Cynips du rosier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Diplolepis rosae

Le Cynips du rosier (Diplolepis rosae) est un minuscule insecte de l'ordre des hyménoptères qui pond ses œufs dans les tissus des rosiers cultivés mais aussi dans les tissus des églantiers sauvages provoquant la formation de galles appelées « bédégars » ou « barbe de Saint-Pierre ».

Synonyme[modifier | modifier le code]

Rhodites rosae L.

Description[modifier | modifier le code]

Diplolepis rosae adulte.

L'adulte est un insecte de cinq millimètres de long environ, de couleur noirâtre, à l'abdomen effilé à l'arrière. Les pattes sont jaune rougeâtre. La tête relativement volumineuse porte de longues antennes.

Biologie[modifier | modifier le code]

La femelle pond au printemps, vers le mois de mai, en enfonçant sa tarière dans les tissus de la plante. Selon une réaction mal connue, la présence des larves provoque la formation d'une galle constituée d'une partie centrale dure et entourée de filaments évoquant une chevelure.

Les larves de couleur blanchâtre se développent dans des logettes situées au sein de la galle qui leur fournit leur alimentation. Ces larves se transforment en nymphes et hivernent dans la galle. Les adultes éclosent au printemps suivant.

Ces insectes se reproduisent essentiellement de façon parthénogénétique. Les mâles sont rarement observés.

Les larves peuvent être parasitées à l'intérieur même des galles par des insectes du genre Ichneumon et de nombreux autres hyménoptères solitaires dont Torymus bedeguaris[1]. (De nombreuses espèces du genre Torymus peuvent s'attaquer à d'autres espèces d'hyménoptères responsables de la formation de galles [2]).

Symptômes et dégâts[modifier | modifier le code]

Galle chevelue de rosier appelée bédégar.

L'insecte induit sur les tiges, au niveau de bourgeons, des galles chevelues, appelées bédégars, formées de nombreux filaments enchevêtrés verdâtres à l'extrémité rougeâtre, d'un diamètre généralement compris entre 3 et 4 cm, voire plus selon le nombre de larves présentes.

Ces galles affectent très peu la vigueur des plantes concernées.

Moyens de lutte[modifier | modifier le code]

Enlever les bédégars et les détruire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Byther, Ralph S. "R-37, Landscape Plant Problems : a Pictorial Diagnostic Manual. [Pullman, Wash.]: Washington State University, 2000. Print.
  • "Diplolepis Rosae Bedeguar Gall Wasp." Hedgerows of Britain and Ireland Home Page. Web. 29 Nov. 2010. <http://hedgerowmobile.com/Diplolepisrosa.html>.
  • Schilthuizen, M. and R. Stouthamer, Distribution of Wolbachia among the Guild Associated with the Parthenogenetic Gall Wasp Diplolepis Rosae Heredity : an International Journal of Genetics 81 (1998) : 270-74. Print.

(en) Vardal, H., G. Sahlen, and F. Ronquist, Morphology and Evolution of the Cynipoid Egg (Hymenoptera); Zoological Journal of the Linnean Society 139.2 (2003): 247. Print.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] La galle du rosier : quand les insectes détournent les plantes : Diplolepis rosae et son parasite Torymus bedeguaris
  2. Référence EOL : Torymus (en)