Critique de la monarchie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La critique de la monarchie peut se référer à la monarchie en tant que forme de gouvernement ou au cas particulier de tel ou tel État monarchique. Dans plusieurs de ces États, la critique de la royauté est ou a été limitée, voire pénalisée (délit de lèse-majesté).

La monarchie et les principes du droit divin de la royauté ont été critiqués au XVIIIe siècle pour aboutir en France le à la proclamation de l'abolition de la royauté lors de la Révolution française et le 4 juillet 1776 à la déclaration d’indépendance à la suite de la révolution américaine[1].

Ainsi, plusieurs gouvernements monarchiques ont été remplacés par des Républiques, alors que d'autres pays ont remplacé leur monarchie absolue par une monarchie constitutionnelle. Le cas inverse est possible (Restauration, Monarchie de Juillet, Second Empire, monarchie espagnole).


Pour les adversaires de la monarchie, le régime monarchique ne respecte pas certains principes reconnus par le droit international. Ce point de vue repose sur les arguments suivants :

Thèse de l'incompatibilité de la monarchie[modifier | modifier le code]

avec la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948[modifier | modifier le code]

La monarchie ne respecte pas plusieurs articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.

Article premier : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. »

Les règles de dévolution de la Couronne des monarchies donnent des droits et des privilèges aux familles royales et à leurs descendants créant des dynasties.

Article 7 : « Tous sont égaux devant la loi (…) »

Pour les monarchies absolues où il n’y a aucune séparation du pouvoir, la garantie de l’égalité de la loi n’est pas possible. Le roi est intouchable puisque la critique du roi peut être poursuivie grâce au délit de lèse-majesté.

Enfin le pouvoir d’amnistie accordé à certains rois leur permet d’annuler toutes décisions de justice. L’exemple du roi du Maroc Mohammed VI et l'affaire Daniel Galvan Viña et l’amnistie du pédophile récidiviste Daniel Galvan Viña [2]

Article 21 :

« (1) Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. »

« (2) Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.»

« (3) La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

Le principe de prince héritier qui s’applique aux monarchies héréditaires empêche toute autre personne de devenir roi. D’où l’apparition de dynastie.

avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques[modifier | modifier le code]

Article 1 : Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et « à disposer librement de leurs richesses et de leurs ressources naturelles »

Article 25 : « Tout citoyen a le droit et la possibilité, sans aucune des discriminations visées à l’article 2 et sans restrictions déraisonnables :

(a) De prendre part à la direction des affaires publiques, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis ;

(b) De voter et d’être élu, au cours d’élections périodiques, honnêtes, au suffrage universel et égal et au scrutin secret, assurant l’expression libre de la volonté des électeurs ;

(c) D’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de son pays. »

Le principe de prince héritier qui s’applique aux monarchies héréditaires empêche toute autre personne de devenir roi et ainsi de jouir des articles 1 et 25 Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

avec Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne[modifier | modifier le code]

l’Article 21 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne dispose :

« Article II-21 : Non-discrimination 1. Est interdite, toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l'appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle…. »

« Article II-23 : Égalité entre hommes et femmes L'égalité entre les hommes et les femmes doit être assurée dans tous les domaines »[3]

Certaines monarchies conservent encore des règles de dévolution de la Couronne par primogéniture mâle, excluant les femmes de la succession (primogéniture masculine) c’est le cas pour le Japon et toutes les monarchies de pays avec l'islam comme religion d'État (Arabie saoudite, Jordanie, Maroc

Typologie des monarchies[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, la monarchie se présente dans le monde sous plusieurs formes [4] :

monarchie absolue[modifier | modifier le code]

Arabie saoudite, Brunei, Oman, Swaziland, Vatican et le Qatar.

monarchie constitutionnelle[modifier | modifier le code]

Suède, Danemark, Luxembourg, Pays-Bas, Maroc

monarchie constitutionnelle à régime parlementaire[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni, Espagne, Belgique, Norvège

Légitimité des familles royales actuelle[modifier | modifier le code]

Les différents modes de désignation des rois n’impliquent aucun principe démocratique et notamment l’élection des rois au suffrage universel par le peuple qu’ils gouvernent. Pour les monarchies héréditaires, la transmission du pouvoir royal s’effectue de génération en génération par prince héritier.

