Cyclohexénone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cyclohexénone
Image illustrative de l’article Cyclohexénone
Identification
Nom UICPA cyclohex-2-én-1-one
No CAS 930-68-7
No ECHA 100.012.021
No EC 213-223-5
No RTECS GW7000000
PubChem 13594
SMILES
InChI
Apparence liquide marron foncé[1]
Propriétés chimiques
Formule brute C6H8O  [Isomères]
Masse molaire[2] 96,1271 ± 0,0057 g/mol
C 74,97 %, H 8,39 %, O 16,64 %,
Propriétés physiques
fusion −53 °C[1]
ébullition 171 à 173 °C[1]
Solubilité 36,2 g·l-1 (eau, 25 °C)[3]
Masse volumique 0,993 g·cm-3 (25 °C)[1]
Point d’éclair 56 °C (coupelle fermée)[1]
Pression de vapeur saturante 3,620 mmHg (25 °C)[3]
1,013 hPa (168 °C)[1]
Précautions
SGH[1]
SGH02 : InflammableSGH06 : Toxique
H226, H310, P261, P280, P310, P301+P310, P302+P350,
NFPA 704[1]

Symbole NFPA 704

 
Transport[1]
-
   2929   
Écotoxicologie
DL50 170 mg/kg (souris, intrapéritonéal)[4]

70 mg/kg (lapin, dermique)[5]
220mg/kg (rat, oral)[5]

CL50 250ppm/4H (rat, inhalation)[5]
LogP 0,61[3]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La cyclohexénone est un composé organique cyclique de formule C6H8O. C'est un intermédiaire usuel en synthèse organique pour un grand nombre de produits chimiques, composés pharmaceutiques ou parfums[6]. Elle se présente sous la forme d'un liquide brun foncé de point d'ébullition de 171 à 173 °C.

Synthèse[modifier | modifier le code]

La cyclohexénone peut être synthétisée de différentes façons.

En laboratoire, une méthode à présent bien développée est la réduction et l'hydrolyse acide de la 3-éthoxy-2-cyclohexéne-1-one, qui peut quant à elle être obtenue à partir du résorcinol ou de la cyclohexane-1,3-dione :

Synthèse de la cyclohexénone.

On peut aussi faire réagir l'anisole dans l'ammoniaque par réduction de Birch suivie d'une hydrolyse acide et d'un réarrangement de la double liaison C-C créée :

Synthèse de la cyclohexénone par réduction de Birch.

Il est également possible de faire réagir la cyclohexanone par α-bromation puis élimination, ou encore le 3-chlorocyclohexène par hydrolyse et oxydation.

Dans l'industrie, la cyclohexénone est préparée dans à partir du phénol par réduction de Birch[7], ou par oxydation catalytique du cyclohexène, par exemple avec du peroxyde d'hydrogène sur un catalyseur au vanadium, de nomreuses méthodes avec différents oxydants et catalyseurs ayant été brevetées.

Réactivité[modifier | modifier le code]

La cyclohexénone est souvent utilisée dans les additions nucléophiles conjuguées avec les organocuprates, dans les additions de Michael et les annélations de Robinson[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Fiche Sigma-Aldrich du composé 2-Cyclohexen-1-one, consultée le 27 septembre 2012.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a b et c (en) « 2-Cyclohexen-1-one » sur ChemIDplus, consulté le 27 septembre 2012
  4. Personal Communication from H. Zollner, Institut fur Biochemie, Der Universitat, Gras, 23 octobre 1975, vol. 23OCT1975
  5. a b et c American Industrial Hygiene Association Journal. vol. 33, p. 338, 1972, [www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Search&db=PubMed&term=4649066 Pubmed]
  6. Podraze, K.F. Org. Prep. Proced. Int., 1991, 23, p. 217.
  7. Organic Building Blocks of the Chemical Industry, Harry H. Szmant, (ISBN 978-0-471-85545-3)
  8. (en) Michael G. Organ et Paul Anderson, « Carbonyl and Conjugate Additions to Cyclohexenone: Experiments Illustrating Reagent Selectivity », Journal of Chemical Education, vol. 73, no 12,‎ , p. 1 193 (DOI 10.1021/ed073p1193)
  9. Tet. Lett. 34, 3881, (1993)