Culture contemporaine dans la Région autonome du Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article présente sommairement divers aspects de la culture de la Région autonome du Tibet fondée en 1965.

Culture traditionnelle et culture contemporaine[modifier | modifier le code]

Le paysage culturel actuel[modifier | modifier le code]

Selon le tibétologue américain Elliot Sperling, il y a opposition entre d'une part le paysage culturel actuel, en pleine évolution, dont les acteurs appartiennent à la sphère laïque, temporelle, et usent de formes modernes d'expression, et d'autre part une culture traditionnelle, liée à la vie religieuse et monastique, figée dans le temps :

« Bien trop souvent, les gens en dehors du Tibet assimilent la culture tibétaine en gros à la vie ecclésiastique et monastique ou à ce qu'on pourrait appeler la culture traditionnelle. Au Tibet aujourd'hui, cela n'est plus défendable. C'est pourtant cette position pétrifiée qui semble se cacher derrière nombre d'appels à la préservation de la culture tibétaine comme objectif à la fois du gouvernement du dalaï-lama et d'initiatives diplomatiques étrangères. La culture tibétaine, comme n'importe quelle autre, est dynamique. Appeler à la préserver évoque automatiquement la nécessité de la définir, ce qui à son tour fait penser à une pièce montée et empaillée bonne pour le musée. La culture tibétaine n'a pas besoin d'être figée dans le temps, mais la vie culturelle tibétaine a besoin d'être protégée de mesures qui brident l'expression littéraire et artistique. Au Tibet aujourd'hui, écrivains et artistes dans le siècle, exploitant les formes modernes d'expression, font partie intégrante du paysage culturel tibétain[1] ».

L'accusation de « génocide culturel »[modifier | modifier le code]

Selon le 14e Dalaï Lama, la culture tibétaine risque de disparaître du fait d'une implantation massive de Chinois hans au Tibet[2]. En 2007, il affirme que la culture tibétaine pourrait s'éteindre dans les 15 ans si les négociations sino-tibétaine n'aboutissent pas[3]. Lors des troubles au Tibet en mars 2008, il accuse la Chine de pratiquer un génocide culturel au Tibet[4]. En 2011, à propos de l'auto-immolation de Tibétains, il renouvelle ses propos[5],[6]

Selon le journaliste chinois Wen Mu s'exprimant dans Le Quotidien du Peuple, l'idée selon laquelle « la culture et la tradition tibétaines sont en voie d'extermination et de disparition » ne cadre pas avec la réalité. Le Tibet compte plus de 46 000 moines, soit un moine par dizaine d'habitants, pourcentage rarement vu. On voit partout des jingfan (bannières canoniques), des manidui (tas de pierres érigés au sommet d'une montagne, au croisement de routes, etc., et utilisés comme autel). La plupart des familles tibétaines croyantes ont une chapelle ou une niche abritant la statue du Bouddha. La vie religieuse est riche et variée : prosternation à terre en signe d'hommage et d'adoration au Bouddha, brûlage d'encens très tôt le matin, pèlerinage dans les temples, circumambulation des lieux de culte en tenant à la main un moulin de prière et en récitant le canon bouddhique, etc.[7].

En 2008, le tibétologue américain Robert Barnett, directeur du « programme des études tibétaines modernes » à l'université Columbia, a déclaré qu'il fallait en finir avec l'idée que les Chinois sont mal intentionnés ou qu'ils essaient de faire disparaître le Tibet[8]. Il explique ses doutes dans un compte rendu d'ouvrage qu'il écrit pour la revue New York Review of Books : « Si la culture tibétaine à l'intérieur du Tibet est en train d'être prestement annihilée, comment se fait-il que tant de Tibétains de l'intérieur paraissent malgré tout avoir une vie culturelle plus dynamique – à preuve la centaine de revues littéraires en tibétain – que celle de leurs homologues exilés [9]? »

Serge Koenig, vice-consul de France à Chengdu (Sichuan), partant d'une comparaison avec la situation française, s'affirme « beaucoup moins beaucoup moins pessimiste sur le maintien de l’énorme héritage culturel tibétain, qui tient à cœur à beaucoup de monde »[10].

Selon les tibétologues Amy Heller et Anne-Marie Blondeau, il faut distinguer entre la politique culturelle officielle, son application et la façon dont elle est perçue au quotidien sur le terrain. Lors de la Révolution culturelle, partout en Chine les valeurs culturelles ont été détruites, mais au Tibet ces destructions ont été particulièrement importantes. Or la culture au Tibet était essentiellement liée à la religion, principalement bouddhique, et aux structures sociales. Ainsi de nombreuses manifestations culturelles ont disparu ou ont été dénaturées. Par ailleurs le gouvernement chinois a comme objectif la « laïcisation des Tibétains, ce qui est complètement antinomique avec la culture tibétaine traditionnelle ». C'est pourquoi si les fêtes populaires sont autorisées, c'est « pour en faire de simples manifestations folkloriques[11] ».

Robert Barnett indique que le gouvernement chinois a décidé que le problème de l'opposition politique au Tibet est un problème culturel pronfondément enraciné. Chen Kuiyuan a déclaré en 1995 que le séparatisme est fondé sur la religion tibétaine, elle-même fondée sur la culture tibétaine. Ainsi cette théorie permet des attaques contre la religion et la culture tibétaine même quand elles ne sont pas liées à une contestation politique[12].

La Révolution culturelle et ses conséquences (1966-1976)[modifier | modifier le code]

En 1966 Mao Zedong engage dans l'ensemble de la Chine la révolution culturelle. L'objectif est de « créer le neuf en abattant le vieux ». Toute pratique religieuse est interdite non seulement au Tibet mais dans le reste de la Chine[13].

Les maoïstes imposent aux Tibétains de gommer leurs différences. Ils doivent couper leur cheveux, abandonner leurs vêtements colorés pour revêtir l'austère uniforme maoïste, effacer les couleurs de leurs maisons. Plus de 6 000 monastères, lieux de culte et ermitages sont détruits[14]. Des sculptures de Bouddha sont envoyées en Chine pour être fondues[15],[16],[17].

Selon l'historien exilé Tsering Shakya, les Gardes rouges « sentaient que le Tibet et les Tibétains devaient être « révolutionnarisés », et se voyaient eux-mêmes comme des Révolutionnaires avancés venus à l'aide d'élèves attardés dans une région sous-développée » et eurent un effet dévastateur sur la culture tibétaine[18]. Pour le sociologue et spécialiste du bouddhisme tibétain Frédéric Lenoir, avec la destruction des monastères (il en restait une dizaine à la fin de la Révolution culturelle), les maoïstes détruisent la culture tibétaine, dont les monastères étaient les centres et où l'enseignement était donné.

Selon l'écrivain chinois Wang Lixiong, les autorités au Tibet ont souvent essayé de refréner les actions radicales, ainsi l'armée populaire de libération a systématiquement soutenu les factions les plus conservatrices contre les « rebelles ». Les temples et les monastères ont survécu le mieux dans les zones et villes non périphériques où les autorités étaient encore en mesure de faire plus ou moins régner l'ordre. Par contre, le monastère de Ganden, à quelque 60 km de Lhassa, l'un des principaux centres de l'école gelugpa du bouddhisme tibétain, fut réduit à l'état de ruine[19]. Dans sa réponse à Wang Lixong, l'historien tibétain Tsering Shakya fait remarquer qu'il rejette la faute sur la victime, alors que ce mouvement de masse n'épargna personne au Tibet comme en Chine[20].

Selon la revue Revolutionary Worker, journal du Parti communiste révolutionnaire américain (maoïste)[21], les forteresses féodales qu'étaient les milliers de monastères furent vidées et démantelées lors d'un gigantesque mouvement de masse. Ce démantèlement, d'après tous les récits disponibles, fut l'œuvre quasi-exclusive des serfs tibétains eux-mêmes, conduits par des militants révolutionnaires. Les objets de culte, à l'exception de pièces de grande valeur historique, furent détruits en public pour briser les superstitions séculaires. Les matériaux de construction furent redistribués aux gens pour construire maisons et routes, et les forces armées révolutionnaires dynamitèrent souvent les vestiges. Tel fut le verdict de la révolution culturelle sur les monastères et leur nature de classe : plus jamais ils ne vivraient des souffrances des masses. De ce point de vue, ce démantèlement fut non pas une « destruction insensée », un « génocide culturel » mais un acte politique conscient de libération du peuple.

Allégations d'« apartheid » et de « discrimination »[modifier | modifier le code]

En 2002, l'association Tibet Society du Royaume-Uni appela le gouvernement britannique à « condamner le régime d'apartheid au Tibet qui traite les Tibétains comme une minorité sur leur propre terre et pratique une discrimination à leur égard dans l'usage de leur langue, dans l'éducation, dans la pratique de leur religion et dans les possibilités d'emploi[22] ».

Le système d'enseignement[modifier | modifier le code]

Trois modes d'enseignement collectif coexistaient dans l'ancien Tibet : l'enseignement religieux bouddhiste assuré dans les monastères, l'enseignement officiel organisé par le gouvernement tibétain et enfin l'enseignement privé[23],[24].

La Chine commença à instaurer un système éducatif laïque au début des années 1950[25]. Selon le sociologue chinois Rong Ma, le nouveau système, mis en place entre 1959 et 1966, fut toutefois interrompu pendant la Révolution culturelle. Ce n'est qu'en 1976 qu'il fut rétabli[26].

L'enseignement public[modifier | modifier le code]

Selon Kalovski Itim, les premières écoles hors monastère furent établies après 1955. En juillet 1957, il y avait 79 écoles élémentaires et 6 000 élèves[27]. Par ailleurs des enfants tibétains furent envoyés en Chine dans les écoles des minorités chinoises pour y recevoir une « éducation marxiste-léniniste » selon Jacques Leclerc[28].

L'enseignement au Tibet est obligatoire. La loi de 1986 instaure le principe d’une scolarité obligatoire de 9 ans.

Selon Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, en 1985 le président du Comité des affaires ethniques de l'Assemblée nationale populaire[29] Ngabo Ngawang Jigme critiquait le département de l'Éducation « qui n'attachait aucune importance à la langue tibétaine ». Il constatait que lors de la révolution culturelle celle-ci avait été « sérieusement sinistrée » et que depuis rien n'avait vraiment changé[30].

La RAT, fondée en 1965, comptait, en 2005, 1 010 écoles où étudiaient 486 000 élèves et étudiants[31].

En 2006, selon des sources gouvernementales, le nombre d'établissements d'enseignement dans la région autonome était le suivant :

  • 890 écoles primaires et 1 568 « centres d'enseignement » avec 329 500 élèves ;
  • 93 collèges avec 127 900 élèves, 13 lycées avec 37 700 élèves et 10 lycées professionnels avec 14 775 élèves ;
  • 6 établissements d'enseignement supérieur avec 23 327 élèves (dont l'Université du Tibet, l'Institut des nationalités, l'Institut d'agronomie et de techniques d'élevage et l'Institut de médecine).

Fin 2006, seuls 49 districts sur les 73 de la région autonome assuraient l'enseignement obligatoire sur 9 années, les autres n'en assurant que 6 années[32].

Selon une étude effectuée par le Comité d'enseignement de la Région autonome en 2007, la langue d'instruction principale était le tibétain dans 95 % des écoles primaires. Par contre, seulement 13 % des collégiens et 5,7 % des lycéens tibétains suivaient une formation dont tous les sujets (à l'exception du chinois) étaient uniquement enseignés en tibétain[33].

Discrimination positive[modifier | modifier le code]

En 1997, Barry Sautman indique que la barre d'admission est placée plus bas que pour les autres étudiants[34].

En 2002 Robert Barnett affirme que selon les statistiques officielles, 97 % de la population est tibétaine dans la région autonome, alors que seul un écolier sur trois est tibétain dans l'éducation secondaire et supérieur, ce qui suggère une inégalité dans l'accès à l'éducation des enfants tibétains[35].

En 2008, Elisabeth Martens affirme que le Tibet bénéficie de la politique institutionalisée de discrimination positive mise en place pour les minorités ethniques en Chine : son application se traduit par « des taxes (droits) universitaires moins élevés et des examens d'entrée moins sévères[36] ».

L'université du Tibet[modifier | modifier le code]

Auditorium de l'Université du Tibet (2007)

L'Université du Tibet (tibétain: Poijong Lobcha Qênmo བོད་ལྗོངས་སློབ་གྲྭ་ཆེན་མོ་; chinois: 西藏大学 ; Xīzàng dàxué ) est la principale université de la région autonome du Tibet en Chine. Ouverte officiellement en 1985, elle a son campus à Lhassa, capitale de la région.

Elle comprend plusieurs départements ou facultés : littérature, philosophie, polytechnique, agronomie, médecine, gestion économique, tourisme et langues étrangères, art, école normale et enseignement continu[37].

Les élèves au Tibet peuvent opter d'inclure l'épreuve de tibétain dans l'examen d'entrée national à l'enseignement supérieur. Contrairement à la situation des provinces voisines, les épreuves non linguistiques s'effectuent uniquement en chinois. Nicolas Tournadre souligne que la composition actuelle de cet examen n'incite pas les élèves à étudier le tibétain[38].

Selon le Quotidien du Peuple en ligne, en 2011 on compte 30 000 étudiants dans les universités au Tibet, soit 14 fois de plus qu'il y a 30 ans. Et 80 % d'entre eux sont tibétains[39].

L'enseignement monastique[modifier | modifier le code]

L'enseignement monastique, qui jusque-là avait continué en parallèle avec les écoles publiques, fut fermé par les gardes rouges (Han aussi bien que tibétains) en 1966 lorsque la révolution culturelle gagna la région autonome du Tibet[40].

Selon une brève non signée publiée par la revue Courrier international, les autorités chinoises effectuaient en 2008 une « chasse aux sorcières » envers « les membres du Parti communiste chinois et les fonctionnaires – cette mesure vise directement les Tibétains – qui persistent à envoyer leurs enfants étudier dans les monastères en Inde : ils seront tous sans exception radiés du Parti et se verront retirer leur charge dans la fonction publique[41] ».

