Cugy (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cugy.

Cugy
Cugy (Vaud)
Blason de Cugy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Gros-de-Vaud
Communes limitrophes Bretigny-sur-Morrens, Lausanne, Le Mont-sur-Lausanne, Morrens
Syndic Thierry Amy
NPA 1053
N° OFS 5516
Démographie
Gentilé Cugiérans
Population
permanente
2 742 hab. (31 décembre 2018)
Densité 946 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 59″ nord, 6° 37′ 59″ est
Altitude 710 m
Superficie 2,9 km2
Divers
Nom officiel Cugy (VD)
Langue Français
Localisation
Localisation de Cugy
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Cugy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cugy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cugy
Liens
Site web www.cugy-vd.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Cugy est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud. Citée dès 968, elle fait partie du district d'Échallens entre 1798 et 2007. La commune est peuplée par 2 742 habitants en 2018. Son territoire, d'une surface de 290 hectares, se situe dans la région du Gros-de-Vaud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cugy est connu sous le nom de in villa Cuzziaco en 968, puis de Cusi en 1147. Une chapelle Saint-Jean-l'Evangéliste est mentionnée en 1394. L'abbé de Montheron possède la dîme en 1444. Elle passe à la ville de Lausanne en 1545. À l'époque bernoise, Cugy fait partie du bailliage de Lausanne. Le village fait ensuite partie du district d'Échallens entre 1798 et 2007, puis du district du Gros-de-Vaud depuis 2008[3].

La seconde moitié du vingtième siècle a été marqué par la construction de plusieurs bâtiments communaux: maison communale en 1962, station d'épuration en 1972, maison de commune en 1974 et collège en 1976[4]. Un centre œcuménique a été inauguré en 1986[5].

Le 30 novembre 2014, la population de Cugy approuve un projet de fusion avec les communes de Bretigny-sur-Morrens, Froideville et Morrens pour former la nouvelle commune de Haut-Talent[6]. La fusion n'a toutefois pas lieu en raison du vote négatif de Froideville et de Morrens[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cugy

Les armes de la commune de Cugy se blasonnent ainsi :
De gueules à deux fasces ondées d'argent, au chef du second chargé d'une aigle du premier[7].

Le rouge et le blanc sont les couleurs de l'évêché de Lausanne dont dépendait le village. L'aigle est une référence à Saint-Jean-l'Evangéliste, patron de la commune. Les deux bandes blanches symbolisent les deux rivières - la Mèbre et le Talent - qui délimitent le territoire communal[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Cugy représente 290 hectares qui se décomposent en : 77 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 106 ha de surfaces agricoles, 107 ha de surfaces boisées et enfin moins d'un hectare de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent 1,72 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 20,34 %, les routes et infrastructures de transport 2,76 %, les zones agricoles 25,52 % et les zones arboricoles et viticoles moins de 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district d'Échallens. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle a des frontières communes avec Bretigny-sur-Morrens, Lausanne, Le Mont-sur-Lausanne et Morrens.

La commune de Cugy a la particularité d'être située entre le bassin du Rhône et celui du Rhin. De ce fait, une partie des eaux part en direction de la mer Méditerranée (par la Mèbre puis le Rhône) tandis qu'une autre va se jeter dans la mer du Nord (par le Talent puis le Rhin).

Le territoire communal se situe sur le plateau suisse, dans la région du Gros-de-Vaud. La frontière de la commune est marquée par la zone boisée de la Taquette au sud et par le Jorat à l'ouest ; c'est dans cette zone que se trouve, dans le bois de Benenté, le point culminant de la commune avec 809 mètres d'altitude. La frontière nord est marquée par le ruisseau de Latigny, affluent du Talent.

En plus du village de Cugy, la commune compte plusieurs exploitations agricoles dispersées sur son territoire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Cugy compte 2 742 habitants en 2018[1]. Sa densité de population atteint 946 hab./km2.

En 2000, la population de Cugy est composée de 994 hommes (49,9 %) et 998 femmes (50,1 %). La langue la plus parlée est le français, avec 1 773 personnes (89,3 %). La deuxième langue est l'allemand (93 ou 4,7 %). Il y a 1 701 personnes suisses (85,6 %) et 285 personnes étrangères (14,4 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 871 personnes (43,9 %), suivie des catholiques (694 ou 34,9 %). 259 personnes (13 %) n'ont aucune appartenance religieuse[8].

