Cyprien Katsaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyprien Katsaris
Description de l'image Cyprien Katsaris photo officielle paysage.jpg.
Naissance
Marseille, Drapeau de la France France
Activité principale Pianiste, Compositeur
Activités annexes 1977-2007 : Directeur Artistique du Festival International d’Echternach (Luxembourg)
Années d'activité depuis 1966
Collaborations Orchestre Philharmonique de Berlin, Staatskapelle Dresden, Orchestres de Cleveland, de Philadelphie, Royal Concertgebouw Amsterdam, Philharmonia, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, etc. Eugene Ormandy, Leonard Bernstein, Nikolaus Harnoncourt, Sir Neville Marriner, Sir Simon Rattle, Christoph von Dohnányi, Charles Dutoit, Mstislav Rostropovitch, Kent Nagano, Kurt Masur etc.
Éditeurs Piano 21[1], Schott Music, Teldec, Telefunken, Sony Classical, EMI, Deutsche Grammophon, DECCA, BMG/RCA, Pavane Records[2]
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Maîtres Aline van Barentzen
Monique de la Bruchollerie
René Leroy
Jean Hubeau
Récompenses 1970 : Prix de la Fondation Albert Roussel (Paris)
1972 : Lauréat du Concours International Reine Elisabeth de Belgique
1972 : Prix de la Fondation Alex de Vries (Anvers)
1974 : Premier Grand Prix du Concours International Cziffra (Versailles)
1977 : Tribune Internationale des Jeunes Interprètes-UNESCO (Bratislava)
Distinctions honorifiques 1997 : Artiste de l’UNESCO pour la Paix
2000 : Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres
2009 : Commandeur de l'Ordre de Mérite du Grand-Duché de Luxembourg
2011 : Prix Nemitsas (Chypre)
Site internet www.cyprienkatsaris.net

Cyprien Katsaris (né à Marseille le ) est un pianiste et compositeur franco-chypriote

Biographie[modifier | modifier le code]

Cyprien Katsaris débute sa formation musicale à l'âge de 4 ans avec Marie-Gabrielle Louwerse au Cameroun où il passe son enfance. Lorsque sa famille s'installe à Paris, il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (1965). Il étudie le piano avec Aline van Barentzen et Monique de la Bruchollerie (Premier Prix de Piano, 1969) et la musique de chambre avec René Leroy et Jean Hubeau (Premier Prix, 1970). Il remporte ensuite plusieurs concours internationaux : la Tribune Internationale des Jeunes Interprètes-UNESCO (Bratislava, 1977), le Premier Grand Prix du Concours International Cziffra (Versailles, 1974) et fut le seul lauréat d'Europe de l'Ouest du Concours International Reine Elisabeth de Belgique en 1972.

C'est en tant que Chevalier du Concours pour jeunes talents « Le Royaume de la Musique » qu'il donne son premier concert, le 8 mai 1966 au Théâtre des Champs-Elysées à Paris; il joue la Fantaisie hongroise de Liszt avec l'Orchestre Symphonique d'Ile-de-France sous la baguette de René-Pierre Chouteau.

Son talent souligné par d’illustres musiciens – Olivier Messiaen : « J’ai eu la chance d'entendre Cyprien Katsaris dans son éblouissante interprétation du 3ème Concerto de Rachmaninov et aussi dans une magnifique exécution du dernier de mes Vingt Regards. Sa technique d'acier, sa fougue, sa force et son autorité, sa brillance enfin, font de Cyprien Katsaris un merveilleux pianiste, et j'ai la plus entière confiance en son avenir. » – le propulse immédiatement dans une carrière de soliste international lui permettant de jouer avec quasiment tous les plus grands chefs : Eugene Ormandy, Leonard Bernstein, Nikolaus Harnoncourt, Sir Simon Rattle, Christoph von Dohnányi, Charles Dutoit, Mstislav Rostropovitch, Kent Nagano, Myung Whun Chung, Kurt Masur, Jean-Claude Casadesus, Sir Neville Marriner, Sir Charles Mackerras, James Conlon, Ivan Fischer, Antal Doráti, Rudolf Barshai, Vladimir Fedoseyev, Sandor Végh, Jukka-Pekka Saraste, Xian Zhang, Karl Münchinger, etc. et les plus grandes formations : Philharmonique de Berlin, Staatskapelle Dresden, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, Orchestre de Chambre de Vienne, Cleveland, Philadelphie, Detroit, Washington D. C., Montréal, Toronto, Royal Concertgebouw Amsterdam, NHK (Tokyo), Philharmonique du Japon, Orchestre de Chambre de Corée, Orchestre Symphonique de Pékin, Orchestre Philharmonique de Shanghai, Philharmonique de Moscou, Orchestre Philharmonique George Enescu de Bucarest, Orchestre Symphonique de la RAI de Milan, Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre de Chambre d'Europe, Budapest Festival Orchestra, Auckland Philharmonia, Orchestre Philharmonique de la ville de Mexico, etc.

