Délégation en droit civil français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir délégation.
image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le droit français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La délégation en droit civil français est une action en vertu de laquelle un débiteur A (le délégant) demande à un tiers B (le délégué) de s'engager envers son créancier C (le délégataire).

Exemple[modifier | modifier le code]

Le plus souvent, le délégant est créancier du délégué et débiteur du délégataire. Par exemple, A, propriétaire d'un appartement, souhaite que le loyer que lui paie son locataire B serve à rembourser les intérêts du prêt immobilier que la banque C lui a accordé. La délégation entraîne la création d'une obligation entre le délégué B et le délégataire C : il faut donc l'accord des trois personnes pour établir une délégation.

La délégation n'entraîne pas de mutation d'obligation : par conséquent, les sûretés et les exceptions attachés aux rapports contractuels existants ne sont pas transférées sur la nouvelle obligation qui relie B à C.

On distingue la délégation imparfaite de la délégation parfaite.

La délégation imparfaite[modifier | modifier le code]

La délégation imparfaite n'ayant pas d'effet novatoire sur l'obligation liant A et C -à l'inverse de la délégation parfaite-, l'obligation entre A et C demeure. C'est le cas le plus courant. Dans ce cas, la créance de A sur B devient conditionnelle : elle est soumise à l'exécution par B de son obligation envers C. L'obligation de A envers C s'éteindra elle aussi lorsque B a exécuté son obligation. C possède donc deux débiteurs.

Conditions de la délégation imparfaite[modifier | modifier le code]

  • Le délégué et le délégataire doivent accepter l'ordre de délégation opéré par le délégant. À défaut si le sous-débiteur (qui correspond au possible délégué) paie spontanément le créancier (qui correspond au possible délégataire) alors il s'agira d'un paiement expromissio.
  • La preuve de l'acceptation de l'ordre de délégation est appréciée de manière souple, l'acceptation tacite étant possible.

Conséquences de la délégation imparfaite[modifier | modifier le code]

  • Le délégant A -qui est par définition créancier du délégué- ne peut en toute logique réclamer le paiement de sa créance avant que le délégué B n'ait exécuté ou inexécuté son obligation de paiement envers le délégataire C.
  • Par contre, la délégation imparfaite joue le rôle d'une garantie pour le créancier délégataire C, qui pourra alors demander le paiement à l'un ou à l'autre de ses débiteurs. Ce qui diminue le risque d'insolvabilité.

La délégation parfaite ou délégation novatoire[modifier | modifier le code]

Dans la délégation parfaite, l'obligation entre A et C se trouve novée. Ainsi l'obligation de B envers C se substitue complètement à celle de A envers C qui disparaît. A est donc immédiatement déchargé de son obligation. Il y a novation, ce qui implique que les parties aient souhaité créer une nouvelle obligation (intention de « nover ») et éteindre une obligation existante.

Conditions de la délégation parfaite[modifier | modifier le code]

À la différence de la délégation imparfaite, le créancier C -qui correspond au futur délégataire- doit effectuer une double acceptation.

  • Le créancier doit accepter de libérer A de sa dette.
  • Le créancier doit accepter le nouveau débiteur B.

Conséquences de la délégation parfaite[modifier | modifier le code]

  • Le délégataire n'aura plus qu'un seul débiteur, le délégué. Il ne pourra demander paiement qu'à ce dernier.
  • Le délégué n'est plus tenu de la dette qu'il avait à l'égard de son délégant.