L'évolution du taux d'alphabétisation[modifier | modifier le code]

Les tibétologues Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille ont analysé les taux d'alphabétisation dans la région autonome en 1982 et 1990 d'après les résultats des recensements effectués par les autorités chinoises.

Selon le recensement de 1990, le taux d'alphabétisation est pour les hommes de 80,7 % (urbains) et 38,2 % (ruraux) et pour les femmes de 57,1 % (urbaines) et 11,5 % (rurales). La RAT est la seule région où le taux d'alphabétisation des femmes était en régression entre le recensement de 1982 et celui de 1990. Il est à noter que le différentiel entre les taux d'alphabétisation entre les régions rurales et les régions urbaines était plus important que dans toutes les grandes provinces chinoises[42].

La région autonome était ainsi la région chinoise qui présentait le taux d'alphabétisation le plus faible dans les zones urbaines comme dans les zones agricoles et pour les deux sexes selon le recensement de 1990. Concernant les femmes, le taux d'alphabétisation dépassait ceux du Burkina Faso et du Niger. Pour les hommes, le taux d'alphabétisation dépassait ceux du Burkina, du Niger, de l'Érythrée, du Sénégal et du Yémen[43].

Entre les recensements de 1982 et 1990, le taux d'alphabétisation en RAT avait stagné alors qu'il avait été notablement amélioré dans les autres régions chinoises. Ainsi les résultats du système éducatif au Tibet en 1990 étaient au bas de l'échelle en Chine mais aussi dans le monde[43].

En 1990, le taux d'alphabétisation était de 31 % ; en 1995, 39 % ; en 1997, 46 % ; en 2000, 50 %[44],[45].

Illettrisme[modifier | modifier le code]

Selon des sources officielles chinoises, le taux d’illettrisme au Tibet était estimé à 90 % en 1951[46],[47] en comparaison il était estimé à 80 % en Chine [48].

La proportion de Tibétains de souche de plus de 15 ans dans la région autonome du Tibet décrits comme illettrés ou semi-illettrés dans le recensement de 1990 était de 72,8 % contre une moyenne de 22,8 % dans le reste de la Chine[49].

Dans son ouvrage Education in Tibet : Policy and practice since 1950 (Zed Books (en), 1998) Catriona Bass révela que le taux d'illetrisme au Tibet était l'un des plus élevés au monde, atteignant 70 % dans la population rurale[50].

En 2001, Le Quotidien du Peuple indique un taux « d'illettrés et de semi-illettrés parmi les jeunes et les adultes » de 39 % en 2001[51].

L'économiste Andrew Martin Fischer indique qu'en 2004, selon des études officielles, environ 41 % des résidents permanents adultes urbains sont illettrés. Cette situation est exceptionnelle en Chine[52].

Selon le livre blanc publié par le Bureau d'information du Conseil d'État en juillet 2011 les taux d'inaptitude à lire et à écrire pour les jeunes et les personnes d'âge mûr est tombé de 95 % à 1,2 % lors des six dernières décennies[53],[54].

La langue tibétaine[modifier | modifier le code]

Selon le linguiste Nicolas Tournadre, « En moins de cinquante ans, la langue tibétaine est devenue une langue menacée, condamnée à un déclin irréversible, voire à la disparition en deux générations si la politique linguistique actuelle est maintenue. La responsabilité du gouvernement régional et du gouvernement central est, dans ce domaine, évidente ». Pour Tournadre, le tibétain est considéré comme un patois négligeable. Les responsables tibétains n'ont pas même le droit de signer leur nom en tibétain, et doivent le transcrire en idéogrammes chinois[55].

Actuellement, selon Matthieu Ricard, le tibétain tend à disparaitre, il est « réduit à l'état de seconde langue[56] ». Le linguiste Jacques Leclerc considère lui aussi que la langue tibétaine est en voie de régression constante du fait qu'elle n'est plus valorisée, au contraire, et qu'elle est devenue inutile sur le marché du travail[57] ».

Aux antipodes de ces affirmations, l'avis du philosophe communiste italien Domenico Losurdo : « du fait de la diffusion de l'instruction, la langue tibétaine et aujourd'hui parlée et écrite par un nombre de personnes bien plus élevé que dans le Tibet prérévolutionnaire[58] ». De même, le professeur Sautman affirme qu'aucune des études récentes sur les langues en péril ne donne le tibétain comme une langue en danger. Pour lui, Le maintien de la langue chez les Tibétains tranche avec l'érosion des langues dans les régions marginales des états européens réputés pour leur politique tolérante. Les affirmations selon lesquelles les écoles primaires de la RAT enseignent le putonghua ou mandarin commun sont erronées. En 1996, Le tibétain était la principale langue d'enseignement dans 98 % des écoles primaires et actuellement le putonghua est introduit dans les premières années uniquement dans les écoles urbaines[59].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le tibétain se subdivise en un grand nombre de dialectes[60]. Le pasteur tibétain du Qinghai qui se rend à Lhassa, ne comprendra pas le dialecte qui y est parlé. C'est le dialecte de Lhassa, normalisé et propagé par l'enseignement et les médias, qui sert aujourd'hui de lingua franca[61].

Selon Barry Sautman, cité par Leslie Evans, en 2002, 92 à 94 % des Tibétains de souche parlent toujours le tibétain (ce n’est pas le cas en dehors de la Région autonome, dans certaines zones du Kham et de l’Amdo où la proportion des Tibétains est faible par rapport à l’ensemble de la population)[62].

Le tibéto-chinois[modifier | modifier le code]

D'après Nicolas Tournadre, l'usage de la langue tibétaine écrite a régressé durant la Révolution culturelle où elle était interdite. Elle a pris un nouvel essor dans les années 1980 mais régresse de nouveau depuis le milieu des années 1990 en raison de la prédominance du chinois dans l'éducation. Les jeunes dans les zones urbaines parlent le plus souvent un mélange tibéto-chinois, le « parler mi-chèvre mi-mouton » (ra-ma-lug skad)[55].

Tournadre fait état de l'accroissement, dans les années 1990-2000, du nombre d'emprunts de mots chinois dans la langue parlée dans les villes, en particulier chez les jeunes. Ces emprunts concernent principalement les jours de la semaine, les chiffres, les toponymes, les noms des institutions officielles, la majorité des termes techniques, alors même que des équivalents, anciens ou récents, sont disponibles en tibétain. Ce mélange est désigné sous le nom de « mi-chèvre mi-mouton » (ra-ma-lug skad). À ce phénomène (qui ne concerne pas la syntaxe), s'ajoute l'alternance, dans une même conversation, du tibétain et du chinois, voire dans une même phrase[38].

Dans les campagnes (80 % de la population), cette situation sociolinguistique ne prévaut pas. Toutefois, la faible maîtrise du chinois et du tibéto-chinois s'avère un obstacle dans les rapports avec les administrations publiques[38].

Traduction de textes modernes et création néologique dans les langues de spécialité[modifier | modifier le code]

Une des premières tâches du nouveau gouvernement chinois dans les zones tibétaines fut de traduire en tibétain un grand nombre de textes modernes, en particulier ceux d'ordre politique et technologique. Ce travail monumental, qui couvre plusieurs décennies, a vu la création de nombreux néologismes[63].

En 2005, ont été élaborés les principes du « Règlement sur la traduction des néologismes et l'emploi des mots d'emprunt », permettant d'avaliser, après examen, plus de 3 500 termes en tibétain sur l'économie de marché, l'enseignement primaire et secondaire, etc., ainsi qu'environ 60 000 termes scientifiques et techniques et plus de 8 000 termes informatiques[64].

Le bilinguisme[modifier | modifier le code]

Le décret du 22 mai 2002[modifier | modifier le code]

Faisant suite à un premier décret promulgué en 1987[65], un nouveau décret visant à protéger la langue tibétaine a été adopté le 22 mai 2002 par l'Assemblée populaire de la Région autonome. Il stipule que

  • la langue tibétaine est la langue commune de la région autonome du Tibet (art. 1);
  • le tibétain et le chinois ont une valeur égale dans les administrations de la région autonome (art. 3);
  • les Chinois et les personnes appartenant aux autres minorités vivant en RAT doivent apprendre également le tibétain (art. 8);
  • les personnes bilingues chinois-tibétain sont recrutées en priorité dans les administrations (art. 10).

Commentant ce décret peu de temps après son adoption, le linguiste Nicolas Tournadre y voit « un progrès » mais doute de « l'effectivité de son application » car ce document n'est pas assorti de « mesures concrètes et incitations efficaces ». En outre, le décret n'évoque pas le problème de l'existence des dialectes, la nécessité de la normalisation de la langue parlée et l'obstacle de la diglossie (tibétain littéraire, tibétain parlé)[38].

Des avis divergents[modifier | modifier le code]

Toujours selon Tournadre, « Pour fonctionner dans la société urbaine, il faut en effet maîtriser à la fois le tibétain, le chinois et le parler mixte tibéto-chinois. Les paysans tibétains qui ne possèdent pas ou mal les deux derniers codes sont ainsi marginalisés. Par exemple, dans la fréquentation de toutes les institutions publiques (hôpital, administration, banque, etc.), leur mauvaise compréhension du chinois et ra-ma-lug skad constitue un grave handicap[38] ».

Selon l'auteur anonyme de l'article Le tibétain, une langue menacée, paru sur le site commercial Sciences Humaines.com, « la politique linguistique en vigueur mise uniquement sur le développement du chinois et néglige le tibétain », ainsi « la domination de la République populaire de Chine passe par une politique linguistique qui ne mise pas uniquement sur le développement du chinois, mais qui tend à dévaloriser et à marginaliser l'emploi du tibétain[66] ».

Selon le Département de l’Information et des Relations Internationales de l’Administration centrale tibétaine à Dharamsala, pour nombre d’intellectuels tibétains, l’usage de la langue tibétaine au Tibet est allé régressant, ce qui devint un motif de préoccupation menant certains à protester ouvertement. Ainsi, en 1992, Dungkar Lobsang Trinley, historien et écrivain du Tibet moderne, reconnu comme « trésor national » par la Chine, déclara : « Bien que le tibétain soit décrété première langue en usage dans tous les bureaux du gouvernement et les réunions publiques ainsi que pour la correspondance officielle, c’est le chinois qui sert partout de langue de travail », ajoutant : « De cela (l’usage du tibétain) dépendent tout notre espoir en l’avenir ainsi que dans toutes les autres formes de développement : identité culturelle et protection de notre héritage. Sans des gens instruits dans tous les domaines, et qui soient capables de s’exprimer dans leur propre langue, les Tibétains courent le danger d’être assimilés. Nous avons atteint ce point »[67].

On trouve un avis divergent chez le professeur Sautman, pour qui le bilinguisme est encouragé par des politiques qui exigent que les lois, les avis officiels et les enseignes commerciales soient bilingues, qui donnent la possibilité aux Tibétains de communiquer avec le gouvernement dans leur propre langue et qui créent une presse écrite et audiovisuelle accordant une grande place aux réalités tibétaines. Pour Barry Sautman, les mesures prises au Tibet vont bien au-delà du respect des langues minoritaires exigé par le droit international ou mis en œuvre dans les états européens censés respecter les droits de l'homme[68].

Dans l'enseignement[modifier | modifier le code]

Une mise en pratique partielle[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit obligatoire pour les écoles primaires de la région autonome d'assurer l'enseignement en langue tibétaine, sauf pour les quelques écoles de zones à majorité Han, ce type d'enseignement n'est assuré que dans 102 classes. Dans l'enseignement secondaire, le tibétain ne fait l'objet que de quelques cours[32].

La langue tibétaine est officiellement à égalité avec le mandarin, la langue chinoise de référence. Cependant, pour être employé par l'État, il faut un bon niveau de compréhension de la langue chinoise.

L’enseignement est théoriquement bilingue dans toutes les écoles primaires des campagnes et dans une partie des écoles primaires des villes. Il est également bilingue dans les écoles secondaires des villes et commence à l’être dans les écoles secondaires des campagnes[69].

L’enseignement est exclusivement en chinois à partir du collège ainsi qu'à l'université de Lhassa, la seule du Tibet[70]. À l’université, toutes les matières scientifiques et la majorité des sciences sociales sont enseignées exclusivement en chinois.

Les étudiants ont toutefois la possibilité de faire des études de 3e cycle en tibétain dans une matière classique dans certaines facultés des minorités en dehors de la RAT[71].

Une des raisons souvent invoquées à l'absence d'un 3e cycle d'enseignement en langue tibétaine est le fait que celle-ci est dépourvue du vocabulaire spécialisé nécessaire dans des disciplines comme les mathématiques, la physique, les techniques de l'ingénieur, les sciences naturelles, le droit, etc., situation imputable à l'absence d'un système éducatif laïc et moderne avant les années 1950[72]. Pour régler ce problème, l'État mène une politique active de création néologique et de normalisation dans les langues de spécialité[73].

Le Tibet compte 15 523 enseignants bilingues et 10 927 enseignants du tibétain spécialisés à la date de 2008[69],[74].

L’Institut des nationalités du Tibet (INT) est le premier institut d’enseignement supérieur pour les Tibétains établi par le gouvernement central chinois à l’extérieur du Tibet.

Comparaison avec les écoles des exilés en Inde[modifier | modifier le code]

Dans les communautés tibétaines de l'Inde, ce n'est qu'en 1994 que l'administration exilée devait adopter la langue tibétaine comme langue d'enseignement des écoles primaires, rapporte Barry Sautman, alors même que l'un de ses buts primordiaux est la conservation de la culture tibétaine[75].

