Curion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaius Scribonius Curio.

Curion, Gaius Scribonius Curio en latin, (v. 90 - 49 av. J.-C.) est un personnage politique de la fin de la République romaine. Il était le fils du consul Gaius Scribonius Curio.

Tribun de la plèbe en 50 av. J.-C., il rallie le camp de Jules César lorsque celui-ci honore toutes ses dettes[1]. Lors de son tribunat Curion proposa une législation sur la réparation des routes, une lex alimentaria[2] ainsi qu'un projet d'annexion du royaume de Juba Ier. Au début de l'année 49, Curion et Marc Antoine défendent vigoureusement devant le sénat romain les propositions que César soumet à Pompée, au point que le consul Lentulus les chasse du sénat[3].

Après l'arrivée de Jules César et de ses légions à Rome, Curion le seconde dans la prise de contrôle de l'Italie. César lui attribue le titre de propréteur et le commandement de 4 légions afin qu'il s'empare de la Sicile et y chasse Caton.

En août 49 av. J.-C., César envoie Curion prendre l'Afrique aux Républicains. Trop confiant et tenant le gouverneur d'Afrique, Publius Attius Varus en piètre estime, Curion ne prend avec lui que deux des quatre légions qu'on lui avait confié pour cette campagne.

Lors de la bataille de Bagradas (le 20 août 49 av. J.-C.) Curion mena son armée dans une attaque audacieuse et difficile, déroutant rapidement l'armée de Varus qui fut blessé. Encouragé par ce succès, Curion attaqua ce qu'il croyait n'être qu'un détachement de cavaliers numides de l'armée de Juba Ier, alliés aux pompéiens. En réalité, le gros des forces de Juba était là et, après un succès initial, les soldats de Curion furent encerclés et annihilés par Saburra, chef de l'armée de Juba. Curion, acculé avec les restes de sa troupe sur une colline, fut tué dans la bataille. Seuls quelques hommes réussirent à s'échapper sur leurs bateaux, et le roi Juba fit prisonniers plusieurs sénateurs ; faute de rançon, ils finirent exécutés en Numidie

Pline l'Ancien[4] lui attribue l'invention de l'amphithéâtre : Curion avait construit selon lui deux théâtre de bois que l'on faisait pivoter pour ne former qu'un seul anneau avec une piste circulaire.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Vie de César, 32
  2. Cicéron, Fam. VIII, 6, 5
  3. Plutarque, Vie de César, 34-35
  4. Histoire Naturelle, XXXVI, 15, 177

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yann Le Bohec, « L'expédition de Curion en Afrique: étude d'histoire militaire », dans M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara éd., L’Africa romana. Ai confini dell’Impero: contatti, scambi conflitti. Atti del XV convegno di studio. Tozeur, 11-15 dicembre 2002, Rome, Carocci editore, 2004, III, p. 1603-1615 Lire en ligne