Cycle d'orientation (Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cycle d'orientation (CO) désigne la première partie du système d'enseignement secondaire en place dans le canton de Genève (Suisse). Il se divise en trois années (9e, 10e et 11e) et marque la fin de la scolarisation obligatoire à l'âge de 15 ans environ.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès les années 1920, le conseiller d'État socialiste André Oltramare ouvre un débat sur la création d'une école moyenne en souhaitant que les élèves de la classe ouvrière aient ainsi la possibilité de faire des études[1].

Au début des années 1960, cette idée réémerge par l'entremise du conseiller d'État radical Alfred Borel[2], chef du département de l'instruction publique, qui prépare un projet en réponse à une initiative des jeunes radicaux datant de 1961 et demandant la démocratisation des études. Au départ, il est prévu que la 7e année (aujourd'hui 9e année) soit mise sur pied sous la forme d'un tronc commun.

Mais Borel ne peut mettre en œuvre son projet en raison de sa non-réélection aux élections de 1961. C'est son successeur socialiste André Chavanne qui met en place et développe véritablement le système actuel avec l'encouragement des communes genevoises qui voient là une occasion de réduire le nombre d'écoles qu'elles doivent construire puisque la création du cycle d'orientation réduit d'un an la durée de la scolarité primaire.

Ainsi, à la rentrée 1962, les différents types d'études longues ou courtes (humanistes ou professionnelles) sont regroupés dans une institution unique dénommée cycle d'orientation. Mais face à une levée de boucliers, en particulier des syndicats patronaux, Chavanne doit se résoudre à renoncer au tronc commun pour la 7e année (aujourd'hui 9e année) pour ne pas mettre en péril toute la réforme[3].

Le premier établissement du genre, celui de la Florence, qui est destiné aux seules jeunes filles, est ouvert. La mixité ne sera introduite dans les différents cycles d'orientation qu'en 1969.

Chavanne, chargé du département de l'instruction publique jusqu'en 1985, complétera cette réforme. Il favorise également la démocratisation des études par diverses mesures financières. C'est pourquoi il est reconnu comme le véritable père des réformes du système éducatif genevois comme le cycle d'orientation, mais aussi le collège du soir, l'école de culture générale et l'université du 3e âge.

Description[modifier | modifier le code]

Le Cycle d'orientation genevois se compose à sa création de 5 sections: une pratique, une générale, une moderne, une scientifique et une latine.

La première année scolaire du cycle d'orientation (9e) se divise en trois regroupements: R1, R2 et R3. Les élèves y sont répartis en fonction de leurs résultats scolaires à l'issue de l'école primaire. Les deux années suivantes (10e et 11e) sont divisées en trois sections: communication et technologie (CT), langues vivantes et communication (LC) et littéraire-scientifique avec profil latin ou langues vivantes ou sciences (LS). Les élèves sont orientés dans ces sections en fonction de leur choix et de leurs résultats.[4]

Il est possible de réorienter un élève en cours d'année scolaire ou à la fin de celle-ci (d'un regroupement à un autre ou d'une section à une autre) en se basant sur les conditions fixées par le règlement.[5]

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Localisation des 19 cycles

Le canton de Genève compte 19 cycles d'orientation (appelés aussi collèges)[6].

La direction générale de l'enseignement obligatoire - cycle d'orientation (DGEO-CO) est sise au chemin de l'Echo 5A - 1213 Onex.

Collège Inauguration Quartier Lien internet
CO Aubépine Plainpalais (Hôpital) Lien
CO Bois-Caran 1971 Collonge-Bellerive Lien
CO Budé 1971 Petit-Saconnex Lien
CO Cayla Pavillons provisoires: 1964 - Nouveau bâtiment: 2008 Charmilles Lien
CO Colombières 1975 Versoix Lien
CO Coudriers 1973 Petit-Saconnex (Balexert) Lien
CO Drize 2010 Carouge (Bachet-de-Pesay) Lien
CO Florence 1960 - Extension 1970 - Extension 2005 Chêne-Bougeries (Conches) Lien
CO Foron Thônex Lien
CO Golette Meyrin Lien
CO Gradelle Chêne-Bougeries Lien
CO Grandes-Communes 1979 Petit-Lancy Lien
CO Marais 1967 Onex Lien
CO Montbrillant 2003 Nations (Varembé) Lien
CO Pinchat 1965 Carouge (plateau de Vessy) Lien
CO Renard 1968 Aïre Lien
CO Sécheron 1972 Pâquis Lien
CO Voirets 1971 Plan-les-Ouates Lien
CO Vuillonnex 1976 Confignon/Bernex (Genève) Lien

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Pays francophones[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]