Selon Mary Ann Maslak, auteur d'une étude sur le système scolaire dans les écoles des communautés exilées en Inde, si, au niveau du primaire, le tibétain est la langue dans laquelle sont enseignées toutes les matières jusqu'au cours élémentaire inclus, par contre dès le cours moyen, l'enseignement se fait en anglais, conformément aux normes du système éducatif indien, et la langue tibétaine n'est plus qu'une matière à côté des autres[76].

Effet pervers[modifier | modifier le code]

Un effet pervers du bilinguisme partiel pratiqué en Région autonome a été signalé par le Ministère américain des affaires étrangères en 1995 :
« Il y a deux filières dans le système scolaire au Tibet :
- une filière qui utilise le chinois courant,
- une autre filière où l'enseignement se fait en langue tibétaine.
Les élèves ont le choix de la filière qu'ils souhaitent suivre (…). Un effet pervers de cette politique, conçue pour protéger et pérenniser la culture des minorités, est le renforcement d'une société à deux vitesses. (…) Ceux qui sortent d'une école où l'enseignement se fait en d'autres langues que le chinois courant, sont désavantagés pour obtenir un emploi dans la fonction publique ou dans une entreprise, où une bonne maîtrise du chinois parlé est nécessaire. Ces étudiants doivent suivre des cours de rattrapage en langue avant d'aller en faculté[77] ».

Selon Wen Mu, s'exprimant dans Le Quotidien du Peuple, certaines personnalités occidentales adoptent une attitude à double critère :

  • dans le cas où seul le tibétain (et non le chinois) est enseigné dans les écoles primaires et secondaires du Tibet et que les élèves tibétains ont du mal à accéder ensuite à des études scientifiques, techniques et culturelles modernes, ces personnalités crient à la discrimination raciale ;
  • dans le cas contraire, si les deux langues sont enseignées en même temps dans les écoles, ces personnes accusent les responsables d'anéantissement du patrimoine linguistique particulier du Tibet.

Quelle que soit la façon de faire du gouvernement chinois, elle ne répond jamais aux critère de ces personnalités[78].

Dans l'espace public[modifier | modifier le code]

« Notification de police : Interdiction de répandre des pensées ou des objets malsains ». Inscription trilingue (tibétain - chinois - anglais) au-dessus d'un café dans la ville de Nyalam, Tibet, en 1993.

Selon Robert Barnett conformément à la loi linguistique de 1987, tous les panneaux de la région autonome doivent être à la fois en chinois et en tibétain. C'est là le signe distinctif de l'autonomie de la région[79].

Selon le livre blanc de 2008 (La protection et le développement de la culture tibétaine), « les écritures tibétaine et chinoise sont utilisées en double version pour les enseignes des institutions, des entreprises, des mines, des écoles, des gares, des aéroports, des magasins, des hôtels, des restaurants, des salles de cinéma et de théâtre, des sites touristiques et des palais des sports, pour le nom des rues et pour les panneaux de signalisation[80] ».

Nicolas Tournadre indique que ce double affichage n’est pas toujours respecté. À Lhassa les écriteaux en tibétain sont souvent en caractères plus petits que ceux en chinois, les enseignes en tibétain sont souvent mal orthographiées alors que cela est rare pour le chinois[38]. Katia Buffetrille précise que la priorité est donné aux caractères chinois, ceux en tibétains sont « relégués à une place secondaire »[81].

Les médias[modifier | modifier le code]

La télévision[modifier | modifier le code]

Le Tibet culturel dispose de trois chaînes télévisées, une pour chacun des trois dialectes tibétains parlés. Lhassa et la Région autonome du Tibet possèdent une chaîne de télévision en langue tibétaine qui émet 24 heures sur 24 depuis le 1er octobre 2007. À sa création en 1999, elle n'émettait que 11 h par jour[82]. Il existe une deuxième chaîne en langue tibétaine au Qinghai, en dehors de la Région autonome[83]. Enfin, une troisième chaîne de télévision par satellite, destinée aux 2,4 millions de Tibétains parlant le dialecte khampa, a été inaugurée le 28 octobre 2009, à Chengdu, capitale de la province du Sichuan. Elle émet 6 h et demi par jour[84].

Selon Tsering Shakya, en 2008, les Tibétains ont tendance à regarder davantage les émissions télévisées en chinois que celles en tibétain parce que les productions en langue tibétaine sont moins nombreuses et variées et aussi moins libres que la foule de chaînes chinoises disponibles[85],[86].

Selon le linguiste Jacques Leclerc, les télévisions et radios sont « des outils de propagande pour le Parti communiste chinois ». Les journalistes sont obligés d'appliquer « la politique de sinisation » du tibétain. Le dalaï-lama, les activités du gouvernement tibétain en exil, la liberté religieuse et les droits de l'homme sont interdits d'antenne. Enfin depuis 1990, « de nombreux journalistes ont été emprisonnés et torturés[57] ».

Selon l'écrivaine chinoise Tsering Woeser, la mise en place du projet « Tibet-Xinjiang », qualifié de « projet pour le bien-être du peuple », a notamment pour objectif de déployer des émetteurs de forte puissance permettant de créer « un rideau de fer infranchissable par les ondes ». Ainsi ce dispositif ne permet pas aux Tibétains de recevoir des « émissions de radio et de télévision » diffusées par des organisations internationales comme Radio Free Asia et Voice of America[87].

La téléphonie[modifier | modifier le code]

Le téléphone n'est devenu accessible au public qu'à partir de la fin des années 1950[88].

En 1994, la moitié des comtés du Tibet chinois étaient équipés de lignes téléphoniques (28 000 en tout) permettant aux Tibétains d'appeler partout dans le monde[89].

Les téléphones portables au Tibet sont dotés de l'écriture tibétaine.

La presse[modifier | modifier le code]

Carte des entraves à la circulation de l'information sur le réseau, selon l'organisation Reporters sans frontières.
  • très grave
  • grave
  • difficile
  • moyenne
  • situation bonne
  • Les prémices d'une presse écrite moderne en langue tibétaine remontent à 1909, sous la dynastie des Qing, avec Le « Journal vernaculaire du Tibet » (en anglais The Tibet Vernacular Newspaper), quotidien bilingue, en tibétain et en chinois, imprimé par procédé lithographique et tiré à moins de 100 exemplaires[90],[91].

    À partir de 1925, un journal mensuel en langue tibétaine voit le jour – Le Miroir du Tibet (Melong en tibétain) –, feuille ronéotypée publiée non pas au Tibet mais à Kalimpong, dans ce qui est aujourd'hui l'état indien du Bengale-Occidental, par un pasteur tibétain et diffusée auprès de la noblesse tibétaine et des éléments réformistes[92],[93]. Le Miroir du Tibet est sans doute ce journal, rédigé uniquement en langue tibétaine, imprimé aux Indes, et vendu exclusivement au Tibet, que mentionne avoir lu l'autrichien Heinrich Harrer, qui séjourna dans le royaume du dalaï-lama de 1944 à 1951[94].

    Il y eut également, entre 1935 et 1937, un bulletin d'information à la fois en tibétain et en chinois, publié par la Chine nationaliste et contenant des articles sur l'actualité chinoise et internationale, les politiques du gouvernement républicain, les activités religieuses en lien avec le Tibet et la Mongolie[95].

    Ainsi que le signale la revue Revolutionary Worker, il faut attendre le milieu des années 1950 pour que se constitue une presse écrite moderne, imprimée et publiée au Tibet[96]. Auparavant, les Tibétains n'avaient pas de quotidiens, ainsi que le note dans son livre, Seven Years in Tibet, Heinrich Harrer[97].

    Dans les régions tibétaines du Yunnan, ce n’est que dans les années 1980 que des journaux officiels virent le jour[98].

    En 2004, il y avait 10 journaux et 14 revues publiés en tibétain[99]. Selon une étude mise en ligne sur le site de l'université Laval au Québec, les journaux de langue tibétaine représentent un très faible tirage par rapport à la presse sinophone. La majorité des quotidiens sont en chinois, ceux en tibétain sont en général des traductions des tirages chinois[100].

    En 2008, il y avait 57 quotidiens et revues (respectivement 23 et 34) faisant l'objet d'une diffusion. Chacune des 7 villes et préfectures du Tibet avait un journal en tibétain et un journal en chinois. En 2007, la diffusion des journaux était de 55,5 millions d'exemplaires et celle des revues de 2,67 millions d'exemplaires[101].

    L'informatique[modifier | modifier le code]

    Il existe désormais, en tibétain, des plateformes informatiques, des navigateurs Web et des dictionnaires en ligne mandarin-tibétain-anglais[102]. En 2007, une équipe d'informaticiens de l'Université du Tibet a développé la version en tibétain du logiciel Windows Office[103].

    L'Internet[modifier | modifier le code]

    Un nombre croissant de sites en tibétain voient le jour sur l'Internet[104].

    En 2000, il y avait 10 cybercafés à Lhassa, en 2007 il y en avait une centaine. Nombre de jeunes Tibétains sont désormais des adeptes de l'Internet. Des cours d'enseignement professionnel à distance via l'Internet ont été mis sur pied par l'École financière du Tibet en liaison avec l'Université du peuple[105].

    Fin 2010, la région autonome du Tibet comptait un total de 1,2 million d'abonnés à Internet, dont 90 % accédaient au réseau via leur téléphone mobile, et 10 % via les services de haut débit. Grâce au développement des logiciels en langue tibétaine, les habitants peuvent utiliser leur langue pour surfer sur Internet ou utiliser des applications informatiques[103].

    La Chine a mis en place le contrôle du réseau Internet, interdisant aux Chinois l'accès à toutes les critiques de son gouvernement[106]. Les blogs et les sites personnels des artistes tibétains opposants sont interdits et supprimés[107]. Lors de son voyage au Tibet en 2000, l'écrivain anglais Patrick French indique qu'il est possible de contourner cette censure de la « police chinoise d'Internet » grâce à un deuxième serveur et des sites miroirs[108].

    En avril 2009, Reporters sans Frontières se dit préoccupé pour les journalistes et les responsables de site internet qui ont été arrêtés[109].

    Le livre[modifier | modifier le code]

    Livres de prières de la bibliothèque du monastère de Séra.

    Dans l'ancien Tibet il y avait des ateliers destinés à l'impression de sutras bouddhistes et utilisant des planches de bois, mais il n'y avait pas de maisons d'édition au sens moderne[110].

    Selon Xinhuanet, hormis certains livres religieux dans de grandes familles nobles, il n'y avait pas du tout de livres d'histoire sur le Tibet[111]. Les premiers livres furent imprimés à partir du milieu des années 1950[112].

    Heinrich Harrer indique, pour sa part, qu'en dehors des livres d'inspiration religieuse, il existe des livres de « recueils d'anecdotes et de bons du célèbre humoriste tibétain Agu Thömpa », ainsi que des ouvrages techniques concernant la fabrication de tankas. Il cite également les livres de poésie du 6e dalaï-lama, « recueil de vers dédiés à l'amour[113] ».

    Après la révolution culturelle, les autorités chinoises font un effort important pour favoriser l'édition populaire afin de diffuser les œuvres de Marx, Lénine, Mao et autres ouvrages idéologiques. Outre ces publications politiques, de nombreux livres de la littérature classique tibétaine deviennent accessibles dans des éditions bon marché. Il s'agit là d'une vulgarisation sans précédent de la littérature tibétaine.

    Mais depuis 1996, le budget des publications a été réduit. Ainsi un auteur qui veut être publié doit assurer le financement de l'édition de son livre soit 10 000 à 20 000 yuans en 2001[114].

    En 2008, la région autonome avait 35 imprimeries équipées des dernières techniques d'impression, deux maisons d'édition pour le livre et deux autres pour l'audio-visuel. La région était couverte d'un réseau de 272 points de distribution et d'un centre de distribution pour le livre et la presse écrite, audio-visuelle et électronique[115].

    À la date de 2007, 3 000 titres en langue tibétaine ont été publiés, dont 200 ont été primés, ainsi Les quatre tantras médicaux, La médecine tibétaine (nouvelle édition), L'encyclopédie du Tibet[115].

    Le patrimoine urbanistique, architectural et culturel[modifier | modifier le code]

    Urbanisme[modifier | modifier le code]

    Le monument de la libération pacifique du Tibet sur l'esplanade du Potala (2007).
    Magasins sur le côté ouest de la place de la libération pacifique, démolis en 2005 et remplacés par un espace vert[réf. nécessaire].

    Lhassa a été classée au nombre des 24 cités historiques et culturelles de Chine.

    Pour les milieux exilés et des tibétologues les travaux de rénovation à Lhassa dans les rues autour du temple de Jokhang et du palais du Potala se résument au placage de façades en style tibétain pastiche sur des bâtiments de style chinois contemporain[116]. Robert Barnett indique que les nouvelles façades ont l'apparence de l'architecture tibétaine pour « œil non averti ». Les fenêtres sont trop larges, les murs ne présentent pas de fruit, les piliers intérieurs ont disparu. C'est une « façade plaquée sur un bloc de béton ». Ces constructions ont les mêmes inconvénients que les « cubes-dortoirs des autres parties de la ville », une construction inadaptée au climat, trop chaud l'été et humide l'hiver. Les constructions traditionnelles tibétaines sont réalisées avec une double rangée de briques en terre, des plafonds bas, des poutres en bois et des ouvertures plus petites, assurant ainsi une isolation plus performante que des murs en béton d'une seule épaisseur. Les fruits des murs assuraient une résistance aux tremblements de terre[117].

    Le style tibétain traditionnel n'aurait plus la cote pour des raisons de surcoût si l'on en croit un architecte tibétain. À confort identique, une maison dans le style dit traditionnel coûterait bien plus qu'une maison de style moderne[118].

    Patrimoine architectural et culturel[modifier | modifier le code]

    La variabilité des chiffres des destructions[modifier | modifier le code]

    Il n'existe pas de recensement des monastères et lieux saints du Tibet ayant subi des destructions, à ce que fait remarquer l'auteur d'un projet de cartographie du Tibet : « Si on dit que plus de 2000 monastères et lieux saints ont été détruits par les Gardes Rouges (…), personne ne peut en fournir la liste, ni les localiser sur une carte. On attend toujours qu'un tibétologue rédige une liste et une description des lieux saints du Tibet[119] ».

