Cyprotérone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cyprotérone
Image illustrative de l’article Cyprotérone
Cyprotérone
Identification
Nom UICPA 6-chloro-17-hydroxy-1α,2α-méthylèneprégna-4,6-diène-3,20-dione
Synonymes

Gen-Cyproterone, CyPat, Ciproterona, Ciproterone, Cyproteronum, Apo-cyproterone, Novo-cyproterone, Cyproteron, Cyproterone (INN)

No CAS 2098-66-0
No ECHA 100.218.313
Code ATC G03HA01
DrugBank DB04839
PubChem 5284537
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C22H27ClO3  [Isomères]
Masse molaire[1] 374,901 ± 0,022 g/mol
C 70,48 %, H 7,26 %, Cl 9,46 %, O 12,8 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La cyprotérone est un stéroïde antiandrogène et antigonadotrope de synthèse, commercialisé en France sous forme acétylée[2], soit seul sous le nom d'Androcur, soit combiné à l'éthinylestradiol sous les noms de Diane-35, Lumalia, Evepar, Holgyème et Minerva ou au valérate d'estradiol sous le nom de Climène[3].

Mode d'action[modifier | modifier le code]

La cyprotérone est un dérivé de la 17-alpha-hydroxyprogestérone qui exerce son activité antiandrogène par inhibition compétitive de la liaison de la 5-alpha-dihydrotestostérone à son récepteur cytosolique dans les cellules cibles.

  • Chez l'homme, l'acétate de cyprotérone bloque l'action des androgènes sécrétés par les testicules et les corticosurrénales sur les organes cibles androgénodépendants tels que la prostate par effet inhibiteur central. Cet effet antigonadotrope entraîne une réduction de la synthèse de la testostérone par les testicules et donc du taux de testostérone sanguin (testostéronémie)[4].
  • Chez la femme, l'action progestative s'exerce au niveau des récepteurs mammaires et endométriaux. L'acétate de cyprotérone possède également une importante action antigonadotrope[4].

Indications[modifier | modifier le code]

La cyprotérone a en France une AMM pour les indications suivantes : hirsutisme sévère chez la femme, traitement palliatif dans certains cancers de la prostate[5],[6] et traitement de la paraphilie[5] (100 mg/j) en complément d'une prise en charge psychothérapeutique (« castration chimique »)[7]chez l'homme. En dehors de ces indications, elle a été régulièrement prescrit en France hors AMM en raison de son absence de contre-indications cardio-vasculaires, selon une représentante du syndicat des obstétriciens et gynécologues de France (Syngof)[5], et notamment :

En association avec l'éthinylestradiol, elle constituait la pilule de 5e génération, suspendue par l'ANSM en 2013 pour ses effets secondaires, mais réintroduite en 2014 comme traitement antiacnéique[8].

Cette substance est plus prescrite en France que dans les pays voisins[7] ; 89 000 femmes françaises se la sont vu prescrire en 2017.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

La pilule de 5e génération a été suspendue en 2013 en raison de cas d'embolies cérébrales ou pulmonaires[8].

Dès 2008, on soupçonne l'implication de ce médicament dans la survenue de méningiomes[9], tumeurs du cerveau généralement bénines. En 2011, le laboratoire Bayer modifie la notice de l'Androcur pour signaler les risques de méningiomes[5].

En 2014, le lien entre Cyprotérone et méningiomes est formellement établi par une étude européenne[5].

Une étude de 2018 confirme qu'un traitement de 6 mois (3 g) multiplie par 7 le risque de survenue de méningiomes. Le risque est multiplié par 20 si le traitement dépasse 60 g[7]. L'arrêt du traitement permet leur régression[10],[11].

Le risque est également multiplié par vingt si on l'utilise sur une période prolongée de plus de 5 ans[12].

Entre 2006 et 2015, plus de 500 femmes ont fait l'objet d'une intervention chirurgicale en raison d'effets secondaires attribuables à l'Androcur[5].

Mesures d'information aux patientes[modifier | modifier le code]

En 2018, en France, la ministre de la Santé conseille aux femmes sous traitement de consulter leur médecin, en précisant qu'il n'y a pas d'urgence, que le méningiome n'est pas un cancer et que « ce n'est pas un scandale sanitaire »[5].

En 2019, l'Agence du médicament et l'Assurance-maladie adressent des courriers à 80.000 patientes et à 30.000 médecins libéraux pour les informer du risque et afin qu'ils évaluent l'opportunité de passer une IRM[5].

Action en justice[modifier | modifier le code]

Malgré l'opposition de Bayer, qui plaide la prescription, la Cour d'appel de Poitiers confirme en juin 2020 la désignation d'un collège d'experts pour déterminer si les tumeurs au cerveau affectant une patiente sont liées ou non à la prise d'Androcur[13]. La décision rendue par la cour d'appel[14] ouvre la possibilité de rechercher la responsabilité tant du producteur (Bayer) que de l'ANSM, voire du médecin prescripteur ou du pharmacien dispensateur[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Christoph Zink, Dictionary of Obstetrics and Gynecology, Walter de Gruyter, , 288 p. (ISBN 978-3-11-085727-6, lire en ligne), p. 61
  3. EurekaSante.vidal.fr, « Climène », Vidal.fr, (consulté le 18 mars 2016)
  4. a et b « Cyprotérone », Vidal.fr,
  5. a b c d e f g h et i Anne-Cécile Juillet et Jérôme Vaillant, « Androcur : cet autre médicament montré du doigt », Le Télégramme,‎ , p. 1,2,3 (lire en ligne)
  6. http://www.doctissimo.fr/medicament-ANDROCUR.htm Doctissimo - ANDROCUR 50 mg
  7. a b c et d Doctissimo - Androcur : ce traitement hormonal augmente le risque de tumeurs au cerveau
  8. a et b Pr Philippe Even, Pr Bernard Debré, Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, Cherche-midi, 2016, (ISBN 978-2-7491-3378-2), p. 274.
  9. S. Froelich et al., Does cyproterone acetate promote multiple meningiomas?, 2008
  10. C. Botella et al., Méningiomes intracrâniens et utilisation prolongée d’acétate de cyprotérone à dose conventionnelle chez la femme : à propos de deux cas de régression tumorale après arrêt du traitement, 2015
  11. Anne-Laure Bernat, Growth stabilization and regression of meningiomas after discontinuation of cyproterone acetate: a case series of 12 patients, 2015
  12. « Santé : l'Androcur sous surveillance face au risque de tumeur cérébrale »
  13. « Androcur : la cour d'appel de Poitiers confirme la désignation d'un collège d'experts », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 7 août 2020)
  14. « Cour d'appel de Poitiers, 1ère chambre, 16 juin 2020, n° 19/03071 », sur Doctrine (consulté le 7 août 2020)
  15. « Androcur : plainte contre le laboratoire Bayer à Poitiers, il y aura bien un procès au civil », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 7 août 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]