Cylindre (solide)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un exemple de cylindre quelconque où B1 et B2 sont les deux bases et c est la courbe directrice. B est la projection de l'une des deux bases.

Une droite (d) de direction constante se déplaçant le long d'une courbe fermée (c), décrit une surface appelée surface cylindrique de courbe directrice (c) et de génératrice (d).

Un cylindre est le solide délimité par cette surface et par deux plans parallèles. Chaque section du cylindre par les deux plans est appelée une base.

Lorsque le plan est perpendiculaire à la droite génératrice (d), le cylindre est appelé cylindre droit.

Lorsque la section est circulaire, le cylindre est dit circulaire.

Un cylindre droit et circulaire est appelé un cylindre de révolution. C'est le cylindre le plus généralement connu (boîte de conserve, rouleau de papier).

Lorsque la courbe fermée est un polygone, on obtient un prisme.

Volume[modifier | modifier le code]

Le volume d'un cylindre vaut le produit

V = B × h

B désigne l'aire d'une des deux bases (elles ont même aire) et h la hauteur du cylindre, c'est-à-dire la distance entre les deux plans parallèles qui le délimitent. Cette formule, bien connue pour un cylindre droit, est encore valable pour un cylindre oblique (voir « Méthode des indivisibles »).

Voir aussi[modifier | modifier le code]