Cucuruzzu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cucuruzzu
Montée dans la forteresse, à gauche, par l'escalier
Montée dans la forteresse, à gauche, par l'escalier
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 41° 43′ 29″ nord, 9° 07′ 36″ est

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Cucuruzzu
Cucuruzzu

Cucuruzzu est un site préhistorique en Corse-du-Sud découvert en 1963.

Un sentier balisé descend en pente douce dans un vallon pour atteindre une forteresse, de laquelle on a une vue sur la région verdoyante et les Aiguilles de Bavella. Ce village forteresse, datant de l’âge du bronze et qui aurait été abandonné à la fin IIIe siècle av. J.-C., intègre les éléments naturels que sont les gros blocs de roche granitique aux empilements de pierre constituant les murs réalisés par l'homme. Un escalier aux marches assez grossièrement taillées mène à l'intérieur occupé par des abris ou autres « diverticules » (recoins) sur une surface approximative de 400 m2.

Histoire de la mise en valeur du site[modifier | modifier le code]

Après l'intérêt porté à Cucuruzzu dès 1959 par Roger Grosjean, archéologue connu pour avoir étudié Filitosa, et les fouilles auxquelles il procéda en 1963 et 1964, le site fut acquis en 1975 par l'État qui le classa Monument historique en 1982. Il relève aujourd'hui de la Collectivité Territoriale de Corse qui travaille à améliorer l'accueil des visiteurs, tout en préservant le caractère si particulier des lieux.

Restauré en 1991, débarrassé de la végétation qui l'envahissait, sa mise en valeur permet au public d'y accéder tout en limitant sa dégradation.

Conditions de la visite[modifier | modifier le code]

Culminant à environ 5 mètres de hauteur, les quelques mètres carrés de la partie supérieure sont interdits au public qui est mis en garde par un panneau (risques de chute -attention aux chaussures inadaptées- et de dégradation du monument)[1].

La visite payante du site, jumelée avec celle de Capula, se fait avec un fascicule plastifié à la main et un baladeur qui doivent être rendus au retour. Onze bornes (de couleur et numérotées) jalonnent le sentier en signalant la disponibilité d'un commentaire sur le fascicule et/ou sur le commentaire audio.

Tout proche se trouve le site de Capula (six autres bornes-commentaires l'agrémentent), un autre Castellu habité quant à lui jusqu'au Moyen Âge, ainsi que l'atteste le produit des fouilles archéologiques.

Les pièces découvertes sur ces sites sont visibles au Musée de l'Alta Rocca, à Levie.

Dans ce coin de nature préservée, il n'est pas rare de rencontrer de paisibles porcs semi-sauvages fouillant la terre de leur groin, au pied des arbres, à moins de dix mètres du parcours balisé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le bénéfice espéré d'un meilleur panorama ou d'un angle de vue plus large (en dehors du plaisir de la conquête de l'inutile) au prix d'une petite prise de risques n'est aucunement justifié, aux dires des casse-cou, puisque :
    • le "plan" de la forteresse n'y apparaît pas mieux,
    • les environs immédiats sont uniformément boisés,
    • l'horizon est le même, avec par exemple les Aiguilles de Bavella ne pouvant présenter (2 ou 3 mètres plus haut) un tracé différent de leur ligne de crêtes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :