Culture du Turkménistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un élément culturel image illustrant le Turkménistan
Cet article est une ébauche concernant un élément culturel et le Turkménistan.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le mausolée de Turabek Hanym (Kounia-Ourguentch)

La culture du Turkménistan, comme celles des autres républiques d'Asie centrale, s'est enrichie à la fois des apports russes et orientaux. Elle est en outre fortement imprégnée d'une longue tradition nomade.

Peuples et langues[modifier | modifier le code]

Le Turkménistan compte près de 5 millions d'habitants (estim. 2010) qui sont en majorité musulmans (89 %[1]). Ce sont pour la plupart des Turkmènes (85 % en 2003[1]). La langue officielle du pays est le turkmène, une langue turque de la famille des langues altaïques.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial au Turkménistan, dont

    • le site archéologique de Kounia-Ourguentch,
    • le Parc national historique et culturel de l’« Ancienne Merv »,
    • les forteresses parthes de Nisa.

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) a inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 12/01/2016) :

  • 2015 : Le chant épique Görogly[2]

Arts et lettres[modifier | modifier le code]

Musique turkmène[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique turkmène.

Littérature[modifier | modifier le code]

Peu d'écrivains turkmènes se sont fait connaître en dehors de leurs frontières. L'un des écrivains contemporains les plus connus est Nurmyrat Saryhanov (1906-1944), originaire de Gökdepe.

Par ailleurs, le Livre de Dede Korkut est une fable épique (ou dâstân, du farsi داستان  : histoire) fort renommée qui a été composée vers le VIIIe siècle. Des versions en turc et en turkmène nous sont parvenues. Le prix littéraire de l'année 2000 a été attribué à cet œuvre par l'UNESCO, à l'occasion du 1300e anniversaire de cette composition.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rafis Abazov, Culture and Customs of the Central Asian Republics, Greenwood Press, 2006, 324 p. (ISBN 978-0313336560)
  • (en) Carole Blackwell, Tradition and society in Turkmenistan: gender, oral culture and song, Routledge, Londres, 2001, 203 p. (ISBN 9780700713547)
  • Philippe-Schmerka Blacher, Parlons turkmène : langue et culture, L'Harmattan, Paris, 2002, 232 p. (ISBN 9782747526838)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Karakoum, la civilisation des oasis, film réalisé par Marc Jampolsky, CNRS Diffusion, Meudon ; Arte (diff.), 2004, 52' (VHS)
  • Les secrets du Karakoum, film de M. Jampolsky, Gedeon Programes, Saint Ouen, 2004, 52' (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]