Travailleur infatigable et boulimique de notes, il s'intéresse à tout le répertoire pianistique. Il fait partie de ces musiciens grâce auxquels il est possible de découvrir des œuvres et des compositeurs méconnus à chacun des concerts. Si l'on doit lui attribuer un répertoire il faudrait parler de la vaste période allant de Bach à Prokofiev, ses incartades antérieures et postérieures à cette période étant moins fréquentes. On peut aussi noter sa prédilection pour les transcriptions comme en témoignent plusieurs de ses disques (les 9 Symphonies de Beethoven transcrites par Liszt chez Teldec, « Mozartiana » et « Wagneriana » chez Sony Classical, « Mozart Transcriptions » et « Bach Transcriptions » chez Piano 21).

Plusieurs labels ont enregistré Cyprien Katsaris : Sony Classical, EMI, Deutsche Grammophon, BMG/RCA, Decca, Pavane, Piano 21 et Teldec (Disque de l'Année, Allemagne 1984 ; Grand Prix du Disque Franz Liszt, Budapest 1984 et 1989 ; Grand Prix du Disque Frédéric Chopin, Varsovie 1985 ; British Music Retailers Association's Award, 1986).

Il est cité dans les ouvrages suivants: Harold C. Schonberg, The Great Pianists: From Mozart to the Present ; The New Grove Dictionary of Music and Musicians ; Die Musik in Geschichte und Gegenwart: Allgemeine Enzyklopädie der Musik (MGG) ; Baker's Biographical Dictionary of Musicians ; Harenberg Klaviermusikführer ; David Dubal, The Art of the Piano: Its Performers, Literature and Recordings ; Catherine Lechner-Reydellet, La Grande École française du piano.

Son jeu est marqué d’une part par sa virtuosité, mais surtout par sa douceur et sa sensualité. En résumé, la virtuosité sans faille. Une autre caractéristique de Cyprien Katsaris est sa façon d'éclairer les œuvres par leurs chants cachés et de s'amuser à offrir au public plusieurs vues d'une même partition comme Chopin lui-même le faisait. Il est pour cela souvent mentionné comme un pianiste à part et les critiques gardent l'impression de quelqu'un de génial et déroutant. La description pianistique de Cyprien Katsaris ne serait pas complète si l'on ne mentionnait pas ses fréquentes improvisations en concert dans la lignée des grands claviéristes.

Logo officiel du label indépendant Piano 21.

Pour finir de tracer le portrait de Cyprien Katsaris, il faut évoquer la naissance de son label Piano 21. La crise que subit le marché international du disque classique induit une politique artistique frileuse de la part des grandes maisons de disques. À l'opposé de nouvelles maisons de disques de petite taille se créent avec comme créneau le répertoire méconnu. Cyprien Katsaris, après avoir enregistré pour les majors, décide quant à lui de créer son propre label Piano 21, le 1er janvier 2001, pour atteindre sa pleine liberté artistique. Grâce à cela il peut aborder tout le répertoire, le célèbre et le rare.

Le 10 juillet 2014 Cyprien Katsaris a donné le tout premier concert à la Fondation Louis Vuitton (Paris).

Cyprien Katsaris est adapte de la Scientologie dont il est un artiste phare[3]. Il a été cité comme témoin par L'Eglise de scientologie lors du procès de septembre 2009. Il témoigne à cette occasion en faveur de l'organisation sectaire.[réf. nécessaire]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Catalogue des compositions de Cyprien Katsaris[4][modifier | modifier le code]

Ce catalogue compte uniquement des pièces pour piano :

Compositions[modifier | modifier le code]

  • Chansons nos. 1-25 (1971-2014)
  • Le Poème du Phoenix (1977)
  • Rhapsodie Chypriote (1978)
  • Fantaisie sur « Happy Birthday to you » - 1ère version (1985)
  • Variations sur l'hymne bavarois (1986)
  • In Memoriam Mozart (1988)
  • Fantaisie sur le « Deutschlandlied », « la Marseillaise » et « Ode à la Joie » (1988)
  • Souvenir de Noël • Fantaisie variée sur « Douce Nuit » - 1ère version (1989)
  • Mozartiana (1991)
  • Polyétude • Morceau basé sur une combinaison entre l'Étude op. 10, n° 12 « Révolutionnaire » et une douzaine d'autres études de Chopin (1999)
  • Le Tango du Dandy (2001)
  • Grande Fantaisie sur « Zorba le Grec » • basée sur la musique du film et du ballet de Mikis Theodorakis (2007)
  • Adagio pour Zacharoula (2011)
  • Valse mélancolique (2011)
  • Pour Clara • Rondo (2013)
  • Pour Anna • Allegretto (2013)

