Cyrille Bissette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrille Bissette
Description de cette image, également commentée ci-après

François Le Villain.- Cyrille Bissette, 1828[1].

Naissance
Fort-Royal (Martinique, colonie française)
Décès
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession

Cyrille Charles Auguste Bissette est un homme politique martiniquais, né le à Fort-Royal (actuellement Fort-de-France) et mort le à Paris. Il fut un des grands artisans de l'abolition de l'esclavage en France. Antiesclavagiste dès 1823 en Martinique, il a été élu député de la Martinique en 1848 et de 1849 à 1851.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Charles Borromée Bissette, libre, homme de couleur, originaire du Marin épouse en 1794 une libre Elizabeth Mélanie Bellaine, fille naturelle de Joseph-Gaspard de Tascher de La Pagerie, père de Joséphine de Beauharnais. De cette union naîtront six enfants dont l'aîné Cyrille deviendra le plus célèbre[2].

En 1816, Cyrille Bissette épouse Augustine Séverin, ils auront ensemble quatre enfants. Bissette devient à partir de 1818 négociant à Fort-de-France. Il participe à la répression de la révolte d'esclaves du Carbet en 1822. À ce moment-là, il n'est pas encore engagé dans la lutte contre l'esclavage.

« L'affaire Bissette »[modifier | modifier le code]

Au début du mois de décembre 1823, circule à la Martinique un opuscule manuscrit intitulé De la situation des gens de couleur libres aux Antilles Françaises. Le texte a été attribuée à Cyrille Bissette mais la Bibliothèque nationale de France donne pour auteur Gabriel-Jacques Laisné de Villévêque[3]. Il pourrait aussi avoir été rédigé par le marquis de Sainte- Croix[4]. L'objet de la brochure à est de dénoncer le système esclavagiste en exposant en détail les injustices dont sont victimes les esclaves. Outre l'obtention des droits civiques pour les Noirs libres des colonies antillaises, elle propose notamment le rachat progressif des esclaves, des écoles gratuites en faveur des nouveaux affranchis et la suppression des châtiments corporels à l'égard des esclaves[5].

Un certain Morando va dénoncer Bissette auprès du Procureur du Roi. La maison de Bissette est alors perquisitionnée et l'on découvre plusieurs pétitions à son domicile. Il est immédiatement arrêté et écroué à Fort-Royal, en compagnie de supposés complices parmi lesquels figurent Louis Fabien et Jean-Baptiste Volny. Lors du procès en première instance Bissette est condamné au bannissement à perpétuité du territoire français[6], il fait appel et la Cour Royale de Martinique, dont le procureur par intérim, Richard de Lucy, est un fervent partisan des thèses racistes, le condamne à la marque des lettres GAL et aux galères perpétuelles[7]. Le jugement est appliqué et il est marqué au fer rouge et exposé[8]. Bissette est alors transporté avec quarante-six autres condamnés pour le fort de Brest où il se pourvoit immédiatement en cassation. La Cour de Cassation casse l'assignation au territoire métropolitain de la Cour Royale de la Martinique et renvoie Bissette et ses complices devant la Cour Royale de la Guadeloupe. Cette même Cour le condamne à dix ans de bannissement des colonies françaises.

Sa lutte contre l'esclavage[modifier | modifier le code]

Cyrille Bissette, Revue des colonies, Une juillet 1836

À Paris, la position de Bissette sur la question de l'abolition se radicalise. En 1832, il propose avec Louis Fabien et Mondésir Richard dans le Journal des débats une solution négociée qui éviterait toute effusion de sang[9]. Il fonde peu après une « Société des hommes de couleur » et, en 1834, la Revue des colonies dont il devient le directeur. Elle paraîtra jusqu'en 1843[10]. Le but de la nouvelle revue est de combattre l'esclavage par une abolition immédiate dans les colonies françaises.

En 1844, il s'oppose au projet des lois Mackau sur l'esclavage, car il tend à violer la loi du sur le régime législatif des colonies.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Quelques mois après l'application du décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848, Bissette se présente aux élections législatives d'août. Il est élu député avec 19 850 voix[11]. Mais l'Assemblée nationale constituante invalide son élection pour cause d'incapacité personnelle, parce qu'il avait été condamné pour faillite. Pourtant, le , le Tribunal de Commerce de la Seine déclare nul et non avenu le jugement qui l'avait condamné en faillite, ce qui lui permet de briguer un nouveau mandat de député lors des législatives suivantes.

À partir de 1849, Bissette cesse de pourfendre la ploutocratie béké. Il se prononce pour la fusion des différentes composantes ethniques des Antilles, dont il est lui-même issu, et pour l'oubli du passé. Au mois de mars 1849, revenant de l'exil et de la guerre, il est accueilli à Saint-Pierre par une foule en liesse. Dans son discours il déclare : « Consentons donc à un mutuel oubli du passé et jetons loin de nous nos funestes divisions, nos préjugés d'un temps qui n'est plus, les vieilles récriminations qui ne font jamais l'affaire des partis et bien moins encore le bonheur du pays qui doit dominer et faire taire toutes les passions ».

