Cymothoa exigua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cymothoa exigua ou pou mange-langue est un crustacé parasite de la famille des Cymothoidae.

Mesurant en moyenne entre 3 et 4 cm de long, il se développe en parasitant des poissons, plus précisément en s'agrippant aux vaisseaux sanguins de la langue des poissons.

Parasitisme[modifier | modifier le code]

Ce parasite se fixe à la base de la langue du Vivaneau rose (Lutjanus guttatus), après avoir pénétré la bouche de ce poisson en passant par ses branchies. Il extrait alors du sang de la langue à l’aide des griffes de ses trois premières paires de pattes antérieures. Plus le parasite croît, moins la quantité de sang qui parvient à la langue du Vivaneau est importante. Celle-ci finit alors par s’atrophier et tomber par manque d’apport sanguin[1].

Le parasite en profite alors pour remplacer fonctionnellement l’organe manquant en fixant son corps sur les fibres musculaires du moignon restant, d'où son surnom de « tongue-eating louse » (littéralement « mangeur de langue »)[1].

Le poisson est alors capable d’utiliser le parasite comme une langue normale. Une fois la langue atrophiée, le parasite ne semble plus causer aucun dommage à son hôte[2], et bien que quelques spécimens se nourrissent encore du sang du poisson, la majorité des parasites se mettent à se nourrir de son mucus. La nourriture ingérée par le poisson ne semble pas intéresser le parasite[3]. Il s’agit d’un cas unique de parasitisme menant au remplacement complet et fonctionnel d’un organe[2].

Le genre Cymothoa comprend de nombreuses espèces[4] mais seule l’espèce Cymothoa exigua est connue pour cette forme particulière de parasitisme.

Répartition[modifier | modifier le code]

En 2005, un poisson parasité par Cymothoa exigua a été découvert au large des côtes anglaises, alors que ce parasite se rencontre normalement aux alentours de la Californie[5]. Ceci suggère que le territoire occupé par cette espèce est en expansion. Il peut cependant s’agir d’un cas isolé. L’animal en question sera exposé au Musée Horniman, à Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emeline Férard, « Cymothoa exigua, ce crustacé qui parasite les poissons en... remplaçant leur langue », sur Geo.fr,
  2. a et b (en) R.C. Brusca et M.R. Gilligan, « Tongue replacement in a marine fish (Lutjanus guttatus) by a parasitic isopod (Crustacea: Isopoda) », Copeia, vol. 3, no 3,‎ , p. 813–816 (DOI 10.2307/1444352, lire en ligne)
  3. Australian Museum Fish Site; Do fish have tongues?; 11 juin 2008.
  4. (en) Vernon E. Thatcher, Gustavo S. de Araujo, José T. A. X. de Lima & Sathyabama Chellappa, « Cymothoa spinipalpa sp. nov. (Isopoda, Cymothoidae) a buccal cavity parasite of the marine fish, Oligoplites saurus (Bloch & Schneider) (Osteichthyes, Carangidae) of Rio Grande do Norte State, Brazil », Revista Brasileira de Zoologia, vol. 24, no 1,‎ , p. 238–245 (lire en ligne) :

    « no »

  5. (en) « Tongue-eating bug found in fish », BBC News,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :