Culture de Taïwan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture taïwanaise est un mélange hybride de cultures Confucianiste Han Chinois, japonaise, européenne, américaine, globale locale et aborigènes taïwanais, qui sont souvent perçues dans un sens traditionnel et moderne (Harrell/Huang, 1994, pp 1–5). L'expérience sociopolitique commune à Taïwan peu à peu a développé un sens d'identité culturelle taïwanaise et une sensation de conscience culturelle taïwanaise, qui a été largement été débattu à Taïwan (Yip 2004:230-248; Makeham 2005:2-8; Chang 2005:224). Reflétant la controverse continuelle entourant le statut politique de Taïwan, la politique continue à jouer un rôle dans la conception et le développement d'une identité culturelle taïwanaise, surtout dans le cadre dominant préalable d'un dualisme taïwanais et Chinois. Ces dernières années, le concept de multiculturalisme Taïwanais a été proposé comme une vue alternative relativement apolitique, qui tient compte de l'inclusion de continentaux et d'autres groupes de minorité dans la redéfinition continuelle de la culture taïwanaise comme modèle de pensée et de comportement partagé par le peuple de Taïwan (Hsiau, 2005, pp 125–129); (Winckler 1994:23-41).

Langue(s)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Langues à Taïwan.

Traditions[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Article principal : Religion à Taïwan.

La principale forme de croyance religieuse à Taïwan est un mélange de Bouddhisme, Taoïsme et de Religion traditionnelle chinoise, incluant le Culte des ancêtres[1]. Néanmoins on trouve également des adeptes de chacune de ces religions[2].

Les églises chrétiennes ont été actives à Taïwan depuis de nombreuses années, dont une majorité de Protestants (2,6 % de la population se considère comme protestant[2]). L'église presbytérienne de Taïwan en particulier a été très active pour la promotion des droits de l'homme et de l'usage de la langue taïwanaise écrite et parlée (notamment en créant le Pe̍h-ōe-jī, une transcription latine du taïwanaise) pendant l'occupation japonaise mais également pendant la période de la loi martiale de la République de Chine durant laquelle seul l'usage du mandarin était légalement autorisée. L'église presbytérienne est de ce fait souvent associée à la campagne de Taïwanisation du pays et la Coalition pan-verte.

Plusieurs organisations religieuses taïwanaise ont étendu leurs opérations au-delà des frontières de leur pays d'origine. Les Buddha's Light International Association, Tzu Chi et Fo Guang Shan par exemple sont présentes dans le monde entier.

Selon le CIA World Factbook, 93 % des Taïwanais se déclarent bouddhistes ou taoïstes, 4,5 % chrétiens et 2,5 % d'autres religions[3].

Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

Croyances[modifier | modifier le code]

Mythologie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Naissance[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Étiquette[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Cuisine(s)[modifier | modifier le code]

Ló͘-bah-pn̄g, porc mijoté sur un bol de riz.
Article détaillé : Cuisine de Taïwan.

La cuisine de Taïwan reflète l'histoire de l’île. Elle se compose de plats représentatifs de l'ethnie Hoklo (en), de plats aborigènes et hakka, et de dérivés locaux de la cuisine traditionnelle chinoise tels que la soupe de nouilles au bœuf. La cuisine taïwanaise proprement dite est souvent associée à des influences de la Chine centrale et du sud, et tout particulièrement de la province du Fujian. Néanmoins l'influence d'autres régions de la Chine peut se faire sentir également en raison de l'immigration de nombreux Chinois vers Taïwan à la fin de la Guerre civile chinoise. L'influence japonaise, à la suite de la période d'occupation de l'île par ce pays, demeure notable. Toutes ces influences ont néanmoins permis à Taïwan de développer une cuisine au style bien distinct.

La cuisine taïwanaise a commencé à pénétrer en Occident : le Thé aux perles (aussi appelé thé aux bulles - bubble tea) est une boisson à base de thé, populaire et disponible dans de nombreuses parties du monde.

Boisson(s)[modifier | modifier le code]

Thé au lait aux perles
Article détaillé : Cuisine de Taïwan.

Santé[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Sports, arts martiaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Taïwan.
8e étape du Tour de Taïwan 2008, dans les rues de Taipei.

