Crocicchia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crocicchia
Crocicchia
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Golo-Morosaglia
Intercommunalité Communauté de communes de la Castagniccia-Casinca
Maire
Mandat
Pierre-Pascal Piacentini
2014-2020
Code postal 20290
Code commune 2B102
Démographie
Population
municipale
71 hab. (2016 en augmentation de 54,35 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 28′ 09″ nord, 9° 21′ 10″ est
Altitude 650 m
Min. 195 m
Max. 1 041 m
Superficie 4,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte administrative de la Haute-Corse
City locator 14.svg
Crocicchia

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte topographique de la Haute-Corse
City locator 14.svg
Crocicchia

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crocicchia

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crocicchia

Crocicchia est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève de Casacconi, en Castagniccia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Autrefois partie de la pieve de Casacconi, Crocicchia est une commune située au nord du massif du San Petrone, qui culmine à 1 767 m, et sur le haut versant oriental de la Castagniccia. Elle fait partie de la « petite Castagniccia », une microrégion à forte densité humaine jadis, ainsi appelée localement.

Relief[modifier | modifier le code]

Crocicchia est une petite commune de moyenne montagne de 4,32 km2, sans façade littorale. Elle se situe dans l'en « deça des monts » (Cismonte en langue corse) ou Corse schisteuse au nord-est de l'île[Note 1], dans le prolongement de l'arête schisteuse du Cap Corse qui se poursuit avec le massif du San Petrone et se termine au sud de la Castagniccia.

Territoire

Son territoire se situe sur la rive gauche de la moyenne vallée du Golo. Il s'étend jusqu'au lit du ruisseau de Casacconi, sur les flancs orientaux d'une ligne de crête axée nord-sud, qui est le prolongement par-delà le Golo de l'arête schisteuse du Cap Corse. La partie de cette arête intéressant Crocicchia va du sud du Monte Castellare (1 011 m, « à cheval » sur Bisinchi et Campile) jusqu'à Punta di a Mazze (1 041 m, « à cheval » sur Crocicchia et Ortiporio).

Limites administratives

Elles se définissent ainsi :

  • à l'ouest, la démarcation quasi rectiligne longeant le flanc occidental de l'arête montagneuse précitée, délimite son territoire avec celui de Bisinchi ;
  • au nord, c'est une ligne de crête déclinant rapidement depuis Monte Castellare (1 011 m) jusqu'à la confluence (altitude 190 m) du Casacconi avec le ruisseau de Melo qui le sépare de Campile ;
  • à l'est, le ruisseau de Casacconi sépare Crocicchia de Monte et de Penta-Acquatella depuis sa confluence avec le ruisseau de Melo jusqu'à celle avec le ruisseau de Raimondasco ;
  • au sud la délimitation part de la confluence Casacconi - Raimondasco (altitude 294 m) et remonte jusqu'à un point d'altitude de 927 m situé à 500 m à l'ouest de Punta di a Mazze.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique, aussi petit soit-il, est néanmoins dense avec la naissance de plusieurs cours d'eau sur les flancs de l'arête montagneuse. Les principaux sont le ruisseau de Liccione (il a pour nom Ciosini en amont), le ruisseau de Raimondasco et le ruisseau de Vagnaninco. Tous trois et leurs affluents alimentent en eau le ruisseau de Casacconi[1], un petit affluent du Golo

Les fontaines existantes répertoriées sont moins nombreuses que sur la commune voisine d'Ortiporio. En revanche, la commune s'est dotée de trois réservoirs.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

La verte vallée du Casacconi est une entrée dans la Castagniccia, un territoire qui, comme son nom l'indique, est peuplée de châtaigniers qui le plus souvent poussent sous forme de vergers ou de taillis[Note 2]. Plus bas dans la vallée, où de fréquents incendies ont sévi, des touffes d'oliviers sont réapparus dans un maquis d'épineux, au pied des arbres calcinés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

La commune n'est desservie et traversée que par la route D 515 qui relie la RN 193 à Barchetta (Volpajola), à la D 71 à Nocario en passant par une kyrielle de petits villages.

Transports[modifier | modifier le code]

Point de transports en commun de voyageurs au village de Crocicchia qui est distant, par route, de :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bisinchi Campile Monte Rose des vents
Bisinchi, Penta-Acquatella N Penta-Acquatella
O    Crocicchia    E
S
Bisinchi
Ortiporio
Ortiporio Ortiporio

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Crocicchia domine la vallée du Casacconi avec vue à l'est sur le Monte Sant' Angelo (1 218 mètres), plus haut sommet de la Casinca.

La commune comprend le village de Crocicchia (650 m d'altitude) et cinq hameaux, tous bâtis sur des arêtes rocheuses « pour voir venir l'envahisseur » :

Crocicchia village[modifier | modifier le code]

Le village se situe au sud de la commune, desservi par la route D515 qui le traverse dans un grand virage « en épingle à cheveux ».

Comme la plupart des villages de Castagniccia, le village a été construit sur une arête rocheuse avec son église sur un éperon à l'extrémité de la crête. Le bâti est ici encore représenté par un ensemble de maisons en schiste et aux toits couverts d'ardoise, collées les unes aux autres et alignées le long d'une crête.

Hormis le fait que son clocher soit isolé, l'église paroissiale Sant' Andrea au hameau de Sant' Andrea est un exemple de ce qui est dit ci-dessus, à savoir qu'elle est en retrait des habitations avec le cimetière en arrière.

Sant' Andrea[modifier | modifier le code]

Sant' Andrea est le premier hameau lorsqu'on pénètre dans la commune depuis le nord, Barchetta. Le hameau recèle une remarquable église moyenâgeuse, L'église paroissiale Saint-André, avec une tour-clocher indépendante, distante d'une vingtaine de mètres.

