Déborah Heissler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Déborah Heissler
Description de cette image, également commentée ci-après
(Bibliothèque Historique de la ville de Paris, France, 2012)
Naissance
à Mulhouse, France
Activité principale
Poète (Publication aux éditions Æncrages & Co, Cheyne éditeur).
Distinctions

- Membre du Prix de poésie de la Revue Nunc depuis janv. 2017.
- Membre du Prix du poème en prose Louis Guillaume depuis janv. 2015.

Texte inédit lu par l'auteur.
- Prix du poème en prose Louis Guillaume (2012).
- Prix international de poésie francophone Yvan Goll (2011).
- Prix de la Vocation en poésie (2005).
- Prix du service de l’Action culturelle et des Associations, Paris IV (2003).
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Déborah Heissler (née le à Mulhouse) est poète et critique littéraire française, membre de la Maison des écrivains et de la littérature[1] distinguée par plusieurs récompenses littéraires, tels que le Prix de la Vocation (2005) de la Fondation Bleustein-Blanchet[2], le Prix international de poésie francophone Yvan Goll (2011)[3] ou encore le Prix du poème en prose Louis Guillaume (2012) dont elle est devenue membre plus récemment[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Naissance à Mulhouse en 1976[5] (de mère polonaise et de père français). En 1988 elle décroche une bourse d'écriture « Antoinette et Pol Neveux » de l'Académie française qui récompense les progrès en langue française et suit en parallèle une formation au piano de 1980 à 1998. De 1994 à 2008, elle se consacre à l'étude de la littérature contemporaine et des sciences de l'Information et métiers de la culture à l’Université de Haute-Alsace de Mulhouse. Elle devient docteur en littérature française en décembre 2005 – au sein de l'Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes (EA 4363)[6] – et publie son premier recueil de poèmes (Près d'eux, la nuit sous la neige, Cheyne) au même moment, grâce à l'attribution du Prix de la Vocation de La Fondation Bleustein-Blanchet. Au printemps 2007, elle achève son cursus universitaire par un stage d'étude à la bibliothèque-musée de l'Opéra Garnier sur une partie du fonds photographique Roger Pic consacré à la danse à l'Opéra Garnier dans les années 1960, où elle découvre le travail de Jiří Kylián, Pina Bausch, Angelin Preljocaj, William Christie ou Nicolas Le Riche entre autres.

Enseignement[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2010, elle séjourne en Inde, en Chine, puis en Thaïlande et au Viêt Nam, où elle enseigne la langue française dans différentes universités et départements de langue française. De son séjour à l'Université de Xiangtan, dans le Hunan en Chine, elle rapportera de nombreuses photographies ainsi qu'une partie de son recueil Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe (Cheyne, 2010) récompensé par les prix international de poésie francophone Yvan Goll en 2011 et prix du poème en prose Louis Guillaume en 2012.

Écriture[modifier | modifier le code]

De retour en France, elle obtient une bourse d'auteur du Centre Régional du Livre de Franche-Comté, qui lui permettra de réaliser une résidence d'auteur à Baume-les-Dames et donnera lieu, en 2013, à la publication de Chiaroscuro (en collaboration avec le peintre et plasticien André Jolivet, aux éditions Æncrages & Co). Le CNL lui attribue un crédit de résidence au printemps 2013, pour la Maison de la poésie de Rennes (qui lui permettra non seulement de poursuivre sa collaboration avec des éditeurs typographes, mais aussi de découvrir le travail d'artistes peintres ou plasticiens donnant par la suite lieu à plusieurs livres d'artistes). Elle devient membre du Prix du poème en prose Louis Guillaume au printemps 2015 et, sur invitation de Jennifer K Dick, rejoint l'équipe franco-américaine du cycle de lectures Ivy Writers à Paris début 2016, y découvrant l'écriture de Nicolas Tardy, Mia You, Édith Msika, Jacques Jouet ou Frédéric Forte pour n'en citer que quelques-uns.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Université Naresuan de Phitsanulok, Thaïlande (été 2010).
Université Maharaja Sayajirao de Baroda, Gujarat, Inde (automne 2007).