    L'inflation et la variabilité des chiffres sont dénoncées par Pamela Logan, présidente de Kham Aid Foundation : « Quand j'essaie de trouver des fonds pour réparer des monastères bouddhistes, les donateurs pressentis citent les chiffres, qui circulent partout, de (au choix) 4 000, 5 000 ou 6 000 monastères rasés par les Chinois, et ont du mal à croire qu'il reste quoi que ce soit à réparer[120] ».

    Le professeur Mario I. Aguilar, directeur du Centre d'étude de la religion et de la politique à l'Université Saint Andrews à Fife en Écosse, évoque pour sa part le chiffre de centaines de monastères détruits dans la période de la Révolution culturelle[121].

    Dans leur livre On the margins of Tibet[122], Åshild Kolås et Monika P. Thowsen indiquent qu'il y avait, d'après des archives tibétaines, 5 542 monastères sur le plateau tibétain avant 1958, dont 3 897 situés en dehors des frontières actuelles de la région autonome. Ils ajoutent, sur la foi d'archives chinoises, que dans les zones tibétaines faisant partie des provinces du Sichuan, Gansu, Yunnan, et Qinghai, de nombreux bâtiments monastiques furent démolis, d'autres furent simplement abandonnés et laissés sans entretien, d'autres encore furent reconvertis en écoles, entrepôts, voire en habitations.

    Selon un argumentaire des exilés tibétains, 6 000 monastères, lieux de culte et ermitages ont été totalement ou partiellement détruits au Tibet[123]. Si la plupart le furent lors de la Révolution culturelle, certains l'avaient été par les bombardements entre l'intervention militaire chinoise au Tibet (1950-1951) et le soulèvement tibétain de 1959[18].

    Destruction et sauvegarde des objets religieux[modifier | modifier le code]

    Selon le gouvernement tibétain en exil, les objets culturels en métaux précieux ont été pillés ou fondus[124],[125],[126].

    Malgré les destructions et les vols, il existe encore au Tibet d'importantes collections d'objets religieux. Le spécialiste de l'art bouddhiste Ulrich von Schroeder donne le chiffre de plus de 200 000 sculptures et peintures anciennes encore conservées et s'étonne que si peu des livres d'art bouddhiste publiés en Occident leur soient consacrés. Il fait observer cependant qu'il est très difficile, sinon carrément impossible de faire des photos d'objets à l'intérieur des monastères tibétains, dont la plupart ont leur accès réglementé du fait des mesures de sécurité prises pour empêcher les vols[127].

    Le sort du palais du Potala[modifier | modifier le code]

    Le Palais de Potala en 2009.

    Depuis 1994, le Potala est protégé avec son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. En 2000 et 2001, le Temple de Jokhang et le Norbulingka ont été admis sur la liste de l’Unesco[128]. Malgré ces protections les autorités chinoises ont procédé à la destruction des anciens quartiers situés à proximité de ces monuments. Les démolitions se sont effectuées rapidement et cela « en débit de la convention signée avec l'Unesco qui cherche à respecter l'intégrité du cadre historique d'un lieu[129] ».

    Selon l'écrivaine Woeser, l’ancienne résidence du dalaï-lama, le Palais du Potala, a été totalement vidée de ses 100 000 livres et documents historiques. L'or et les joyaux entreposés dans un magasin dénommé Namsay Bangzod, auraient été transférés à l'administration du Trésor public à Shanghai, Tianjin et Gansu[130]. Pourtant, la tibétologue Amy Heller écrit que les inestimables livres et trésors artistiques accumulés au cours des siècles au Polata ont été préservés[131].

    Selon Jim Underwood, qui a travaillé dans le secteur de la construction rurale au Tibet, le tourisme dans la région peut être perçu comme une influence positive pour la pérennité de l'architecture traditionnelle dans la mesure où les touristes viennent pour découvrir cette architecture. Les divers corps de métier ne peuvent que profiter de la réhabilitation des bâtiments anciens[132].

    La politique culturelle du gouvernement central[modifier | modifier le code]

    Selon le Dr. B. R. Deepak, la Chine a investi, entre 1989 et 2009, en tout 700 millions de yuans (100 millions de dollars) dans la préservation et l'entretien des vestiges historiques et culturels du Tibet[133].

    le pays s’est engagé à abonder à hauteur de 70 millions de dollars un fonds international pour la préservation de la culture au Tibet. Cette somme sera utilisée pour soutenir des projets d’infrastructures culturelles, dont la conservation et la rénovation de monastères. Une ONG canadienne, la Fondation Louise Blouin, est partie prenante du projet[134].

    Selon l'ambassade de Chine en France, le gouvernement central a affecté des sommes colossales à la collecte, au classement et à la publication du Tripitaka et autres œuvres classiques du bouddhisme[135]. Il a également créé une cinquantaine d’institutions de recherches tibétologiques et l’institut supérieur du Bouddhisme tibétain[136].

    Muséologie[modifier | modifier le code]

    Musée du Tibet[modifier | modifier le code]
    Entrée du musée (2008)

    Le musée du Tibet à Lhassa est le musée officiel de la région autonome du Tibet. Ouvert au public le 5 octobre 1999 de façon à coïncider avec le 50e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et le 40e anniversaire de la réforme démocratique du Tibet, il est le premier grand musée moderne de la région autonome. Sa réalisation constituait l'un des 62 projets d'aide au Tibet décidés en juillet 1994[137]. Elle a coûté à l'État 96,25 millions de yuan. Les travaux de construction proprement dits, commencés en mars 1996, se sont achevés le 1er octobre 1997[138].

    Le musée a pour principale mission de préserver et de faire connaître la culture tibétaine traditionnelle[139]. Il est prévu pour pouvoir conserver jusqu'à 160 000 objets. Sur les 40 000 qui y sont conservés actuellement[140], il présente une collection permanente d’environ 1 000 objets relatifs à l’histoire culturelle du Tibet[141].

    Musée de l'histoire des douanes tibétaines[modifier | modifier le code]

    Inauguré le 8 août 2008, le musée des douanes tibétaines à Lhassa couvre une surface de 100 m2 et expose 300 photos et 100 objets retraçant l'histoire des douanes avant et après la création de la région autonome. Images et objets ont été recueillis par le personnel du musée entre 2004 et 2008[142].

    La culture immatérielle[modifier | modifier le code]

    En mai 2007, a été publiée la liste du patrimoine culturel immatériel de la Région autonome. Dix grandes catégories sont concernées, en particulier la médecine tibétaine traditionnelle, le calendrier, la musique folklorique, la danse folklorique et les arts artisanaux[143].

    Les fêtes populaires[modifier | modifier le code]

    Parmi les fêtes tibétaines, on peut citer :

    • Losar est la fête du Nouvel An tibétain
    • Le fête de prière de Monlam qui se déroule durant le premier mois du calendrier tibétain. Pendant cette seconde fête annuelle, de nombreux Tibétains se réunissent pour danser, participer à des événements sportifs et partager des pique-niques.
    • La fête de l'extension des peintures du Bouddha se déroule du 14e au 16e jour du 5e mois lunaire tibétain, où les moines déploient de larges tangkhas sur des parois ou à flanc de montagne.

    La culture traditionnelle est loin d'avoir disparu. Selon Matthieu Ricard, « on la trouve encore dans les campagnes, moins atteintes par la sinisation ». « Le pouvoir chinois préserve plutôt la liberté religieuse » et « on peut à nouveau voir des fêtes populaires avec de la musique, des chevaux, des tenues traditionnelles ».

    Selon la tibétologue Claude B. Levenson (2000), il existerait une tendance très nette de « folklorisation de la culture tibétaine », cela se constaterait aussi bien à la télévision chinoise que dans les spectacles des troupes officielles qui se produisent en Chine et à l'étranger[144].

    Matthieu Ricard, moine bouddhiste, docteur en génétique cellulaire, photographe, écrivain, traducteur[145], interprète du dalaï-lama[146], évoque cette culture traditionnelle et son renouveau participant à la reconstruction d'une identité tibétaine :

    « Cette culture, on la trouve encore dans les campagnes, moins atteintes par la sinisation. Tout ce qui a trait aux croyances n'est pas attaqué, il faut reconnaître que le pouvoir chinois préserve plutôt la liberté religieuse ; et à la faveur d'un relâchement récent, on peut à nouveau voir des fêtes populaires avec de la musique, des danses, des chevaux, des tenues traditionnelles. Par contre, tout ce qui est au cœur de la culture, en particulier le monde de l'écrit, est pris pour cible : les jeunes Tibétains courageux qui publient des revues, avec des poèmes, des nouvelles, tout ce qui peut constituer un effort de reconstruction d'une identité tibétaine littéraire, ceux-là sont systématiquement harcelés. Idem pour les rares cinéastes qui essaieraient, les téméraires, de faire un film engagé. C'est l'assurance d'avoir des ennuis très sérieux. Pour les autorités, un bon Tibétain doit être un bon Chinois ! En somme, tout ce qui est anodin est toléré – une fête à cheval, ça passe –, mais tout ce qui porte une pensée tibétaine est attaqué[56] ».

    Le chant et la danse[modifier | modifier le code]

    À la date de 2008, le Tibet possède plus de 30 troupes de chant et de danse, des troupes d'opéra et autres[147]. De 2004 à 2008, les trois troupes artistiques professionnelles de la RAT ont créé 34 nouvelles pièces tandis que les troupes artistiques professionnelles des sept préfectures et municipalités ont créé plus de 300 nouvelles pièces[148]. Il y a eu plus de 3000 représentations et y ont assisté plus de 5 millions de spectateurs[148].

    Les troupes artistiques effectuent régulièrement des voyages à l'étranger. Cependant les artistes ne doivent pas quitter la troupe sans accompagnement, parler avec des exilés tibétains, visiter des temples bouddhiques et exprimer des opinions « politiquement incorrectes[149] ».

    L'artisanat[modifier | modifier le code]

    L'essor économique de la région autonome permet de faire revivre l'artisanat traditionnel. Selon l'enseignant et écrivain australien Mark Anthony Jones[150], nombre de Tibétains trouvent désormais, dans la vente d'objets artisanaux et de produits culturels aux touristes, un revenu non négligeable. Ces divers produits rencontrent même le succès auprès des Tibétains eux-mêmes[151].

    Mais derrière cette façade touristique, l'industrie chinoise se retrouve aussi dans cet artisanat. Selon Claire Goubier et Virginie Morel, deux journalistes de la revue Marianne, « l'artisanat tibétain est lui aussi fabriqué en série. Les Chinois se sont mis à produire des objets tibétains. Sur le marché, il est difficile de reconnaître les produits authentiques ». Par ailleurs les Chinois profitent des coûts de main-d'œuvre très bas pour acheter cet artisanat et l'exporter vers les grandes villes chinoises où l'art tibétain est devenu à la mode[152].

    Créée en 1953, l’usine étatique[153] de tapis de Lhassa est devenue une entreprise moderne dont les produits se vendent en Europe, en Amérique du Nord et en Asie du Sud[154].

    La littérature[modifier | modifier le code]

    La littérature tibétaine, une des plus importantes d'Asie, a des origines millénaires. En vers ou en prose, orale ou écrite la littérature tibétaine aborde « tous les domaines du savoir : religion, médecine, histoire, philosophie »[155]. Les Tibétains peuvent s'enorgueillir de belles épopées transmises de siècle en siècle[156], la plus importante d'entre elles étant l'Épopée du roi Gesar qui continue à être interprétée de nos jours. Une bonne partie de la production écrite dans le Tibet pré-moderne tournait autour du bouddhisme et consistait principalement de textes philosophiques et de biographies de lamas[157],[158].

    En 1980, l’association des écrivains de la région autonome du Tibet lança la première revue littéraire en langue tibétaine sous le nom de Littérature et art tibétains (Bod kyi rtsom rig sgyu rtsal), publiant des nouvelles sur le servage dans l’ancien Tibet[159],[160]. La revue littéraire tibétophone ayant le plus d'audience au Qinghai est Drang Char (« petite pluie »), fondée en 1981 et dont la spécialité est la nouvelle[161].

    Aujourd'hui, selon l'historien américain Foster Stockwell, de nombreux auteurs produisent des œuvres de qualité, ainsi le poète Yedan Tsering et les romanciers Jampel Gyatso, Tashi Dawa et Dondru Wangbum[162]. Selon l'âge, l'origine géographique, les études de l'auteur, la langue d'expression peut être le tibétain ou le chinois.

    Quelques auteurs :

    • Tsering Woeser (1966 - ), une poétesse et essayiste dont la langue d'expression est le chinois[163]
    • Jampel Gyatso (1938 - ), originaire de Batang dans la province du Sichuan, ancien interprète du dalaï-lama et du panchen-lama dans la deuxième moitié des années 1950, auteur de Kelzang Metog (publié en chinois en 1980, en tibétain en 1981), roman qui relate l'histoire d'un porteur tibétain devenu soldat de l'APL lors de l'Intervention militaire chinoise au Tibet entre 1950 et 1951.
    • Tashi Dawa (it) (1955- ), né d'un père tibétain et d'une mère Han, auteur (au milieu des années 1980) d'une série de nouvelles en chinois marquées du sceau de ce qu'on a appelé le « réalisme magique » mais marqué par l'identité culturelle hybride de l'auteur[164], il est le vice-président de l’association des écrivains de la région autonome du Tibet[165].
    • Alai (1959 - ), originaire de Chengdu dans la province du Sichuan, auteur de Red Poppies. A novel of Tibet (1998), roman historique, publié en chinois et traduit en tibétain, sur les forces de création et de destruction engendrées par l'introduction de l'opium dans une zone multi-ethnique aux confins du Tibet avant l'intervention communiste[166]. En 2000, Alai reçut le prix Mao Dun pour cet ouvrage.
    • Jangbu (Dorje Tsering Chenaktsang) (1963- ), né dans le province de Qinghai, célèbre auteur de poèmes en vers libres et de nouvelles en tibétain.
    • Nagtsang Nülo, écrivain rendu célèbre par la publication, en 2007, de son livre « Joies et peines de l’enfant Nagtsang »[167].

