Cyclone subtropical méditerranéen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cyclone subtropical méditerranéen
Image dans Infobox.
Image satellitaire d'un cyclone subtropical méditerranéen le 16 janvier 1995.
Localisation
Régions affectées
Mer Méditerranée
Caractéristiques
Type
Vent maximal
>100 km/h

Un cyclone subtropical méditerranéen, est un système dépressionnaire méditerranéen apparenté au cyclone subtropical ayant des propriétés de cyclone tropical et de dépression frontale des latitudes moyennes. Il est très resserré, comporte une structure nuageuse axisymétrique, génère des vents forts et des pluies diluviennes. Ce phénomène a souvent été nommé medicane ou tempête méditerranéenne de type T.M.S. (Tropical-like Mediterranean Storm) par les médias fortement influencés par les informations provenant des organismes météorologiques anglo-saxons. Avec le réchauffement climatique, un tel phénomène extrême pourrait devenir plus fréquent.

Origine du phénomène[modifier | modifier le code]

Quasiment chaque année, et généralement à l'automne lorsque la mer Méditerranée est encore chaude, une dépression prend les caractéristiques d'une tempête subtropicale avec des nuages enroulés autour d'un œil, une activité orageuse intense, des vents forts à la surface de l'eau et une température dans les basses couches atmosphériques plus élevée au cœur des nuages qu'à l'extérieur. Sur une image satellite, un tel système peut prendre un aspect très proche de celui des tempêtes tropicales et développer un œil, sans en avoir les dimensions ni la puissance[1]. Assez compact, avec un diamètre de 200 à 400 km, il peut s'intensifier et donner des vents en rafales qui pourront dépasser les 100 km/h[2].

Les recherches montrent qu'une température de surface de la mer de 20 °C est nécessaire pour le développement de ces systèmes et la mer Méditerranée atteint de 24 à 28 °C de la fin août à la mi-septembre[3]. Cependant, la température de la mer n'est pas aussi critique que pour un système purement tropical qui dépend du relâchement de chaleur latente dans une masse d'air uniforme. En effet, un influx d'air froid en altitude, provenant du continent, rend la masse d'air instable et donne la convection atmosphérique. La tempête se forme ainsi sous une dépression coupée d'altitude et c'est surtout la différence entre la température de la mer et en altitude qui est importante[4]. C'est donc là un mélange entre effet tropical et frontal.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

L'analyse de plusieurs cas montre que ces systèmes météorologiques passent par différentes étapes : développement, phase stationnaire et formation d'un œil, déplacement[5]. Le système débute par le développement de nuages convectifs près d'un centre dépressionnaire et de fortes pluies sont observées sous les orages.

Ce n'est que dans la seconde phase que les orages entourent complètement le centre de rotation et que se forme un œil. À ce moment, le système est plus ou moins stationnaire et les vents augmentent à plus de 40 km/h[5]. Finalement, le cyclone commence à se déplacer rapidement, 20 nœuds (37 km/h), sur une trajectoire bien définie et les vents dépassent 80 km/h alors que le taux de précipitations diminue en général sauf lors du passages sur les terres[5].

Quelques cas[modifier | modifier le code]

Tempête du 7 octobre 1996 dans l'ouest de la Méditerranée

La majorité des cas répertoriés concerne la Méditerranée occidentale à l'automne :