Artisanats[modifier | modifier le code]

Textiles, cuir, papier[modifier | modifier le code]

Bois, métaux[modifier | modifier le code]

Poterie, céramique, faïence[modifier | modifier le code]

Verrerie d'art[modifier | modifier le code]

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article principal : Littérature de Taïwan.

Littérature contemporaine[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Article principal : Médias à Taïwan.

Avant la libéralisation du pays dans les années 80, Taïwan était sous le coup d'une loi martiale avec une stricte limitation de la liberté de la presse.

Aujourd'hui, la liberté de la presse est garantie par la constitution de la République de Chine. Selon le rapport de Reporters sans frontières, Taïwan se situe en 2008 à la 36e place des pays sur la liberté de la presse, ex-æquo avec les États-Unis.

Les téléphones portables sont très populaires à Taïwan, avec un taux de pénétration autour de 100 %. En raison de leur forte utilisation les téléphones à Taïwan ont de nombreuses fonctions et deviennent bon marché.

Presse[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Les cybercafés qui vendent souvent de la nourriture sont très populaires auprès des adolescents qui y passent beaucoup de leur temps libre, ce qui inquiète de nombreux parents et enseignants.

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Les artistes de musique pop les plus populaires sont Wang Lee-hom, Jay Chou, Show Luo, Jolin Tsai et David Tao. Certains ont acquis une notoriété internationale et effectué des tournées au Japon, en Malaisie ou à Singapour.

Danse(s)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigidation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le réalisateur, producteur et scénariste Ang Lee est sans doute la figure la plus connue du cinéma taïwanais en raison des films qu'il a produit en occident et de son Oscar du cinéma.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Les patrimoines naturel[5] et culturel[6] de Taïwan sont deux attraits importants du tourisme à Taïwan.

Le Centre Cultuel de Taïwan à Paris (CCTP)[7] et l'Ambassade de France à Taïwan[8] participent au rayonnement culturel de Taïwan.

Le site gouvernemental Digital Museum of Taiwan Indigenous Peoples[4] est une introduction aux pratiques culturelles des cultures tribales.

Héritage culturel de Taïwan[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Musée national du Palais.

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) n'a rien inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial à Taïwan. Taïwan ne participe pas à l'UNESCO. Le Bureau du Patrimoine Culturel (du Ministère de la Culture) estime en 2012[9] que pourraient être inscrits environ dix-huit sites naturels ou culturels[10].

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) n'a rien inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 12/01/2016). Taïwan ne participe pas à l'UNESCO. Le Bureau du Patrimoine Culturel (du Ministère de la Culture) estime en 2012[9] que pourraient être inscrits environ dix réalités, dont, au moins :

Registre international Mémoire du monde[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) n'a rien inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016). Taïwan ne participe pas à l'UNESCO.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chang, Maukuei (2005). "The Movement to Indigenize the Social Sciences in Taiwan: Origin and Predicaments" in John Makeham and A-Chin Hsiau's (Eds.) "Bentuhua" Cultural, Ethnic, and Political Nationalism in Contemporary Taiwan. NY: Palgrave Macmillan
  • Gary Marvin Davison et Barbara E. Reed, Culture and Customs of Taiwan, Greenwood Press, 1998, 280 p. (ISBN 978-0313302985)
  • Harrell & Huang, Steven and Chun-chieh (Eds.) (1994). "Introduction" in Cultural Change in Postwar Taiwan. Boulder, Co: Westview Press
  • Hsiau, A-Chin (2005). in John Makeham and A-Chin Hsiau's (Eds.) "Bentuhua" Cultural, Ethnic, and Political Nationalism in Contemporary Taiwan. NY: Palgrave Macmillan
  • Makeham, John (2005). "Indigenization Discourse in Taiwanese Confucian Revivalism" in John Makeham and A-Chin Hsiau's (Eds.) "Bentuhua" Cultural, Ethnic, and Political Nationalism in Contemporary Taiwan. NY: Palgrave Macmillan
  • Winckler, Edwin (1994). "Cultural Policy in Postwar Taiwan" in Stevan Harrell and *Huang Chun-chieh (Eds.), Cultural Change in Postwar Taiwan. Boulder, CO
  • Yip, June (2004). Envisioning Taiwan: Fiction, Cinema and the Nation in the Contemporary Imaginary. Durham and London: Duke University Press

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]