    Selon Lauran R. Hatley et Patricia Schiaffini-Vedam, la « littérature tibétaine moderne » est désormais un domaine d'étude avec ses spécialistes en Occident[168].

    La peinture[modifier | modifier le code]

    Peinture d'un thangka à Lhassa en 2006.

    La peinture traditionnelle : les thangkas[modifier | modifier le code]

    L'art au Tibet s'exprime traditionnellement avec les décorations des temples, les peintures sur toile ou thangkas très colorées[169] et des mandalas de sables colorés. Ces expressions artistiques sont toujours vivantes.

    Selon Kabir Mansingh Heimsath, dans les années 1980 la peinture traditionnelle des thangkas connut un regain, débouchant sur la production d'œuvres sur commande privée ou pour une diffusion commerciale (pour les boutiques de Lhassa)[170].

    Évolution de la peinture contemporaine[modifier | modifier le code]

    Toujours selon Kabir Mansingh Heimsath, l'histoire de la peinture contemporaine au Tibet commence avec le moine iconoclaste et poète Gedun Choephel (1903-1951)[171], dont les rares peintures ayant survécu témoignent d'un style réaliste voire expérimental. S'inspirant de ce précurseur, Amdo Jampa (1916-2002) adopta un style photo-réaliste dans ses peintures religieuses[170].

    Pendant les années 1950, plusieurs artistes tibétains allèrent en Chine intérieure suivre des études artistiques, lesquelles reproduisaient alors les modèles occidental et soviétique. Dans les années 1960, la doctrine et l'esthétique socialistes furent mises au cœur de l'enseignement artistique. Il s'agissait de peindre des personnages positifs et héroïques et de privilégier les couleurs rouges et vives[170]. Des artistes Han, venus avec l’Armée populaire, peignirent des œuvres de propagande[172].

    À la fin des années 1970, les écoliers tibétains eurent droit à un enseignement artistique à partir du cours moyen et les plus doués furent envoyés dans les écoles des beaux-arts de la Chine intérieure[170] (dont l’Académie centrale des beaux-arts de Pékin[173]) pour y étudier l'aquarelle chinoise traditionnelle et la peinture occidentale.

    En 1981, une Association des artistes tibétains vit le jour. À sa fondation en 1985, l'Université du Tibet créa une section des Beaux-Arts enseignant les styles picturaux propres à l'Occident, la Chine et le Tibet ainsi que l'histoire de l'art dans le monde. Cet enseignement donna une génération d'artistes professionnels travaillant pour l'État[170].

    Dans le même temps, plusieurs artistes Han en quête de spiritualité et d'authenticité gagnèrent le Tibet, à l'instar de Han Shuli qui y élabora un style mariant formes abstraites oniriques et représentations bouddhistes anciennes. Han Shuli est considéré comme une des figures de proue de l'art tibétain contemporain[170]. Ces artistes Han peignirent principalement les paysages tibétains[173].

    Les années 1990 virent la production, purement alimentaire, par des artistes indépendants, de tableaux destinés aux touristes en quête de paysages et de scènes censés être typiquement tibétains. Les tentatives d'intéresser ce public à une peinture plus sérieuse échouèrent. Parallèlement, les enseignants et leurs étudiants trouvaient que l'application des styles anciens ne permettait pas de rendre compte de leur vécu et des préoccupations de la société[170].

    En 2003, des artistes mécontents de cette situation créèrent la Guilde artistique Gedun Choephel et ouvrirent une galerie d'exposition à Lhassa, entièrement vouée à un art contemporain non stéréotypé. Cette initiative leur valut de se faire connaître en tant qu'avant-garde auprès d'un public international. La Guilde réunit des artistes tibétains et artistes Han, indépendamment de leur origine ethnique, mais ayant les mêmes conceptions artistiques : Gade[174], Zhungde, Nyandak, Tsering Namgyal, Dedron, Jhamsang, Tsewang Tashi[170]. La galerie de la Guilde a bénéficié de la publicité qui lui a été faite par la Fondation Trace à New York, le site internet Asianart, un article de Graig Simons publié dans le New York Times en 2004 et une exposition intitulée « Visions of Tibet » à Londres en 2005.

    Il y a des artistes tibétains de valeur comme Bama Tashi, lequel associe thèmes religieux tibétains à des images pastorales modernes.

    En janvier 2006, s'est tenue, au musée d'art Siddharta de Katmandou, une exposition officielle de peintures tibétaines contemporaines, organisée par la Fédération des cercles littéraires et artistiques de la Région autonome. Plus de 50 œuvres furent exposées[175].

    La chanson[modifier | modifier le code]

    Mélodies traditionnelles mises au goût du jour[modifier | modifier le code]

    Toujours selon Mark Anthony Jones, les jeunes Tibétains actuels se servent des techniques électroniques modernes pour télécharger les chants populaires traditionnels interprétés à la façon du hip-hop ou du rap dans des vidéos[176],[177].

    Ainsi les chansons de Yadon, Kunga, Dhube deviennent rapidement célèbres au Tibet. Les membres des groupes sont habillés des costumes traditionnels des hauts plateaux. Ils chantent des airs traditionnels tibétains avec les vibrations de la glotte caractéristiques de la culture tibétaine.

    La chanson « Le Soleil, la lune et les étoiles » de Kunga fait référence, selon la journaliste Ursula Gauthier, à la « séparation des "trois frères" : le "soleil" parti vers le sud - le dalaï-lama - ; la "lune" disparue derrière les nuages - le panchen-lama dont on n'a aucune nouvelle -, et "les étoiles" perdues dans la pluie et le brouillard - le peuple tibétain privé de ses guides spirituels[178] ».

    Le cinéma[modifier | modifier le code]

    The Silent Holy Stones (litt. « Les pierres sacrées silencieuses »), du jeune cinéaste Padma Tsetan (né en 1969), est le titre anglais du premier long métrage de fiction[179] tibétain fait en Chine (année de sortie : 2005). Le film, avalisé par les autorités, a eu les honneurs de plusieurs festivals en RPC et à l'étranger et a été primé à plusieurs reprises. Jusque-là, le Tibet était cinématographié par des cinéastes Han ou occidentaux et hongkongais ; désormais, la voie est ouverte à la représentation des Tibétains par eux-mêmes dans le cadre de la Chine[180].

    Le film The Search (c.-à-d. « la quête ») du metteur en scène Pema Tseden a obtenu le grand prix du jury du 12e festival cinématographique international de Shanghaï le 21 juin 2009. Le film relate les pérégrinations à travers le Tibet d'un metteur en scène à la recherche d'un acteur pour le rôle principal de son film[181].

    La société cinématographique de la Région autonome du Tibet est chargée de doubler en tibétain les films des années 1960 à aujourd'hui. Jusqu'en 2000, elle doublait entre 25 et 30 films par an. Ce chiffre a été augmenté de 5 à 10 films depuis le début du siècle[182].

    Liens avec les autres zones autonomes tibétaines[modifier | modifier le code]

    Les zones autonomes tibétaines de l'ancien Tibet oriental participent également à l'expression culturelle tibétaine, en particulier ce qui était l'Amdo, qui a vu naître de nombreux savants et personnages célèbres[183].

    Artistes et journaliste sanctionnés pour leurs prises de position[modifier | modifier le code]

    L'affaire Woeser
    Tsering Woeser est une poétesse et essayiste tibétaine née en 1966. Elle fait partie d'une nouvelle génération d'auteurs tibétains dont la langue d'expression est le chinois[184]. Ses prises de position lui ont valu de perdre son emploi, l'interdiction de ses œuvres et la fermeture de ses blogues[185]. Au cours des troubles au Tibet en 2008, Tsering Woeser et Wang Lixiong, son mari, auraient été mis en résidence surveillée après avoir parlé à des journalistes[186].

    Arrestation de chanteuses
    La chanteuse tibétaine Jamyang Kyi fut arrêtée en avril 2008. Les raisons de son arrestation n'ont pas été communiquées mais selon Radio Free Asia ce serait lié au fait qu'elle ait chanté en 2006 à New York en compagnie de chanteurs tibétains exilés[187]. Elle fut libérée le 20 mai 2008, mais attend un procès[188].

    Drolma Kyi est une célèbre chanteuse tibétaine populaire au Tibet. Elle fut arrêtée le 30 mars 2008 par les autorités durant les troubles au Tibet en mars 2008[189]. Fin mai, selon le Los Angeles Times, elle fut libérée après presque deux mois de détention à condition de garder le silence sur son arrestation et de ne plus faire de représentations pendant quelque temps[190].

    Arrestation de cinéastes amateurs
    Deux cinéastes amateurs tibétains, Dhondup Wangchen et Jigme Gyatso[191], ont réalisé en secret un film documentaire de 25 minutes. Commandité par un exilé tibétain ayant la citoyenneté suisse et tourné entre octobre 2007 et mars 2008, ce film présente l'opinion de Tibétains sur la domination chinoise au Tibet, les Jeux olympiques d'été de 2008 et l'éventuel retour du Dalaï-lama. On y trouve les propos suivants d'une personne interviewée : « Pour chaque Tibétain, il y a dix à quinze Chinois[192] ». Les deux auteurs ont été arrêtés en mars 2008[193].

    Condamnation d'un imprimeur
    Selon un article déposé sur le site de l'association France-Tibet citant l'ONG Human Rights Watch, Paljor Norbu, imprimeur tibétain âgé de 81 ans, a été condamné à 7 ans de prison en novembre 2008 à l'issue d'un procès à huis clos. Norbu appartient à une famille d’imprimeurs et d’éditeurs de textes bouddhistes travaillant essentiellement avec les monastères. On lui reprocherait d'avoir imprimé des documents interdits par le gouvernement, dont le Drapeau du Tibet entre 1912 et 1959 (interdit depuis 1959 en République populaire de Chine, ce drapeau est utilisé depuis par le Gouvernement tibétain en exil et les opposants tibétains)[194].

    Écrivains et journalistes tibétains emprisonnés pour avoir critiqué les autorités de Pékin
    La poétesse Woeser a annoncé le 3 août 2009 l'emprisonnement de 4 écrivains tibétains. L'ONG Reporters sans frontières indique à leur sujet : « La répression des auteurs tibétains doit cesser ! L’impossibilité pour les écrivains et journalistes de cette province chinoise de s’exprimer librement et de critiquer les autorités de Pékin et la politique du Parti Communiste Chinois (PCC) est une honte pour la Chine. La plupart sont détenus sans avoir été jugés et leur lieu de détention est inconnu. Apprendre l’incarcération de plusieurs personnalités réputées, parfois plus d’un an après les faits, est par ailleurs symptomatique de la difficulté d’obtenir des informations sur le Tibet[195] ». Le 30 décembre 2010, 3 écrivains tibétains ont été condamnés à des peines de prison. Selon l'organisation Reporters sans frontières 15 journalistes et écrivains tibétains sont actuellement emprisonnés[196].

    Voir aussi[modifier | modifier le code]

    Liens internes[modifier | modifier le code]

    Bibliographie[modifier | modifier le code]

    • Testimony by Kent M. Wiedemann, Deputy Assistant Secretary oF State For East Asian And Pacific Affairs Before Subcommittee On East Asian And Pacific Affairs Senate Foreign Relations Committee, U.S. Department of State, Bureau for East Asia and Pacific Affairs, 1995/09/07.
    • Robert E. Fisher, L'art du Tibet, Édition Thames et Hudson, 1998.
    • Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble : Tibétains 1959-1999 40 ans de colonisation, Édition Autrement, 1998 - (ISBN 286260822X).
    • Tibet : un peuple en sursis Texte de Claude B. Levenson avec des photos de Pierre-Yves Ginet, Actes Sud, 2000.
    • Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, éd. Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002 - (ISBN 2226134263).
    • Françoise Pommaret, Le Tibet, une civilisation blessée, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 427), Paris, 2002.
    • Jim Underwood, Tibetan Stone Journey, in Stonexus Magazine, issue #1, 2002, p. 12-15.
    • Leslie Evans, How repressive is the Chinese government in Tibet?, sur le site UCLA International Institute, 4 décembre 2002.
    • Barry Sautman, "Cultural genocide" and Tibet, in Texas International Law Journal, April 1, 2003.
    • Tibet: China's policy paper in Tibet, mai 2004.
    • Aiming Zhou, Tibetan education, Series of basic information of Tibet of China, China Intercontinental Press (五洲传播出版社), 2004, 167 pages - (ISBN 7508505700), (ISBN 9787508505701).
    • Frédéric Lenoir, Tibet Le moment de vérité, Édition Plon, 2008.
    • Françoise Robin, A Tale of Two Tibets? Nascent Cinema in China and exile, conférence faite à l'Université de Kentucky en avril 2008.
    • Mark Anthony Jones, Flowing Waters Never Stale: Journey Through China, Zeus Publications, Burleigh MDC, Queensland, 2008 - (ISBN 978-1-921406-32-4)
    • La protection et le développement de la culture tibétaine (livre blanc), Beijing Information, 22 octobre 2008.
    • Protection and Development of Tibetan Culture (White Paper), China Daily, 25 septembre 2008.
    • Lauran R. Hatley, Patricia Schiaffini-Vedam (sous la direction de), Modern Tibetan Literature and Social Change, Duke University Press, 2008, 382 p. - (ISBN 0822342774) et (ISBN 9780822342779).

