Cynanchum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cynanchum est un genre de plantes de la famille des asclépiadacées selon la classification classique de Cronquist (1981) et comprenant environ 300 espèces. L'étymologie vient de Kynos, le chien et enkhéin , s'étouffer. Cela fait référence à ses propriétés toxiques. La plupart des espèces sont des plantes succulentes, grimpantes et volubiles (lianes). Certaines espèces sont cultivées comme plantes ornementales.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique « Cynanchum » est un terme latin, cynánchum, -i, dérivé du grec ancien κύναγχον, (kýnanchon), formé des racines grecques κυνο- (kyno), « chien » et ἄγχω (ánkhō), « étrangler, étouffer ». Selon Dioscoride, ce terme est un autre nom pour désigner une plante, l'ἀπόκυνον (apókynon, apocynum) dont les feuilles « malaxées avec de la graisse et données à manger aux chiens, aux panthères, aux loups, aux renards, les tuent »[1].

Espèces[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Le genre Cynanchum est répandu en régions tropicales et subtropicales, et parfois tempérées. En France, Cynanchum acutum est notamment présente dans l'ouest de l'Hérault sur la commune de Vendres, près de l'embouchure de l'Aude et, de l'autre côté de ce fleuve, aux Cabanes de Fleury. Elle a été recherchée par le Monarque africain, Danaus chrysippus, en migration[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « 4. Cynanchum L. », sur Flora iberica - Plantas vasculares de la Península Ibérica e Islas Baleares (consulté le 18 août 2019).
  2. J. Bosser et W. Marais, « Asclépiadacées : Cynanchum », dans J. Bosser et J. Guého (dir.), Flore des Mascareignes : La Réunion, Maurice, Rodrigues, vol. 122, Institut de recherche pour le développement, Mauritius Sugar Industry Research Institute et Jardins botaniques royaux de Kew, 2005, pp. 21 et sqq. (ISBN 2-7099-1563-4) (Extrait. Consulté le 21 mai 2012.)
  3. Lopez,A., « Sur quelques relations particulières entre les plantes et les Insectes, dont le Monarque africain (Danaus chrysippus L.) dans l'ouest de l'Hérault. », Bull. Soc. Et. Sci. nat. Béziers, vol. 20, no 61, 2003, p. 35-39,‎

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]