Cynar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cynar
Image illustrative de l’article Cynar
Bouteille de Cynar.

Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Type Amer
Site web www.camparigroup.com/en/spiritheque/cynarVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Cynar est un amer italien créé par les frères Dalle Molle (en) à Padoue en 1948 sous le nom de CaB1, puis légèrement modifié[a] et renommé Cynar[b] en 1952[1]. Depuis 1995 la marque appartient au groupe Campari.

Le Cynar est obtenu à partir d'un mélange de feuilles d'artichauts et de treize herbes et plantes aromatiques infusées dans un alcool. Il tire son goût et ses propriétés digestives de l'acide dicaféylquinique, entre autres.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Cynar, alcoolisé à 16,5°, a une saveur douce et une couleur ambrée, brillante et chaude. C'est un amer polyvalent, dans le sens ou il se consomme autant comme apéritif que comme digestif. En effet sa conception à base de plantes fait de cette boisson un produit naturellement digestif[2],[3]. Son nom vient de Cynara ou de Cynara cardunculus, complexe d'espèces de plantes herbacées comprenant notamment l'artichaut[4].

Il peut être bu en apéritif, avec deux glaçons ou, tout comme le Picon, dans une bière. Il peut également remplacer d'autres amers (Apérol, Campari) dans la composition du Spritz[5],[6]. En cocktail, il modère le goût sucré des vins doux et liquoreux (Monbazillac, Pineau des Charentes...)

On peut l'additionner à du tonic, accompagné d'une tranche d'orange. Il existe une version plus alcoolisée destinée à être bue en digestif ou dans les cocktails : le Cynar 70 Proof, qui titre 35°[7].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Cynar est la boisson que boivent Jean-Louis Trintignant et Vittorio Gassman à la station-service, dans le film Le Fanfaron[8].

Le groupe Elio e le Storie Tese apparaît dans une publicité pour Cynar de 2007, qui reprend le slogan d'origine d'une ancienne publicité avec Ernesto Calindri : « Contro il logorio della vita moderna » (« Contre l'usure de la vie moderne »).

Biancosarti est considéré comme le « cousin » du Cynar parce qu'il utilise le même type de bouteille aux bourrelets et liserés reconnaissables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La formule initiale comportait de la vitamine B1, supprimée en 1952[1].
  2. Le nom Cynar dérive de celui du genre botanique de l'artichaut, Cynara.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Valeria Palumbo, « Quando la vita moderna logorava… Gli slogan degli spot (da bere) che raccontano il Paese che cambia » [« Quand la vie moderne s'épuisait... Les slogans des pubs (à boire) qui racontent l'histoire d'un pays en mutation »], sur Corriere della Sera, (consulté le ).
  2. « Cynar », sur Enoteca Italiana, (consulté le ).
  3. (en) « How to Cocktail: Recipes and Techniques for Building the .. », sur Google Books, America's Test Kitchen, (consulté le ).
  4. La Reynière, « Le Printemps des artichauts », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Steve Reddicliffe et Christopher Buckley, The Essential New York Times Book of Cocktails, Cider Mill Press, coll. « The Essential New York Times », , 480 p. (ISBN 9781604335873), p. 60.
  6. Claire Dhouailly, « Voyage immobile à Venise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Campari America Launches New Cynar® 70 Proof - Twice The Kick Of The Original Bittersweet Artichoke Liqueur », sur prnewswire.com, (consulté le )
  8. (it) Francesco Longo, « Inseguendo la libertà sulle tracce del Sorpasso », Internazionale,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]