Croix patriarcale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Croix patriarcale

En héraldique, la croix patriarcale, dite aussi croix archiépiscopale, est une variante de la croix latine, le symbole religieux du christianisme. Elle en conserve la forme tout en comportant une petite barre, dite traverse, horizontale au-dessus de la principale, et parfois une courte traverse supplémentaire en biais près de sa base.

Elle est très proche de la croix de Lorraine[pas clair] et s'est répandue d'orient en occident, surtout à partir du VIe siècle. Le général de Gaulle a choisi celle-ci comme symbole de la Résistance française[1].

La croix patriarcale est également distincte de la croix orthodoxe. Utilisée notamment par les chrétiens d'Europe de l'Est, celle-ci possède une troisième traverse inclinée, dite alésée, évoquant l'appui des pieds du Christ.[Passage contradictoire]

La croix patriarcale apparaît sur les armoiries de la Hongrie, de la Slovaquie et de la Lituanie, de même que sur le Pahonie. On la trouve également sur les armoiries des villes de Saint-Omer et d'Ypres.

En héraldique, elle est nommée « double croix »[réf. nécessaire] et sa traverse supérieure rappelle l'inscription INRI (Iesus Nazarenus Rex Iudæorum).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pharand (2001), p. 169.

Voir aussi[modifier | modifier le code]