Cucumeropsis mannii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cucumeropsis mannii, appelée en français égousi-itoo, égousi ou gousi », est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Cucurbitaceae, originaire d'Afrique tropicale.

Cette espèce est la seule du genre Cucumeropsis (genre monotypique). C'est une plante herbacée annuelle grimpante, cultivée dans plusieurs pays d'Afrique tropicale, occidentale et centrale, souvent en cultures associées, principalement pour ses fruits (sortes de baies assimilables à des melons) dont les graines sont consommées sous diverses formes. Les graines d'autres cucurbitacées, appelées aussi « égousi », sont consommées dans ces régions de la même manière, notamment celles de Citrullus lanatus[1].

Noms vernaculaires locaux : la plante est appelée localement ngond en langue bassa, egousi en yoruba ou agushi en haoussa. Elle est appelée n’viêlê en Côte d'Ivoire, où ses graines, ainsi que celles d'autres cucurbitacées, sont consommées sous le nom de « pistaches »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Plante grimpante dont la hauteur va jusqu'à 4 mètres, et couverte de poils raides, ses feuilles palmées sont sous forme de cœur et ont jusqu'à 12 cm de long et 14 cm de large. La plante porte de petites fleurs mâles de couleur jaune et des fleurs femelles avec des pétales de moins d'un cm de longueur. Le fruit, de couleur crème avec des stries vertes, est ovoïde dont la taille va jusqu'à 19 cm de long et 8 cm de large environ. Les fruits et les graines de couleur blanche sont comestibles.

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition originelle de Cucumeropsis mannii s'étend en Afrique tropicale, d'ouest en est, de la Guinée-Bissau au Soudan, et vers le sud jusqu'en Angola. On la rencontre notamment en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Nigeria, au Cameroun; en République centrafricaine et au Zaïre[3].

La plante est cultivée dans certains de ces pays : Côte d'Ivoire, Nigeria, Cameroun et République centrafricaine[3].

L'espèce est également présente à l'état sauvage en Amérique du Sud, ainsi que dans les Caraïbes, où elle était classée sous le nom binominal de Posadaea sphaerocarpa Cogn. Son aire de répartition y comprend le Brésil (« États d'Amazonas et de Pará), le Guyana, le Venezuela, la Colombie, la Bolivie et l'Équateur, ainsi que la République dominicaine et Trinité-et-Tobago[3].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

La première description de cette espèce est due au botaniste français Charles Naudin et a été publiée en 1866 dans les Annales des Sciences Naturelles, Botanique (série 5, 5: 30)[4].

Selon une étude de 2010, faisant appel notamment au codes-barres d'ADN, cette espèce serait la même que Posadaea sphaerocarpa, originaire d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, dont les fruits et les graines sont utilisés dans les cultures traditionnelles de ces régions de manière similaire à ceux de Cucumeropsis mannii en Afrique. La dispersion géographique de la plante se serait faite relativement récemment, vraisemblablement dans le sens Amérique-Afrique, soit par les navires de la traite négrière, soit par dispersion naturelle par les courants marins[5].

Une révision en 2011 de la classification de la famille des Cucurbitaceae a conduit à rattacher cette espèce au genre Melothria (incluant les deux genres monotypiques Cucumeris et Posadaea), sous le nom de Melothria sphaerocarpa en se basant sur le synonyme nomenclatural Posadaea sphaerocarpa, les épithètes mannii et edulis étant déjà prises par deux autres espèces : Melothria mannii et Melothria edulis[6].

Son épithète spécifique mannii rend hommage au botaniste allemand Gustav Mann.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List[7] :

  • Cladosicyos edulis Hook.f.,
  • Corynosicyos edulis (Hook.f.) F.Muell.,
  • Cucumeropsis edulis (Hook.f.) Cogn.,
  • Cucumeropsis mackennii K.Koch [invalide],
  • Cucurbitella ecuadorensis Cogn.,
  • Melothria sphaerocarpa (Cogn.) H. Schaef. & S.S. Renner,
  • Momordica procera A.Chev. [invalide],
  • Posadaea sphaerocarpa Cogn.

