Démographie d'Eure-et-Loir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La démographie d'Eure-et-Loir est caractérisée par une densité moyenne, qui a stagné pendant plus d'un siècle et demi et qui connaît une forte croissance depuis les années 1960.

En janvier 2007, le département français d'Eure-et-Loir comptait officiellement 422 410 habitants, se situant au 55e rang sur le plan national. Neuf communes ont plus de 5 000 habitants dont sept plus de 10 000 habitants avec Chartres qui possédait 39 766 habitants.

En huit ans, de 1999 à 2007, sa population s'est accrue de près de 15 000 unités, c'est-à-dire de plus ou moins 1 800 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 369 communes que comporte le département. Ainsi sur les neuf de plus de 10 000 habitants, deux voient leur population baisser et trois stagner.

Carte des densités de population des départements métropolitains de France en 2007. Avec 71,8 hab./km2, la densité de l'Eure-et-Loir est légèrement inférieure à celle de la France entière qui est de 100,5 pour la même année.

La densité de population d'Eure-et-Loir, 71,8 habitants par kilomètre carré en 2007, est légèrement inférieure à celle de la France entière qui est de 100,5 pour la même année.

Évolution démographique du département d'Eure-et-Loir[modifier | modifier le code]

Avec 278 820 habitants en 1831, le département représente 0,86 % de la population française, qui est alors de 32 569 000 habitants. De 1831 à 1866, il va gagner 11 933 habitants, soit une augmentation de 0,12 % moyen par an, très inférieur au taux d’accroissement national sur cette même période, qui est de 0,48 %.

Une décroissance démographique est constatée entre les guerres de 1870 et de 1914. Sur cette période, la population baisse de 10 367 habitants, soit un taux de -3,67 % alors qu’il est en accroissement de 10 % au niveau national. La population baisse également de 0,57 % pour la période de l’entre-deux guerres courant de 1921 à 1936 alors qu’elle croit au niveau national de 6,9 %.

À l'instar des autres départements français, l'Eure-et-Loir va ensuite connaître un essor démographique après la deuxième guerre. Le taux d’accroissement entre 1946 et 2007 est de 63,66 %, supérieur au taux d'accroissement national qui est de 57 %.

1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
256 636257 793266 008264 448277 782278 820285 058286 368292 337
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
294 892291 074290 455290 753282 622283 075280 097283 719284 683
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
280 469275 433273 823272 255251 255255 213254 790252 690258 110
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
261 035277 546302 251335 151362 813396 073407 665434 238422 410
2016 - - - - - - - -
433 929--------
(Sources : SPLAF[1] et INSEE pour les années 2006[2] et 2007[3])
Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Population par divisions administratives[modifier | modifier le code]

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Le département d'Eure-et-Loir comporte quatre arrondissements. La population se concentre principalement sur l'arrondissement de Chartres puisqu'on y recense en 2007 47 % de la population totale du département, avec une densité de 94 habitants/km², contre 30 % pour l'arrondissement de Dreux, 14 % pour l'arrondissement de Châteaudun et 9 % pour celui de Nogent-le-Rotrou.

Arrondissement Population
2007
Population
1999
variation
2007/1999
Superficie
km2
Densité
hab./km2
Chartres 200 132 194 375 en augmentation3 % 2 130 94
Dreux 126 445 120 268 en augmentation5,1 % 1 501 84
Châteaudun 58 452 56 909 en augmentation2,7 % 1 439 41
Nogent-le-Rotrou 37 381 36 195 en augmentation3,3 % 811 46
Source : Insee[4]

Cantons[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2015, le département d'Eure-et-Loir comprend 29 cantons. La population de l'ensemble des cantons a cru sur la période 1999-2007, hormis celle du canton de Lucé qui a baissé de près de 10 %.

Le tableau ci-dessous recense les populations 2007 de ces cantons et leurs variations sur la période 1999-2007[Note 1].

