Cyprien de Rore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cyprien de Rore
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Cipriano de RoreVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Maître
Œuvres principales
Ancor che col partire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Cyprien de Rore (avec le prénom italianisé : Cipriano de Rore) (né à Renaix en 1515 ou en 1516 – mort à Parme, entre le 11 et le ) est un compositeur franco-flamand.

C'est un des représentants importants de l'école franco-flamande postérieure à Josquin des Prés ; il s'établit en Italie pour y résider et travailler, fait œuvre de pédagogue et participe au développement du dernier style musical de la Renaissance en Italie ; il est considéré comme l'un des plus importants madrigalistes de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est la recherche musicographique moderne[1] qui a établi sa naissance à Renaix (en néerlandais : Ronse), ville belge située à la frontière linguistique actuelle entre la Flandre néerlandophone et la Wallonie francophone[2]. Il semble être né dans une famille aisée. On connaît peu de choses de sa formation musicale, même si certaines hypothèses viennent du fait que Marguerite d'Autriche, fille naturelle de l'empereur Charles Quint et future gouvernante des Pays-Bas, se rendit à Naples en 1533 pour y prendre époux dans la famille des Médicis, et que Cyprien de Rore aurait pu l'y accompagner et y recevoir une instruction musicale en Italie[3],[4]. Mais il aurait aussi pu se former à Anvers. Une tradition persistante a prétendu qu'il aurait étudié à Venise avec son compatriote Adrien Willaert et qu'il aurait été choriste à la basilique Saint-Marc sans que cela n'ait pu être prouvé ; évidemment, la présence d'un simple choriste à cette époque peut très bien être réelle sans qu'on en retrouve de traces documentées. Toujours est-il qu'en 1542, il est à Brescia où il demeure probablement jusqu'en 1546. C'est pendant ce séjour qu'il commence à se faire un nom en tant que compositeur, publiant un recueil de madrigaux et deux recueils de motets qui furent très remarqués.

En 1547, il entre au service du duc Hercule II d'Este à Ferrare comme maître des chœurs. Il y a comme élèves Jacques de Wert et Luzzasco Luzzaschi, ce dernier devait être l'un des représentants les plus significatifs de l'avant-garde musicale à la fin de la Renaissance en Italie, et le maître de Girolamo Frescobaldi.

Quand Hercule meurt en 1559, Rore offre ses services à son successeur Alfonso. Le nouveau duc refuse et engage à sa place Francesco dalla Viola.

De 1560 à 1563, Cyprien de Rore travaille au service de Marguerite d'Autriche à Bruxelles et du second mari d'icelle, le duc de Parme Ottavio Farnese. En 1562, il est choisi comme maître des chœurs à Saint-Marc de Venise, mais démissionne en 1564 et retourne à Parme où il décède.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le vergine, madrigaux à quatre voix - The Hilliard Ensemble (, Harmonia Mundi) (OCLC 912697077)
  • Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Johannem - Huelgas Ensemble, dir. Paul Van Nevel (28-, Deutsche Harmonia Mundi) (OCLC 658725252)
  • Missa Præter rerum seriem ; 4 madrigaux (Mia benigna fortuna, Schiet'arbuscel, Calami sonum ferentes, Se ben il duol) ; 2 motets (Plange quasi virgo, Dissimulare etiam sperasti) ; 1 chanson (Mon petit cueur) - Huelgas-Ensemble, dir. Paul Van Nevel (, Harmonia Mundi) (OCLC 900170829)
  • Missa Doulce memoire ; Missa a nota negre - The Brabant Ensemble, dir. Stephen Rice (7-, Hypérion) (OCLC 973613894)
  • Vieni dolce Himineo et autres madrigaux des livres II, IV et V - La Compagnia del Madrigale (18-/, Glossa) (OCLC 1100588979)

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'historien renaisien Albert Cambier a publié ses travaux sur les origines renaisiennes de Cyprien de Rore à partir de 1981 dans les Annales de Renaix, publication annuelle du Cercle d'Histoire de Renaix et du Tènement d'Inde (CHARTI - GOKRTI).
  2. Einstein, vol. 1 p. 384
  3. Grove 2001.
  4. Johnson, p 185

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alfred Einstein, The Italian Madrigal. 3 vol. Princeton, N.J., 1949, 1288 p. 
  • (en) Gustave Reese, Music in the Renaissance. New York, W.W. Norton & Co., 1954. (ISBN 0-393-09530-4)
  • (en) Alvin H. Johnson, « Cipriano de Rore », The New Grove Dictionary of Music and Musicians, éd. Stanley Sadie. 20 vol. Londres, Macmillan Publishers, 1980. (ISBN 1-56159-174-2)
  • (en) Patrick Macey, Bonfire Songs: Savonarola's Musical Legacy. Oxford, Clarendon Press, 1998. (ISBN 0-19-816669-9)
  • (en) Jessie Ann Owens, « Rore, Cipriano de  », dans Grove Music Online, Oxford University Press, Inscription nécessaire
  • (nl) Albert Cambier, De grootste roem van de stad Ronse: De komponist Cypriaan De Ro(de)re, ‘omnium musicorum princeps’, Annales de Renaix, CHARTI, 1981, pp. 5-56.
  • (nl) Albert Cambier, Meer gegevens over de Ronsische komponist Cypriaan De Rore, Annales de Renaix, CHARTI, 1982, pp. 91-97.
  • (nl) Albert Cambier, De definitieve bevestiging van Cypriaan De Rore's Ronsische afkomst uit archiefstukken te Parma en te Ronse, Annales de Renaix, CHARTI, 1983, pp. 221-249.
  • (nl) Albert Cambier, Onderzoekingen over Cypriaan De Rore’s vroegste verblijf in Italië, Annales de Renaix, CHARTI, 1984, pp. 35-41.
  • (nl) Albert Cambier, Een huldedicht voor Cypriaan De Rore uit 1576 en een proeve van discografie, Annales de Renaix, CHARTI, 1984, pp. 43-46.
  • (nl) Albert Cambier, Een paar Italiaanse lofdichten op Cypriaan De Rore uit ca. 1540-1546, Annales de Renaix, CHARTI, 1986, pp. 103-109.
  • (nl) Albert Cambier, Komponeerde Cypriaan De Rore ook gelegenheidswerken voor zijn eigen familie of voor zijn Ronsische bakermat en achterban ?, Annales de Renaix, CHARTI, 1991, pp. 9-20.
  • (nl) Albert Cambier, Weer nieuws over de Ronsische familie De Ro(de)re, Annales de Renaix, CHARTI, 1995, pp. 221-222.
  • (nl) Albert Cambier, Hoe de herkomst van Cypriaan De Rore ontrafeld werd. Ronse 1515/19 - Parma 1565, Annales de Renaix, CHARTI, 2007, pp. 23–34.

Liens externes[modifier | modifier le code]