Culture[modifier | modifier le code]

Il est cultivé en Afrique centrale et de l'Ouest notamment dans le cadre de l'agriculture itinérante sur brûlis. Sa culture est vieille de plus de 4 000 ans notamment en Afrique de l'Ouest[8]. Les avantages de Cucumeropsis mannii sont nombreux. La culture se développe dans des climats difficiles notamment arides avec des rendements élevés. Sa culture a peu de contraintes liées aux ravageurs et aux maladies phytosanitaires. Sa culture améliore la qualité du sol grâce à sa couverture du sol et à la suppression des mauvaises herbes[9]. La plante est très nutritive. L'huile représente 44 % de la graine avec 30 % de protéine riche en acides aminés essentiels[10]. La graine peut être transformée en soupe ou en huile[11] . La graine est une excellente protéine végétale, et est idéale pour combattre les déficits nutritionnels. Riche en vitamines et minéraux essentiels, Cucumeropsis mannii fournit également l'amidon dans les régimes alimentaires en Afrique[12]. Malgré ses atouts, Cucumeropsis mannii reste une culture marginale pour les interventions nutritionnelles en Afrique.

Conditions de croissance[modifier | modifier le code]

Cucumeropsis mannii se multiplie à partir de ses graines. En Afrique de l'Ouest notamment au Nigeria et en Côte d'Ivoire, le semis est pratiqué pendant la grande saison des pluies entre les mois de mars et de mai[13]. Les sols y sont alors riches en matière organique avec une forte pluviométrie de 1400 mm entre les mois d'avril et et d'octobre. La culture commence après les premières pluies de haute intensité. Les trous sont faits avec une profondeur de 2 cm environ. Chaque trou a en moyenne 3 à 4 graines chacun[13]. Les espacements entre les graines sont d'1 mètre. Un engrais complet peut être appliqué avant la plantation, avec une application périodique d'un engrais azoté plus tard[12]. Les méthodes de plantation contraste avec celles des savanes du Nord où les conditions sont plus difficiles avec une faible fertilité et peu de matière organique. Les précipitations dans cette zone sont faibles avec en moyenne 800 mm par an. Dans ces conditions, Cucumeropsis mannii est plus approprié en culture mixte, développée de façon spécifique sous les cultures de sorgho. Dans ces zones, cette culture doit être espacée d'au moins 3 m de distance, ce qui diminue considérablement la production par hectare[10]. Après 6-8 mois, vers les mois de septembre à décembre, le fruit est mûr pour la récolte[13]. Les signes physiques de la maturité comprennent la couleur crémeuse et les tiges et les feuilles séchées. Chaque plante a en moyenne 2 à 5 fruits, pesant chacune 0,8 à 1,8 kg et contenant 90 à 400 graines[13].

Tolérance au stress[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs zones climatiques, Cucumeropsis mannii peut survivre dans les sols pauvres en éléments nutritifs. La forte couverture du sol par cette plante tapisse le protège de l'exposition au soleil et de la perte d'eau, et augmente également La qualité du sol[10]. La plante peut prospérer dans les zones humides, sèches et de montagne avec peu ou pas de conséquence sur la croissance ou la qualité des cultures. Adaptée aux zones semi-arides et compatible avec les hautes terres tropicales chaudes, la plante est tolérante à la sécheresse, et est en plein essor dans les régions sèches de l'Afrique de l'Ouest[14].

Problématiques phytosanitaires[modifier | modifier le code]

Cucumeropsis mannii est décrit comme une plante sans ravageurs et sans maladies phytosanitaires. Les premières contraintes sont liées au champignon Macrophomina phaseolina qui attaque les racines et les tiges inférieures de la plante[15] provoquant la fonte des semis[14]. Les trypètes Dacus punctifrons peuvent également attaquer le fruit de cette plante. En général, les fruits pourrissent en raison de l'existence des larves. Halticus tibialis est une trémie de puces similaire à un puceron qui peut également causer des problèmes pour les cultures de Cucumeropsis mannii, détruisant principalement les feuilles de la plante en suçant la sève au mois d'octobre[14]. Après la récolte, de nombreuses espèces de coléoptères, y compris le tribolium rouge de la farine, et le scarabée de cigarette peuvent se nourrir de graines qui ne sont pas correctement stockées dans des récipients étanches à l'air[16]. Cucumeropsis mannii fournit la couverture du sol, supprime efficacement les mauvaises herbes. La plante est idéale comme intercalaire avec le sorgho, le manioc, le café, le coton, le maïs, ou des cultures de bananes et réduit ainsi les désherbages pendant les 2 à 3 mois de sa croissance en une seule opération[17] .

