Décubitus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Décubitus (homonymie).

En médecine, le terme décubitus décrit un corps allongé à l'horizontale. On distingue :

En outre, on peut avoir :

  • un décubitus déclive ou position de Trendelenburg : le plan est incliné, les membres inférieurs sont plus hauts que la tête ;
    ceci est supposé favoriser l'irrigation du cerveau, et a été proposé durant la Première Guerre mondiale par Walter Cannon pour une victime consciente ayant un collapsus cardio-vasculaire lié à la perte importante de sang dû aux plaies et perforations par balles et par éclats ; toutefois, les effets ne sont pas flagrants, car si la position augmente la pression sanguine, elle n'augmente pas le débit cardiaque[1] ;
    cette position est également utilisée chez l'enfant pour faciliter l'évacuation du mucus dans certaines bronchopneumopathies, lorsque l'enfant ne peut pas spontanément les évacuer par la toux (par exemple enfant souffrant d'amyotrophie spinale) ; voir aussi drainage postural et kinésithérapie respiratoire ;
    La pression des viscères sur le diaphragme gène la respiration, et l'augmentation de la pression peut favoriser un œdème cérébral ou des problèmes aux yeux ;
  • un décubitus proclive : le plan est incliné, la tête est plus haute que les membres inférieurs ; ceci diminue la pression du sang dans la partie haute du corps et attire les viscères vers le bas, et est donc conseillé en cas de difficulté respiratoire ou d'œdème cérébral.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Myth: The Trendelenburg position improves circulation in cases of shock, S. Johnson, S.O. Henderson, Canadian Journal of Emergency Medecine vol. 6(1), pp48–49, 2004 [2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Myth: The Trendelenburg position improves circulation in cases of shock, S. Johnson, S.O. Henderson, Canadian Journal of Emergency Medecine vol. 6(1), pp48–49, 2004 [1]