Canton Pop.
2007
var.
/1999
Canton Pop.
2007
var.
/1999
Chartres-Sud-Est[Note 2] 39 766 ==  -1,6 % Illiers-Combray 10 359 en augmentation  5,7 %
Dreux-Sud[Note 3] 32 154 ==  1 % Châteauneuf-en-Thymerais 10 314 en augmentation  12,1 %
Maintenon 31 043 en augmentation  4,2 % La Loupe 10 184 en augmentation  2,9 %
Châteaudun 23 418 ==  0 % Cloyes-sur-le-Loir 9 390 ==  1,1 %
Anet 19 079 en augmentation  12,8 % Janville 9 344 en augmentation  6 %
Lucé 18 086 en diminution  -9,9 % Brou 9 333 en augmentation  3,4 %
Nogent-le-Roi 17 091 en augmentation  7,1 % Chartres-Sud-Est[Note 4] 9 162 en augmentation  15,1 %
Mainvilliers 16 769 en augmentation  2,9 % Voves 9 072 en augmentation  6,9 %
Nogent-le-Rotrou 15 713 ==  0,5 % Dreux-Est 7 071 en augmentation  8,1 %
Dreux-Sud 15 586 en augmentation  2,6 % Authon-du-Perche 5 992 en augmentation  5,2 %
Chartres-Sud-Ouest 15 476 en augmentation  4,5 % Senonches 5 747 en augmentation  7,3 %
Auneau 15 270 en augmentation  6,2 % Thiron-Gardais 5 491 en augmentation  10,6 %
Brezolles 13 818 ==  -0,3 % Orgères-en-Beauce 5 477 en augmentation  9,1 %
Courville-sur-Eure 13 751 en augmentation  11 % Dreux-Ouest 3 302 en augmentation  5,3 %
Chartres-Nord-Est 12 028 en augmentation  7,6 % Ferté-Vidame 2 278 ==  -0,4 %
Bonneval 10 831 en augmentation  6,6 %
Source : Insee[4]

Communes de plus de 2 000 habitants[modifier | modifier le code]

Sur les 369 communes que comprend le département d'Eure-et-Loir, 35 ont en 2007 une population municipale supérieure à 2 000 habitants[Note 5], neuf communes de plus de 5 000 habitants, 7 de plus de 10 000 habitants dont Chartres qui possédait 39 766 habitants en 2007.

Parmi les communes de plus de 10 000 habitants, les communes de Lucé et de Châteaudun voient leur population baisser sur la période 1999-2007, et celles de Chartres, de Dreux et de Nogent-le-Rotrou stagnent.

Les évolutions respectives des 35 communes de plus de 2 000 habitants sont présentées dans le tableau ci-après.

Commune Pop.
2007
var.
/1999
Commune Pop.
2007
var.
/1999
Chartres 39 766[B 1] ==  -1,6 % La Loupe 3 474[B 2] en diminution  -7 %
Dreux 32 154[B 3] ==  1 % Gallardon 3 424[B 4] en diminution  -2,5 %
Lucé 15 746[B 5] en diminution  -11,1 % Champhol 3 423[B 6] en augmentation  18 %
Châteaudun 13 963[B 7] en diminution  -4,1 % Senonches 3 262[B 8] en augmentation  3,9 %
Vernouillet 11 897[B 9] en augmentation  3,5 % Illiers-Combray 3 197[B 10] ==  -0,9 %
Nogent-le-Rotrou 11 358[B 11] ==  -1,5 % Voves 2 910[B 12] ==  -0,6 %
Mainvilliers 10 287[B 13] en augmentation  2,8 % Courville-sur-Eure 2 737[B 14] ==  0 %
Luisant 6 835[B 15] en augmentation  3,7 % Pierres 2 730[B 16] ==  1,4 %
Épernon 5 227[B 17] en diminution  -4,9 % Cloyes-sur-le-Loir 2 641[B 18] ==  0,1 %
Maintenon 4 440[B 19] ==  0 % Anet 2 626[B 20] ==  -0,9 %
Lèves 4 398[B 21] en augmentation  2,1 % Hanches 2 617[B 22] en augmentation  13,2 %
Bonneval 4 298[B 23] ==  0,2 % Toury 2 595[B 24] en diminution  -2,7 %
Nogent-le-Roi 4 071[B 25] ==  -1,8 % Châteauneuf-en-Thymerais 2 534[B 26] en augmentation  4,6 %
Auneau 4 007[B 27] en augmentation  3,2 % Saint-Georges-sur-Eure 2 514[B 28] en augmentation  2,5 %
Saint-Lubin-des-Joncherets 3 972[B 29] en diminution  -8,8 % Saint-Prest 2 130[B 30] en diminution  -5,7 %
Le Coudray 3 753[B 31] en augmentation  30,2 % Tremblay-les-Villages 2 123[B 32] en augmentation  16,8 %
Saint-Rémy-sur-Avre 3 650[B 33] en augmentation  2,7 % Abondant 2 009[B 34] en augmentation  15,3 %
Brou 3 566[B 35] en diminution  -3,9 %
Source : Insee[4]