Album pour la Jeunesse - Recueil de 15 pièces (1988-1991)

  • Valse du Souvenir (1988)
  • In Memoriam Mozart (1988)
  • Staccato-Étude • pour les déplacements de la main gauche (1989)
  • Good Bye, Mr. Rachmaninov (1989)
  • La Ballade du Croisé Errant (1989)
  • Fantasy • Cadence pour le 2ème mouvement du Concerto n° 12, K. 414 de Mozart (1989)
  • Souvenir de Noël - 2ème version (1989)
  • Sakura Universalis (1990)
  • Prélude (1990)
  • Le Troubadour et la Princesse (1990)
  • Chopiniana (1990)
  • Hymne de Paix (1990)
  • Sonatine • Allegretto - Andante mélancolique - Rondeau (1990-1991)
  • Fantaisie sur « Happy Birthday to you » - 2ème version (1991)
  • Moment Musical (1991)

Improvisations[modifier | modifier le code]

  • Improvisation spontanée sur divers thèmes (créée pendant les concerts)
  • Improvisation sur une sculpture d'Agam (1977)
  • Improvisation spontanée sur des thèmes de Wagner et Bellini (1991)
  • Improvisation spontanée sur des thèmes de Tchaikovsky et Wagner (1993)
  • Improvisation sur des mélodies dans le style japonais et sur « Sakura » (2006)
  • Improvisation libre sur la Danse Hongroise n° 11 de Brahms (2008)
  • Improvisation libre sur des musiques de film et sur les « Feuilles Mortes » (2008)
  • Improvisation spontanée sur la chanson japonaise « Sakura » (2014)
  • Improvisation spontanée sur la chanson coréenne « Arirang » (2014)

Arrangements[modifier | modifier le code]

  • W. A. Mozart, La Tartine de beurre • Arr. : C. Katsaris (années 70)
  • Franz Liszt, Czardas obstinée • Arr. : C. Katsaris (1977)
  • Louis Moreau Gottschalk, Le Banjo (Fantaisie Grotesque) • Arr. : C. Katsaris (1978)
  • Claude Rouget de Lisle, La Marseillaise • Arr. : Franz Liszt / C. Katsaris (1979)
  • Ludwig van Beethoven, Symphonies nos. 1-9 • Arr. : Franz Liszt / C. Katsaris (années 80)
  • Marc-Antoine Charpentier, Prélude (Te Deum en ré majeur) • Arr. : C. Katsaris (1988)
  • J. S. Bach, Schafe können sicher weiden (Cantate, BWV 208) • Arr. : C. Katsaris (1990)
  • Alessandro Marcello, Adagio (Concerto pour hautbois op. 1 en ré mineur) • Arr. : J. S. Bach / C. Katsaris (1993)
  • Richard Wagner, La Chevauchée des Walkyries (« La Walkyrie ») • Arr. : Louis Brassin / C. Katsaris (1993)
  • Sergei Bortkiewicz, España - Allegretto en do dièse mineur (Quatre Morceaux pour violon et piano, op. 63) • Arr. : C. Katsaris (1995)
  • Louis XV Roi de France, La 4ème Tête ou la Fanfare du Roi • Arrangement improvisé : C. Katsaris (1996)
  • Louis XIII Roi de France, Tu crois, ô beau soleil • Arr. : C. Katsaris (1996)
  • Franz Liszt, Air de l'opéra « Don Sanche ou Le Château d'Amour » • Arr. : C. Katsaris (1998)
  • J. S. Bach, Toccata et Fugue pour orgue en ré mineur, BWV 565 • Arr. : C. Katsaris (2000)
  • J. S. Bach, Largo (Concerto pour clavecin n° 5 en fa mineur, BWV 1056) • Arr. : C. Katsaris (2000)
  • J. S. Bach, Badinerie (Suite n° 2 en si mineur, BWV 1067) • Arrangement en forme de Burlesque : C. Katsaris (2000)
  • J. S. Bach, Air (Suite n° 3 en ré majeur, BWV 1068) • Arr. : C. Katsaris (2000)
  • J. S. Bach, Fantaisie (Präludium) et Fugue pour orgue en sol mineur, BWV 542 • Arr. : Theodor Szántó / Franz Liszt / C. Katsaris (2000)
  • J. S. Bach, Gavotte en Rondeau (Partita pour violon seul n° 3 en mi majeur, BWV 1006) • Arr. : Sergei Rachmaninov / Ignaz Friedman / C. Katsaris (2000)
  • José Antonio Gómez, Variaciones sobre el tema del Jarabe Mexicano • Arr. : C. Katsaris (2001)
  • Gerardo Matos Rodríguez, La Cumparsita • Transcription libre : C. Katsaris (2001)
  • Francis Popy, Ode à Venus - Grande Valse • Arr : C. Katsaris (2002)
  • Enrique Delfino, Griseta • Transcription libre : C. Katsaris (2002)
  • W. A. Mozart, Hier soll ich dich denn sehen (Premier air de Belmonte de l'opéra « L'Enlèvement au Sérail », K. 384) • Arr. : C. Katsaris (2002)
  • Jean Sibelius, Finlandia op. 26, n° 7 • Arr. : Jean Sibelius / C. Katsaris (2003)
  • Johannes Brahms, Danse Hongroise n° 1 • Arr. : C. Katsaris (2008)
  • Antonín Dvořák, Danse Slave op. 72, n° 2 • Transcription de concert : C. Katsaris (2008)
  • Franz Schubert, Symphonie Inachevée n° 8 en si mineur, D. 759 • Arr. : Carl Reinecke / C. Katsaris (2009)
  • Aram Khachatourian, Valse en la mineur (extraite de la musique de scène pour la pièce « Mascarade ») • Arr. : Lev Soline / C. Katsaris (2009)
  • Aram Khachatourian, Danse du Sabre (extraite du ballet « Gayaneh ») • Arr. : Lev Soline / C. Katsaris (2009)
  • Franz Liszt, Concerto pour piano et orchestre n° 2 en la majeur, S. 125 • Arrangement pour piano seul : C. Katsaris (2011)
  • Ludwig van Beethoven, Concerto pour piano et orchestre n° 5 en mi bémol majeur, op. 73 • Arrangement pour piano seul : C. Katsaris (2012)
  • Richard Addinsell, Concerto de Varsovie • Arr. : Henry Geehl / C. Katsaris (2013)
  • Georg Friedrich Haendel, Sarabande (Suite n° 1 en ré mineur, HWV 437) • Arrangement improvisé : C. Katsaris (2013)

