Cryptocoryne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cryptocoryne est un genre de plantes aquatiques monocotylédones de la famille des Araceae. Il regroupe environ 50 à 60 espèces que l'on trouve à l'état naturel dans les régions tropicales de l'Asie et de la Nouvelle-Guinée.

L'habitat des Cryptocoryne se situe essentiellement dans les ruisseaux et rivières au courant pas trop fort, dans les plaines forestières. Elles peuvent aussi vivre dans les mares des forêts inondables ou sur les berges submergées par les hautes eaux.

Historique[modifier | modifier le code]

La première espèce de Cryptocoryne a été décrite en 1779 sous le nom de Arum spirale par Retzius. Le genre a été décrit par Fischer en 1828. Néanmoins la classification scientifique des Cryptocoryne est très compliquée et il y a différents avis à ce sujet. Lagenandra est un autre genre très proche des Cryptocoryne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Cryptocoryne vient du latin crypto, signifiant « caché », et du grec koryne faisant référence au bouton de la fleur.

Bien que le nom scientifique correct du genre soit Cryptocoryne, elles sont souvent désignées par le diminutif « Crypto », notamment chez les aquariophiles. Le nom anglais water trumpet (trompette d'eau) fait référence à leur inflorescence, un spadice entouré d'un spathe (typique de cette famille), qui ressemble à une trompette.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

La liste est longue, surtout lorsqu'on prend en compte les variétés géographiques[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Certaines Cryptocoryne sont des plantes d'aquarium populaires. Les plantes immergées ont une reproduction végétative, les plantes cultivées à l'air libre pourront fleurir et faire l'objet d'une reproduction sexuée. De nombreuses espèces sont uniquement cultivées par des experts spécialisés et sont très difficiles à maintenir, ou ne font l'objet d'aucune culture. Certaines sont des espèces menacées par la disparition de leur habitat. À l'inverse, certaines Cryptocoryne (comme Cryptocoryne beckettii) sont des plantes d'aquarium très communes, faciles à faire pousser, au point qu'elles sont devenues invasives après leur introduction en Floride.

Certaines Cryptocoryne sont parmi les plus faciles à maintenir (en fait des espèces comme Cryptocoryne wendtii sont réputées comme étant les plus polyvalentes des plantes d'aquarium) ; elles demandent une lumière faible à modérée (mais peuvent pousser plus vite sous une lumière plus intense), une gamme de température autour de 20 à 33 °C, et un pH légèrement acide ou neutre, même si elles peuvent aussi s'adapter à un pH plus élevé. Contrairement à ce qui est souvent dit par les aquariophiles, elles prospèrent bien dans les eaux calcaires. Beaucoup d'aquariums modernes seront probablement trop éclairés pour que des « Crypto » y prospèrent.

Les plantes du genre Cryptocoryne, dont la distribution s'étend de l'Inde à la Nouvelle-Guinée, poussent dans des conditions très variables. Certaines sont des plantes aimant vraiment l'acidité, comme Cryptocoryne grabowski que l'on trouve dans les tourbières à Bornéo, alors que d'autres, comme Cryptocoryne balansae et Cryptocoryne pontiderifolia, poussent plutôt dans des cours d'eau à fond calcaire à l'eau dure et alcaline. Une espèce, Cryptocoryne ciliata, se rencontre même en eau saumâtre dans certaines zones. C'est l'une des rares plantes d'aquarium qui tolère des concentrations de sel qui tueraient la plupart des autres plantes d'aquarium.

Jacobsen a réalisé une large révision et beaucoup des noms auxquels les aquariophiles sont habitués ont été changés. Les Cryptocoryne ont aussi une tendance à s'hybrider librement dans la nature, ce qui rend ardue la taxinomie. Une multitude d'espèces que l'on trouve dans la nature sont en fait des espèces hybrides. En ajoutant à cela le fait que certaines espèces ont une multitude de cultivars (ou variétés) et qu'elles peuvent uniquement être identifiées par leur inflorescence (et elles fleurissent rarement en aquarium), cela rend difficile toute identification basée sur leur apparence.

Les Cryptocoryne sont utilisées en aquariophilie depuis la fin du XVIIIe siècle, même si jusque dans les années 60, on en connaissait qu'une poignée d'espèces. Avant cette période, elles n'étaient pas vraiment communes.

Chaque année, plusieurs nouvelles espèces sont découvertes, en raison de l'intérêt qu'elles suscitent et l'augmentation du nombre d'expéditions de collectes privées.

Elles ont maintenant une importance commerciale dans le commerce animalier et se sont installées dans la nature aux États-Unis, en Jamaïque et dans d'autres pays. Le Texas et la Floride ont tous deux des populations bien établies et elles y sont considérées comme invasives, sans aucun moyen de contrôle.