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. (en) Elliot Sperling, The Historical and Cultural Context, introduction du livre Tibet Since 1950: Silence, Prison or Exile, Essays by Orville Schell and Steve Marshall, Interviews with Tibetan exiles and former prisoners by Mickey Spiegel, New York, 2000, 184 p. (ISBN 089381-794-5) : « All too often people outside Tibet equate Tibetan culture largely with clerical and monastic life, or with what might be termed folk culture. In Tibet today this is no longer tenable. It is this petrified view, though, that seems to lurk behind many of the calls for the preservation of Tibetan culture as the goal of both the Dalai Lama's government and foreign diplomatic moves. Tibetan culture, like any other, is dynamic. Calling for its "preservation" automatically brings forth the need for it to be defined, which in turn evokes a stuffed-and-mounted item fit for a museum. Tibetan culture does not need to be frozen in time, but Tibetan cultural life needs to be protected from measures that repress literary and artistic expression. In Tibet today secular writers and artists, working with modern forms, are every bit a part of the Tibetan cultural scene ».
    2. « Relations Chine-Tibet: un entretien avec le dalaï-lama »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017).
    3. « La culture tibétaine menacée de disparition »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 8 avril 2013).
    4. (en) « BBC NEWS » (consulté le 15 mai 2017).
    5. (en) Dalai Lama blames Tibetan burning protests on cultural genocide, Reuters, 7 novembre 2011.
    6. Le Figaro, Dalaï-lama: "génocide culturel" au Tibet
    7. Wen Mu, Commentaire sur les « Sept questions sur le Tibet » de Elizabeth Gleick, Le Quotidien du Peuple en ligne, 26 juin 2009.
    8. Seven Questions: What Tibetans Want, site Foreign Policy, mars 2008 : « I think we have to get over any suggestion that the Chinese are ill-intentioned or trying to wipe out Tibet. »
    9. (en) Robert Barnett, Thunder for Tibet, compte rendu du livre de Pico Iyer, The Open Road: The Global Journey of the Fourteenth Dalai Lama, Knopf, 275 p., in The New York Review of Books, vol. 55, number 9, May 29, 2008 : « Why, if Tibetan culture within Tibet is being “fast erased from existence”, (do) so many Tibetans within Tibet still appear to have a more vigorous cultural life, with over a hundred literary magazines in Tibetan, than their exile counterparts? ».
    10. Serge Kœnig, Alpiniste et diplomate, j’entends battre le cœur de la Chine, Glénat, 2013, 280 p., p. 186 : « « Nombre de Français défendent des identités ethniques et culturelles de pays lointains avec plus de ferveur que celles qui leur sont proches et qui se portent plus mal. Je suis beaucoup moins pessimiste sur le maintien de l’énorme héritage culturel tibétain, qui tient à cœur à beaucoup de monde » (p. 186). »
    11. Le Tibet est-il chinois ? de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, 2002, coll. Sciences des religions
    12. 2002 : Le Tibet est-il chinois ? de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, coll. « Sciences des religions ».
    13. (en) Kalovski Itim, The True Story of Maoist Revolution in Tibet, When the Dalai Lamas Ruled: Hell on Earth, in Revolutionary Worker #944, 15 février 1998.
    14. Le Calvaire du Tibet, site LesOgres Info, 12 août 2005.
    15. (en) 'Tibet: Proving Truth from Facts', The Department of Information and International Relations: Central Tibetan Administration, 1996. p. 85 : « Out of Tibet’s total of 6,259 monasteries and nunneries only about eight remained by 1976. Among those destroyed were the seventh century Samye, the first monastery in Tibet; Gaden, the earliest and holiest monastic university of the Gelugpas; Sakya, the main seat of the Sakyas; Tsurphu, one of the holiest monasteries of the Kagyuds; Mindroling, one of the most famous monasteries of the Nyingmapas; Menri, the earliest and most sacred Bon monastery, etc. Out of 592,558 monks, nuns, rinpoches (reincarnates) and ngagpas (tantric practitioners), over 110,000 were tortured and put to death, and over 250,000 were forcibly disrobed. »
    16. (en) « Monastic Education in the Gönpa »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017) sur The Conservancy for Tibetan Art and Culture : « More than 6,000 monasteries in Tibet were destroyed in the 1960s and 1970s following the Chinese invasion of Tibet ».
    17. (en) Religion and culture sur le site de l'International Campaign for Tibet : « Approximately 6,000 monasteries, nunneries and temples, and their contents were partially or fully destroyed from the period of the Chinese invasion and during the Cultural Revolution ».
    18. a et b Une histoire du Tibet : Conversations avec le Dalaï Lama, de Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Plon, 2007 (ISBN 2259198910). Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Thomas Laird » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
    19. (en) Mobo Gao, The Battle for China's Past: Mao and the Cultural Revolution, London and Ann Arbor, Pluto Press, 2008, XI + 270 p., p. 24 : « The authorities in Tibet often tried to restrain radical actions, with the PLA for example consistently supporting the more conservative factions against the rebels. Temples and monasteries survived best in the central areas and cities where the authorities could still exercise some control. In contrast, the Gandan Monastery, some 60 kilometres outside Lhasa and one of the three major centres of the Yellow Hat sect, was reduced to ruins (3). »
    20. Tsering Shakya, Le Tibet sous la botte, Courrier International 28 novembre 2002
    21. Cf (en) The True Story of Maoist Revolution in Tibet Red Guards and People's Communes, Revolutionary Worker #752, April 17, 1994 : (…) In a huge mass movement, the many monasteries of Tibet were emptied and physically dismantled.
      Supporters of Tibetan feudalism often say this dismantling was "mindless destruction" and "cultural genocide." But this view ignores the true class nature of these monasteries. These monasteries were armed fortresses that had loomed over the peasants' lives for centuries. (…) These fortresses provoked justified fear that the old ways might return--one conspiracy after another was plotted behind monastery walls. Dismantling these monasteries was anything but "mindless." These were conscious political acts to liberate the people!
      All available accounts agree that this dismantling was done almost exclusively by the Tibetan serfs themselves, led by revolutionary activists. Mass rallies of ex-serfs gathered at the gates, daring to enter the holy sanctums for the first time. The wealth stolen from them over centuries was revealed to all. Some especially valuable historic artifacts were preserved for posterity.
      Valuable building materials were taken from fortresses and distributed among the people to build their houses and roads. (…). Often idols, texts, prayer flags, prayer wheels and other symbols were publicly destroyed--as a powerful way of shattering century-old superstitions. As a final comment on restorationist dreams, the ruins were often blown sky high by the revolutionary armed forces.
      (…) But the verdict of the Cultural Revolution was that these monasteries should never again exist as feudal fortresses living from the suffering of the masses.
    22. (en) « "What do we expect the United Kingdom to do?" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), Tibet Vigil Royaume-Uni, June 2002. Accessed 25 June 2006.
    23. Tashi Dorje, L'éducation au Tibet, traduction K. Dhondup in Le Tibet Journal, Éditions Dharma pour la traduction française, 1985 (ISBN 286487010X).
    24. (en) Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom.
    25. (en) Asianinfo.
    26. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 325 : « Education in Tibet has experienced great changes since 1952. […]. The new school system was established from 1959 to 1966 but it was interrupted during the Cultural Revolution. The schools were rebuilt when the political riots ended in 1976. »
    27. (en) Kalovski Itim, The True Story of Maoist Revolution in Tibet, Storming Heaven, in Revolutionary Worker, No 945, 22 février 1998 : « After 1955, Tibet's first real schools were founded. By July 1957 there were 79 elementary schools, with 6,000 students ».
    28. Jacques Leclerc, Histoire de la Chine et ses incidences linguistiques, TLFQ, sur le site de l'université de Laval.
    29. (en) Ngapoi Ngawang Jigme passes away at 100, op. cit. : « 1979-1981: […] chairman of (the) NPC Ethnic Affairs Committee […], 1981-1983: [...] chairman of (the) NPC Ethnic Affairs Committee [...], 1983-1993: [...] chairman of (the) NPC Ethnic Affairs Committee ».
    30. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ? page 357 ; Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002 (ISBN 2226134263).
    31. Source : Chine : développement de l'enseignement au Tibet, Les nouvelles à travers la Chine et le monde, Xinhuanet, 2005-08-27.
    32. a et b (en) Tibet Facts & Figures 2007, Éducation.
    33. (zh) 自治区教委双语教育调研组, « 我区双语教育的基本现状及对策研究 », dans 西藏少数民族汉语教学论文选编, 中国藏学出版社,‎ , p. 34
    34. Barry Sautman, Preferential Policies for Ethnic Minorities in China: The Case of Xinjiang, ln Working Papers in the Social Sciences, No 32, The Hong Kong University of Science and Technology, 30 septembre 1997, p. 14 : « Universities are adjured to "give ethnic minorities priority over others with equal qualifications." In fact, minorities are eligible for admissions with lower entrance examination scores as a matter of course. »
    35. Robert Barnett, Le Tibet est-il chinois ? de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, 2002, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions (ISBN 2226134263), p. 155 : « Ainsi, dans l'éducation secondaire et supérieure de la RAT, seulement un écolier sur trois est tibétain, bien que les statistiques disent que 97 % de la population est tibétaine. Cela suggère une inégalité dans les possibilités offertes en matière d'éducation, au détriment des enfants tibétains. »
    36. Benito Perez, Les coulisses de la révolte tibétaine, Le Courrier, 28 mars 2008 : « A contrario, Elisabeth Martens vante la politique de discrimination positive menée, selon elle, par Pékin, qui « facilite l'enseignement aux minorités ethniques par des taxes universitaires moins élevées et des examens d'entrée moins sévères ». »
    37. Le développement de l'éducation du Tibet, French.china.org.cn, 30 avril 2008.
    38. a b c d e et f Nicolas Tournadre, op. cit.
    39. Essor de l'éducation au Tibet, Le Quotidien du Peuple en ligne, 20-07-2011.
    40. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 286 : « During this period, monastic education continued in parallel with public schools. It was closed by Red Guard (both Han and Tibetans) when the cultural revolution moved in the TAR in 1966. »
    41. Chasse aux sorcières au PCC du Tibet, in Le Courrier International, 17 juillet 2008.
    42. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002, p. 323 et suivantes/463 (ISBN 2226134263).
    43. a et b Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, op. cit., p. 323 et suivantes/463.
    44. Françoise Robin, Stories and History: the Emergence of Historical Fiction in Contemporary Tibet, in Contemporary Tibetan literary studies: PIATS 2003 : Tibetan studies : proceedings of the Tenth Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Oxford, 2003 (Steven J. Venturino ed.), BRILL, 2007, 158 p., p. 23, note 2 : « (en) The literacy rate in Tibet is officially 50% according to a census ordered by Beijing in 2000 [...]. According to L. R. Hartley (Hartley 2003:178-79), the average literacy rate of Tibetans in the PRC is [...] 39% in 1995. »
    45. (en) A. S. Bhalla and Mark Brenner, Literacy and basic education, in Poverty and inequality among Chinese minorities (A. S. Bhalla, Shufang Qiu eds), No 22 de Routledge studies in the Chinese economy, Routledge, 2006, 202 p., p. 82 : « Between 1990 and 1997, Tibet's literacy rate rose from 31 per cent (combined rate for han and minority population) to 46 per cent. »
    46. (en) Ann Frechette, Tibetans in Nepal: the dynamics of international assistance among a community in exile, Berghahn Books, 2002, 220 p., p. 121, note 21 : « Most Tibetan children received no formal education whatsoever. Tibet's illiteracy rate was estimated to be 90 per cent in 1951 (Bass 1998:2). »
    47. (en) Catriona Bass, Education in Tibet : Policy and practice since 1950, Zed Books (en), 1998 (ISBN 1856496740 et 9781856496742), p. 2
    48. Stanislas Dehaene[1] Les neurones de la lecture Odile Jacob 2007
    49. Source : (en) « Tibetan Researcher On Changing Herder Lifestyles »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), Boxun News, 7 juin 2009 : « The proportion of ethnic Tibetans over age 15 in the Tibetan autonomous region recorded as illiterate or semi-literate in the 1990 census was 72.8 percent compared with the all China national average of 22.8 percent. »
    50. Jamyang Norbu Back to the Future: Enduring Phobias and Superstitions in Tibetan Society (Part Two) Phayul.com, 29 mars 2005 : « Catriona Bass’s, Education in Tibet: Policy and Practise Since 1950 (TIN 1998) reveals that Tibetans suffer from what is probably the lowest literacy rate in the world, with as much as 70 per cent of the rural population unable to read. »
    51. Le Quotidien du Peuple : « Baisse du taux des illettrés au Tibet ».
    52. L’économie politique de l’« aide boomerang » dans la Région autonome du Tibet
    53. (en) China pledges to send 3 out of every 10 Tibetan students to college, English.news.cn, 19 juillet 2011, p. 1 : « The region's illiteracy rate for young and middle-aged people has fallen from 95 percent to 1.2 percent over the last six decades, according to a white paper issued by the State Council Information Office in July. »
    54. (en) Full Text: Sixty Years Since Peaceful Liberation of Tibet, GOV.cn (p. 12 du texte du Livre blanc 2011 sur le Tibet).
    55. a et b Nicolas Tournadre, Le bilinguisme tibétain-chinois : situation et enjeux.
    56. a et b Emmanuel Tellier, Entretien, Matthieu Ricard : « Après les JO, ce sera fichu, on ne parlera plus du Tibet », Télérama, Paris, 16 avril 2008.
    57. a et b Jacques LeclercUniversité Laval (Canada).
    58. Domenico Losurdo, La Chine, le Tibet et le Dalaï Lama, in L'Ernesto, Revista Communista, no 5, novembre-décembre 2003, p. 54-57 (traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio pour le site Mondialisation.ca).