La population de Cugy est de 230 habitants en 1850, puis de 300 habitants en 1960. Le nombre d'habitants augmente ensuite très fortement, puisqu'il est multiplié par 7,5 en 50 ans, pour atteindre 2 267 habitants en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Cugy entre 1850 et 2010[9] :

Politique[modifier | modifier le code]

Autorités communales[modifier | modifier le code]

Sur le plan communal, Cugy est dirigé par une municipalité formée de 7 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal de 55 membres dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[10]. Le conseil communal a été instauré en 1976. Avant cela, la commune était dotée d'un Conseil général ouvert à tous les citoyens désirant y siéger[4].

Liste des syndics de Cugy[modifier | modifier le code]

  • 1948-1971: Louis Vaney.
  • 1962-1971: Henri Châtelan.
  • 1971-1984: Gilbert Vaney, radical.
  • 1984-1992: Martin Mathys.
  • 1993-2006: François Gilliéron, libéral.
  • 2006-2016: Raymond Bron.
  • Dès 2016: Thierry Amy.

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 24,86 % pour le Parti socialiste suisse. Les deux partis suivants furent l'Union démocratique du centre avec 24,15 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 16,97 %[11].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti socialiste à 26,21 %, le Parti libéral-radical à 24,07 %, l'Union démocratique du centre à 21 %, l'Alliance du centre à 14,62 % et les Verts à 14,10 %[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Si l'économie locale est restée tournée vers l'agriculture et l'élevage jusqu'au milieu du XXe siècle environ, ces deux domaines n'assurent, de nos jours, pratiquement plus d'emplois locaux. La commune s'est développée dans les années 1970 avec la création de plusieurs zones industrielles où se sont établies de nombreuses entreprises ; aujourd'hui, différents domaines d'activité tels que la construction, l'informatique, l'industrie électronique et électrotechnique et la carrosserie automobile y sont présents.

Dans les dernières décennies, le village s'est à nouveau transformé avec la création de zones résidentielles habitées par des personnes travaillant principalement dans la région lausannoise. Cette mutation s'est accompagnée de la création de plusieurs petites entreprises locales, notamment de services.

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Cugy fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Le bus n° 60 des Transports publics de la région lausannoise faisant le parcours Lausanne-Cugy-Montheron-Bottens-Froideville s'arrête dans la commune[13] et un bus CarPostal relie Cugy à Cheseaux-sur-Lausanne[14]. Le village est également desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont aussi un service de CarPostal[15].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune de Cugy compte plusieurs associations, parmi lesquelles un groupe scout et une société de jeunesse, ainsi que des clubs de football, gymnastique, tir sportif et tennis[16]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. François Béboux, « Cugy (VD) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . consulté le 15 octobre 2012.
  4. a et b François Béboux, « Cugy (VD) », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 30 décembre 2016)
  5. a et b Martine Bailly, « Ces communes peu communes », Nouvelle Revue Hebdo,‎ , p. 12-14 (lire en ligne)
  6. a et b « Le projet de fusion Haut-Talent capote », sur 24heures.ch/ (consulté le 30 décembre 2016)
  7. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  8. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 5 octobre 2012)
  9. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  10. « Cugy (Vaud) », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  11. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  12. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  13. « Lausanne-Cugy VD-Montheron-Bottens-Froideville », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  14. « Cheseaux-Morrens VD-Cugy VD », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  15. « PubliCar Echallens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 5 octobre 2012)
  16. « Sociétés locales et activités culturelles et sportives », sur cugy-vd.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  17. « Décès de Gilbert Vaney », 24 Heures,‎ , p. 24 (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Boël Sambuc (journaliste) et François Bardet (réalisateur), « Il était une fois Cugy », Temps présent, Radio télévision suisse « Le projet de numérisation des archives de la RTS » « Les archives de la Radio télévision suisse »,‎ (lire en ligne [[vidéo] durée : 57 min 28 s])

Sur les autres projets Wikimedia :