Crocidura leucodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crocidura leucodon est une espèce de petits mammifères classés dans les insectivores de la famille des Soricidés. L'espèce a de nombreux noms vernaculaires en français : Musaraigne bicolore, Crocidure bicolore, Musaraigne leucode, Crocidure leucode, Crocidure blanche ou encore Musaraigne des champs[1],[2].

C'est un animal allongé à la tête fine au museau pointu. Les dents sont blanches. Le pelage est roussâtre sur le dos, plus pâle sous le ventre. La queue présente de longs poils blanchâtres.

Biologie[modifier | modifier le code]

C'est une espèce principalement nocturne, active toute l'année, des endroits broussailleux et secs. Les jeunes musaraignes peuvent se déplacer à la queue leu leu. Régime alimentaire à base d'insectes, d'araignées, de gastéropodes, de vers ou de petits vertébrés. Elle consomme aussi quelques fruits.

Cette musaraigne est l'hôte naturel du virus BoDV-1 (aussi appelé virus de Borna ou bornavirus). Ce virus à ARN, neurotrope, est responsable d'une encéphalite mortelle chez l'homme (maladie de Borna, du nom d'une ville allemande). Le mode de transmission a l’homme n’est pas bien établi; il pourrait se faire par l’intermédiaire d’animaux domestiques dont les chats ou les chevaux [3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Écozone paléarctique : Europe centrale et Asie. En France se rencontre au nord de la Loire et dans les Alpes du Nord jusqu'à 1500 m d'altitude.

Espèces voisines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  2. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0444518770), 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  3. (en) Liesche F, « The neuropathology of fatal encephalomyelitis in human Borna virus infection. », Acta Neuropathol,‎ 2019 oct, p. 138(4):653-665

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :