Green Cross International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Croix verte internationale)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix verte.

Green Cross International
Logo de l'organisation
Situation
Région Crystal Clear app package network.png Monde
Création
Type Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale internationale
Siège Kyoto, Japon
Organisation
Fondateur Mikhaïl Gorbatchev

Site web www.gcint.org

Green Cross International, ou Croix verte internationale, est une organisation non gouvernementale internationale à but environnemental, fondée le à Kyoto, à la suite du Sommet de la Terre qui a réuni les Nations unies à Rio de Janeiro en . Mikhaïl Gorbatchev, ancien dirigeant de l'URSS, en est le fondateur et l'actuel président.

Elle se donne pour mission de contribuer à l'augmentation du niveau de vie et du développement économique et social dans tous les pays, développés ou en voie de développement où c'est possible. Elle met pour cela en place des projets divers concernant l'environnement, des processus de paix ou d'aide au développement. Ainsi Green Cross a installé des camps thérapeutiques près du site de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl[1] ou a lancé des campagnes de prévention de conflits liés aux ressources en eau[2].

Historique[modifier | modifier le code]

L'idée de la Croix verte germe en lorsque Mikhaïl Gorbatchev, alors encore dirigeant de l'URSS et futur prix Nobel de la paix, fait une allocution lors du Forum mondial sur l'environnement et le développement pour la survie (The Global Forum on Environment and Development for Survival)[3]. Basée sur le même principe que la Croix rouge, elle serait axée sur le côté environnemental de l'action humanitaire.

En juin , lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, des parlementaires invités relancent l'idée de cette association et convainquent Gorbatchev de mener le projet à terme. Parallèlement, en décembre de la même année, le conseiller national suisse Roland Wiederkehr (de) fonde la Croix-Verte[4]. Les deux projets fusionnent, créant ainsi Green Cross International (GCI) à Kyoto le [5],[6].

Au printemps suivront les premières branches nationales : au Japon, aux Pays-Bas, en Russie, en Suisse et aux États-Unis. Green Cross France est inaugurée en à Lyon lors du Forum des Dialogues pour la Terre.

Plus tard GCI devient consultant pour l'ECOSOC et partenaire de l'UNESCO. Elle est également observateur au sein de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Aujourd'hui, GCI est présente dans 30 pays : Argentine, Australie, Autriche, Biélorussie, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Canada, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Hongrie, Italie, Japon, Jordanie, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Russie, Sri Lanka, Swaziland, Suède, Suisse, Taïwan, République tchèque et Ukraine.

Démission de Mikhaïl Gorbatchev et scandale financier[modifier | modifier le code]

En , Green Cross International se trouve en situation de faillite suite au refus de plusieurs sections locales dont la Suisse, les États-Unis, la Pologne ainsi que Dominika Kulczyk (pl), importante donatrice, de verser leurs contributions dues au titre de l'année [7]. Accusant la section Suisse et son président Martin Bäumle de « manipuler les autres sections nationales dans le but de prendre le contrôle de l'organisation »[8], Mikhaïl Gorbatchev démissionne du conseil d'administration et renonce au titre de président-fondateur[7]. Plusieurs membres du Conseil de Green Cross International démissionnent également, dont Jean-Michel Cousteau élu président quatre mois plus tôt et le vice président Pierre Muller[7],[8]. Martin Bäumle est élu président par intérim[9], puis démissionne de ce poste pour être remplacé en par Diane Meyer Simon (en)[10].

Suite au dépôt de trois plaintes entre et  ; contre deux directrices et contre Martin Bäumle, la justice suisse se saisie de l'affaire et débute une enquête portant sur les comptes de l'année [11].

Action[modifier | modifier le code]

Green Cross International se donne pour mission d'assurer un avenir durable pour toutes les populations du monde, notamment en provoquant un changement de certaines valeurs ou en encourageant la prise de conscience quant à l'impact que peut avoir l'Homme sur son environnement. Elle résume sa mission en trois points :

«  Green Cross International :

  • encourage la promotion de règles légales, éthiques et de comportement visant à des changements essentiels dans les valeurs, les actions, et les attitudes des gouvernements, du secteur privé et de la société civile, nécessaires à la construction d’un monde durable ;
  • contribue à la prévention et à la résolution de conflits résultant de la dégradation de l’environnement ;
  • fournit une assistance aux personnes touchées par les conséquences environnementales des guerres et conflits.

 »

Organisation[modifier | modifier le code]

Green Cross est en France une association à but non lucratif respectant une charte de conduite rédigée par ses fondateurs[12].

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

  • Diane Meyer Simon, présidente
  • Martin Bäumle, président de Green Cross Suisse
  • Sergei Baranovsky, président de Green Cross Russie
  • Shoo Iwasaki, président-fondateur de Green Cross Japon
  • Mubarick Masawudu, fondateur de Green Cross Ghana
  • Elio Pacilio président-fondateur de Green Cross Italie
  • Philipp Schaller, avocat suisse
  • Faride Tirado, présidente de Green Cross Bolivie
  • Maksym Tymoshenko, président de Green Cross Ukraine

Membres honoraires[modifier | modifier le code]

Branches nationales[modifier | modifier le code]

Green Cross en France[modifier | modifier le code]

Une première organisation Green Cross France a été inaugurée à Lyon en au Forum des Dialogues pour la Terre. Elle s’est particulièrement investie dans la promotion du droit à l’eau potable et à l’assainissement élémentaire.

Green Cross France a eu le philosophe naturaliste Yves Paccalet pour président, de à [13]. Il démissionne lorsque Jan Kulczyk prend la présidence de l'organisation ; dénonçant le fait que l'entrepreneur polonais ait trop d'intérêts financiers dans les industries polluantes[14].