Perte des feuilles[modifier | modifier le code]

Quand on plante de nouvelles Cryptocoryne dans un aquarium, on rencontre souvent un phénomène appelé crypt melt en anglais : la plante perd toutes ses feuilles. En français, on parle de pourriture des Cryptocoryne[2]. À cela deux raisons possibles :

  • le changement brutal d'environnement perturbe la plante qui peut mettre jusqu'à trente jours pour s'installer et que de nouvelles pousses apparaissent. Les plus expérimentés préconisent de ne pas planter de Cryptocoryne dans un aquarium installé depuis moins de trois mois.
  • dans la nature elles poussent sous l'eau mais dans les pépinières asiatiques où elles sont produites, elles sont souvent cultivées à l'air libre. De fait la perte de feuilles apparaîtrait lors du passage entre les conditions émergées à immergées. Il y a récemment une tendance de ces pépinières à envoyer les Cryptocoryne sous forme de rhizomes (sans les feuilles) pour réduire les coûts d'expédition et parce que les feuilles tomberont de toute façon une fois plantée dans l'aquarium.

D'autres sources[3] insistent sur la nécessité de changer régulièrement l'eau de l'aquarium pour éviter l'accumulation de nitrates qui pourraient être un déclencheur de ce phénomène (souvent considéré comme une maladie). D'autres pistes sont également envisagées[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le genre Cryptocoryne sur aquaportail.com
  2. Pourriture des feuilles de Cryptocoryne sur Portail Aquariophilie
  3. comme « How to cultivate Crypts »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 3 septembre 2017) - page en anglais
  4. Cryptocoryne affinis leaf drop - article en anglais