Cadences[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs cadences pour les concertos pour piano et orchestre de W. A. Mozart pour lesquels ce dernier n'avait pas écrit de cadences (entre 1996-1999): K. 37, K. 39, K. 41, K. 107 (concertos nos. 2 & 3), K. 175, K. 238, K. 414, K. 415, K. 451, K. 466, K. 467, K. 482, K. 491, K. 537 ; Rondo K. 386 ; concerto pour violon, piano et orchestre K. App. 56 (315f).

Ces cadences sont écrites dans deux styles : cadences A, à la Mozart, cadences B, dans le style romantique.

  • Cadence pour le 2e mouvement (Adagio) du concerto pour clavecin (piano), cordes et basse continue en mi mineur, Fk 43 de Wilhelm Friedemann Bach (2003)
  • Deux cadences pour le 2e mouvement (Adagio) du concerto pour piano et orchestre en sol majeur, Hob. XVIII: 9 de Joseph Haydn (2013)

Discographie: PIANO 21[modifier | modifier le code]

Discographie complète des enregistrements réalisés sous le label Piano 21[5] :

  • Beethoven • The Creatures of Prometheus (piano arr.: Beethoven) | (P21 001)
  • Latin-American Recital | (P21 002)
  • Live at Carnegie Hall, New York City • In Memoriam Chopin (2 CD) | (P21 003)
  • Sergei Bortkiewicz • Piano Works | (P21 004)
  • Bach • Vol. 1 • Original Works | (P21 007)
  • Bach & Sons • 5 Piano Concertos | (P21 013)
  • A Tribute to Cyprus | (P21 015)
  • Bach • Vol. 2 • Transcriptions | (P21 017-N)
  • Mozart Transcriptions | (P21 018)
  • The Mozart Family | (P21 019)
  • Piano Rarities • Vol. 1 • Transcriptions | (P21 030-N)
  • Album d’un Voyageur • Vol. 1 • Europe | (P21 032-N)
  • Viennese Connections • Beethoven, Schubert, Hüttenbrenner, Diabelli, Liszt - (2 CD) | (P21 033-N)
  • Piano Rarities • Vol. 2 • Compositeurs français | (P21 037-N)
  • Chopin • Concerto no. 2, op. 21 • The 4 Versions - (2 CD) | (P21 038-N)
  • Katsaris plays Liszt • Vol. 1 - (2 CD) | (P21 041-N)
  • Katsaris plays Chopin • Live Recordings | (P21 043-N)
  • Mercier / Katsaris • Brahms: Sonata for 2 Pianos • Schumann / Clara Schumann: Piano Quintet 4 hands | (P21 044-N)
  • Piano Rarities • Vol. 3 • Transcriptions | (P21 045-N)
  • Beethoven • Concerto no. 5 "Emperor" • original & solo piano versions • Katsaris / Sir Neville Marriner, ASMF | (P21 051-N)
  • 111 Piano Hits (5 CD) | (P21 052-N)
  • Allegro • Original Motion Picture Soundtrack • Music by J. S. Bach | (KR 622)