Consommation et utilisation[modifier | modifier le code]

Récolte de Cucumeropsis mannii

Cucumeropsis mannii est principalement cultivée pour les graines oléagineuses qu'elle produit[13]. Les graines sont souvent broyées et utilisées pour épaissir les soupes et les ragoûts, ou comme ingrédient dans les boulettes et les plats à l'étouffée[5]. Une autre consommation de Cucumeropsis mannii se fait sous forme de galette après extraction de l'huile des graines[16]. La plante est alors consommée comme un substitut de la protéine. La graine peut aussi être décortiquée et consommée comme collation[18]. Dans le nord du Ghana, son huile est la deuxième huile de cuisson[14]. Le noyau de la graine de Cucumeropsis mannii contient des huiles semi-siccatives qui sont utilisées pour la fabrication des savons, dans la cuisine et pour l'éclairage. Les déchets de la graine sont alors utilisés pour nourrir le bétail[15]. Bien que peu courant en raison de son goût amer, la pulpe de Cucumeropsis mannii est comestible. Dans certains pays comme le Ghana, le jus du fruit est utilisé comme l'onguent de guérison[15].

Information nutritionnelle[modifier | modifier le code]

La graine de Cucumeropsis mannii est de 44 % d'huile[15], 30 % de protéines, 10 % de glucides, 4 % de cendres et 3 % de fibres[16]. L'huile de cette graine est composé de 64,9 % d'acide linoléique, 12,4 % d'acide stéarique de 11,8 % et 10,9 % l'acide palmitique 10,9%[15]. les vitamines thiamine, niacine, B1 et B2 sont également répandues dans la graine[14], de même que de nombreux oligo-éléments[13]. Les minéraux majeurs sont le phosphore principalement, avec le potassium, le magnésium, le manganèse, le soufre, le calcium, le fer et le zinc. La majeure partie de l'amidon et des glucides sont des sucres solubles[12]. Cucumeropsis mannii est le complément parfait pour les régimes enrichis en amidon en Afrique, fournissant une haute teneur en protéines et une forte concentration d'énergie[19]. La graine contient tous les macro et micro-nutriments importants en quantité pour une nutrition optimale. La teneur en acides aminés des protéines de Cucumeropsis mannii en fait une protéine végétale suffisante. Cette composition est idéale pour les malades et les enfants, en fournissant des acides aminés et des calories essentielles. Consommer 100g de graines quotidiennement satisfait les exigences en acides gras essentiels, en acides aminés et en vitamine E[20]. Il est possible que ces graines soient utilisées pour lutter contre des maladies telles que le kwashiorkor[19].

Informations pratiques[modifier | modifier le code]

