Démocrite méditant sur le siège de l'âme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Démocrite méditant sur le siège de l'âme
Democrite Leon-Alexandre Delhomme MBA Lyon.jpg
La statue dans le jardin du palais Saint-Pierre du musée des Beaux-Arts de Lyon, avant sa restauration en 2016.
Artiste
Léon-Alexandre Delhomme
Date
1868
Hauteur
160 cm cm
Localisation
Numéro d’inventaire
Inv. A 3066Voir et modifier les données sur Wikidata
Inscription
Hippocrate arriva dans le temps que celui qu'on disait n'avoir ni raison ni sens cherchait dans l'homme et dans la bête quel siège a la raison, soit le cœur, soit la tête.Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la métropole de Lyon
voir sur la carte de la métropole de Lyon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Démocrite méditant sur le siège de l'âme est une statue en bronze de Léon-Alexandre Delhomme (1841-1895) réalisée en 1868. Elle représente le philosophe grec Démocrite, les yeux fixés sur un crâne qu'il tient à la main. Exécutée trois ans seulement après l'entrée de Delhomme dans l'atelier d'Auguste Dumont, cette sculpture aujourd'hui est exposée dans le jardin du palais Saint-Pierre du musée des Beaux-Arts de Lyon.

Sans doute l’œuvre la plus aboutie du sculpteur, ce Démocrite est exposé au Salon des artistes français de 1869 puis à l’Exposition universelle lyonnaise de 1872, où il remporte la médaille d’or. Proposé à l’achat par Delhomme lui-même, son ancien maître Fabisch soutient son acquisition par la Ville de Lyon en 1868, pour le prix de 4 000 francs.

Description[modifier | modifier le code]

Dans la lignée des sculpteurs romantiques, Delhomme cherche à reconstituer dans cette œuvre les traits et l’attitude du philosophe grec, traditionnellement reconnaissable grâce à la pose de la méditation. Le Démocrite est donc représenté les yeux mi-clos et la tête lourde sur son poing afin d'évoquer tout le poids de sa contemplation.

Parvenant à communiquer l’expression d’une force tranquille, Delhomme fait de ce Démocrite l’héritier lointain de La Melencolia d'Albrecht Dürer, notamment grâce à son caractère fortement romantique.

L'originalité de cette sculpture réside dans le fait que Delhomme a souhaité rapprocher le thème du Démocrite avec la XXVIe fable de La Fontaine, qui interprète une lettre apocryphe d’Hippocrate à Damagète. Une citation extraite de cette fable est gravée sur la plaque du socle de la sculpture[1] :

« Hippocrate arriva dans le temps que celui qu'on disait n'avoir ni raison ni sens cherchait dans l'homme et dans la bête quel siège a la raison, soit le cœur, soit la tête. »


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre VIII - fable XXVI - Démocrite et les abdéritains