Czesław Kiszczak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Czesław Kiszczak
Czeslaw Kiszczak.jpg

Czesław Kiszczak

Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Partis politiques
Grade militaire
Generał broni (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
Liste détaillée
Médaille du 10e anniversaire de la Pologne populaire (en)
Q21952663
Medal of the 40th Anniversary of People's Poland (en)
Medal of the 30th Anniversary of People's Poland (en)
Q21952662
Commandeur de l'ordre Polonia Restituta (d)
Q21952593
Chevalier de l'ordre Polonia Restituta (d)
Q11796427
Médaille d'or du mérite pour la défense nationale (d)
Ordre de la Guerre patriotique de 1re classe (d)
Médaille de bronze du mérite pour la défense nationale (d)
Ordre de la Croix de Grunwald, 3e classe (d)
Médaille d'argent du mérite pour la défense nationale (d)
Order of the Builders of People's Poland (en)
Q21891702Voir et modifier les données sur Wikidata

Czesław Kiszczak, né le à Roczyny (près de Bielsko-Biała) et mort le à Varsovie (voïvodie de Mazovie), est un général et homme politique polonais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir adhéré au parti ouvrier polonais en 1945, il rejoint le Parti ouvrier unifié polonais en 1948. En 1954, il devient général et ministre de la Défense, puis dirige les services de contre-espionnage (Wojskowa Służba Wewnętrzna) en 1957.

Au cours des années 1980, il est le chef des services secrets Służba Bezpieczeństwa. En 1981, il applique l'État de guerre décidé par le général Wojciech Jaruzelski. En 1985, il dirige l'opération « Hiacynt », qui se solde par l'arrestation de 11 000 homosexuels.

Czesław Kiszczak et le président de la RDA Erich Honecker (à droite) à Berlin (1988).

Dernier Premier ministre communiste, il est nommé le par le général Jaruzelski, devenu quelques jours plus tôt « président de la République populaire de Pologne » à la faveur des accords conclus avec l'opposition et ayant débouché sur des élections partiellement libres. Incapable de former un gouvernement, il doit laisser la place à Tadeusz Mazowiecki, nommé le 19 août. Les négociations aboutissent à un gouvernement de coalition, dirigé par Mazowiecki, et investi 5 jours plus tard à une écrasante majorité par les députés. Czesław Kiszczak y occupe le poste de vice-Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères, c'est l'un des quatre ministres communistes (représentant le PZPR) à demeurer dans ce gouvernement de transition.

Selon Adam Michnik, journaliste à Gazeta Wyborcza, Kiszczak serait l'un des commanditaires de l'assassinat du père Jerzy Popieluszko.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]