Déficit public de la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Déficit public français 1960-2015, en dégradation tendancielle

Le budget des administrations publiques de la France (État, Sécurité sociale, collectivités territoriales) connaît un déficit public (en général mesuré annuellement) lorsque les dépenses publiques (dont le paiement des intérêts sur la dette) sont supérieures aux recettes publiques, dans le cadre des finances publiques en France.

Il diffère du Solde budgétaire de l'État en France, qui concerne seulement le budget de l'État français.

Évolution[modifier | modifier le code]

1974 Le budget des administrations publiques est pour la dernière fois en léger excédent[1].
1993 Les finances publiques se dégradent du fait de la récession[précision nécessaire] ; le déficit atteint un premier record.
1997-2001 La bonne conjoncture (1999-2001)[2] permet à la dette d'être réduite en moyenne de 0,2% par an en pourcentage du PIB[3].
2006 Le déficit public français est réduit en 2006 pour la troisième année consécutive[4] et redevient, pour la première fois depuis 2001, inférieur à 3 % du PIB, seuil fixé par l'Union européenne selon le traité de Maastricht. À la fin 2006, il est de 2,5 %[5].
2007 Le déficit public de la France s'élève à 50,3 milliards d'euros en 2007, soit 2,7 % du PIB[6].
2009 à 2011 Le déficit public français atteint son plus haut niveau de dégradation depuis 1960, atteignant 7,7% du PIB en 2010[7].
2013 En 2013, le déficit public français atteint 4,3% du PIB, malgré un ralentissement de la hausse des dépenses (+2%, soit un point de moins par rapport à 2012)[8],[9],[10].

La question de la soutenabilité de la dette peut se poser au regard de cette évolution[11].

Solde primaire des finances publiques[modifier | modifier le code]

Soldes des budgets des APu en pourcents pib

Comme le paiement des intérêts sur la dette déjà existante pèse sur le budget des administrations publiques, on mesure également le « solde primaire des finances publiques », qui est égal au solde budgétaire des finances publiques avant de retrancher la valeur des intérêts (« déficit primaire » lorsque le solde est négatif, « excédent primaire » lorsqu'il est positif).

Le solde primaire se définit comme le déficit public hors intérêts de la dette. Il est en 2013 de - 14,7 milliards d'euros[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le dernier budget excédentaire remonte à…. 1974 », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. LA DETTE PUBLIQUE EN FRANCE : la tendance des vingt dernières années est-elle soutenable ?, INSEE, (lire en ligne), p.61 Encadré 1 - Déficit et endettement des administrations publiques
  3. « Sur la dette publique : la gauche moins mauvaise gestionnaire que la droite », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Le déficit budgétaire de la France ramené à 39 milliards d'euros en 2006 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Chômage : la controverse rebondit », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Les comptes des administrations publiques en 2007 », sur insee.fr (consulté le 12 janvier 2015)
  7. « La France affiche un déficit public record en 2010 », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. « La France rate encore son objectif de déficit public en 2013 », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. « Dette publique : la France est-elle en faillite ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. « La dette publique est-elle encore maîtrisable ? », Alternatives Economiques,‎ (lire en ligne)
  11. « La dette publique de la France est-elle soutenable ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  12. http://www.senat.fr/rap/l12-148-1/l12-148-110.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]