Structures des variations de population[modifier | modifier le code]

Soldes naturels et migratoires sur la période 1968-2007[modifier | modifier le code]

L'augmentation moyenne annuelle déjà très faible depuis les années 1970 s’est ralentie sur les périodes suivantes, passant de 1,5 % à 0,4 %. Le solde naturel annuel qui est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une même année, a baissé, passant de 0,7 à 0,4. La baisse du taux de natalité, qui passe de 17,5 % à 13 %, est en fait compensée par une baisse plus faible du taux de mortalité, qui parallèlement passe de 10,8 à 8,9[3].

Le flux migratoire s'est annulé sur la période 1999-2007, le taux annuel passant de 0,8 à 0 %[3]

Variation de la population par périodes.
1968 à 1975 1975 à 1982 1982 à 1990 1990 à 1999 1999 à 2007
Variation annuelle moyenne de la population en % 1,5 1,1 1,1 0,3 0,4
- due au solde naturel en % 0,7 0,5 0,5 0,4 0,4
- due au solde apparent des entrées sorties en % 0,8 0,6 0,6 -0,1 0
Taux de natalité en ‰ 17,5 15,1 14,6 13 13
Taux de mortalité en ‰ 10,8 9,9 9,2 9 8,9
Source : Insee[3]

Mouvements naturels sur la période 1999-2007[modifier | modifier le code]

En 1999, 5 173 naissances ont été dénombrées contre 3 789 décès. Le nombre annuel des naissances a augmenté depuis cette date, passant à 5 677 en 2007, concomitamment à une augmentation, mais relativement plus faible, du nombre de décès, avec 3 572 en 2007. Le solde naturel est ainsi positif, passant de 1 384 à 1 868. Rapporté à la population correspondante, le taux lié au mouvement naturel annuel est ainsi passé de 0,7 % à 0,4 %[3].

Naissances
Décès

Densité de population[modifier | modifier le code]

La densité de population est en croissance continue depuis 1968, passant de 51,4 habitants/km2 en 1999 à 71,8 habitants/km2 en 2007.

1968
 
51.4
 
1975
 
57.0
 
1982
 
61.7
 
1990
 
67.4
 
1999
 
69.3
 
2007
 
71.8
 

Répartition par sexes et tranches d'âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges du département est similaire à celle de la France entière. Le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est en 2007 de 21,4 %, pour 21,5 % au niveau national. Le taux de jeunes de moins de 29 ans est de 37,1 %, pour 37,5 % au niveau national.

En fait la question de l'âge doit distinguer deux phénomènes : la gérontocroissance et le vieillissement. Le premier tient à l’augmentation du nombre de personnes âgées, due à la longévité croissante des personnes âgées et aux spécificités de la pyramide des âges. Ainsi, le nombre des 60 ans ou plus s'élève en Eure-et-Loir à 90 176 en 2007 contre 66 500 en 1982. Cette hausse devrait s'accentuer avec les gains d’espérance de vie et l'arrivée dans cette tranche d'âge, à compter de 2005 des générations nées après-guerre.

