 200 100 474

Les migrations interrégionales[modifier | modifier le code]

La croissance et le dynamisme démographique de la région repose essentiellement sur l'immigration. L'excédent naturel est très faible (+ 0,12 % en moyenne annuelle entre 1999 et 2004 contre + 0,4 % de moyenne nationale. Seuls les départements de Tarn-et-Garonne et de Haute-Garonne affichent un excédent des naissances sur les décès. La croissance démographique, plus importante depuis 1999 que durant les années 1990, résulte, comme au cours de la décennie précédente, d’arrivées bien plus nombreuses que de départs. Cet apport migratoire s'est accentué, passant de 11 000 migrants par an en moyenne entre 1990 et 1999 à 16 000 migrants annuellement depuis lors.

En fait on constate que les flux d'entrée et de sortie avec les autres régions françaises ont progressé dans les deux sens, mais les arrivées en région Midi-Pyrénées ont plus augmenté que les départs, ce qui a entraîné une hausse de l'excédent migratoire de la région[18]. Au total, du fait de l'intensité de ces mouvements migratoires, les arrivants depuis 1999 de plus de 4 ans (y compris en provenance des DOM-TOM et de l'étranger), représentent en 2004 près de 11 % de la population de la région. Si cette situation devait perdurer on assisterait à un renouvellement presque total de la population d'ici l'an 2050, du moins dans les zones de forte immigration (axe Nord-Sud: Lot, Tarn-et-Garonne-Haute-Garonne et partiellement Ariège).

Principaux flux de l'immigration interrégionale[modifier | modifier le code]

Les chiffres suivants concernent les migrants de métropole âgés de 5 ans et plus, entre le 1er janvier 1999 et le 1er janvier 2004, c’est-à-dire sur une période de cinq ans[19].

région émigration
vers
immigration
depuis
solde
migratoire
Île-de-France 25 800 55 800 30 000
Aquitaine 27 600 29 100 1 500
Languedoc 22 400 23 200 800
PACA 11 500 17 100 5 600
Autres régions 47 600 89 300 41 700
Total 134 900 214 500 79 600

Les nouveaux venus sont jeunes (70 % ont moins de 40 ans, contre seulement 45 % pour la totalité de la population régionale). Ils sont aussi beaucoup plus diplômés. En effet, 41 % des adultes sont diplômés de l’enseignement supérieur, alors que ce chiffre n'est que de 22 % pour la population totale de la région. Grâce à cela, la population de Midi-Pyrénées est désormais plus diplômée que la moyenne nationale.

Analyse par âge des migrants[modifier | modifier le code]

Les immigrants (interrégionaux et internationaux) sont beaucoup plus jeunes que la population moyenne de la région, et le nombre des jeunes tend à s'accroître entre les périodes 1990-1999 et 1999-2004 :

groupes d'âges Solde migratoire annuel
pour 10.000 habitants
Comparaison 1999-2004 avec
régions voisines
1990-1999 1999-2004 Aquitaine Languedoc
Tous les âges 47 67 61 99
de 20 à 29 ans 45 81 3 21
de 30 à 59 ans 49 71 77 120
60 ans et plus 26 30 42 78
Lecture de ce tableau :
durant la période 1999-2004, pour 10.000 habitants de Midi-Pyrénées âgés de 20 à 29 ans, il y a eu annuellement 81 immigrants de cette tranche d'âges (20-29). Durant la même période, toujours pour 10 000 personnes de cette tranche d'âges, il n'y a eu annuellement que 3 immigrants en Aquitaine et 21 en Languedoc-Roussillon.

On constate tout de suite que le Languedoc-Roussillon reçoit beaucoup plus de personnes âgées (retraités venus passer une fin de vie sous le soleil) et l'Aquitaine reçoit beaucoup moins de jeunes personnes de 20 à 29 ans.

Les mariages[modifier | modifier le code]

En 2004, on a enregistré 11.038 mariages en région Midi-Pyrénées, dont :

  • 9.332 entre deux conjoints français ;
  • 236 entre conjoints étrangers ;
  • 664 mariages mixtes entre époux français et épouse étrangère ;
  • 806 mariages mixtes entre épouse française et époux étranger.

