Défense (technique de combat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Défense (sport de combat))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Défense.

Défense en sport
[A] l’attaque l’arme adverse, ici un type de défense spécifique de la boxe birmane
[A] l’attaque l’arme adverse, ici un type de défense spécifique de la boxe birmane

La défense se présente comme un ensemble d’actions (et dispositions) à mettre en place pour faire échec à l’offensive adverse.

En sports de combat de percussion (escrime, boxe, karaté)[modifier | modifier le code]

L’objectif est de mettre à l’abri ses propres cibles pour ne pas être atteint par l'adversaire. Les principaux moyens employés sont les parades bloquées, chassées, protégées et en opposition des coups de poings ou pieds. Les esquives sur place ou en déplacement.

Dans les sports de combat de percussion, se prémunir contre les attaques adverses représente un des trois objectifs principaux à atteindre pour remporter la victoire ; à côté d’« attaquer les cibles adverses » et d’« utiliser le comportement adverse à son propre avantage ». Le combat peut se définir en 3 tactiques principales :

  1. L'attaque : le boxeur est toujours le premier à l'offensive.
  2. La contre attaque : le boxeur frappe en même temps que l'attaquant.
  3. La défensive : le boxeur subit le combat, riposte ou pas .

Dans tous les cas, le sport de haut niveau utilise surtout les premières et secondes tactiques ou chaque boxeur alterne celles-ci.

Illustration en boxe[modifier | modifier le code]

On distingue plusieurs objectifs de défense :

  • La simple mise en sécurité de ses propres cibles, quelquefois réalisée en urgence (dite défense passive : couverture neutre, blocage neutre, etc.),
  • La réalisation d’actions destinées à utiliser l’activité adverse à son avantage (appelée par certains auteurs, défense active (technique de combat) :
    • le blocage déviant ou la parade chassée dans le but de déséquilibrer, le blocage absorbant, l’esquive - pour ces trois formes liés à des ripostes simultanées,
    • puis le coup d’arrêt suivi également de ripostes.
  • La mise en difficulté de réalisations offensives adverses (par le raccourcissement ou l’augmentation de la distance, par le verrouillage des armes adverses, par une déstabilisation à base de techniques de menace, de leurres, etc.).

Ces deux derniers objectifs nécessitent des qualités d’initiative, d’anticipation et d’à-propos. Pour dépasser un cliché qui dit "la meilleure défense, c'est l'attaque", on dira : le but à atteindre serait d’être capable de défendre et de contre-attaquer (riposter) dans toutes les positions avec le moindre risque.

On distingue trois catégories de défense :

  • la défense dite « classique » ayant pour but d’annihiler l’action adverse (ex. : « couverture », parade bloquée, parade opposition...)
  • la défense dite « active » favorisant l’utilisation de l’action adverse (ex. : absorption de choc, coup d’arrêt, parade-chassée ou déviation, dégagement)
  • et la neutralisation ou activité d’anticipation ayant pour but d’empêcher le déclenchement de l’offensive adverse.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Georges Blanchet, Boxe et sports de combat en éducation physique, Ed. Chiron, Paris, 1947
  • Gérard Chaliand, Arnaud Blin, Dictionnaire de stratégie militaire, Librairie académique Perrin, 1998
  • Alain Delmas, 1. Lexique de la boxe et des autres boxes (Document fédéral de formation d’entraîneur), Aix-en-Provence, 1981-2005 – 2. Lexique de combatique (Document fédéral de formation d’entraîneur), Toulouse, 1975-1980
  • Jack Dempsey, Championship fighting, Ed. Jack Cuddy, 1950
  • F.F.E., Les cahiers de la commission pédagogique nationale d’escrime, INSEP, Paris, 1981
  • François Géré, Pensée stratégique, Ed. Larousse, Paris, 1999
  • Gabrielle & Roland Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême-Orient, Ed. Amphora, Paris, 2000
  • Louis Lerda, J.C. Casteyre, Sachons boxer, Ed. Vigot, Paris, 1944
  • Thierry de Montbrial et Jean Klein, Dictionnaire de stratégie, PUF, Paris, 2000

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]