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Collisions douces, Livre d'artiste en collaboration avec Armand Dupuy, Philippe Agostini et Roland Chopard, 9 exemplaires dont un exemplaire d'artiste, achevé d'imprimer sur les presses d'Æncrages & Co le 09 août 2017.
  • Tristesse et beauté. Hommage à Yasunari Kawabata, Livre pauvre en collaboration avec Philippe Agostini, 4 exemplaires dont un destiné à la collection Daniel Leuwers, 2017.
  • Morte Saison. Hommage à Nicolas Bouvier, Livre pauvre en collaboration avec Philippe Agostini, 4 exemplaires dont un destiné à la collection Daniel Leuwers, 2016.
  • Sorrowful Songs, en collaboration avec le peintre Peter Maslow, Æncrages & Co, préface de Claude Chambard, coll. Voix de chants, Baume-les-Dames, 2015.
  • Kanten, Livre d'artiste sur des illustrations de Michel Remaud, tiré à 7 exemplaires sur papier BFK Rives (31,5 x 16,5). 5 planches sous coffret, 2015.
  • A la lisière des champs, Livre d'artiste (L3V) sur des illustrations de Michel Remaud, 3 exemplaires dont 1 exposé à la galerie Marie Thamin, mt-galerie, 2015.
  • Le monde d'Eros, Little big book Artist, Livre d'artiste en collaboration avec le plasticien André Jolivet, 4 exemplaires dans un format 21 x 25 cm, Voltije Éditions Ltd, 2015.
  • Chiaroscuro, en collaboration avec le plasticien André Jolivet, préface de Sabine Huynh, Æncrages & Co, coll. Voix de chants, Baume-les-Dames, 2013.
  • Viennent / en silence, Livre d'artiste en collaboration avec le plasticien André Jolivet, 9 exemplaires dans un format 27 x 27 cm avec un coffret, Voltije Éditions, 2012.
  • Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe, préface de Dominique Sorrente, Éditions Cheyne, coll. Grise, Chambon-sur-Lignon, 2010.
  • Près d'eux, la nuit sous la neige, Éditions Cheyne, coll. Vocation, Chambon-sur-Lignon, 2005.

En anthologie[modifier | modifier le code]

  • « Deux figures dansantes graduellement » [poème] (2005), repris dans Gare maritime, anthologie écrite et sonore de poésie contemporaine, 2014, dir. Magali Brazil, Maison de la Poésie de Nantes.
  • « Loin[7] » [poème] 2010, repris dans la revue en ligne Terres de femmes 2013 : 102 femmes poètes contemporaines (anthologie poétique, 2013, dir. Angèle Paoli).
  • « Tu » [inédit] (2012), poème pour L'Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines (textes réunis par Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire), 2012, Montélimar, Éditions Voix d'encre.
  • « — cette rumeur [...] » [poème] (2005), repris dans L'Année poétique 2007 [Avant-propos de Bruno Doucey], 2007, Paris, éd. Seghers.

En revue[modifier | modifier le code]

  • Dans des revues françaises : Publication de textes critiques ou poèmes inédits dans la revue Bacchanales[8] à l'issue du Prix de poésie des Jardins de Talcy (organisé par la RMN en 2003) ; dans la revue Diptyque[9] ; dans la revue Nunc[10] ; dans la revue Arpa[11] ; dans le CCP (Cahier Critique de Poésie) au CipM[12]; dans la Nouvelle revue d'esthétique (PUF)[13] ; dans la revue Raise. Magazine photographique[14].
    Contributions électroniques dans la revue D'Ici là (dir. Pierre Ménard) no 1 « Nous dormons notre vie d'un sommeil sans rêves » (2008), no 3 « La musique savante manque à notre désir » (2009) et no 7 « Le présent n’est que la crête du passé et l’avenir n’existe pas » (2011) sur Publie.net ainsi que sur Terres de femmes (dir. Angèle Paoli), Regard au pluriel (dir. Christine Bauer), Terre à ciel (dir. Cécile Guivar'ch), Ce qui reste (dir. Cécile A. Holdban et Sébastien de Cornuaud-Marcheteau).
  • Dans des revues étrangères (En, Es) : En traduction dans les publications anglophones Paris lit up Magazine, n°3, 2015 (avec des traductions en langue anglaise de Jacob Bromberg)[15] ainsi que dans la revue SET, n°3, 2017 (avec des traductions de Jacob Bromberg)[16] ; dans la revue argentine Buenos Aires Poetry, mars 2017 (avec des traductions en espagnol de Mariano Rolando Andrade)[17].

Dans des collectifs[modifier | modifier le code]

  • L’Orientale [poèmes], in Les Cahiers slaves, Hors série, Paris IV – Sorbonne, 2009.
  • Scherzando [prose], in Les Cahiers slaves, Hors-série, Paris IV – Sorbonne, 2008.
  • Sur l’arbre de Judée [prose], in Les Cahiers slaves, Hors-série, Paris IV – Sorbonne, 2005.
  • Offrant-e [poème], in Paroles d’argile, SCDE, Paris IV – Sorbonne, 2004.

