Cyclone Berguitta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cyclone Berguitta
Image satellite du cyclone Berguitta le 15 janvier 2018 à son maximum d'intensité.
Image satellite du cyclone Berguitta le 15 janvier 2018 à son maximum d'intensité.

Apparition
Dissipation

Catégorie maximale Cyclone catégorie 3
Pression minimale inconnue
Vent maximal
(soutenu sur 1 min)
185 km/h[1]

Dommages confirmés
Morts confirmés 0
Blessés confirmés N/D

Zones touchées Île Maurice, La Réunion

Carte de la trajectoire.
Carte de la trajectoire.
Échelle de Saffir-Simpson
DT12345
Saison cyclonique 2017-2018 dans l'océan Indien sud-ouest

Le cyclone Berguitta est un cyclone né le et dissipé le 20 dans le sud-ouest de l'océan Indien[1]. Il atteint brièvement la catégorie 3 le 15 janvier avant de passer sous catégorie 1 au sud-est des côtes de l'île Maurice et de La Réunion où il entraine de fortes pluies.

Évolution[modifier | modifier le code]

La tempête tropicale Berguitta le 17 janvier, au sud-ouest des Mascareignes et à l'est de Madagascar (visible sur le bord gauche de l'image).

Une dépression née dans le sud-ouest de l'océan Indien se creuse au point que ses vents dépassent les 63 km/h, la faisant entrer dans la catégorie des tempêtes tropicales et recevant le nom de Berguitta le [1]. Le 14 janvier au matin, ses vents qui se sont renforcés dépassent les 119 km/h, classant le cyclone en catégorie 1[1] ; la catégorie 2 est atteinte le 15 dans la matinée, la catégorie 3 en milieu de journée avec des vents à 185 km/h[2] avant de voir sa puissance diminuer rapidement, rétrogradant le cyclone à la catégorie 1 le 17 au matin[1]. Il se trouve alors à quelques centaines de kilomètres au nord-est de l'île Maurice, entre Rodrigues au sud-est et Saint-Brandon au nord-ouest[1].

Poursuivant sa route vers le sud-ouest en direction des deux plus grandes îles des Mascareignes et rétrogradée en tempête tropicale, Berguitta aborde l'île Maurice le matin du 18, l'œil se trouvant à une dizaine de kilomètres de ses côtes sud-est[3]. Plus tard dans la journée, la tempête touche La Réunion, alors en alerte pré-cyclonique depuis le 16 janvier[4], passant à une soixantaine de kilomètres des côtes[3].

Le 19 janvier, la tempête poursuit sa trajectoire en direction du sud-ouest, se rapprochant à une cinquantaine de kilomètres des côtes sud-est de Madagascar sans provoquer de dégâts majeurs, puis oblique en direction du sud en s'affaiblissant peu à peu jusqu'à devenir une simple dépression météorologique à partir du 20 janvier.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Île Maurice[modifier | modifier le code]

Dans le pays, le cyclone est comparé à Hollanda qui a touché Maurice en 1994 en y faisant d'importants dégâts[2].

La Réunion[modifier | modifier le code]

Les vents les plus puissants mesurés sur l'île atteignent 120 km/h[1] avec des rafales à 145 km/h mais ce sont surtout les pluies intenses qui touchent particulièrement le sud de l'île. Le cumul des précipitations atteignant 1 000 mm dans le sud-est de l'île provoque crues des rivières, submersions de routes et évacuations de plusieurs habitations[5],[6]. Des vagues de 12 mètres déferlent sur le littoral de la côte sauvage du volcan[6]. Un homme est porté disparu à L'Étang-Salé — Les Hauts[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) « Tropical cyclone Berguitta » (consulté le 12 février 2018)
  2. a et b « Prévisions internationales : le cyclone intense Berguitta comparé à Hollanda », sur lexpress.mu,
  3. a et b « Les îles sœurs ont évité le pire avec BERGUITTA », sur cycloneoi.com, (consulté le 25 janvier 2018)
  4. « Cyclone Berguitta. L’île Maurice et La Réunion en pré-alerte », sur ouest-france.fr,
  5. Julie Straboni, « Le journal des Outre-mers. Importants dégâts à La Réunion après le passage de Berguitta » [audio], sur francetvinfo.fr,
  6. a et b « Réunion : pluies torrentielles au passage de Berguitta », sur lachainemeteo.com, (consulté le 21 janvier 2018)
  7. « L’homme signalé disparu à l’Étang-Salé les Hauts recherché par la gendarmerie », sur freedom.fr,

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :