Cycles Mercier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mercier
logo de Cycles Mercier
illustration de Cycles Mercier

Création 1919 : Cycles Mercier
Dates clés 1991 : les Cycles Mercier devient les Cycles France Loire

2021 : retour de la marque à Revin dans les Ardennes

Personnages clés Émile Mercier (fondateur)
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Revin
Drapeau de France France
Direction Jean-Marc Seghezzi
Actionnaires Drapeau du Luxembourg Starship Investments SA
Activité Équipementier de vélo
Produits Bicyclettes
Société mère Starship Investments (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
SIREN 892 960 048

Mercier est une marque française de fabrication de cycles fondée en 1919 et appartenant au fonds d'investissement Starship Investments. Sa chaîne de montage historique était située à Andrézieux-Bouthéon, à une dizaine de kilomètres de Saint-Étienne.

Rachetée en 1991 par le néerlandais Accell Group, elle est renommée Cycles France Loire, qui revend la marque « Mercier ». Celle-ci réapparaît en 2019, puis en 2021 lors de l'annonce par le luxembourgeois Starship Investments de la relocalisation de la production de cycles en France, à Revin, dans les Ardennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance d'une légende[modifier | modifier le code]

La marque des cycles Mercier fut fondée à Saint-Étienne par Émile Mercier (1899-1973).

En 1919, il s'associe aux frères Paret et à Ribaud, et se lance dans la fabrication d'axes et cuvettes de pédalier[1].

En 1924, rachetant les parts de ses associés, il se reconvertit dans la fabrication de cadres, puis dans le montage de cycles vers 1930.

La marque se dote d'une équipe cycliste professionnelle en 1933. Elle connaîtra son apogée dans les années 60, grâce à Raymond Poulidor.

De 1950 à 1959, Mercier a également fabriqué des vélomoteurs[2].

Le est immatriculée la société Nouvelle Cycles Mercier (330-674-359).

Rachat par France Loire puis déclin[modifier | modifier le code]

En 1985, la Société Nouvelle des cycles Mercier est rachetée par les actionnaires de l'entreprise voisine et concurrente Cycles France Loire, qui avait déposé le bilan en .

Mercier, qui était resté en compétition jusqu'en 1984 (avec Joop Zoetemelk), dépose le bilan en 1985. Les salariés reprennent alors l'entreprise des Cycles Mercier - France Loire. C'est le renouveau qui s'appuie sur la grande distribution, délaissant les réseaux classiques des petits revendeurs.

En , les Cycles Mercier - France Loire (qui avait également racheté St Étienne Cycles), est racheté à son tour par le fabricant néerlandais Atag qui deviendra plus tard Accell Group[2].

Le , la Société Nouvelle des Cycles Mercier est radiée[3]. Erreur en 1980 Zoop était déjà chez Raleigh et il gagne le Tour de France.

Reprise par Starship Investments[modifier | modifier le code]

Le 11 décembre 2000, Accell Group, propriétaire des Cycles France-Loire et Lapierre, revend la marque « Mercier » au fonds d'investissement luxembourgeois Starship Investments[4]. L'entreprise Cycles Mercier - France Loire perd alors le nom « Mercier » et se renomme Cycles France Loire[5],[6].

Après plusieurs années de pause, la marque Mercier revient en 2019 avec des vélos électriques produits en Europe et en Asie[7].

Relocalisation en France[modifier | modifier le code]

En février 2021, Starship Investments annonce la relocalisation en France des cycles Mercier, avec l'ouverture d'une nouvelle usine dans les Ardennes, à Revin, près de Charleville-Mézières.

L'usine, dont le lancement est prévu fin 2021, produira des vélos mécaniques et électriques sous la marque de Raymond Poulidor et de Joop Zoetemelk, ainsi que des cycles sous marque distributeur. À terme, ce seront 270 emplois qui devraient être créés dans cette cité au passé industriel sinistré[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Vant, « L'industrie du cycle dans la région stéphanoise », Revue de géographie de Lyon, vol. 49, no 2,‎ , p. 155-184 (lire en ligne)
  2. a et b André Vant et Jacqueline Dupuis, « L'industrie stéphanoise du cycle ou la fin d'un système industriel localisé », Revue de géographie de Lyon, vol. 68, no 1 « Rhône Alpes, région industrielle »,‎ , p. 5-16 (lire en ligne)
  3. « SOCIETE NOUVELLE DES CYCLES MERCIER - à SAINT-ÉTIENNE (330674359), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur infogreffe.fr (consulté le 12 décembre 2018)
  4. INPI.fr, consulté le 9 octobre 2020 (catégorie 12-Véhicules)
  5. « CYCLES FRANCE LOIRE à SAINT CYPRIEN (42160), bilan gratuit 2017, sur SOCIETE.COM (408521847) », sur societe.com (consulté le 22 mars 2019)
  6. « CYCLES FRANCE LOIRE à SAINT-CYPRIEN (408521847), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur infogreffe.fr (consulté le 12 décembre 2018)
  7. « La renaissance des vélos Mercier, nés à Saint-Etienne au début du 20e siècle », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 23 mars 2021)
  8. « Les Cycles Mercier se relocalisent », sur FranceTvInfo

Liens externes[modifier | modifier le code]