Des connaissances plus répandues sur la plante Cucumeropsis mannii sont encore nécessaires afin de vulgariser la culture et favoriser son expansion. Les organisations de la société civile sont appelés à diffuser des connaissances essentielles sur la propagation et la gestion de la culture, et d'utiliser la culture pour les interventions nutritionnelles. Une importance doit être placée sur le calendrier spécifique de récolte. Au début de la récolte ou dans le cas de la récolte tardive de Cucumeropsis mannii, il y a un effet sur la qualité des semences[21]. Le fruit doit donc atteindre sa pleine maturité avant la récolte afin d'obtenir des rendements maximaux. La pleine maturité est constatée par les feuilles des plantes complètement séchées[8]. Les graines de ce fruit doivent être récoltées 65 jours après la floraison. Cela permet d'accroître la capacité de germination des semences stockées pour assurer des meilleurs rendements productifs. Les agriculteurs doivent sélectionner les graines ayant le poids le plus élevé pour obtenir les meilleurs résultats de germination[20]. Afin d'atteindre la graine avec la plus haute qualité possible, les fruits récoltés doivent être conservés pendant 10-20 jours[21] dans le but de lutter contre les ravageurs tels que les trypètes Dacus punctifrons. Les cultures devraient faire l'objet d'une rotation annuelle afin que les pupes de mouches restent dans le sol, et augmentent le rendement de la plante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) National Research Council, Panel on African Fruits and Vegetables, « Chapter 8 - EGUSI », dans Lost Crops of Africa: Volume II: Vegetables, The National Academies Press, , 378 p. (ISBN 978-0-309-10333-6, DOI 10.17226/11763, lire en ligne), p. 154-171.
  2. (fr) Irié A. Zoro Bi, Kévin K. Koffi, Yao Djè, « Caractérisation botanique et agronomique de trois espèces de cucurbites consommées en sauce en Afrique de l'Ouest : Citrullus sp., Cucumeropsis mannii Naudin et Lagenaria siceraria (Molina) Standl  », Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement, Presses agronomiques de Gembloux, vol. 7, nos 3–4,‎ , p. 189–199 (lire en ligne)
  3. a b et c (en) « Taxon: Melothria sphaerocarpa (Cogn.) H. Schaef. & S. S. Renner », sur U.S. National Plant Germplasm System (consulté le 1er août 2016).
  4. (en) « Cucurbitaceae Cucumeropsis mannii Naudin », sur International Plant Names Index (IPNI), (consulté le 31 juillet 2016).
  5. a et b (en) Hanno Schaefer et Suzanne S. Renner, « A gift from the new world? the west african crop Cucumeropsis mannii and the american Posadaea sphaerocarpa (Cucurbitaceae) are the same species », Systematic Botany, vol. 35, no 3,‎ , p. 534–540 (DOI 10.1600/036364410792495818, lire en ligne).
  6. (en) Hanno Schaefer et Suzanne S. Renner, « Phylogenetic relationships in the order Cucurbitales and a new classification of the gourd family (Cucurbitaceae) », TAXON, vol. 60, no 1,‎ , p. 122–138 (lire en ligne).
  7. (en) Référence The Plant List : Cucumeropsis mannii  (Source: KewGarden WCSP)
  8. a et b Kortse , P. A., & Oladiran, J. A. (2013). "The effects of leaf colour at fruit harvest and fruit after-ripening duration on (Cucumeropsis mannii Naudin) seed quality". Journal of Biology, Agriculture and Healthcare, 190-191
  9. National Research Council. (2006). p. 158
  10. a b et c National Research Council. (2006). p. 157
  11. National Research Council. (2006) p. 161
  12. a b et c National Research Council. (2006). p. 162
  13. a b c d e et f (fr) J.K. Egunjobi & A.A. Adebisi, « Cucumeropsis mannii Naudin », sur Protabase, PROTA Network Office Europe, université de Wageningue, (consulté le 31 juillet 2016).
  14. a b c d et e National Research Council. (2006). p. 160
  15. a b c d et e Partridge , D. (n.d.). "Macrophomina phaseolina". Informally published manuscript, Department of Plant Pathology: College of Agriculture and Life Sciences, North Carolina State University, Raleigh, NC
  16. a b et c National Research Council. (2006). p. 163
  17. National Research Council. (2006). p. 157-158
  18. National Research Council. (2006). p. 155
  19. a et b National Research Council. (2006). p. 157-159
  20. a et b (en) Y. Mbuli-Lingundi, H. D. Belitz, H. Gerstenberg, K. P. Kaiser, K. Maniwa, A. Medl, H. Scherz et J. K. P. Weder, « Studies on the chemical composition of the seeds from Cucumeropsis mannii Naudin and their suitability as a food », Z Lebensm Unters Forsch, vol. 177, no 1,‎ , p. 37–40 (PMID 6624267, DOI 10.1007/bf01042494, lire en ligne [PDF])
  21. a et b (en) K. A. Kortse et A. J. Oladiran, « The Quality of 'Egusi-Itoo' Melon (Cucumeropsis mannii Naudin) Seed Harvested at Different Fruit Ages », International Journal of Scientific and Research Publications, vol. 2, no 12,‎ , p. 1–5 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enoch G. Achigan-Dako. Phylogenetic and Genetic Variation Analyses in Cucurbit Species (Cucurbitaceae) from West Africa: Definition of Conservation Strategies. Cuvillier Verlag, 2008 - 145 p.
  • Didier Fontanel. Huiles végétales : teneurs en matières insaponifiables. Lavoisier, 1 avr. 2011 - 533 p.
  • G. J. H. Grubben. Vegetables. PROTA, 2004 - 667 p.
  • Charles Michael Shackleton, Margaret Pasquini, Axel W. Drescher. African Indigenous Vegetables in Urban Agriculture. Earthscan, 2009 - 298 p.
  • Lim T. K. Edible Medicinal And Non-Medicinal Plants: Volume 2, Fruits. Springer Science & Business Media, 30 janv. 2012 - 1100 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]