Cyril Pullin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyril Pullin
Biographie
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Poole, Dorset, Angleterre
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Domaine
Vainqueur du Tourist Trophy de l'Île de Man en 1914

Cyril Pullin était un inventeur, ingénieur et pilote de moto de course Britannique. Ses inventions contribuèrent au développement du moteur rotatif et de l'hélicoptère. Son fils fut le pilote du premier vol en hélicoptère Britannique en 1938[1]. Cyril Pullin est mort en 1973, âgé de 80 ans[2].

Débuts[modifier | modifier le code]

Cyril George Pullin naquit à Wandsworth, Londres en 1892. Il se fit connaître comme pilote de moto de course et remporta en 1914 le Tourist Trophy de l'île de Man[1].

Carrière en compétition[modifier | modifier le code]

La Rudge Multi TT 500 cm3 de 1915

En 1914, Cyril Pullin gagna l'Île de Man TT avec une moyenne record de 49,49 miles / h sur une Rudge Multi équipée d'une boite de vitesse variable à courroies, offrant plus de 20 rapports, qui fit une énorme différence dans les collines. La course, qui dura plus de quatre heures, fut menée par Oliver Godfrey (sur Indian) et Howard R Davies (sur une Sunbeam) qui s'affrontèrent pour la première place lorsque Pullin s'abattit sur eux pour gagner de seulement 6,4 secondes[3]. Le succès de Pullin fut malheureusement gâché lorsqu'un concurrent dans le Junior TT, Frank Walker, aborda le dernier virage sur sa Royal Enfield pour trouver la route bloquée par des spectateurs tentant de voir l'arrivée. Il fit de son mieux pour ne blesser personne, mais fut tué dans le crash. Suite à cette tragédie, les organisateurs du TT introduisirent des barrières de corde et un contrôle de la foule[1].

Le 23 mars 1922 à Brooklands, Pullin établit un nouveau record et devint le premier motocycliste Britannique à être chronométré à plus de 100 miles/heure sur une moto Douglas 500 cm3 de 3 cv[4].

Les Inventions[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, Pullin développa divers brevets de moteurs d'hélicoptère et dans les années 1940 il mit au point le Powerwheel, un moteur rotatif dans le moyeu d'une roue de moto, connu comme one-lunger (poumon unique). Il s'agissait d'un monocylindre et d'un embrayage qui pouvait être activé et désactivé, avec un simple tambour de frein. L'invention n'est jamais entrée en production, mais est considérée comme une étape importante dans le développement du moteur rotatif.

Sa sœur épousa Stephen Leslie Bailey, un éminent ingénieur chez Douglas Motos et plusieurs de ses brevets ont été déposées au nom de l'entreprise[5].

Constructeur de Voitures et de motos[modifier | modifier le code]

En 1928, Pullin reprit l'ancienne usine Phoenix  à Letchworth, Hertfordshire, pour produire les motos Ascot-Pullin Motocycles et la voiture Ascot basée sur la hongroise Fejes, avec châssis et moteur de 10 cv, assemblée à partir de tôles d'acier embouties soudées. Elle n'est jamais entrée en production.

Une voiture plus grande, l'Ascot Gold Cup Six avec un moteur six cylindres de 2 423 cm3, probablement fait par Continental, boîte de vitesses à trois rapports et servo-freins, devint réalité et quelques exemplaires furent produits. Elle fut annoncée comme étant disponible en sports deux places, coupé ou berline "toile".

Aéronefs à voilure tournante[modifier | modifier le code]

En 1932, Pullin rejoint le département aéronefs de G & J Weir Ltd à Glasgow, en Écosse, en tant qu'ingénieur en chef pour développer un autogyre monoplace. Pullin et son équipe conçurent une série d'Autogiros avant de passer à un petit hélicoptère muni de deux rotors montés au sommet de stabilisateurs de chaque côté du fuselage. L'hélicoptère Weir W. 5 monoplace propulsé par un moteur refroidi à l'air avait une vitesse maximum de 70 mph. Ses deux rotors deux pales à pas fixe étaient montés sur plateau oscillant à commande à pas collectif. Le W. 5 fit son premier vol à Dalrymple, Ayrshire, le 7 juin 1938, piloté par Raymond Pullin et devint le premier hélicoptère Britannique à voler avec succès[6]. À l'arrivée de la seconde Guerre Mondiale, le W. 5 avait enregistré quatre-vingts heures de vol et fut suivi par une version grossie, le W. 6, qui fut le premier hélicoptère biplace au monde, propulsé par un moteur d'avion beaucoup plus puissant de Havilland Gipsy. De nouveaux progrès sur ce modèle furent empêchés par la seconde Guerre Mondiale.

Pullin conçut les moteurs 1500 cc "Flat Twin" et le "4 Cylindres" (appelé plus tard Pixie lorsqu'il fut produit sous licence par l'Aero Engines Ltd de Bristol). Ils furent utilisées dans les autogyres Weir W2, W3 et W4. Le "Quatre Cylindres" fut adapté à la production de la puissance nécessaire à l'Hélicoptère à double rotor W5[7].

Après la guerre, le développement du W. 9 "DrainPipe" et du transport de passagers W.11 "Cierva Air Horse" à trois rotors emmenant 24 personnes continua à la Cierva Autogiro Company sous la direction de Cyril Pullin. Un accident mortel du W11 Air Horse, en raison de la rupture d'un petit composant par fatigue (usure), mit fin à ce très prometteur projet d'hélicoptère lourd. Les restes de la Cierva Autogiro Company furent repris par Saunders-Roe, qui poursuivit le développement du petit hélicoptère Skeeter et le mit en production.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mac McDiarmid, The Magic of the TT, Haynes Publishing (ISBN 978-1-84425-431-6)
  2. « England & Wales Death Index 1916-2007 » (consulté le 28 juin 2013)
  3. « Great races » (consulté le 30 novembre 2008)
  4. « Douglas 1923 » (consulté le 30 novembre 2008)
  5. Doug Kephart, « Researching the Douglas Patents » (consulté le 3 décembre 2008)
  6. « Helicopter History »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 novembre 2008)
  7. « Douglas Aero Engines » (consulté le 30 novembre 2008)

Douglas Light Aero Engines de Kingswood à Cathcart. 2010. Auteur Brian Thorby. Redcliffe Presse, Bristol

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]