    59. (en) Barry Sautman, "Cultural genocide" and Tibet, in Texas International Law Journal, April 1, 2003 : « (...) none of the many recent studies of endangered languages deems Tibetan to be imperiled, and language maintenance among Tibetans contrasts with language loss even in the remote areas of Western states renowned for liberal policies. (...) claims that primary schools in Tibet teach putonghua are in error. Tibetan was the main language of instruction in 98% of TAR primary schools in 1986 ; today putonghua is introduced in early grades only in urban schools ».
    60. (en) UCLA language Project - Tibetan : « The numerous dialects of Tibetan have been classified in different ways by different scholars. According to Beckwith, the Tibetan dialects fall into five groups based on their geographical location: Northeastern, Eastern, Southern, Central, Western. »
    61. UCLA language Project - Tibetan, op. cit. : « The Lhasa dialect, which is the dialect of intertribal communication, belongs to the Central group. »
    62. (en) Leslie Evans, « How repressive is the Chinese government in Tibet? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), sur le site UCLA International Institute, 4 décembre 2002 : « 92-94% of ethnic Tibetans speak Tibetan. The only exception is places in Qinghai and Amdo where the Tibetan population is very small compared with the broader population. »
    63. Résumé de (en) Nicolas Tournadre, The Dynamics of Tibetan-Chinese Bilingualism (2006). The Current Situation and Future Prospects, China perspectives, 45, sur le site de ScientificCommons.
    64. La protection et le développement de la culture tibétaine (livre blanc), 22 octobre 2008, p. 2.
    65. (en) Several Rules Guiding the Study, Use and development of the Tibetan Language in Tibet Autonomous Region (Tentative), in The Use, Inheritance and development of the Tibetan Language in Tibet, China Tibetology Research Centre.
    66. Source : Sciences Humaines.Com.
    67. La politique actuelle de la Chine au Tibet L’extermination planifiée d’une ancienne civilisation.
    68. (en) Barry Sautman, Tibet: Myths and Realities : « Bilingualism is also promoted by policies that require that all laws, official notices, and commercial signs be bilingual; that allow Tibetans to interact with government in their own language; and that have created mass media with substantial Tibetan components. Official policies in Tibet go beyond the respect for minority languages required by international law or practised in European "rights-based" states ».
    69. a et b Livre blanc publié par le Bureau de l’information du Conseil des affaires d’État en juillet 2011.
    70. Source : Anne-Marie Blondeau La question du Tibet
    71. (en) Postglione, Jiao and Gyatso, Education in Rural Tibet Development, Problems and Adaptations, in China: An International Journal, vol. 3, numéro 1, mars 2005, p. 1-23.
    72. Martin Mellish, bouddhiste occidental, coordinateur du site Lojong Site, commentaire N. 154 à la suite de l'article de Barry Sautman, « Protests in Tibet and Separatism: the Olympics and Beyond »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), sur le site Black and White Cat, 1er avril 2008 : « Just one point on the discussion of why there’s no system of tertiary education in the Tibetan language: Tibet never had a secular educational system at all, of any kind, before the 1950s, and thus the Tibetan language contains none of the technical vocabulary required for such disciplines as math, engineering, law, etc. (...). Chinese is actually not an ideal language for such subjects either, but Tibetan would be virtually impossible ».
    73. (en) Tibet: China's policy paper in Tibet, May 2004 : « The standardization of specialized terms and information technology in Tibetan has made great progress ».
    74. La protection et le développement de la culture tibétaine, Beijing Information, 22/10/2008 : « Le Tibet compte aujourd'hui 15 523 enseignants bilingues et 10 927 enseignants de tibétain spécialisés. »
    75. Barry Sautman, "Cultural genocide" and Tibet], op. cit. : « A specialist of education in Tibet has noted that it was not until 1994 that the emigre administration endorsed Tibetan as the language of instruction in the primary schools of Tibetan settlements in India, and "the Tibetan government-in-exile may have been no more successful than the Chinese government in providing Tibetan-medium education for the children in the refugee community in India, even though the preservation of Tibetan culture is one of its primary goals. »
    76. (en) Mary Ann Maslak, School as a site of Tibetan ethnic identity construction in India, in China: An International Journal, Volume 60, Number 1, February 2008, p. 85-106 : « Tibetan is the medium of instruction for all subjects at the primary level. The curriculum guidelines for classes 1-5, developed by the CTSA, provide the structure for courses in social studies, general science, drawing, physical education, value education, music, dance and Tibetan cultural activities. English and Tibetan languages are also taught at the primary level.9 Morning assemblies - a venue for prayers, Tibetan and Hindi community songs, news and Indian and Tibetan National anthem - are held on a daily basis. At the middle school level (classes 6-8), the Tibetan schools adopt the national Indian system's curriculum that requires basic academic subjects to be taught in English. The only Tibetan curriculum offered at this level is the Tibetan language. The same is the case at the secondary, school level…Classes 9 and 10 offer five subjects, including English, Tibetan, general science, mathematics and social studies (which includes history, geography and civics). Physical education, dance and music are also taught...English is the medium of instruction for class 6 through class 12. Required CBSE-designed examinations in grades 10 and 12 serve important roles in students' educational futures… Neither examination requires Tibetan; both examinations require English language competency. »
    77. (en) Testimony by Kent M. Wiedemann, Deputy Assistant Secretary oF State For East Asian And Pacific Affairs Before Subcommittee On East Asian And Pacific Affairs Senate Foreign Relations Committee, U.S. Department of State, Bureau for East Asia and Pacific Affairs, 1995/09/07 : « (...) there is a two-track school system in Tibet, with one track using standard Chinese and the other teaching in the Tibetan language. Students can choose which system to attend. (...) One negative side effect of this policy, which is designed to protect and maintain minority cultures, has been reinforcement of a segregated society. (...) those graduating from schools taught in languages other than standard Chinese are at a disadvantage in competing for jobs in government and business, which require good spoken Chinese. These graduates must take remedial language instruction before attending universities and colleges ».
    78. Wen Mu, Commentaire sur les « Sept questions sur le Tibet » de Elizabeth Gleick, Le Quotidien du Peuple en ligne, 26 juin 2009.
    79. (en) Robert Barnett in Françoise Pommaret, Lhasa in the Seventeenth Century. The Capital of the Dalai Lamas, BRILL, 2003, 245 p. (ISBN 9004128662) : « All signs un the Tibet Autonomous Region are required by the 1987 Language Law to be in both Chinese and Tibetan, and this is a principal mark of the area's autonomy. »
    80. La protection et le développement de la culture tibétaine (livre blanc), Beijing Information, 22 octobre 2008, p. 2.
    81. Sarah Halifa-Legrand interview de Katia Buffetrille, « Pourquoi les Tibétains s'immolent par le feu » Le Nouvel Observateur, 12 mars 2012
    82. (en) China launches Tibetan channel for India, Nepal, PTI, 1er octobre 2007 (en ligne sur le site rediff NEWS) : « China launched the first-ever 24-hour Tibetan language television channel on Monday to mark its 58th National Day (...). The channel only broadcast 11 hours a day when it was opened in 1999 ».
    83. (en) The wishes of a Tibetan, China Digital Times, 27 mars 2009 : « At present, the two most popular television channels in the Tibetan areas are the Qinghai Tibetan language channel and the Tibet Tibetan language channel » (« Actuellement, les deux chaînes télé les plus regardées dans les régions tibétaines sont la chaîne en langue tibétaine du Qinghai et la chaîne en langue tibétaine du Tibet »).
    84. (en) Zhang Mingyu, Cheer up for opening khampa Tibetan TV Channel, tibet.new.cn, 17 janvier 2010.
    85. (en) Tsering Shakya, Questions, New Left Review, N. 51, mai-juin 2008.
    86. (en) Nicolas Tournadre, The Dynamics of Tibetan-Chinese Bilingualism. The Current Situation and Future Prospects, in China Perspectives, janvier-février 2003 : « Tibetan-language television lags far behind the many Chinese channels that offer programmes that are much more varied and attractive ».
    87. Tsering Woeser, Le projet Tibet-Xinjiang : « Écrasez la voix de l’ennemi », juin 2012.
    88. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 142 : « Telephone and government postal services have become available to the public since the late 1950s (SBT, 1989:27). »
    89. (en) Jiawei Wang, Nimajianzan, The Historical Status of China's Tibet, 2e édition, 五洲传播出版社, 1997, 333 p., (ISBN 7801133048 et 9787801133045), p. 309 : « Post and telecommunications have made astonishing progress. By early 1994, the region had completed 41 communications satellite receiving stations. Half of the counties had access to direct dial telephone services, which had reached 28,000 lines. Tibetans can make telephone calls to any country or region around the world. »
    90. (en) Protection and Development of Tibetan Culture (White Paper), China Daily, 25-09-2008, p. 7 : « Old Tibet had only one lithographically printed newspaper in the Tibetan language in the last years of the Qing Dynasty (1644-1911), titled The Tibet Vernacular Newspaper, and its print-run was fewer than 100 copies a day ».
    91. La tibétologue Françoise Robin en parle comme d'« un journal de propagande publié à Lhasa par les autorités mandchoues à la fin de 1909 (Dhondup 1976: 33) », dans Le vers libre au Tibet : une forme littéraire de l'intime au service d'un projet collectif, dans D'un Orient l'autre, actes des 3es journées de l'Orient, Bordeaux, 2-4 octobre 2002 (sous la direction de Jean-Louis Bacqué-Grammont, A. Pino, S. Khoury, Peeters Publishers, 2005, 606 p., p. 573-601, en part. p. 583, note 31.
    92. Jean Dif, Chronologie de l'histoire du Tibet et de ses relations avec le reste du monde (suite 2) : « D’abord ronéotypé, il est encouragé par le Dalaï lama et le Panchen lama. Il publie de nombreux articles ouverts sur le monde et s’inscrit dans le courant moderniste. Son audience restera toutefois limitée. Un article qu’il insère pour combattre l’ivrognerie, endémique au Tibet, ne contribue pas à élargir le cercle de ses lecteurs ».
    93. (en) Kalovski Itim, The True Story of Maoist Revolution in Tibet, When the Dalai Lamas Ruled: Hell on Earth, Revolutionary Worker #944, February 15, 1998 : « The only Tibetan language newspaper was published in Kalimpong by a converted Christian Tibetan ».
    94. Heinrich Harrer, Sept ans d'aventures au Tibet, Arthaud, 1953, p. 152.
    95. Françoise Robin, Le vers libre au Tibet : une forme littéraire de l'intime au service d'un projet collectif, dans D'un Orient l'autre, op. cit., p. 583, note 31. La tibétologue le qualifie de « journal de propagande chinoise nationaliste ».
    96. (en) Kalovski Itim, The True Story of Maoist Revolution in Tibet, in Revolutionary Worker, Storming Heaven, in Revolutionary Worker #945, February 22, 1998 : « By the mid-'50s, the first telephones, telegraphs, radio station and modern printing had been organized. The first newspapers, books and pamphlets appeared, in both Han and Tibetan ».
    97. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, E. P. Dutton, 1954 : « As they have no newspapers, (the Lhasans) indulge their criticism of untoward events or objectionable persons by means of songs and satire » (p. 86).
    98. (en) Contemporary Tibetan literary studies, page 66, International Association for Tibetan Studies. Seminar, Steven J. Venturino.
    99. (en) China Tibetology Research Centre, The Use, Inheritance and Development of the Tibetan Language in Tibet.
    100. La politique à l'égard des minorités nationales.
    101. (en) Protection and Development of Tibetan Culture (White Paper), China Daily, 25-09-2008, p. 5.
    102. (en) Tibetan language widely learned, used in Tibet, Chinatibetnews.com, 9 juin 2011.
    103. a et b Internet fait partie de la vie des Tibétains, CRI online, service français, 9 mai 2011.
    104. (en) The Use, Inheritance and Development of the Tibetan Language in Tibet, China Tibetology Research Centre.
    105. (en) Tibet Internet Bars, sur le site Tibet Travel, 16 avril 2007.
    106. La Chine censure le Web et y construit sa vérité, Le Point, le 18 mars 2008 : « Depuis le début des événements récents au Tibet, liés à l'anniversaire de l'exil du dalaï-lama en Inde, les autorités chinoises sont très actives sur Internet. Comme à leur habitude, elles interdisent aux internautes chinois l'accès à tout ce qui pourrait nuire à l'image de la grande Chine, unie et pacifique ».
    107. Le Nouvel Obs.
    108. Tibet, Tibet, une histoire personnelle d'un pays perdu, traduit de l'anglais par William Oliver Desmond, Albin Michel, 2005, p. 102.
    109. Source: Reporters sans frontières.
    110. (en) Protection and Development of Tibetan Culture (White Paper), China Daily, 25 septembre 2008, p. 7 : « Old Tibet had no publishing houses in the modern sense, apart from a few workshops for printing Buddhist sutras using printing blocks ».
    111. « L'accusation de génocide culturel au Tibet ne tient pas devant les faits », Les nouvelles à travers la Chine et le monde, Xinhuanet, 2008-04-27.
    112. (en) Kalovski Itim, op. cit.
    113. Heinrich Harrer, Sept ans d'aventures au Tibet, Arthaud, 1953, p. 100.
    114. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, op. cit., p. 269-463 (ISBN 2226134263).
    115. a et b (en) Protection and Development of Tibetan Culture (White Paper), China Daily, 25 septembre 2008, p. 7.
    116. (en) Paul Miles, Tourism drive is destroying Tibet, Telegraph.co.uk, 8 avril 2005 : « Last autumn controversial renovation work began in Lhasa along the main tourist streets around the Jokhang Temple and the landmark Potala Palace. The Times of Tibet (...) has attacked the work, saying it amounts to little more than the mounting of Tibetan-style moulded fascias on to the façades of buildings that only recently were completed in a contemporary Chinese style ».