Préface[modifier | modifier le code]

  • Préface pour une Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines 2012, [textes réunis par Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, en partenariat avec Terres de femmes], Montélimar, Éditions Voix d'encre.

Publications critiques[modifier | modifier le code]

Contributions universitaires[modifier | modifier le code]

  • « Et non pas rien que sa trace de cendre : absence et effet(s) de présence dans A la lumière d’hiver de Philippe Jaccottet », Signes de feu, 2009, dir. Eric Lysøe, Paris, éd. L’Harmattan, coll. « Orizons », Universités – Domaine littéraire, p. 195-204.
  • « L’usage du blanc et de cela que rien ne mesure “Muzik, Muzik […] il parlait de Mozart (Robert Antelme, L’Espèce humaine)” », Éducation – Littérature – Culture, 2008, dir. Anne Bandry, Paris, L’Harmattan, coll. « Orizons », Universités – Domaine littéraire, p. 155-163.
  • « L’exercice des labyrinthes comme l’expérience de l’abîme : Paris de Julien Green », in Creliana, no 6, Babel-Labyrinthe : destins (post)-modernes de deux mythes, 2007, Mulhouse, p. 181-192.
  • « Écrire en peintre : le "cantabile de la neige" chez Philippe Jacottet », in Ombre et Lumière dans la poésie belge et suisse de langue française, 2007, dir. P. Schnyder et E. Lysøe, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Europes littéraires », p. 323-332.
  • « D’un lieu, l’autre – entre identité et invention de soi : 13 poèmes inspirés du haïku de Sylviane Dupuis », in Visions de la Suisse : projets et rejets, 2005, dir. P. Schnyder, Presses universitaires de Strasbourg, « Helvetica », p. 327-338.
  • « Requiem blanc et or – les couleurs du crépuscule », in Les Chemins de Gustave Roud, 2004, dir. P. Schnyder, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, « Europes littéraires », p. 105-130.
  • « Miroir et matière de seuil », in Creliana, no 3, Portes et fenêtres, 2004, Mulhouse, p. 91-103.
  • « Les Poésies d’André Walter ou l’Itinéraire symbolique, vie et mort d’un poète », in André Gide et la tentation de la modernité, 2002, P. Schnyder et R. Kopp dir., Paris, Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », p. 242-269.

Notes de lecture[modifier | modifier le code]

Littérature (sur Terres de femmes et Libr-critique)
  • « Les Notes, Laura Fiori, Fragments d'un imaginaire amoureux », au sujet des Notes, Laura Fiori de Martin Ziegler, éd. L. Mauguin, 2011 (2011).
  • « Julien Gracq, vol. 6, Les Tensions de l’écriture. Adieu au romanesque et persistance de la fiction » Lettres Modernes Minard, Caen, 2008 (2011).
  • « Souvenir du soleil » de Margarita Xanthakou, éd. L. Mauguin, 2009 (2010).
  • « Ô ter abcède » de Martin Ziegler, éd. L. Mauguin, 1997 (2007).
Peinture (sur le Site du Musée critique de la Sorbonne)
  • « La main du peintre » sur une œuvre de Zao Wou-Ki – Hommage à Michaux, trois panneaux (1999-2000) (2009).
  • « L’homme qui tombe » sur une œuvre de Pieter Brueghel l'Ancien – La Chute d’Icare, huile sur bois, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique (2008).
  • « À la lumière d’hiver » sur une œuvre de Vincent van Gogh – Pont-levis à Nieuw-Amsterdam, aquarelle, 1883, Museum voor Stad en Lande (2008).
  • « Fugit tempus » sur une œuvre de Pierre Paul Sevin – Manufacture de papier en Auvergne, 1693, encre noire et lavis gris, Paris, Bibliothèque de l’Institut (2008).

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Viennent / en silence, [livre d'artiste] en collaboration avec le plasticien André Jolivet, 9 exemplaires dans un format 27 x 27 cm avec un coffret, Voltije Éditions, 2012.
Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe, Préface de Dominique Sorrente (France), Éditions Cheyne, coll. Grise, Chambon-sur-Lignon, 2010.
Déborah Heissler et Jacob Bromberg au Café Delaville (Ivy Writers reading series, Paris, 2013).

