Cronos (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cronos
Description de l'image "Cronos" logo.png.

Titre original Cronos
Réalisation Guillermo del Toro
Scénario Guillermo del Toro
Acteurs principaux
Sociétés de production Metropolitan Filmexport
Pays d’origine Drapeau du Mexique Mexique
Genre Horreur
Durée 94 minutes
Sortie 1993


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cronos est un film mexicain réalisé par Guillermo del Toro, sorti en 1993.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un antiquaire, grand-père d'une fillette orpheline, découvre par hasard un curieux scarabée en or dans le socle d'une statue d'ange en bois, qu'il est en train de nettoyer dans sa boutique. L'objet intrigue d'autant plus ce professionnel qu'il présente une petite molette. Curieux de comprendre la fonction de ce qui ne semble être qu'un gros bijou en forme de galet tenant parfaitement dans la paume de la main, le vieil homme (dont le nom est "Jesús Gris") tourne avec précaution la molette qui n'ouvre pas le scarabée mais se révèle être un remontoir activant un mouvement d'horlogerie ... le compte à rebours vers une forme particulière de "dépendance" est enclenché. Le scarabée ne s'ouvre pas, ce n'est pas une boîte précieuse et décorative, mais c'est quand même une boîte de Pandore au mécanisme très sophistiqué.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

En 1536, un alchimiste de Veracruz met au point l'horloge de Cronos, un objet ressemblant à un scarabée en or et dont le mécanisme est capable de donner la vie éternelle. En 1937, un vieil immeuble s'effondre et l'alchimiste, qui a désormais la peau blanche comme du marbre, est tué sur le coup, son cœur ayant été transpercé par des débris. Les enquêteurs ne révéleront jamais ce qui a été découvert dans la demeure de ce dernier : des bassins remplis de sang provenant d'un cadavre humain.

Dans le présent, Jesús Gris, un antiquaire, remarque que la base d'une statue d'archange est creuse. Il l'ouvre et y trouve l'horloge de Cronos. Après avoir remonté le dispositif de l'objet orné, il remarque des petites pattes d'araignée sortir du mécanisme, ces dernières se mettant alors à le serrer fermement pour pouvoir lui insérer une aiguille dont le "dard" lui injecte une solution non identifiée. En réalité, cette solution provient d'un insecte enseveli dans l'horloge et en prise avec le mouvement d'horlogerie interne. Gris découvre finalement que sa santé et sa vigueur reviennent petit à petit, de même que sa jeunesse : sa peau perd ses rides, ses cheveux s'épaississent et son appétit sexuel augmente. Cependant, il développe également une forte dépendance au sang. Malgré un profond dégoût pour cette nouvelle addiction, il finit par succomber à la tentation. Ainsi, il utilise à nouveau l'horloge pour se soulager, tout en prononçant sa prière du soir.

Pendant ce temps, Dieter de la Guardia, un riche homme d'affaires mourant qui accumule des informations sur l'horloge depuis de nombreuses années, est à la recherche de la statue de l'archange contenant l'horloge de Cronos. Il possède plusieurs archanges, mais sans jamais avoir trouvé le bon. Il envoie donc son neveu américain, Angel, acheter le fameux archange au magasin d'antiquités de Gris. Angel s'y rend à contre-cœur, ne supportant plus d'être traité comme un esclave, et attendant avec impatience la mort de Dieter pour pouvoir toucher son héritage.

Au cours d'une fête, Gris voit du sang sur le sol et décide de le lécher. Angel surprend Gris et essaie de l'inciter d'abandonner l'horloge de Cronos qu'il avait retiré de l'archange acheté par Angel. Après avoir reçu plusieurs coups par Angel, Gris s'évanouit. Angel décide alors de placer son corps dans sa voiture et pousse cette dernière du haut d'une falaise. Gris se réveille pourtant brièvement et prie pour sa survie, mais semble finalement rendre l'âme. Mais cependant, Gris revient d'entre les morts et s'échappe d'un établissement de pompes funèbres juste avant son incinération. Il retourne chez lui, où Aurora, sa petite-fille de huit ans, le fait entrer. Dieter bat Angel pour ne pas avoir veillé à ce que le cœur de Gris soit détruit, et l'envoie ainsi vérifier le corps. Au même moment, Gris travaille sur une lettre à sa femme dans laquelle il commente les modifications de son corps après son accident (sa peau semble pourrir), et lui dit qu'il reviendra vers elle après avoir terminé une "tâche inachevée". Le jour se levant, Gris remarque que sa peau brûle en présence du soleil, et s'enferme alors dans une boîte pour y dormir.