    117. Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl; Ed Autrement, coll. Monde
    118. (en) Tan Hongkai, Identity of Tibet Survives Changes, in China Daily, 11 septembre 2000 : « Traditional Tibetan building styles are no longer popular because of cost considerations, I learned from a Lhasa-based Tibetan expert on building designing. Tibetan-style houses cost considerably more than common ones if they have the same modern functions ».
    119. Projet de cartographie du Tibet.
    120. (en) Pamela Logan, « Finally, the end of Tibet as a fairy tale »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), the Boston Globe, 26 août 1999 : « When I try to raise money for repair of Buddhist monasteries, potential donors cite widely reported figures of 4,00, 5,000 or 6,000 (take you pick) monasteries razed by the Chinese and are reluctant to believe there is anything left to repair ».
    121. (en) Prof. Mario I. Aguilar, Religion and Politics in Tibet (1931-2009) : « China (...) has even restored some of the Tibetan monasteries destroyed in their hundreds within the period of the Chinese Cultural Revolution ».
    122. (en) Åshild Kolås, Monika P. Thowsen, On the margins of Tibet: cultural survival on the Sino-Tibetan frontier, University of Washington Press, 2005, 276 pages, en part. p. 48 et 50 (ISBN 0295984813), (ISBN 9780295984810).
    123. Destruction des monastères et des sculptures, argumentaire repris du site de Cdt Sauron.
    124. (en) 'Tibet: Proving Truth from Facts', The Department of Information and International Relations: Central Tibetan Administration, 1996. p. 85 : « Out of Tibet’s total of 6,259 monasteries and nunneries only about eight remained by 1976. Among those destroyed were the seventh century Samye, the first monastery in Tibet; Gaden, the earliest and holiest monastic university of the Gelugpas; Sakya, the main seat of the Sakyas; Tsurphu, one of the holiest monasteries of the Kagyuds; Mindroling, one of the most famous monasteries of the Nyingmapas; Menri, the earliest and most sacred Bon monastery, etc. Out of 592,558 monks, nuns, rinpoches (reincarnates) and ngagpas (tantric practitioners), over 110,000 were tortured and put to death, and over 250,000 were forcibly disrobed. »
    125. (en) Monastic Education in the Gönpa sur http://www.tibetanculture.org. : « More than 6,000 monasteries in Tibet were destroyed in the 1960s and 1970s following the Chinese invasion of Tibet ».
    126. (en) Religion and culture sur http://www.savetibet.org : « Approximately 6,000 monasteries, nunneries and temples, and their contents were partially or fully destroyed from the period of the Chinese invasion and during the Cultural Revolution ».
    127. (en) Ulrich von Schroeder, 108 Buddhist Statues in Tibet. Evolution of Tibetan Sculptures, Serindia Publications, Chicago, 2008, en part. l'introduction : « (...) despite the enormous loss caused by destruction and theft, there still exist in Tibet important collections of religious artefacts numbering together more than two hundred thousand ancient sculptures and paintings. Under these circumstances it is difficult to understand why so few of the recently published books illustrate sculptures and paintings photographed in Tibet. (...) taking photographs of objects inside Tibetan monasteries is very difficult if not outright impossible. In most monasteries access is restricted as a result of security measures imposed to prevent theft ».
    128. La protection de l'UNESCO.
    129. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, op. cit., p. 274.
    130. (en) Woeser, Decline of Potala Palace, China Rights Forum, No 4, 2007 (article publié initialement sur le site pro-tibétain TibetWrites en septembre 2006).
    131. (en) Amy Heller, in Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille, Wei Jing, Authenticating Tibet: Answers to China's 100 Questions, University of California Press, 2008, 364 p., p. 221 : « the invaluable library and artistic treasures accumulated over the centuries in the Potala have been preserved. »
    132. (en) Jim Underwood, « Tibetan Stone Journey »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), Stonexus Magazine, issue #1, 2002, p. 12-15.
    133. (en) Dr. B. R. Deepak, China and Dalai Lama: It is in China's Interest to Engage Dalai Lama in Meaningful Talks, South Asia Analysis Group, Paper no. 3107, 17 mai 2009.
    134. La Chine s'engage à consacrer 70 millions de dollars à la culture tibétaine, Aujourd'hui la Chine, 7 juin 2008.
    135. Site de l’Ambassade de la République de Chine en République française, conférence de presse du 8 avril 2008 du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Jiang Yu.
    136. Site de l’Ambassade de la République de Chine en République française, op. cit.
    137. (en) Tibet Museum, sur le site mychinatours.com.
    138. (en) Caidan An, 刘浚, 李金慧, 谢涛, Travel Guide to Tibet of China, 五洲传播出版社, 2003, 203 p., p. 126-127.
    139. (en) « The Tibet Museum », China Tibet Information Center
    140. La vie culturelle se développe au Tibet, sur le site CRI online, 15-8-2011 : « D’après Tashi Dawa, le musée possède plus de 40 000 objets allant de la préhistoire aux œuvres d’art contemporain. »
    141. (en) « Tibet Museum », China's Museums
    142. (en) Yanghui, Lhasa Customs History Museum to open for free, chinatibetnews.com, 15 septembre.
    143. Les faits rééls et les assertions fallacieuses du Dalaï Lama, CRI online (Radio Chine Internationale, RCI), 29-04-2008 : « La culture immatérielle : Au mois de mai 2007, le Tibet a publié la liste du patrimoine culturel immatériel au niveau de la Région autonome, qui couvre les dix grandes catégories, dont la médecine tibétaine, le calendrier, la musique folklorique, la danse folklorique et les arts artisanaux, etc. Jusqu'ici, l'Etat a alloué au total 630 millions de yuans pour mettre en valeur la culture traditionnelle tibétaine. »
    144. Tibet : un peuple en sursis, texte de Claude B. Levenson avec des photos de Pierre-Yves Ginet, Actes Sud, 2000, p. 42.
    145. Présentation de Matthieu Ricard
    146. Les « salutations » de Sarkozy au dalaï-lama, Le Parisien, 23.08.2008 : « Matthieu Ricard, traducteur du dalaï-lama, rapporte les propos... ».
    147. (en) Tibet - Myth and Reality, by American historian Foster Stockwell (publication initiale sur le site du Telegraph britannique en mars 2008) : « Tibet now has more than 30 professional song and dance ensembles, Tibetan opera groups, and other theatrical troupes were non-existent before 1950. »
    148. a et b Livre blanc, op. cit.
    149. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, op. cit., p. 154, par Robert Barnett.
    150. (en) Mark Anthony Jones, Flowing Waters Never Stale: Journey Through China, Zeus Publications, Burleigh MDC, Queensland, 2008 (ISBN 978-1-921406-32-4) : « Many Tibetans are clearly keen to benefit from the money that the sharply increasing number of tourists bring, producing and selling all kinds of traditional handicrafts, and (...) some of these cultural products on sale to tourists have also become popular with the Tibetans themselves, which is why cultural production, now linked to tourism, is ‘a very important factor in the revitalisation of Tibetan culture.’ »
    151. (en) Mark Anthony Jones, op. cit.
    152. Claire Goubier et Virginie Morel, « Tibet, les touristes chinois à l'assaut »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), in Marianne, 11 août 2007].
    153. Style et origine des tapis tibétains.
    154. (en) Wang Wenchang et Lha Can, L’économie du Tibet, Collection Tibet, Chine Intercontinental Presse, 2004, 121 p., (ISBN 7508505670), p. 6-7.
    155. Encyclopédie Larousse : La littérature tibétaine
    156. (en) Tibet - Myth and Reality, by American historian Foster Stockwell : « Regarding the field of literature, prior to 1950 Tibetans could point with pride to only a few fine epics that had been passed down through the centuries. »
    157. (en) Tsering Shakya, The Waterfall and Flowers, in Tibetan Bulletin, vol.5, issue.3, juillet-août 2001, p. 20.
    158. (en) Dr Puri Bharati, A Prolegomena to Contemporary Tibetan Writings, 蒙藏委員會, 2005, p. 21-46, en part. p. 23 : « In analyzing the contents of these oeuvre, Tsering Shakya suggests that Modern Tibetan literature has been a largely ignored field of study. In a historical sense this literature has grown and diversified from what it originally was. Traditionally the contents of literature generated, focused either on Buddhism, philosophical texts, and liturgical and biographical accounts of the lamas. »
    159. (en) Ashield Kolas, Monika P. Thowsen, On the Margins of Tibet: Cultural Survival on the Sino-Tibetan Frontier, 2005, p. 40-41, 138-139.
    160. (en) Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille, What is the Chinese Government's Attitude Toward Traditional Tibetan Literature and Art?, in Authenticating Tibet: Answers to China's 100 Questions, University of California Press, 2008, p. 214-217.
    161. (en) Samten Gyaltsen Karmay, The arrow and the spindle: studies in history, myths, rituals and beliefs in Tibet, Volume 2, Mandala Book Point, 1998 - (en) Amdo Tibetans in transition: society and culture in the post-Mao era, International Association for Tibetan Studies, Leiden 2000.
    162. Tibet - Myth and Reality, op. cit. : « Now that serfs can become authors, many new writers are producing works of great quality; persons such as the poet Yedam Tsering and the fiction writers Jampel Gyatso, TashiDawa, and Dondru Wangbum. »
    163. Cf la monographie de l'auteur sur le site Woeser Where Tibetans Write « This force of hundreds of Tibetan authors and poets have a command of Chinese that readers and critics find superior in many cases to the work of today’s Han writers »
    164. (en) Patricia Schiaffini, Reconsidering the origins of Tibetan Magical Realism, Margin, exploring modern magical realism : « [Tashi Dawa] became known for a number of short stories that attempt to imitate the magical realist style of Latin American literature which was introduced to China during the early 1980s. [...] This essay proposes a different interpretation linking Tashi Dawa’s magical realism with his culturally hybrid identity. »
    165. Ashield Kolas, Monika P. Thowsen, op. cit., p. 40-41, 138-139.
    166. Compte rendu en anglais par Gang Yue, publié sur le site MCLC, avril 2005.
    167. Xénia de Heering, « Une visite à Chukhama, au pays natal de l'auteur tibétain Nagtsang Nülo », Carnets du Centre Chine. Mis en ligne le 16 avril 2013. URL : http://cecmc.hypotheses.org/10770
    168. (en) Cf. Lauran R. Hatley, Patricia Schiaffini-Vedam (sous la direction de), Modern Tibetan Literature and Social Change, Duke University Press, 2008, 382 p. (ISBN 0822342774) et (ISBN 9780822342779). Ce domaine englobe également les auteurs de la diaspora tibétaine.
    169. Un thangka est une peinture sur toile caractéristique de la culture tibétaine traditionnelle. On en trouve de toutes les tailles, depuis les thangkas portatifs que l'on peut enrouler et dérouler grâce à deux baguettes passées dans leurs ourlets, jusqu'aux thangkas monumentaux destinés à être déroulés le long d'une pente ou d'un mur, et qui peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres
    170. a b c d e f g et h (en) Kabir Mansingh Heimsath, Untitled Identities. Contemporary Art in Lhasa, Tibet.
    171. Kabir Mansingh Heimsath, op. cit. : « The history of contemporary Tibetan painting, it is generally agreed, begins with the iconoclast monk, scholar and itinerant intellectual Gedun Choephel (1903-51). »
    172. (en) Craig Simons, « At a Gallery in Lhasa, Tibet Joins Art World »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2017), The New York Times, 22 novembre 2004.
    173. a et b (en) At a Gallery in Lhasa, Tibet Joins Art World, op. cit.
    174. Vidéo de Gade
    175. (en) Tibet Contemporary Painting Exhibition Kicks Off in Nepal sur le site Guangdong Foreign Affairs, 6 janvier 2006.
    176. (en) Jones Mark Anthony Jones, Flowing Waters Never Stale: Journey Through China, Zeus Publications, Burleigh MDC, Queensland, 2008 (ISBN 978-1-921406-32-4) : « the Tibetan youths of today are using modern technology to record traditional folk songs in foreign contemporary styles, keeping their language but performing them as hip-hop or rap, sometimes combining T-shirts with chubas in their music videos ».
    177. Exemple de rap tibétain.
    178. Ursula Gauthier, Rock around Tibet, Nouvel Obs.
    179. http://asiexpo.com/club/articles_show.php?no=163&categorie=tous
    180. (en) Françoise Robin, professeur à l'Institut des langues orientales à Paris, A Tale of Two Tibets? Nascent Cinema in China and exile, conférence faite à l'Université de Kentucky en avril 2008, résumé conservé par Google à l'adresse « http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:CFe-xp_3tckJ:www.uky.edu/Centers/Asia/events/Tibet.php+%22Tibetan+cinema%22&hl=fr&ct=clnk&cd=23&gl=fr&lr=lang_en »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 8 avril 2013).
    181. (en) Tibet film bags Jury Grand Prix at Shanghai film festival, chinaview.cn, 23 juin 2009.
    182. Dubbed movies spice up life for Tibetans, Chinatibet.news, 25 février 2013.
    183. (en) Elliot Sperling, op. cit.
    184. Cf la monographie de l'auteur Woeser sur le site Where Tibetans Write.
    185. Ursula Gauthier, Tibet : le défi à la Chine, Le Nouvel Obs, 17-01-08.
    186. Jean-Jacques Mével, En Chine, quelques voix bravent le tabou tibétain, lefigaro.fr, 28-03-08.
    187. Tibet: Jamyang Kyi, une chanteuse en détention, Le Nouvel Observateur, vidéo.
    188. (en) Leading Tibetan Freed, Awaiting Trial.
    189. (en) Barbara Demick, « China silences Tibet folk singer Drolmakyi », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2008)
    190. (en) China silences Tibet folk singer Drolmakyi, in Los Angeles Times, 8 juin 2008.
    191. Reporters sans frontières.
    192. Sur la base de 6 millions de Tibétains, cela donne de 60 à 90 millions de Han.
    193. (en) « Tibet on line »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 8 avril 2013).
    194. France-Tibet, Un imprimeur tibétain de 81 ans condamné à 7 ans de prison en novembre 2008, sur le site HNS-info, 8 décembre 2008.
    195. Source : Reporters sans frontières du 4 août 2009.
    196. Source : Reporters sans frontières du 4 janvier 2011 : Trois écrivains tibétains condamnés à la prison ferme.