Depuis mi-, Green Cross est représentée en France par l'association loi 1901 Green Cross France et Territoires[15], présidée par Jean-Michel Cousteau. Green Cross France et Territoires a recruté en son directeur exécutif, en la personne de Nicolas Imbert[16].

L'association focalise son activité selon 5 dimensions principales:

  • Encourager une plus grande prise en compte des thématiques de l’eau, qu’il s’agisse d’accès à l’eau, d’assainissement, de prévention des conflits ou de remédiation,
  • Anticiper les crises environnementales de demain,
  • Susciter le développement d’innovations (technologiques, économiques, sociales) propres créant de la valeur localement, pour l’accès à l’eau et à l’énergie, l’alimentation et la santé,
  • Développer la coopération décentralisée autour de projets concrets,
  • Accompagner les populations souffrant des conséquences des catastrophes environnementales via des programmes de médecine sociale, et informer de manière transparente sur les conséquences.

En , Green Cross France et Territoires a organisé une conférence avec Naoto Kan sur la catastrophe de Fukushima et ParisClimat2015 - Objectif OCEAN, un rassemblement d'acteurs représentatifs du monde de la mer unis via la Déclaration de Paris pour une meilleure prise en compte de la mer dans lors de la 21e conférence des Parties sur le Climat (CoP21).

Activité de lobbying auprès de l'Assemblée nationale française[modifier | modifier le code]

Green Cross France et Territoires est inscrite comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Elle déclare à ce titre un budget global de 163 973, mais n'indique pas les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement[17].

Green Cross Suisse[modifier | modifier le code]

Green Cross Suisse a été fondée en , soit une année après Green Cross International. Elle est l'une des premières branches nationales de l'ONG. GCS soutient particulièrement la cause du désarmement. Elle s'inscrit dans le cadre du projet « Legacy », institué par Green Cross International. Le premier objectif étant l'amélioration de la qualité de vie des personnes vivant dans un environnement contaminé, Green Cross Suisse s'engage pour la gestion des dommages consécutifs aux catastrophes industrielles et militaires, à l'élimination des sites contaminés datant de la Guerre froide, et l'élimination des armes de destruction massive. Elle œuvre aussi dans la médecine sociale, médecine qui tient compte de l'environnement social du patient pour mieux prévenir et guérir les maladies, issues par exemple de l'absence d'hygiène dans un bidonville.

Début , Green Cross Suisse comptait 42 000 membres et un budget d'environ 6,8 millions de francs suisses.

Suite à la falsification des comptes par son ancienne directrice, afin d'augmenter son bonus personnel, la fondation ZEWO retire son label de qualité de l'organisation suisse le [18].

Green Cross Suisse a Martin Bäumle pour président.

En , dans une enquête réalisée conjointement avec Blacksmith Institute, Green Cross suisse liste des dix sources de pollution les plus dangereuses ; l'extraction artisanale de l'or arrivant en tête devant la pollution de l'eau et la pollution de l'air intérieur dans les pays en voie de développement[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Andrew Littlejohn (trad. Isabelle Eichenberger), « Tchernobyl, toujours zone sinistrée 25 ans après », sur swissinfo, (consulté le 1er octobre 2019).
  2. UNESCOPRESSE, « L'UNESCO organise une conférence sur la prévention des guerres de l'eau », sur unesco, (consulté le 1er octobre 2019).
  3. (en) « Earth's Survival Questioned in Moscow », sur Hinduism Today (en), (consulté le 29 septembre 2019).
  4. « La Croix-Verte rencontre un large soutien », Journal de Genève, Genève, no 298,‎ , p. 10 (présentation en ligne, lire en ligne [PDF], consulté le 30 septembre 2019).
  5. Françoise Weilhammer, « L’organisation écologiste présidée par Mikhaïl Gorbatchev fête son 20e anniversaire », sur Le Temps, (consulté le 30 septembre 2019).
  6. Bérénice Dubuc, « Que sont-ils devenus? Mikhaïl Gorbatchev, de la Perestroïka à l’écologie », sur 20 minutes, (consulté le 30 septembre 2019).
  7. a b et c Olivier Perrin, « Fâché avec la Suisse, Mikhaïl Gorbatchev claque la porte de la Croix-Verte », sur Le Temps, (consulté le 1er octobre 2019).
  8. a et b Alexis Favre, « Croix-Verte: Mikhaïl Gorbatchev contre-attaque », sur Le Temps, (consulté le 1er octobre 2019).
  9. « Martin Bäumle à la tête de Green Cross International », sur 24 heures, (consulté le 1er octobre 2019).
  10. (en) « Diane Meyer Simon Follows Martin Bäumle As Chairperson Of Green Cross International (GCI) », sur publicnow.com, (consulté le 6 octobre 2019).
  11. Pascal Schmuck, « La justice enquête sur le scandale Green Cross », sur Tribune de Genève, (consulté le 1er octobre 2019).
  12. Page d'accès à la Charte de GCI
  13. Laura Beheuliere, « Yves Paccalet: « J’ai toujours voulu que l’écologie aille polluer les autres partis » », sur l'Express, (consulté le 1er octobre 2019).
  14. Yves Paccalet, « Green Cross France : démission » (version du 16 mars 2016 sur l'Internet Archive), .
  15. Site officiel de Green Cross France et Territoires
  16. « Nicolas Imbert est nommé directeur exécutif de Green Cross France et Territoires », sur actu-environnement.com, (consulté le 1er octobre 2019).
  17. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 19 octobre 2016)
  18. « Green Cross Suisse perd son label de qualité Zewo », sur La Liberté, (consulté le 6 octobre 2019)
  19. « Le top 10 de la pollution mondiale », sur Futura, (consulté le 6 octobre 2019).

Lien externe[modifier | modifier le code]