Curt Netto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Curt Adolph Netto
Naissance
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg Freiberg, Saxe, Confédération germanique
Décès
Flag of the German Empire.svg Francfort, Empire allemand
Nationalité Allemande
Profession
Métallurgiste, conseiller étranger au Japon
Plaque située au lieu de naissance de Curt Netto.

Curt Adolph Netto (21 août 1847 – 7 février 1909) est un métallurgiste allemand qui fut conseiller étranger au Japon pendant l'ère Meiji[1]. C'est un précurseur de l'utilisation industrielle de l'aluminium.

Biographie[modifier | modifier le code]

Netto voit le jour à Freiberg en Saxe, où son père, Gustav Adolph Netto est fonctionnaire dans l'exploitation minière. Quand il était enfant, lui et sa famille déménagèrent à Schneeberg mais revinrent à Freiberg en 1860. Il étudia à l'école des mines de Freiberg de 1864 à 1869, puis se porta volontaire pour l'armée et fut incorporé dans les troupes de montagnes. Il participa à la guerre franco-prussienne de 1870-71, et fut décoré de la Croix de fer (2e classe). Après la guerre, en 1871, il trouva un poste de chimiste dans l'atelier d'Ernst August Geitner où il travailla l'émail.

En 1873, il fut recruté par le gouvernement de Meiji en qualité de conseiller étranger. Il fut chargé de la modernisation de la mine de Kosaka dans le nord de l'île de Honshu où l'on exploitait du plomb, du cuivre et du zinc. Il fut l'un des cofondateurs de la Société Allemande d'Histoire Naturelle et d'Ethnologie Asiatique (Deutsche Gesellschaft für Natur- und Völkerkunde Ostasiens)[1].

Les mines où ils travaillaient furent privatisées en 1877, et Netto s'installa à Tokyo où il enseigna la métallurgie à l'université impériale de Tokyo à partir de 1878. Il prit une année sabbatique en 1882-1883 pour voyager en Europe, au Mexique et aux États-Unis[2]. En juin 1885, l'empereur Meiji lui décerna l'ordre du Soleil Levant[3]. Le contrat de Netto à l'université de Tokyo expira en 1885, il rentra donc en Allemagne en 1886. Cependant, peu après son retour, il fut forcé de vendre sa grande collection d'estampes japonaises car il perdit toutes ses économies lors de la faillite de sa banque[1].

Après avoir brièvement travaillé à Paris, Netto trouva un emploi dans l'entreprise Krupp où il resta de 1887 à 1889, et où surtout il mit au point un nouveau procédé pour produire de l'aluminium par réduction du sodium contenu dans la cryolite. Ce procédé révolutionnaire qu'il breveta permettait de réduire drastiquement les coûts de production de l'aluminium, qui était à l'époque plus recherché que l'or en raison de sa rareté et de la difficulté à le produire. Cependant, le procédé de Netto fut rapidement dépassé par la méthode de fusion d'électrolyses[4]. En 1889, sur les recommandations de l'éminent chimiste Clemens Winkler, Netto accepta le poste de directeur du département technique de Metallgesellschaft à Francfort[1],[5].

Netto se maria en 1899 et eut trois enfants. Il se retira de la vie active en 1902 pour raisons de santé et résida au spa de Bad Nauheim dans l'Hesse à partir de 1906. Il mourut le 7 février 1909 à l'âge de 61 ans[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Netto publia deux ouvrages sur son expérience au Japon :

  • Papierschmetterlinge aus Japan (Papillons en papier du Japon) 1888.
  • Japanischer Humor, 1901

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Robert B. Heimann, Rainer Slotta, Curt Adolph Netto. Ein Kosmopolit aus Freiberg/Sachsen (1847–1909), Bochum, Dt. Bergbau-Museum, (ISBN 978-3-921533-70-3, OCLC 159809159)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) Wolfgang Michel, « Curt Adolf Netto (1847–1909). Ein Deutscher im Japan der Meiji-Ära. », Jahresbericht der Japanisch-Deutschen Gesellschaft Westjapan, Fukuoka, Kyushu University Institutional Repository, no 8,‎ , p. 13–21 (lire en ligne [PDF])
  2. (en) « Curt Adolph Netto [(21.08.1847 - 07.02.1909) 3. Generation] », www.freundeskreis-stadtarchiv.net
  3. (en) « Curt Netto », CIM bulletin, Canadian Institute of Mining and Metallurgy, no 95,‎ (lire en ligne)
  4. (en) C. Netto, « Die Herstellung von Aluminium », Zeitschrift für Angewandte Chemie, vol. 2, no 16,‎ , p. 448–451 (ISSN 0044-8249, DOI 10.1002/ange.18890021603)
  5. Walther Däbritz, Fünfzig Jahre Metallgesellschaft, 1881-1931: Denkschrift, (lire en ligne), p. 72–84