Le vieillissement, c'est-à-dire la baisse de la proportion des classes d’âge les plus jeunes, se constate même si on isole le phénomène de la gérontocroissance[Note 6], en considérant le rapport entre les jeunes et la population d'âge actif (20-59 ans). Comme la France, l'Eure-et-loir voit ce rapport diminuer : 49 jeunes pour cent adultes en 2007, contre 50 en 1999 et 75 en 1968[A 1]. Il est de 47 en 2007 au niveau national[5].

En 2007, le département comptait 207 481 hommes pour 214 928 femmes, soit un taux de 49,1 % d'hommes, similaire au taux national (48,4 %). Une disparité apparaît toutefois dans la tranche d'âge 45-59 ans, où le taux (20,7 %) est bien plus élevé qu'au niveau national (13,5 %).

Les pyramides des âges du Département et de la France s'établissent respectivement comme suit.

Pyramide des âges du Eure-et-Loir en 2007 en pourcentage[6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,3 
75 à 89 ans
9,1 
12,4 
60 à 74 ans
13,1 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
21,1 
30 à 44 ans
20,3 
18,2 
15 à 29 ans
17,0 
20,4 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges de la France en 2007 en pourcentage[5]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,0 
75 à 89 ans
9,2 
12,6 
60 à 74 ans
13,5 
20,5 
45 à 59 ans
13,5 
21,3 
30 à 44 ans
20,4 
19,7 
15 à 29 ans
18,3 
19,6 
0 à 14 ans
17,5 

Répartition par catégories socioprofessionnelles[modifier | modifier le code]

La catégorie socioprofessionnelle des ouvriers est surreprésentée par rapport au niveau national. Avec un taux de 17,2 % par rapport à la population du département, elle est 3,4 point au-dessus du taux national.

Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle 2007 1999 Détails de l'année 2007
Nb % nb % Hommes Femmes Part en % de la population âgée de
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 ans ou +
Ensemble 339 602 100 324 141 100 164 881 174 721 100 100 100
Agriculteurs exploitants 4 118 1,2 5 067 1,6 3 131 987 0,1 1,7 1
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 10 185 3 10 973 3,4 7 288 2 896 0,6 4,5 1,8
Cadres et professions intellectuelles supérieures 22 774 6,7 16 440 5,1 14 987 7 787 0,9 10,8 3,1
Professions intermédiaires 47 329 13,9 39 532 12,2 23 677 23 652 8,3 22,6 3,7
Employés 58 387 17,2 53 753 16,6 12 748 45 639 17,5 25,6 4,8
Ouvriers 58 487 17,2 62 884 19,4 44 784 13 703 20,5 25,5 3,8
Retraités 89 153 26,3 75 185 23,2 40 785 48 367 0 0,5 74,7
Autres personnes sans activité professionnelle 49 170 14,5 60 307 18,6 17 481 31 689 52 8,7 7
Source : Insee[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les villes de Chartres et de Dreux étant constituées de fractions cantonales sont regroupées.
  2. Ville de Chartres uniquement
  3. Ville de Dreux uniquement
  4. Hors ville de Chartres
  5. Une ville est caractérisée par une population agglomérée supérieure à 2 000 habitants, à savoir une population d’un ensemble d'une ou plusieurs communes présentant une continuité du tissu bâti (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions). L’indicateur pris en compte est ici la population municipale. Celle-ci comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté, les personnes détenues dans les établissements pénitentiaires de la commune, les personnes sans-abri recensées sur le territoire de la commune et les personnes résidant habituellement dans une habitation mobile recensée sur le territoire de la commune. Ainsi le seuil de 2 000 habitants ne caractérise pas ici la notion de ville.
  6. La gérontocroissance est un néologisme créé par Gérard-François Dumont, et très largement repris ensuite par les démographes

Références[modifier | modifier le code]

  • Population et Avenir - Numéro hors série consacré à l'Eure-et-Loir (2002) (voir dans la bibliographie)
  1. p. 74
  • Recensements de la population au 1er janvier 2007 sur le site de l'Insee pour les communes de : (consultations : 28 août 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]