On assiste comme partout en France à un mélange assez généralisé de population française et étrangère, puisque sur 1 942 conjoints étrangers ayant contracté mariage, 1 470 (soit plus ou moins 75 %) l'avaient fait dans des mariages mixtes (contre 71 % pour l'ensemble de la métropole).

Ventilation des mariages mixtes

Total mariages
mixtes
Nationalité du conjoint étranger
Italienne Espagnole Portugaise Algérienne
Époux français 664 7 9 17 90
Épouse française 806 8 18 37 235

Source :[20].

Les principales aires urbaines[modifier | modifier le code]

Les populations suivantes sont calculées d'après le territoire des aires urbaines dans leur extension définie lors du recensement de 1999[21].

Aires urbaines Date du recensement
1982 1990 1999 2007
Toulouse 737 448 841 152 964 797 1 118 477
Tarbes 109 989 109 681 109 892 112 360
Albi 79 885 83 918 85 960 95 960
Montauban 69 290 72 848 75 158 80 100
Rodez 59 927 63 390 65 267 69 217
Castres 60 023 61 699 61 760 64 600
Cahors 34 051 36 198 38 101 40 175
Auch 34 632 36 459 35 958 37 700
Millau 27 078 27 802 28 005 29 212
Mazamet 28 694 27 812 26 186 28 088
Pamiers 22 068 22 851 23 876 25 025
Lourdes 22 974 22 373 21 549 23 222
Decazeville 24 879 21 800 19 567 20 111

À l'inverse de ses voisines l'Aquitaine et le Languedoc-Roussillon, une seule grande ville, Toulouse, domine sans partage le paysage urbain de la région. De 1990 à 1999, Midi-Pyrénées avait progressé de 119 194 habitants, et Toulouse s'en est octroyé 123 645, soit plus que la totalité. Cependant les autres aires urbaines ont connu elles aussi un développement parfois fort sensible (Montauban, Rodez, Pamiers, Cahors, Albi). L'urbanisation a donc progressé et les zones rurales ont continué à se dépeupler. À noter la baisse continue des aires urbaines de Lourdes et de Mazamet tout au long de la période. Enfin pour Decazeville, il s'agit d'un véritable effondrement.

Des chiffres officieux plus récents existent pour l'aire toulousaine : la population serait passée à 1 117 000 début janvier 2007 (estimation INSEE et AUAT). La situation évolue rapidement à la suite du boom démographique de la région constaté depuis 1999. De plus, une sensible remontée de l'aire urbaine de Lourdes serait également constatée depuis 1999. Il en est de même pour toutes les autres aires urbaines de la région qui, depuis 1999, connaissent un profond renouveau démographique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. INSEE - Enquêtes annuelles de recensement 2004-2006 [PDF]
  2. INSEE - Population légale par département au 1er janvier 2006
  3. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par département, sexe et grande classe d'âge [xls]
  4. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par région, sexe et grande classe d'âge [xls]
  5. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par région, sexe et grande classe d'âge [xls]
  6. INSEE - Estimation de population au 1er janvier, par département, sexe et grande classe d'âge [xls]
  7. IAURIF - Ressources documentaires [PDF]
  8. INSEE Midi-Pyrénées - Forte croissance en Midi-Pyrénées (janvier 2007)
  9. INSEE - La population de la France en 2000 [PDF]
  10. INSEE - Naissances et décès par département et région
  11. INSEE - Naissances vivantes et décès domiciliés par département et région (juin 2007)
  12. INSEE - Indicateurs généraux de population par département et région [xls]
  13. INSEE - La population française en 2003 (septembre 2005) [PDF]
  14. INSEE - Situation démographique en 2005 (page 238) [PDF]
  15. INSEE - Nés vivants par département, qualité juridique et nationalité de la mère [xls]
  16. INSEE - répartition selon le lieu de naissance et nationalité
  17. INSEE Midi-Pyrénées - Tableaux économiques [PDF]
  18. INSEE Midi-Pyrénées 6 pages - Forte croissance de la population en Midi-Pyrénées (janvier 2007) [PDF]
  19. INSEE Midi-Pyrénées 6 pages - Enquête annuelle de recensement 2004 : un fort apport migratoire (juin 2005) [PDF]
  20. INSEE - Tableau M7D - Mariages suivant la nationalité combinée des époux [xls]
  21. INSEE - Recensement 1999

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]