Selon le journaliste Francis Chenot, l'écriture de Déborah Heissler « est nourrie des voix majeures de la poésie française d'aujourd'hui »[18], dont Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Gustave Roud ou Philippe Jaccottet seraient, d’après Richard Blin, les « intercesseurs »[19]. Toujours selon ce dernier – dans son article paru dans Le Matricule des anges, (numéro no 071, mars 2006) – c'est en donnant à lire des « poèmes de dessaisissement » qui font de l'altération la source d'une voix que rythment le « pouls de l'absence » ou encore la « sonorité intérieure de ce qui n'est plus », qu'à la fois elle désigne, dessine et balise ce qui passe et sépare, et dresse ses poèmes comme « un défi au vide »[19] qu'elle ne cesse de renouveler.

Dans son article paru dans la Nouvelle Quinzaine Littéraire, (numéro no 1146, mars 2016) Sabine Huynh se souvient que déjà dans ses précédents recueils de poèmes, Déborah Heissler amenait par touches impressionnistes (« les cendres en pincées, lyriques ») ce qui allait devenir les motifs essentiels de son œuvre poétique : [le] jardin intime, désirable [...]. Sorrowful Songs [...] s’ouvre sur un tel « Jardin – elle endormie » et sur ce « triomphe » que cet apaisement représente, à l’encontre de la nuit, de la perte, de l’absence et du chagrin, que l’on ressent à la lecture de ces « chants de douleur » qui puisent leurs larmes au puits de la Shoah. Car c’est la Symphony of Sorrowful Songs – la Symfonia pieśni żałosnych ou Symphonie no 3, dite des « chants plaintifs » – du compositeur polonais Henryk Górecki, hanté par les morts d’Auschwitz, qui donne [au] recueil son titre, sa tonalité triste, son tempo lento, sa forme ternaire (malgré elle, nécessairement) et ses mouvements : ceux, narratifs, de « Jardin – elle endormie » et « Chambre où te perdre », en ouverture et clôture, et celui, poétique, central, de « Rien que le ciel ouvert »[20].

Dans sa préface à Sorrowful Songs, (Æncrages & Co, août 2015), Claude Chambard évoque pour sa part « la disparition, l'amour, les chairs & les sentiments à vif, [...] ce qui permet les variations délicates & si précises de ce livre tendu & si mesuré pourtant. Même dans la mort on essuiera le visage de l'autre & l'on gardera, tel le célèbre voile de la Véronique, trace permanente du visage de l'Être aimé. Sans doute n'est-il pas inconvenant [poursuit-il] de voir ce glissement de la symphonie à la musique de chambre dans un effet de cercles mémoriaux & charnels comme une variations amoureuse avec ses bonheurs & ses regrets, ses attentes & sa disparition finale [...] »[21].

Festivals Nationaux et Internationaux[modifier | modifier le code]

Maisons de la poésie[modifier | modifier le code]

  • Elle a été invitée à participer à plusieurs lectures et/ou performances-débats à la Maison de la poésie de Rennes au printemps 2013 à l'occasion de sa résidence d'auteur à Rennes (accompagnée par son traducteur Jacob Bromberg) ainsi qu'à la Maison de la poésie de Nantes à la même époque (aux côtés de Frédérique Cosnier) et à la Maison de la poésie de Paris en 2012 (en compagnie de Yekta et Jeanine Baude, pendant un colloque consacré au poème en prose et à Louis Guillaume).

Performances musicales[modifier | modifier le code]

  • Elle a participé à de nombreuses manifestations littéraires, accompagnée par des musiciens. Elle a notamment été accompagnée par la jeune violoniste Elsa Grether dans des cycles de lectures autour de Bach et Eugène Ysaye ou par Agathe Llorca (violon/chant) dans un répertoire klezmer de musiques traditionnelles d'Europe de l'Est.

Manifestations littéraires[modifier | modifier le code]

  • Elle a été invitée depuis 2005 à plusieurs lectures ou rencontres à l'UNESCO à Paris pour la « Journée de la poésie » ainsi qu'à l'Alliance française de Paris (aux côtés de Jean-Michel Maulpoix et Jean-François Manier) ou bien aux « Lectures sous l'arbre » avec Cheyne éditeur, pour les 20 ans du Festival au Chambon-Sur-Lignon[22].
  • Elle a aussi été invitée à la première édition du Festival « Poés'Arts » avec Æncrages & Co à l'Abbaye de Baume les Dames (en présence de Philippe Claudel, Michel Butor ou Françoise Ascal, Sabine Huynh et Armand Dupuy) ; au « Salon du livre en région » de Salins-les-Bains en 2011 (aux côtés de Jacques Ancet) ; au « Salon de l'autre livre » à Paris en 2014 (aux côtés de Luis Mizon et Fabrice Caravaca pour présenter ses livres parus aux éditions Æncrages & Co).
  • Elle a également été invitée à différentes éditions du « Printemps des poètes » à Paris, Baume-les-Dames, Bordeaux (accompagnée par Claude Chambard et aux côtés d'André Velter, Jean-Baptiste Para ou Roland Chopard et Armand Dupuy) ; avec les membres de la Cie de théâtre Kalisto à Mulhouse ; à la 11e édition du festival de musique et de lectures des « Présences à Frontenay » en 2016 (aux côtés de poètes chinois, Chen Shucaï, Chun Sue et Chu Chen, de Sabine Huynh et des pianistes et compositeurs Trami Nguyen et Laurent Durupt). En 2017, elle a été invitée à participer et représenter la France à la première édition du Festival International de Poésie Jose Maria Heredia au Mexique.

