Défense de la Virginie par La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La défense de la Virginie par La Fayette en 1781 est un épisode notable de la guerre d'indépendance américaine et de l'action de La Fayette durant cette guerre.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 20 février 1781, George Washington donne à La Fayette le commandement d'un détachement de 1200 hommes d'infanterie légère réuni à Peekskill pour agir conjointement avec la milice et les bâtiments de l'amiral français Charles Sochet des Touches contre l'Anglais Benedict Arnold, qui se trouve à Portsmouth en Virginie.

Le 23 février, La Fayette est à Pompton et simule une attaque contre Staten Island ; puis il marche rapidement sur Philadelphie, y arrive le 2 mars, se rend le 3 à Head-of-Elk, où il s'embarque sur de petits bateaux et parvient à Annapolis. De là, il part dans un canot avec quelques officiers, et, malgré les frégates britanniques qui sont dans la baie, il parvient à Williamsbourg pour y rassembler les milices. Il bloque Portsmouth et repousse les piquets ennemis, mais l'issue de la bataille de Cap Henry laisse les Britanniques maîtres de la baie.

Il ne reste plus à La Fayette qu'à revenir à Annapolis, d'où, par une marche hardie, il ramène son détachement à Head-of-Elk en passant à travers les petits bâtiments de guerre britanniques. Là il reçoit un courrier du général Washington qui lui confiait la difficile mission de défendre la Virginie.

Le 6 mars, le général Washington vient à Newport visiter l'armée française. Il est reçu avec tous les honneurs dus à un maréchal de France[1]. Il passa l'armée en revue, assista au départ de l'escadre de M. Destouches et repartit le 13 pour son quartier général[2].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George Washington Parke Custis (1781-1857. Cf. page anglaise), petit-fils de Mme Washington, a publié (Frederick Md. Examiner[réf. nécessaire], 18 août 1857) une lettre dans laquelle il soutient que Washington reçut effectivement du gouvernement français le titre de maréchal de France, et il appuie son assertion en citant la dédicace manuscrite d'une gravure offerte par le comte Buchan au «maréchal-général Washington». Mais les instructions données par la cour de Versailles à Rochambeau (Sparks, 1835, VII, 493) étaient assez précises pour éviter tout conflit d'autorité ou de préséance entre le généralissime américain et les officiers supérieurs français: elles rendaient inutile la nomination de Washington à un grade dont le titre associé à son nom fait le plus singulier effet. (Voir aussi Maryland Letters, p. 114.)
  2. «Cette entrevue des généraux, dit Dumas, fut pour nous une véritable fête; nous étions impatients de voir le héros de la liberté. Son noble accueil, la simplicité de ses manières, sa douce gravité, surpassèrent notre attente et lui gagnèrent tous les cœurs français. Lorsque, après avoir conféré avec Rochambeau, il nous quitta pour retourner à son quartier général, près de West Point, je reçus l'agréable mission de l'accompagner à Providence. Nous arrivâmes de nuit à cette petite ville; toute la population était accourue au-delà du faubourg; une foule d'enfants portant des torches et répétant les acclamations des citoyens nous entouraient ; ils voulaient tous toucher celui qu'à grands cris ils appelaient leur père, et se pressaient au-devant de nos pas au point de nous empêcher de marcher. Le général Washington attendri s'arrêta quelques instants et, me serrant la main, il me dit : «Nous pourrons être battus par les Anglais, c'est le sort des armes; mais voilà l'armée qu'ils ne vaincront jamais.»