The Complete Mozart Piano Concertos - Salzburger Kammerphilharmonie, Yoon Kuk Lee[modifier | modifier le code]

  • Vol. 1 Concertos no. 13, K. 415 & no. 22, K. 482 | (P21 009-N)
  • Vol. 2 Concertos no. 23, K. 488 & no. 17, K. 453 | (P21 010-N)
  • Vol. 3 Concertos no. 24, K. 491 & no. 18, K. 456 | (P21 021-N)
  • Vol. 4 Concertos no. 21, K. 467 & no. 16, K. 451 | (P21 025-N)
  • Vol. 5 Concertos no. 8, K. 246, no. 14, K. 449 & no. 15, K. 450 | (P21 026-N)
  • Vol. 6 Concertos no. 7, K. 242 "Lodron": 2 versions & no. 10, K. 365 | (P21 031-N)
  • Vol. 7 Concertos no. 27, K. 595, no. 5, K. 175 & Rondo K. 382 | (P21 039-N)

Cyprien Katsaris ARCHIVES[modifier | modifier le code]

  • Beethoven • Concerto no. 3 & Sonatas • Rudolph Barshai, The Slovenian Philharmonic Orchestra | (P21 014-A)
  • Schumann • Vol. 1 • Live Recordings | (P21 016-A)
  • Russian Music - (2 CD) | (P21 020-A)
  • Liszt • Eugene Ormandy, The Philadelphia Orchestra | (P21 022-A)
  • Scriabin • The Complete Dances - (2 CD) | (P21 023-A)
  • French Music • from Louis XIII to Boulez - (2 CD) | (P21 024-A)
  • Theodorakis • Works for Piano & Orchestra - (2 CD) | (P21 027-A)
  • Grieg • Concerto & Piano Works | (P21 028-A)
  • Live at the International Tchaikovsky Competition • Moscow 1970 | (P21 029-A)
  • Schumann • Vol. 2 • Live Recordings | (P21 036-A)
  • Schubert • Live at the Schubertiade Festival • 3 July 1993 - (2 CD) | (P21 042-A)
  • Live at the Queen Elisabeth International Music Competition of Begium • 1972 | (P21 047-A)

DVD[modifier | modifier le code]

  • Live at the Festival International d’Echternach (Luxembourg) • A film by Claude Chabrol • 7 July 1979 | (P21 011-N)
  • Live at Carnegie Hall, New York City • In Memoriam Chopin • 17 October 1999 | (P21 012-N)
  • Live at the International Piano Festival of Shanghai Conservatory of Music • 4 October 2005 | (P21 034-N)
  • Live at the International Piano Festival of Shanghai Conservatory of Music • 2 October 2007 | (P21 035-N)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (mul) « Discographie complète des enregistrements de Cyprien Katsaris sous son label Piano 21. », sur www.cyprienkatsaris.net
  2. (mul) « Discographie complète des enregistrements de Cyprien Katsaris pour les labels Teldec, Telefunken, Sony Classical, EMI, Deutsche Grammophon, DECCA, BMG/RCA, Pavane Records », sur www.cyprienkatsaris.net
  3. « Interview - Cyprien Katsaris - pianiste concertiste », sur Celebrity Centre (en) Paris : « Récital privé du pianiste Cyprien Katsaris suivi d’un question/réponse sur la Scientologie »
  4. (mul) « Catalogue complet des compositions, cadences et transcriptions de Cyprien Katsaris. », sur www.cyprienkatsaris.net
  5. (mul) « Discographie complète des enregistrements réalisés sous le label Piano 21. », sur www.cyprienkatsaris.net

Source[modifier | modifier le code]

Les informations furent tirées majoritairement du site internet de Cyprien Katsaris et de plusieurs interviews et critiques de la presse écrite et du web.

Liens externes[modifier | modifier le code]