Jurys littéraires[modifier | modifier le code]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Bourses et résidences[modifier | modifier le code]

Bibliographie secondaire[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

De ses nombreux séjours à l'étranger, sensible aux arts visuels et à la photographie plus particulièrement, Déborah Heissler a rapporté et conservé un nombre important de photographies (visites d'ateliers, carnets photographiques ou simple observation du quotidien) qui lui permettent aujourd'hui de contribuer à diverses manifestations en lien avec l'écriture et la photographie.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque Jean Grosjean (Baume-les-Dames), (2011), exposition individuelle de ses travaux photographiques réalisés en résidence de juillet à octobre.
  • Contribution au projet collectif "But... the clouds" de la photographe, curatrice et enseignante mulhousienne, Anne Immelé ; "BORDER-CROSSING" (2016), à la FABRIKcultur de Hegenheim.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison des écrivains et de la littérature, (article en ligne, consulté le 25 février 2016).
  2. Prix de la vocation de la Fondation Bleustein-Blanchet publiés chez Cheyne éditeur, (page consulté le 23 mars 2017).
  3. Attribution du Prix de poésie francophone Yvan Goll 2012, (page consultée le 23 mars 2017).
  4. Attribution du Prix du poème en prose Louis Guillaume 2015, (article en ligne, consulté le 25 février 2016).
  5. Notice d'autorité de la BnF.
  6. CV de Déborah HEISSLER sur le site de l'ILLE (Institut de recherche en langues et littératures européennes) (article en ligne, consulté le 30 mai 2016).
  7. Loin sur le site Terres de femmes.
  8. Sommaire de la Revue Bacchanales, n°34 (page consultée le 23 mars 2017).
  9. Sommaire de la Revue Diptyque, été 2011 (page consultée le 23 mars 2017).
  10. Sommaire de la Revue Nunc, n°26 (page consultée le 23 mars 2017).
  11. Sommaire de la Revue Arpa, n°116 (page consultée le 23 mars 2017).
  12. Notes critiques de/sur Deborah Heissler dans le CCP, Cahier Critique de Poésie du CipM (page consultée le 23 mars 2017).
  13. Sommaire de la Nouvelle revue d'esthétique, n°10, février 2012 (page consultée le 23 mars 2017).
  14. Sommaire de la revue Raise. Magazine photographique, n°10 (page consultée le 23 mars 2017).
  15. Poèmes traduits en anglais par Jacob Bromberg dans Paris lit up Magazine, n°3, 2015 (page consultée le 23 mars 2017).
  16. Poèmes traduits en anglais par Jacob Bromberg dans SET, n°3, 2017 dirigée par David Miller (page consultée le 7 août 2017).
  17. Poèmes traduits en espagnol par Mariano Rolando Andrade dans Buenos Aires Poetry, mars 2017 (page consultée le 7 août 2017).
  18. Francis Chenot, « Déborah Heissler : Près d'eux, la nuit sous la neige (Cheyne) », L'Arbre à paroles, no 135, Insectaire incertain, Printemps 2007, p. 75.
  19. a et b Richard Blin, « Près d'eux, la nuit sous la neige », Le Matricule des anges, no 071, mars 2006 (article en ligne, consulté le 8 juillet 2011).
  20. Sabine Huynh, « “Corps lyriques” trouvant sépulture dans la musique », article publié dans le no 1146 (01 mars 2016) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire, p. 14.
  21. Claude Chambard, préface à Sorrowful Songs, Æncrages & Co, coll. "Voix de chant", 2015, p. 11.
  22. Site officiel des Lectures sous l'arbre (article en ligne, document pdf consulté le )
  23. Site officiel des Lectures sous l'arbre, « Journal des 20èmes Lectures sous l'arbre », août 2011, (article en ligne, document pdf consulté le ).