Décret d'application

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un décret d'application est un décret précisant les modalités d'application d'une loi française.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve des décrets d'application dès [1].

Modalités[modifier | modifier le code]

La plupart des lois, adoptées par le législateur, promulguées par le président de la République et publiées au Journal officiel, comportent à la fin du texte législatif un article incluant une disposition du type : « les modalités d'application de la présente loi seront précisées par un décret en Conseil d'État ». Il arrive toutefois qu'une loi ou une disposition législative ne soit jamais mise en œuvre, faute de décret d'application. Il est arrivé que le Conseil d'État condamne l'État lorsqu'un décret d'application n'était pas pris dans un délai raisonnable[2],[3].

Le Premier ministre François Fillon rédige et transmet aux ministres la circulaire du 29 février 2008 relative à l'application des lois, afin de les contraindre à « désigner, au sein de votre administration centrale, une structure clairement identifiée qui sera responsable de la coordination du travail d'application des lois pour l'ensemble de votre ministère »[4].

Afin de pallier ce problème, depuis septembre 2011, chaque loi récente dispose d'un échéancier d'application disponible dans le dossier législatif de les lois publiées[5].

La Cour de cassation a, dans son arrêt n°15-12.120 du 12 mai 2016, indiqué qu'une loi qui attend son décret d'application peut être jugée comme étant entrée en vigueur, du moment qu'elle est suffisamment précise et et que son entrée en vigueur ne dépend pas d'un décret d'application[6].

Cependant, une loi peut ne pas nécessiter de décret d'application, lorsqu'elle prévoit en son sein des dispositions précises portant application des articles du texte voté par le Parlement puis promulgué par le chef de l'État ou lorsque le législateur déclare qu'il n' y a pas besoin d'une telle mesure, au vu du domaine de compétences de la nouvelle loi.

Taux d'exécution des lois[modifier | modifier le code]

Sous la XIVe législature[modifier | modifier le code]

Date 31/12/2016[7] 30/06/2016[8] 31/12/2015[9] 30/06/2015[10] 31/12/2014[11] 30/06/2014[12] 31/12/2013[13] 30/06/2013[14]
Taux d'exécution 91 % 84 % 87 % 72 % 59 % 56 % 82 % 49 %
Dispositions appelant un décret d'application 2 524 2 205 1 517 1 478 1 064 582 255 166
Dispositions ayant reçu application 2 295 1 859 1 320 1 063 632 325 208 81

Références[modifier | modifier le code]

  1. France, Décret d'application, Imprimerie Nationale, (lire en ligne)
  2. Arrêt Association France Nature Environnement du 28 juillet 2000
  3. Arrêt Ministre des finances et des affaires économiques contre Dame Veuve Renard du 27 novembre 1964
  4. « Circulaire du 29 février 2008 relative à l'application des lois - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 11 novembre 2020)
  5. « Application des lois - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 11 novembre 2020)
  6. Texte intégral, Analyse (lire en ligne)
  7. « Bilan semestriel au 31 décembre 2016 », sur Legifrance, (consulté le 6 mars 2016)
  8. « Bilan semestriel au 30 juin 2016 », sur Legifrance, (consulté le 6 mars 2016)
  9. « Bilan semestriel au 31 décembre 2015 », sur Legifrance, (consulté le 6 mars 2016)
  10. « Bilan semestriel au 30 juin 2015 », sur Legifrance, (consulté le 26 octobre 2015)
  11. « Bilan semestriel au 31 décembre 2014 », sur Legifrance, (consulté le 26 octobre 2015)
  12. « Bilan semestriel au 30 juin 2014 », sur Legifrance, (consulté le 26 octobre 2015)
  13. « Bilan semestriel au 31 décembre 2013 », sur Legifrance, (consulté le 26 octobre 2015)
  14. « Bilan semestriel au 30 juin 2013 », sur Legifrance, (consulté le 26 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]