Famille d'Hozier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis D'Hozier)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille d'Hozier
Blasonnement D'azur semé de besans d'or, au lion d'argent, armé de gueules et lampassé d'or, brochant sur le tout
Période XVIe siècle - XIXe siècle
Pays ou province d’origine Provence, Paris
Fiefs tenus la Garde
Charges Juge d'armes de France
Président à la Chambre des Comptes de Normandie
Preuves de noblesse
Réformation de la noblesse 3 demoiselles de St-Cyr

La famille d'Hozier est une famille de la noblesse française, qui forma à Paris une lignée de généalogistes et d'héraldistes. Ils obtinrent en 1641, et conservèrent jusqu'en 1789, la charge de juge d'armes de France.
Cette famille s'est éteinte vers 1880.

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine de la famille d'Hozier est controversée. Selon leur généalogie établie par eux-mêmes[1], ils seraient originaires de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), où Etienne d'Hozier (1547-1611) aurait été capitaine et viguier de la ville de Salon. Son fils Pierre d'Hozier (1592-1660), sieur de la Garde, établi à Paris en 1631, devint le premier Juge d'armes de la famille en 1641.

Selon Gratien-Théodore Tarbé[2], la famille d'Hozier descendrait de Pierre Houzier, jardinier à Sens. Celui-ci aurait été dit La Garde, parce qu'il possédait une petite propriété de ce nom. Son fils Nicolas, probablement né dans le faubourg de Saint-Preigts à Sens (faubourg à l'époque principalement occupé par des courtils ou jardins), se serait fait appeler d'Hozier ; il aurait été le premier de cette famille à se préoccuper d'héraldique. Un frère de Nicolas serait parti s'installer à Salon-de-Provence, d'où cette famille s'est dit originaire par la suite. Pierre d'Hozier (1592-1660) aurait été sieur de la Garde par la petite propriété venue de son ancêtre senonnais.

Trois filles d'Hozier ont été admises à Saint-Cyr (1688, 1721, 1743)[3], ce qui valait reconnaissance de noblesse. La famille aurait alors produit de faux titres selon Gratien-Théodore Tarbé[2].

Filiation[modifier | modifier le code]

Pierre d'Hozier (1592-1660), sieur de la Garde, nommé le 25 avril 1641 2e juge d'armes de France (à la suite de François de Chevriers de Saint Mauris, 1er juge d'armes de France de 1615 à 1641)[4],[5]. Il fut le père de :

  • Louis Roger d'Hozier (1634-1708), nommé en survivance en 1658 juge d'armes de France, il devint 3e juge d'armes de 1660 à 1675, époque où aveugle, il cède la charge à son frère Charles René[4],[5]. Dont :
    • Louis Pierre d'Hozier (1685-1767), nommé juge d'armes en survivance en 1710, il devient 5e juge d'armes de France jusqu'à sa mort en 1767[4],[5], dont :
      • Denis Louis d'Hozier (1720-1788), président à la Chambre des comptes, aides, et finances de Normandie, dont :
        • Ambroise Louis d'Hozier (1764-1841), nommé en octobre 1788 7e et dernier juge d'armes de France en survivance de son oncle Antoine Marie d'Hozier de Sérigny qui continua d'assurer sa charge jusqu'à sa suppression en 1789. En 1814 il est nommé vérificateur des armoiries de France près le Conseil du sceau des titres[4],[5].
        • Abraham Charles d'Hozier (1775-1846)
      • Antoine Marie d'Hozier de Sérigny (1721-1801), nommé juge d'armes en survivance en 1734, il devient 6e juge d'armes de France. Il exerce jusqu'à la suppression de la charge en 1789, tout en ayant assuré la survivance à son neveu Ambroise Louis Marie[4],[5].
  • Charles René d'Hozier (1640-1732), 4e juge d'armes de France en 1675. Il exerce conjointement avec son frère dès 1663 et jusqu'en 1696 date à laquelle son office fut supprimé. Il le fait rétablir en 1701 et le cède à son neveu Louis Pierre en 1710[4],[5].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Le registre III de l'Armorial d'Hozier donne :

  • D'azur semé de besans d'or, au lion d'argent, armé de gueules et lampassé d'or, brochant sur le tout [6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Pierre d'Hozier, Armorial général, ou Registres de la noblesse de France, registre 3, p. 1055, Paris, 1738-1768
  2. a et b Gratien-Théodore Tarbé, Histoire de Sens. Recherches historiques et anecdotiques sur la ville de Sens, Sens, 1838, p. 270-271
  3. Louis d'Izarny-Gargas, Jean-Jacques Lartigue, Jean de Vaulchier, Nouveau Nobiliaire de France (tome 2, E-L), Versailles, 1998
  4. a b c d e et f Dictionnaire de la noblesse française, , p. 54.
  5. a b c d e et f Nouvelle biographie générale, Firmin-Didot, (lire en ligne), p. 325-326.
  6. Pol Gosset, Notes généalogiques...canton de Verzy, Reims, 1911, p 16

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Françoise Limon, Les notaires au Châtelet de Paris sous le règne de Louis XIV, Toulouse, 1992

Article connexe[modifier | modifier le code]