Finalement, Aurora et lui décident d'apporter l'horloge au siège de Dieter, où l'homme d'affaires lui offre un moyen de "sortir" de cette malédiction, en échange de l'horloge de Cronos. Gris se met à lui parler de sa peau abîmée et Dieter lui conseille de l'enlever, car il possède désormais une nouvelle peau en dessous, blanche comme le marbre, similaire à celle de l'alchimiste mort. Gris menace ensuite de détruire l'horloge, mais Dieter le met en garde : si l'horloge est détruite, Gris succombera avec elle. Alors, Gris accepte de lui remettre l'horloge en échange de la fameuse "sortie". Mais Dieter n'avait aucunement l'intention de l'aider et le poignarde à plusieurs reprises. Avant de pouvoir lui porter le coup fatal, Dieter est neutralisé par Aurora, et Gris se met à se nourrir de l'homme inconscient. Quelques minutes plus tard, Angel trouve Dieter mourant et l'achève d'un coup de pied dans la gorge pour pouvoir enfin toucher son héritage. S'ensuit alors un affrontement sur le toit de la propriété de Dieter, où Gris se bat violemment avec Angel. Le combat prend fin lorsque Gris se jette dans le vide avec Angel, tuant celui-ci sur le coup.

Aurora trouve Gris inconscient et utilise l'horloge de Cronos pour le réveiller. Remarquant que la main de sa petite-fille saigne, Gris est tenté de se nourrir d'elle, mais arrive finalement à se contrôler. Il détruit ensuite douloureusement l'horloge malgré les avertissements de Dieter. Cependant, Gris reste en vie et croit alors à un miracle de Dieu, ce dernier l'ayant probablement maintenu en vie pour sa sagesse d'esprit à la suite de sa tentative de sacrifice. Gris rentre alors chez lui avec Aurora, retrouvant enfin son épouse. Il se couche dans son lit avec elles en attendant le lever du soleil pour voir si les effets de l'horloge de Cronos ont définitivement disparu. Cependant, le film s'achève sur un fondu au blanc, laissant ainsi le destin de Gris ambigu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Ron Perlman et Guillermo del Toro pour la sortie du film, en 1993.

Cronos est le premier long-métrage de Guillermo del Toro. Il était d'abord intitulé Le Vampire d'Aurora Gray, mais le titre ne plaisait pas à la productrice Bertha Navarro. Guillermo del Toro le renomme alors Le mécanisme de Cronos. Mais en raison du budget trop faible, le titre fut réduit en Cronos pour plus de simplicité[3].

Pour l'écriture du scénario, del Toro avoue s'être inspiré, pour le personnage de Dieter de la Guardia, d'Howard Hughes et de l'histoire vraie d'un homme au Mexique. Ce dernier aurait conservé, après la mort de sa femme, ses ongles, ses cheveux coupés et même ses excréments dans des bocaux jusqu'à la fin de sa vie, durant environ 35 ans[3].

Pour produire son film, Guillermo del Toro s'est fortement endetté de plus d'un quart de million de dollars, vendant sa voiture, son van et allant même jusqu'à hypothéquer sa maison. Une société américaine lui avait promis 600 000 dollars, qu'il n'a jamais eu[3].

Casting[modifier | modifier le code]

Parmi de nombreux acteurs mexicains, on trouve dans le film l'Américain Ron Perlman. Il retrouvera Guillermo del Toro quelques années plus tard dans Blade II, Hellboy, Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites et Pacific Rim.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu au Mexique[4] et a duré un peu plus de 45 jours[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[5]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]