  • septembre 1947[1] ;
  • septembre 1969[1] ;
  • janvier 1982[1] ;
  • septembre 1983[1] ;
  • du 13 au 16 décembre 1985, cyclone Maximo, en Méditerranée centrale ;
  • du 14 au 18 janvier 1995, en Méditerranée centrale[1] ;
  • du 11 au 13 septembre 1996, en Méditerranée occidentale[1] ;
  • du 3 au 6 et 7 au 10 octobre 1996, en Méditerranée occidentale[6] ;
  • du 6 au 11 octobre 1996, en Méditerranée occidentale et centrale[1] ;
  • du 25 au 28 mai 2003, en Méditerranée occidentale[1] ;
  • du 17 au 19 octobre 2003, en Méditerranée occidentale[1] ;
  • du 26 au 29 octobre 2005, en Méditerranée centrale[1] ;
  • du 13 au 16 décembre 2005, en Méditerranée centrale et orientale[1] ;
  • du 6 au 9 novembre 2011, en Méditerranée occidentale[1] ;
  • du 12 au 14 avril 2012, Lucy, en mer Tyrrhénienne[7] ;
  • du 27 au 29 octobre 2012, en Méditerranée occidentale[1] ;
  • du 18 au 21 novembre 2013, la tempête Cleopatra inonde la Sardaigne ;
  • du 30 septembre au 2 octobre 2015, un système se forme au large de la Corse ;
  • du 28 octobre au 31 octobre 2016, un système se forme au large de la Calabre et se déplace vers Malte à l'Ouest causant des dégâts dans la ville de La Vallette[8],[9],[10].
  • du 28 au 30 septembre 2018, Zorbas (aussi appelé Xénophon), formé dans le sud de la mer Ionienne, remonte vers le Péloponnèse qu'il traverse[11].
  • Le naît un système convectif persistant nommé Ianos en mer Ionienne, dont la température de surface oscille entre 26 et 27 °C, alors qu'une goutte froide surplombe la région. Le , en son centre à 1 004 hPa un œil est apparu caractéristique d'un cyclone tropical. La tempête subtropicale fait de nombreux dégâts sur l'île de Céphalonie le 18 septembre[12].
  • Le 28 octobre 2021 le cyclone méditerranéen Apollo se forme dans le sud de la Mer Méditerranée et remonte vers la Mer Ionienne et la Mer de Sicile[13]. Les fortes pluies du cyclone et de son précurseur ont provoqué des inondations en Tunisie, en Algérie, dans le Sud de l'Italie et à Malte, tuant 5 personnes et laissant 2 autres disparus[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n « 7 AU 9 novembre 2011 : Un medicane (TMS "01M") frappe les côtes francaises », Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents (consulté le ).
  2. « Apollo frappe la Sicile », Actualités, Météo-France, (consulté le ).
  3. Florent Beucher, Manuel de météorologie tropicale : des alizés au cyclone (2 tomes), Paris, Météo-France, coll. « Cours et Manuel », , 897 p., pdf (ISBN 978-2-11-099391-5, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), chap. 10 (« Interactions entre tropiques et moyennes latitudes »), p. 661-668 (section 10.3.5 et 10.3.6).
  4. (en) L. Fita1, R. Romero, A. Luque, K. Emanuel et C. Ramis1, « Analysis of the environments of seven Mediterranean tropical-like storms using an axisymmetric, nonhydrostatic, cloud resolving », Nat. Hazards Earth Syst. Sci., no 7,‎ , p. 41-56 (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b et c (en) Angel Luque, Lluis Fita, Romualdo Romero et Sergio Alonso, « Tropical-like Mediterranean Storms: An Analysis from Satellite », 10th Plinius Conference on Mediterranean Storms,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  6. (en) « Tropical Cyclone–Like Vortices in the Extratropics:Observational Evidence and Synoptic Analysis », Weather and Forecasting, American Meteorological Society, vol. 16, no 2,‎ , p. 7-34 (DOI 10.1175/1520-0434(2001)016<0007:TCLVIT>2.0.CO;2, lire en ligne)
  7. (it) « Arriva Lucy, il mini-ciclone che si abbatterà sul Mediterraneo. Campania la più colpita », sur Il Sole 24 Ore, (consulté le ).
  8. « Medicane (90M) sur le sud de la Méditerranée les 30 et 31 octobre », Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents (consulté le )
  9. (en) « Strong Wave Batter Valletta Shoreline », Times of Malta,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) Angela Fritz, « Watch this rare ‘medicane’ tropical storm take shape in the Mediterranean », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Le medicane Zorbas balaie la Grèce ce week-end », La Chaîne météo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Le medicane Ianos devrait frapper la Grèce le 18 septembre », Actualité, Keraunos, (consulté le ).
  13. (en-US) « WEATHER NOTICE. Next 48 hours STORM APOLLO (probable Medicane) hits Italy, here are the consequences «3B Meteo », sur Italy24 News English, (consulté le )
  14. (en) « Algeria, Tunisia and Italy – Floods Leave 5 Dead, 2 Missing », FloodList,‎ (lire en ligne[archive du 27 octobe 2021], consulté en ).

Sur les autres projets Wikimedia :