Micoria[modifier | modifier le code]

Micoria est bâti sur l'arête méridionale du vallon d'un petit cours d'eau affluent du ruisseau de Raimondasco. Il fait face de Sant' Andrea bâti sur l'arête opposée.

Nove Piane[modifier | modifier le code]

Petriccie[modifier | modifier le code]

Casanile[modifier | modifier le code]

Casanile est le hameau septentrional de la commune. On y accède depuis le D 515 sur le territoire de Campile. S'y trouve une petite chapelle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom corse de la commune est a Crucichja /a gruˈd͡ʒica/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Crocicchia est un vieux village médiéval.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1973 ? Jean-François Crocicchia Radical  
mars 2001 2014 Ange-Félix Pasqualini . .
mars 2014 En cours Pierre-Pascal Piacentini DVG Entrepreneur en bâtiments
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 71 habitants[Note 3], en augmentation de 54,35 % par rapport à 2011 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
384270229360367358375374371
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
400370393340351512415473422
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
33231722425013416317521599
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
795848625040477271
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une collection de photos est consultable sur la base Mémoire[6].

Crocicchia possède douze d'édifices repris à l'inventaire général du patrimoine culturel selon la base Mérimée mais non protégés monuments historiques.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Église de l'Annonciation[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de l'Annonciation (Annunziata) de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle (mention portée dans le rapport de la visite pastorale effectuée en 1646 par Mgr Marliani, évêque du diocèse de Mariana et Accia). Elle était l'église paroissiale par commodité parce qu'elle était proche des habitations. Elle ne compte qu'un seul autel et est dotée de fonts baptismaux. Agrandie au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle fera à nouveau l'objet d'importants travaux courant de la seconde moitié du XIXe siècle.

L'édifice présente un gros-œuvre fait de schiste, de moellon et d'enduit partiel. Sa couverture est d'ardoise. Elle est voisine de la mairie de Crocicchia.

L'édifice est à l'inventaire général du patrimoine culturel[7].

Église Sant' Andrea[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-André se situe au hameau de Sant' Andrea. L'édifice est du milieu du Moyen Âge. Il comptait en 1646 un seul autel et était dépourvu de réserve eucharistique et de fonts baptismaux, comme le mentionne l'évêque Mgr Marliani dans son rapport de visite pastorale précité. Il sera retouché au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle puis agrandi au courant la seconde moitié du XVIIIe siècle. En 1855, il subira d'importants travaux comme indiqué sur l'édifice. De récents travaux de restauration (enduits et peintures) ont été effectués sur le fronton ; le reste n'a pas touché hormis des renforts métalliques pour consolider l'ensemble. L'église est dotée d'une porte frontale en bois sculptée.

Comme pour l'église de l'Annonciation, l'église Saint-André présente un gros-œuvre fait de schiste, de moellon et d'enduit partiel, et sa couverture est en ardoise. À une dizaine de mètres, présence de sa tour-clocher.

L'édifice est à l'inventaire général du patrimoine culturel[8].

Chapelle Notre-Dame-des-Sep- Douleurs[modifier | modifier le code]

La Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs se trouve au lieu-dit Casanile. Datée de la première moitié du XVIIIe siècle, restaurée en 1957, l'édifice de plan allongé est formé d'une nef unique et d'un chœur couverts d'une charpente en bois apparente. Présence d'un campanile à baie libre.

L'édifice est à l'inventaire général du patrimoine culturel[9].

Architecture civile[modifier | modifier le code]

École de Sant' Andrea[modifier | modifier le code]

L'école désaffectée au hameau de Sant' Andrea, construite en schiste pierre locale, moellon et enduit, est datée limite des XIXe siècle XXe siècle.

Propriété publique, elle est à l'inventaire général du Patrimoine de France[10].

Bâti collectif[modifier | modifier le code]

Le bâti collectif est ici représenté en grande partie par des maisons datant du XVIe siècle au XXe siècle, construites en schiste, moellon et enduit, avec une couverture traditionnelle d'ardoise, élevées sur deux étages avec escalier intérieur et trous de boulins en façade. Parmi les 35 maisons repérées sur un bâti de 68, 7 ont été étudiées : une maison-tour du XIXe siècle, la maison de notable dite U Palazzu XVIe siècle ou du XVIIe siècle, remaniée en 1853 (date portée sur l'imposte en fer forgé au-dessus de la porte principale), la maison de notable dite U Casone 2e moitié XIXe siècle, et quatre autres maisons limite XVIIIe siècle au 1er quart du XXe siècle.

Toutes les maisons repérées sont à l'inventaire général du Patrimoine de France[11].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Crocicchia est concernée par une ZNIEFF :

ZNIEFF Châtaigneraies de la petite Castagniccia[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF 940004146 qui s’étend de nord en sud, du col de Pirello jusqu’au du rocher de Muteri, sur une zone dite « petite Castagniccia » qui couvre 43 communes. La végétation est dominée par les châtaigneraies le plus souvent présentes sous forme de vergers ou de taillis[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fêtes et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Andria l'Apostulu est le saint patron de Crocicchia. La fête patronale a lieu tous les 30 novembre.
  • La fête communale est le 25 mars, l'Annonciation (Annunziata).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. par opposition au « delà des monts » (Pumonte) ou Corse granitique au sud-ouest
  2. Jusqu'à la fin du siècle dernier, des équipes d'ouvriers italiens venaient confectionner des piquets de vignes avec les jeunes pousses de châtaigniers
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]