Une alliance est conclue entre Bissette et le béké Auguste Pécoul en vue des élections législatives de juin. Les résultats consacrent l'écrasante victoire du tandem Bissette-Pécoul qui obtiennent respectivement 16 327 voix et 13 482 voix. Victor Schœlcher est battu et ne recueille que 3 617 voix.

L'association de Bissette et de Pécoul provoque la colère et l'indignation des gens de couleur libres qui accusent Bissette d'avoir trahi sa race et de s'être vendu aux blancs. Bissette fera l'objet d'une campagne de haine et de dénigrement de la part de la bourgeoisie mulâtre et plus particulièrement des partisans de Victor Schœlcher. Par contre, si l'on en croit sa popularité, le peuple continuait à lui faire confiance. Élu le 3 juin 1849, il occupe son siège jusqu'au 2 décembre 1851.

Rivalité avec Victor Schœlcher[modifier | modifier le code]

La rivalité entre Bissette et Schœlcher commence véritablement après la parution du livre de Schœlcher[12] intitulé Des Colonies Françaises que Bissette avait sévèrement critiqué.

Jusqu'au coup d'État de décembre 1851, la lutte entre les partisans de Bissette et de Schœlcher est une constante du débat politique martiniquais. Après l'élection à la députation de Bissette les deux hommes s'affrontèrent encore plus violemment, soutenus chacun par des organes de presse. Bissette se sert du Courrier de la Martinique et Schœlcher et ses alliés du journal La Liberté dans lesquelles ils échangent réciproquement insultes et injures.

À partir de 1852, Bissette entame sa retraite sur le plan politique et l'antagonisme entre le bissetisme et le schœlchérisme s'estompe. De cette rivalité entre les deux abolitionnistes, c'est Victor Schœlcher en fin de compte qui sortira gagnant, car c'est à lui qu'on attribua l'abolition de l'esclavage[13] dans les colonies françaises des Antilles.

