Cuticule (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Schéma d'une coupe transversale de feuille de dicotylédone.

La cuticule (du latin cuticula « petite peau ») est la couche externe continue cireuse ou grasse produite par l’épiderme des plantes terrestres. Ce revêtement non cellulaire de la paroi externe des cellules épidermiques est un film translucide, principalement constitué de cutine hydrophobe, qui recouvre essentiellement les feuilles et les tiges des Cormophytes. Pellicule plus ou moins épaisse (de 0,5 à 20 μm)[1], la cuticule végétale est principalement considérée comme une barrière solide qui a comme fonction principale de protéger les organes aériens de la dessiccation en réduisant les pertes en eau massives par évaporation, et a développé de nombreuses fonctions secondaires.

Structure[modifier | modifier le code]

La cuticule est une matrice lipidique extracellulaire continue biosynthétisée par les cellules épidermiques au niveau de leur face extérieure. Elle est constituée d’un squelette de cutine et d’un mélange complexe de cires.

Chez les Bryophytes[modifier | modifier le code]

Les sporophytes et parfois les gamétophytes des bryophytes montrent une cuticule avec des stomates permettant les échanges gazeux, mais l'évolution et la biochimie de la cuticule des bryophytes, particulièrement difficile à prélever, sont peu connues[2].

Chez les plantes vasculaires[modifier | modifier le code]

La cuticule est une couche protectrice qui recouvre les organes aériens des plantes vasculaires. Elle est composée de dépôts successifs de cire[3] enrobée dans une couche d'acides gras hydrophobes, la cutine[4] ; la cire intracuticulaire est elle-même souvent recouverte de cire épicuticulaire d'une autre nature chimique[5],[6]. Les rôles physiologiques principaux de la cuticule sont liés à sa nature hydrophobe : d'une part elle maintient une zone pauvre en eau à la surface du végétal, ce qui protège la plante de pathogènes (notamment de la germination et du développement des spores de champignons), d'autre part elle limite les pertes de la plante en eau, en ions et en solutés polaires (sucres, acides organiques…). L'évapotranspiration se fait par la transpiration stomatique (90 à 95 %) mais aussi par la transpiration cuticulaire (environ 10 % en plus dans les régions tempérées)[7]. Ainsi, une cuticule mince (hygrophytes, tilleul) entretient cette transpiration cuticulaire alors qu'une cuticule épaisse (houx, lierre) est imperméable à l'eau. Dans ce dernier cas, la transpiration est uniquement stomatique. L'absorption de CO2 se fait par l'ouverture variable des stomates, orifices de petite taille présents dans l'épiderme des végétaux, qui permettent des échanges gazeux entre la plante et l'air ambiant. La cuticule cireuse est imperméable aux gaz et ce sont donc les stomates qui exercent un contrôle strict de la diffusion de CO2 dans la feuille[8]. Les cires épicuticulaires sont responsables des reflets bleutés ou glauques des nombreux épidermes (effet de diffraction sur leur ponctuation cuticulaire)[9].

Certaines racines présentent aussi un épiderme recouvert d'une mince cuticule[10].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Transpiration stomatale (3a) et cuticulaire (3b).

La fonction principale est d'être une barrière physique étanche qui empêche les pertes en eau massives, permettant ainsi aux stomates d’effectuer un contrôle dynamique des échanges gazeux et de la transpiration végétale[11].

Elle a comme fonctions secondaires[12] : d'être la première ligne de défense chez les plantes contre les agressions causées par des ravageurs et des agents phytopathogènes (la plupart des champignons phytopathogènes ont cependant acquis la capacité de traverser cette barrière en secrétant des enzymes spécifiques, les cutinases[13]) ; de maintenir la surface propre (auto-nettoyage par l’effet lotus grâce aux cristaux de cires épicuticulaires faisant glisser les gouttes d’eau) via les gouttes qui se chargent des spores de pathogènes (réduisant leurs attaques) et des poussières (exploitation au maximum du rayonnement lumineux) ; d'avoir un effet photoprotecteur contre les rayons UV ; d'intervenir dans les propriétés biomécaniques (conservation post récolte en limitant la dessiccation) et les aspects des fruits (brillance, pruine constituée par les cires épicuticulaires).

Les adjuvants contenus dans les biocides ont entre autres pour rôle d'annuler ponctuellement cette protection afin de permettre la pénétration de principes actifs, en utilisant par exemple du Gasoil ou des détergents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Romaric Forêt, Dico de Bio, De Boeck Superieur, , p. 329
  2. Raven, Evert et Eichhorn 2007, p. 348
  3. Nultsch 1998, p. 165
  4. Raven, Evert et Eichhorn 2007, p. 25
  5. La composition précise des cires intracuticulaires est encore incertaine en raison de la difficulté rencontrée pour les isoler indépendamment des cires épicuticulaires.
  6. Jetter, Schäffer et Riederer 2000
  7. Pierre Peycru, Didier Grandperrin et Christiane Perrier, Biologie BCPST 1re année tout-en-un, Dunod, , p. 173
  8. Raven, Evert et Eichhorn 2007, p. 5, 668-669
  9. D. Robert, Jean Claude Roland, Biologie végétale : caractéristiques et stratégie évolutive des plantes, Doin, , p. 91
  10. Raven, Evert et Eichhorn 2007, p. 534
  11. (en) Gerhard Kerstiens, « Cuticular water permeability and its physiological significance », Journal of Experimental Botany, vol. 47, no 12,‎ , p. 1813–1832 (DOI 10.1093/jxb/47.12.1813)
  12. (en) Markus Riederer, Caroline Muller, Biology of the Plant Cuticle, John Wiley & Sons, (lire en ligne), p. 2-6
  13. (en) James A. Sweigard, Forrest G. Chumley et Barbara Valent, « Cloning and analysis of CUT1, a cutinase gene from Magnaporthe grisea », Molecular and General Genetics, vol. 232, no 2,‎ , p. 174-182 (DOI 10.1007/BF00279994).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) R. Jetter, S. Schäffer et M. Riederer, « Leaf cuticular waxes are arranged in chemically and mechanically distinct layers: evidence from Prunus laurocerasus L. », Plant, Cell and Environment, vol. 23,‎ , p. 619-628
  • Wilhelm Nultsch (trad. Roger Miesch et Yves Sell), Botanique générale [« Allgemeine botanik »], Bruxelles, De Boeck Université, , 10e éd., 602 p. (ISBN 2-7445-0022-4)
  • Peter H. Raven, Ray F. Evert et Susan E. Eichhorn (trad. Jules Bouharmont), Biologie végétale, Bruxelles, De Boeck Université, , 7e éd., 733 p. (ISBN 978-2-7445-0102-9 et 2-7445-0102-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]