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  • Huxley, A. (1992). New RHS Dictionary of Gardening. Macmillan.
  • Arends, J.C., Bastmeijer, J.D. & Jacobsen, N., 1982. Chromosome numbers and taxonomy in Cryptocoryne (Araceae).II. Nord. J.Bot. 2 : 453-463.
  • Clark, Robert. 1991. Flower and seed production in Cryptocoryne. The Aquatic Gardener 4:1/91.
  • Davis, Greg and Mike Kane. 1995. Inducing flowering in Cryptocoryne species. The Aquatic Gardener 8:5/95.
  • Jacobsen, Niels. 1992. The Cryptocoryne of the Malay Peninsula, pt. 1. The Aquatic Gardener 5:3/92.
  • James, Barry. 1986. A Fishkeeper's Guide To Aquarium Plants. Salamander Books, UK.. 117 pp.
  • Gasser, Robert A. 1978. Cryptocoryne retrospiralis. FAMA 2/78.
  • Gasser, Robert A. 1978. Cryptocoryne aponogetifolia. FAMA 11/78.
  • Gasser, Robert A. 1979. Cryptocoryne tonkinensis. FAMA 3/79.
  • Gasser, Robert A. 1979. Cryptocoryne striolata. FAMA 6/79.
  • Gasser, Robert A. & James H. 1985. Some interesting and rare Cryptocorynes. FAMA 2/85.
  • de Graaf, Arie. 1987. The occurrence of Cryptocoryne (Araceae) on Sri Lanka. FAMA 11/87.
  • Greger, Bernd. 1987. Artificial pollination of Cryptocorynes. Today's Aquarium 2/87.
  • Kane, Michael. 1993. Tissue culture propagation of Cryptocoryne species. The Aquatic Gardener 6:5/93.
  • Mohlmann, Freidrich. 1976. Cryptocorynes in small aquariums. Aquarium Digest Intl. 4:1/76.
  • Mohlmann, Freidrich. 1977. Cryptocoryne cross breeding. Aquarium Digest Intl. #16, 1977.
  • Mohlmann, Freidrich. 1985. A worthwhile Crypt. Cryptocoryne zewaldiea De Wit. Today's Aquarium 2/85.
  • Mohlmann, Freidrich. 1987. Cryptocorynes grown emerse. Today's Aquarium. 4/87.
  • Mohlmann, Freidrich. 1988. An exciting find- Cryptocoryne villosa. TFH 12/88.
  • Mohlmann, Freidrich. 1989. A useful aquarium plant: Cryptocoryne moehlmannii. TFH 1/89.
  • Mohlmann, Friedrich. 1991. The Spiral Water Trumpet (Cryptocoryne spiralis). TFH 4/91.
  • Pon, Richard T. 1992. Cryptocoryne usteriana. The Aquatic Gardener 5:1/92
  • Radford, Albert E. 1986. Fundamentals of Plant Systematics. Harper & Row, NY. 498 pp.
  • Randall, Karen A. Cryptocorynes. This may be the premier aquarium plant. AFM 10/95.
  • Randall, Karen. 2000. Cryptocoryne, Family Araceae. Aquarium Frontiers 1/00.
  • Rataj, Karel. 1976. Something about Cryptocoryne. TFH 5/76.
  • Rataj, Karel. 1988. Cryptocoryne siamensis: An enigmatic aquarium plant. TFH 8/88.
  • Rataj, K., 1975. Revision of the genus Cryptocoryne Fischer. Studie CSAV, c.3.Praha.
  • Raven, Peter H., Ray F. Evert and Helena Curtis. 1976 2d ed.. Biology of Plants. Worth Publishers, Inc., NY. 685 pp.
  • Riehl, Rudiger & Hans A. Baensch. 1987. Aquarium Atlas, v. 1. MERGUS, Germany. 992 pp.
  • Riehl, Rudiger & Hans A. Baensch, 1996. Aquarium Atlas, v. 3. MERGUS, Germany. 1103 pp.
  • Roe, Colin D. 1967. A Manual of Aquarium Plants. Shirley Aquatics, England. 111 pp.
  • Spiers, Dale. 1989. The genus Cryptocoryne (Araceae): Rolls-Royce of the aquatic plant world. The Aquarium Gardener 3:2/89.
  • Spiers, Dale. 1991. Cryptocoryne affinis (Araceae). The Aquatic Gardener 4:2/91.
  • Stewart, Emmit. 1992. What kind of shade? Pt.1 The Aquatic Gardener 5:6/92.
  • Stodola, Jiri. 1967. Encyclopedia of Water Plants. T.F.H. Publications, NJ. 368 pp.
  • Tomey, William A. 1969. Cryptocoryne lingua. The Aquarium 7/69.
  • Van Hyfte, Dick. 1986. Some help with difficult crypts. The Aquatic Gardener 2:2/86.
  • Wendt, A., 1955. Etwas über richtige und falsche Namen unserer Cryptocorynen. DATZ 8 : 236-240.
  • Wendt, A., 1955. Cryptocoryne nevillii, undulata und willisii. Aq.& Terr. 3 : 151-154.
  • Wendt, A., 1956. Cryptocoryne undulata Wendt, Cryptocoryne willisii Engler ex Baum. Het Aquarium 26(9) : 207-208.
  • Wendt, A., 1958. Die Gattung Cryptocoryne Fischer. Die Aquariumpflanzen in Wort und Bild (1952-1958). Stuttgart.
  • Wit, H.C.D.de, 1975. Cryptocoryne alba de Wit (nov.sp.) en Cryptocoryne bogneri de Wit (nov.sp.). Het Aquarium 45(12) : 326-327.
  • Wit, H.C.D.de, 1990. Aquarienpflanzen, 2. Auflage. Ulmer, Stuttgart. (ISBN 3-8001-7185-6).
  • Amano, Takashi, Cryptocoryne Layout Technique, The Aquatic Gardener - Vol. 19 No. 2 Apr-Jun 2006
  • Jacobsen, Niels, The Cryptocoryne of the Malay Peninsula - Part 1 - The Aquatic Gardener - Vol. 5 No. 3 May-Jun 1992
  • Jacobsen, Niels, The Cryptocoryne of the Malay Peninsula, Part 2 - The Aquatic Gardener - Vol. 5 No. 4. Jul-Aug 1992
  • Jacobsen, Niels, Cultivation of Some Difficult Cryptocoryne Species in Humus-Rich Beech Leaf-Mould - The Aquatic Gardener - Vol. 5 No. 5 Sep-Oct 1992
  • Jacobsen, Niels, The Narrow Leaved Cryptocoryne of Mainland Asia - The Aquatic Gardener - Vol. 8 No. 3 May-Jun 1995
  • Jacobsen, Niels, Tha Pom Klong Song Nam - a wonderful locality for Cryptocoryne ciliata in south Thailand - The Aquatic Gardener - Vol. 19 No. 2 Apr-Jun 2006
  • Jacobsen, N., 1976. Notes on Cryptocoryne of Sri Lanka (Ceylon). Bot.Notiser 129 : 179-190.
  • Jacobsen, N., 1977. Zytologie und Taxonomie der Cryptocorynen Sri Lankas. Aqua-Planta 4-77 : 3-8.
  • Jacobsen, N., 1977. Chromosome numbers and taxonomy in Cryptocoryne (Araceae). Bot.Notiser 130 : 71-87.
  • Jacobsen, N., 1981. Cryptocoryne undulata Wendt und Bemerkungen zu andere Arten. Aqua-Planta 2-81 : 31-38.
  • Jacobsen, N., 1981. Cryptocoryne undulata Wendt und Bemerkungen zu anderen Arten - ein Nachtrag. Aqua-Planta 4-81 : 92-94.
  • Jacobsen, N., 1982. Cryptocorynen. Alfred Kernen Verlag, Stuttgart.

Liens de l'article d'origine (en anglais)[modifier | modifier le code]