Cyrille Bissette est un un franc-maçon, initié le au sein de la loge parisienne Les Trinosophes (Grand Orient de France), l'une des plus brillantes de l'époque[14], il a atteint le trentième degré du Rite écossais ancien et accepté. Il a fréquenté tout au long de sa vie divers ateliers tant en métropole que dans les Antilles et il semble être resté franc-maçon jusqu'à sa mort.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cyrille Bissette est l'homme politique martiniquais du XIXe siècle qui a le plus combattu l'esclavage et ses effets néfastes. Au lieu de la vengeance, il prôna la réconciliation entre les races, selon la terminologie de l'époque. Victime de l'édification du schœlchérisme de la part d'une bourgeoisie intellectuelle assimilationniste, Cyrille Bissette a été banni de l'histoire officielle en raison de son alliance avec le béké Auguste Pécoul, alliance que les mulâtres à l'époque qualifièrent de trahison. Son histoire est traitée dans très peu d'ouvrages et beaucoup de Martiniquais ignorent son existence. Paradoxalement, son nom a été donné en 2008 à un rond-point de la commune de Schœlcher.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De la situation des gens de couleur libres aux Antilles Françaises (Texte en ligne), 1823
  • Réponse à la brochure de M Fleuriau, Délégué des colons de la Martinique (Texte en ligne), 1831
  • Réponses de MM Bissette et Fabien à M de Lacharrière (Texte en ligne), 1831
  • Mémoire au Ministre de la Marine et des Colonies et à la Commission de législation coloniale (Texte en ligne), 1831
  • Demande en grâce pour Adèle, jeune esclave de la Martinique, condamnée à la peine du fouet, pour avoir chanté la Parisienne (Texte en ligne), 1831
  • Calomnies devenues vérités, ou Réponse au pamphlet de MM. Lacharière et Foignet... par Bissette (Texte en ligne), 1831
  • Notes sur le Projet de loi, relatif au régime législatif des Colonies (Texte en ligne), 1833
  • Lettre à M Granier (de Cassagnac)(Texte en ligne), 1842
  • A M. Jollivet,... 6 juillet 1842 : XVIIIe – XIXe siècle : 1795-1842, Paris, impr. de E.-J. Bailly, . (notice BnF no FRBNF30108123)
  • Deux mots sur une note de M V Schœlcher (Texte en ligne), 1843
  • Réfutation du livre de M. V. Schœlcher sur Haïti (Texte en ligne), 1844
  • Polémique sur les événements de la Grand'Anse(Texte en ligne), 1844
  • Lettre à Monsieur Agénor de Gasparin, membre de la Chambre des députés, sur son discours, prononcé dans la séance du 4 mai, en faveur de l'abolition de l'esclavage (Texte en ligne), 1844
  • Liberté de la presse confisquée à la Martinique au profit des propriétaires d'esclaves ou Requête à M le ministre de la Marine et des Colonies sur cette confiscation ; lettre à M Duval-Dailly, ex-gouverneur de la Martinique (Texte en ligne), 1844
  • Colonies. Esclavage. Lettre à M. le ministre de la Marine et des colonies, ce 9 janvier 1845 : XVIIIe – XIXe siècle : 1795-1845, Paris, imprimerie de Poussielgue, .(notice BnF no FRBNF30108129)
  • À mes compatriotes. Lettre de C.-C.-A. Bissette sur la question de la liberté politique et civile dans les colonies : XVIIIe – XIXe siècle : 1795-1850, Paris, imprimerie de Poussielgue, .(notice BnF no FRBNF30108119)
  • Réponse au factum de M Schœlcher, intitulé la Vérité aux Ouvriers et Cultivateurs de la Martinique (Texte en ligne), 1850
  • A mes compatriotes (lettre ouverte) (Texte en ligne), 1850
  • Fond de la Revue des Colonies de la BNF, fondée et alimentée principalement par Bissette: années 1836 et 1837 (Cliquer sur le document choisi).
  • Cyrille Charles Auguste Bissette, Lettres politiques sur les colonies, sur l’esclavage et sur les questions qui s’y rattachent, Paris, Ebrard, , 24 p. (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1828 - Joseph Elzéar Morénas (ill. François le Villain), Précis historique de la traite des noirs et de l'esclavage colonial, contenant l'origine de la traite, ses progrès, son état actuel, et un exposé des horreurs produits par le despotisme des colons. Ouvrage dans lequel on prouve qu'on a exporté d'Afrique, depuis 1814 jusqu'à présent, plus de 700 000 esclaves, dont un grand nombre sous pavillon français : Orné des portraits de MM. Bissette, Fabien et Volny, condamnés, par la cour royale de la Martinique, aux galères à perpétuité, en vertu d'une loi du XVIe siècle, pour avoir lu une brochure prétendue séditieuse. Par M.-J. Morenas, ex-employé au Sénégal en qualité d'agriculteur-botaniste, et membre de la commission d'exploration attachée à cette colonie., Paris, L'auteur et Firmin Didot, , 424  p. (notice BnF no FRBNF30979409, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1999 - Stella Pame, Cyrille Bissette, un martyr de la liberté, Éditions Désormeaux, 1999, 279 p.www.crdp.ac-martinique.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Illustration pour Joseph Elzéar Morénas (ill. François le Villain), Précis historique de la traite des noirs et de l'esclavage colonial, contenant l'origine de la traite, ses progrès, son état actuel, et un exposé des horreurs produits par le despotisme des colons. Ouvrage dans lequel on prouve qu'on a exporté d'Afrique, depuis 1814 jusqu'à présent, plus de 700 000 esclaves, dont un grand nombre sous pavillon français : Orné des portraits de MM. Bissette, Fabien et Volny, condamnés, par la cour royale de la Martinique, aux galères à perpétuité, en vertu d'une loi du XVIe siècle, pour avoir lu une brochure prétendue séditieuse. Par M.-J. Morenas, ex-employé au Sénégal en qualité d'agriculteur-botaniste, et membre de la commission d'exploration attachée à cette colonie., Paris, L'auteur et Firmin Didot, , 424  p. (notice BnF no FRBNF30979409, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, 1828
  2. Il est donc le cousin de la future impératrice.
  3. (notice BnF no FRBNF30721578) ; [bpt6k57423258 disponible] sur Gallica.
  4. Marcel Dorigny, [url google Les abolitions de l'esclavage: de L. F. Sonthonax à V. Schœlcher] :  : 1793-1794-1848 / actes du colloque international tenu à l'université de Paris VIII les 3, 4 et 5 février 1994 ; organisé par l'Association pour l'étude de la colonisation européenneXVIIe – XIXe siècle : 1650-1850, Paris, Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis ; UNESCO, Paris, . (notice BnF no FRBNF57888420), Voir « jm24AAAAIAAJ&q » (sur Google), 294
  5. Nelly Schmidt, Abolitionnistes de l'esclavage et réformateurs des colonies. 1820-1851, Karthala, 2000, p. 250.
  6. Françoise Thésée, Le Général Donzelot à la Martinique vers la fin de l'Ancien Régime colonial, Karthala, Paris, 1997, p. 175.
  7. Ibid, p. 177.
  8. Bissette raconte les circonstances de sa marque dans la Revue des colonies au mois de février 1835.
  9. Nelly Schmidt, L'abolition de l'esclavage, Fayard, Paris, 2005, p. 207.
  10. Nelly Schmidt, Ibid.
  11. Cyrille Bisette député
  12. sur l'adversité de Victor Schœlcher
  13. Historiquement, la première abolition de l'esclavage fut décrétée par le girondin Sonthonax le .
  14. André Combes, Histoire de la franc-maçonnerie..., éd. du Rocher, Paris, 1998, p. 118.