Cursus master en ingénierie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CMI.
Cursus master en ingénierie
Zone concernée France
Établissements concernés Universités
Entrée dans la formation
Accès Candidature via Admission Post Bac, sélection sur dossier et entretien
Niveau d'entrée requis Baccalauréat
Fin de la formation
Nombre d'années 5 ans
Niveau d'études de sortie (nomenclature circulaire 1967) Bac+5, Titre RNCP niveau I
Grade de sortie Master
Système
Indicateurs

Le cursus master en ingénierie (CMI) est une formation d’une durée de cinq ans, proposée par une vingtaine d'universités françaises coordonnées par le réseau Figure[1] (Formation à l’ingénierie par des universités de recherche).

Les étudiants suivent un parcours universitaire scientifique de cinq ans (licence puis master) auquel sont ajoutés des cours de communication, connaissances du monde en entreprise, des projets et stages, permettant finalement d'obtenir, en plus du master classique, un label CMI. Il ne s’agit toutefois pas d’un diplôme d’ingénieur.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette formation reprend en partie le référentiel établi par l’Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur dans son rapport de fin 2010 sur les masters d’ingénierie[2]. Rédigé par Robert Chabbal, ce rapport propose un système de formation universitaire proche du modèle international qui délivre les diplômes de bachelor et master of engineering.

Cette nouvelle filière de formation universitaire aux fonctions d’ingénieur, le cursus master en ingénierie, est labellisée Investissements d'avenir[3].

À la rentrée 2012, 26 formations sont ouvertes par 11 universités[4]. Depuis la rentrée 2015, le réseau compte plus de 70 formations, portées par une vingtaine d’universités[5].

Formations[modifier | modifier le code]

Le cursus master en ingénierie se décline en plusieurs offres de formation[6] qui sont :

  • Aéronautique
  • Agrosciences
  • Biotechnologies
  • Biologie Santé Environnement[7]
  • Chimie
  • Économie-Finances
  • Électrique, Énergie électrique automatique
  • Environnement
  • Géographie-Aménagement
  • Génie Civil
  • Géosciences
  • Informatique
  • Mathématiques
  • Mécanique
  • Physique
  • Sciences des Matériaux
  • STAPS[8]
  • Tourisme et Patrimoine

Contenu de la formation[modifier | modifier le code]

Les étudiants de ce cursus suivent l’intégralité des cours de la licence et du master associés à leur formation. Des enseignements dits d’« ouverture sociétale, économique et culturelle » viennent s’y ajouter et permettent d’acquérir des compétences notamment en communication, gestion de projet, connaissance de l’entreprise, management et culture générale[9].

Chaque année, des projets annuels ou semestriels sont réalisés. Ces projets peuvent bénéficier du soutien des laboratoires de recherche[10].

Tous les étudiants effectuent au total 39 semaines de stage au cours de la formation. Ceux-ci peuvent être réalisés dans des entreprises ou des organismes de recherche[11].

Admission[modifier | modifier le code]

L'admission se réalise en classe de terminale via Admission Post-Bac (APB) sur dossier (relevés de notes du lycée) et entretien de motivation, et requiert un baccalauréat général : S, L, ES selon le cursus.

La diversité des CMI permet d'accueillir des étudiants provenant de toutes les filières selon les parcours, et des passerelles existent pour intégrer le CMI après étude du dossier depuis le 2e semestre de licence, ou encore la 2e et la 3e année de licence, ainsi que depuis un diplôme universitaire de technologie ou une classe préparatoire aux grandes écoles.

Poursuite[modifier | modifier le code]

Afin de poursuivre ce parcours, les étudiants doivent remplir les conditions suivantes :

  • Valider leur semestre classique.
  • Valider les unités d'enseignements spécifiques au CMI.
  • Avoir dans chaque unité d'enseignement des notes supérieures aux paliers habituels
  • Avoir dans des groupes d'unités d'enseignements des notes supérieures à un palier plus élevé.
  • Obtenir les qualifications et concours supplémentaires demandé (C2IMI, TOEIC et/ou CLES...).
  • Avoir effectué un séjour en dehors de France, durant un stage ou un semestre[12].

Controverses[modifier | modifier le code]

Cette section semble contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (janvier 2017). Vous pouvez aider en ajoutant des références.

Le C.M.I. étant un cursus très récent, il souffre de plusieurs défauts relatifs à sa notoriété incertaine quant à savoir s'il sera reconnu par rapport à un cursus master classique dans les années futures.

Il peut aussi créer une confusion pour les étudiants et les entreprises entre : d'une part un master C.M.I. universitaire très exigeant et peu encadré, et d'autre part un diplôme délivré par une école d'ingénieur, plus exigeante à la sélection, mais maternant leurs élèves.

Il est source de débats et de critiques, par rapport à sa position entre le diplôme d'ingénieur et le master universitaire.

Il est également peu aisé de se renseigner pleinement sur le C.M.I. avant de l'intégrer, les conseillers d'orientation n'étant pas toujours au courant de son existence; de plus la formation étant jeune elle évolue souvent.

Les CMI n'attirent pas pour autant un grand nombre d'étudiants, et ceux qui rentrent après le bac changent parfois d'orientation après la licence[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Figure », sur réseau-figure.fr (consulté le 16 juillet 2017)
  2. http://www.aeres-evaluation.fr/News/News/STUDY-University-training-programmes-for-engineers
  3. Sophie Blitman, « Idefi : les sciences et l’ingénierie en bonne place parmi les lauréats », sur www.letudiant.fr/educpros,
  4. Frédéric Dessort, « Masters en ingénierie et diplômes d'ingénieurs : une équation insoluble ? », sur www.letudiant.fr/educpros,
  5. « L'offre de formation », sur reseau-figure.fr/ (consulté le 18 avril 2017)
  6. « L’offre de formation – Cursus Master en Ingénierie », sur reseau-figure.fr (consulté le 20 avril 2017)
  7. « Cursus Master en Ingénierie – Biologie Santé Environnement », sur cmi-bse.formation.univ-lorraine.fr (consulté le 24 avril 2017)
  8. « Parcours CMI - Faculté des sports », sur site universitaire de Marselles
  9. « Les 4 composantes – Cursus Master en Ingénierie », sur reseau-figure.fr (consulté le 16 juillet 2017)
  10. « Cursus master en ingénierie : témoignages », sur www.onisep.fr,
  11. « Les stages et projets – Cursus Master en Ingénierie », sur reseau-figure.fr (consulté le 16 juillet 2017)
  12. « La mobilité internationale », sur reseau-figure.fr (consulté le 18 avril 2017)
  13. Aurore Abdoul-Maninroudine, « Master en ingénierie : les universités les adorent, les étudiants les ignorent », sur www.letudiant.fr/educpros, 21 ocotbre 2016 (consulté le 16 juillet 2017)