Légitimités contestées[modifier | modifier le code]

Plusieurs familles royales sont critiquées dans le monde et leur légitimité contestées par exemple :

La famille royale belge[modifier | modifier le code]

L’association Belge le Cercle Républicain CRK (asbl) a lancé la pétition Abolition de la monarchie en Europe[5] à l'attention du Parlement européen en mars 2008 mettant en évidence l’incompatibilité de la monarchie avec la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et la Convention européenne des droits de l'homme.

La famille royale espagnole[modifier | modifier le code]

La légitimité du roi Juan Carlos Ier et plus généralement la famille royale espagnole est critiquée à la suite de plusieurs scandales dus à son niveau de vie de milliardaire (alors que le pays est en crise et que des coupes budgétaires sont effectuées par le gouvernement). En plus des affaires d’infidélités et de corruption[6],[7].

L'affaire Nóos mettant en évidence le détournement de 6.5 millions d’euros de fonds public choque les Espagnols car elle implique la famille royale avec le mari de l'Infante Cristina ainsi que l’infante Cristina de Borbón y Grecia qui sont mis en examen pour appropriation illicite de fonds publics par le juge de Palma de Majorque[8],[9].

La famille royale marocaine[modifier | modifier le code]

La légitimité du roi du Maroc, Mohammed VI est contestée en 2011 [10] avec le Mouvement du 20-Février qui tente de remettre en cause le fonctionnement du régime, pour la première fois dans l'histoire de ce pays [11] et cela en appelant à manifester lors de la« journée de la dignité » le 20 février 2011, pour exiger des réformes politiques, la limitation des pouvoirs du roi, la fin des injustices et de l’affairisme, y compris au palais royal. Ces manifestations sont les plus importantes de l’histoire du Maroc[12].

Article détaillé : Contestation au Maroc en 2011.

Alors que le "roi des pauvres" s’enrichit plus vite que son ombre, son peuple d'après le rapport 2013 du PNUD à un Indice de Développement Humain qui classe le Maroc à la 130e sur 186 pays[13] ainsi comme le souligne l’article sur Slate Afrique [14] la monarchie marocaine est la monarchie qui s’attribue le plus d’argent public, en effet le budget alloué à la monarchie marocaine est régulièrement en hausse et dépasse de loin celui de plusieurs grands ministères[15].

La contestation du pouvoir du roi est apparu aussi en Août 2013 lors de l'affaire Daniel Galvan Viña et l’amnistie de ce pédophile récidiviste qui a entrainé des manifestations de milliers de Marocains dans les grandes villes du pays[16],[17] comme à Rabat, Tanger, Tétouan[18], Casablanca, Agadir[19].

Enrichissement des familles royales[modifier | modifier le code]

Certaines familles royales amassent des richesses considérables comme le confirme le magazine américain Forbes qui a publié en 2010 son classement des souverains les plus fortunés de la planète[20].

  1. Le roi Bhumibol Adulyadej (en thaï : ภูมิพลอดุลยเดช est l'actuel roi de Thaïlande : 30 milliards de dollars (23,2 milliards d'euros).
  2. Le sultan Haji Sir Hassanal Bolkiah (en arabe : حسن البلقيه) de Brunei : 20 milliards de dollars[21]. (15,5 milliards d'euros).
  3. Le roi Abdallah ben Abdelazizal-Saoud (en arabe : عبد الله بن عبد العزيز آل سعود) d’Arabie saoudite : 18 milliards de dollars[22]. (14 milliards d'euros).
  4. L’émir d’Abu Dhabi, sheikh des Émirats arabes unis Khalifa ben Zayed Al Nahyane : 15 milliards de dollars[23]. (11,6 milliards d'euros).
  5. Sheikh de Dubai, Mohammed bin Rashid Al Maktoum : 4,5 milliards de dollars [24] 3,5 milliards d'euros.
  6. Le prince Hans-Adam II de Liechtenstein, le plus riche de tous les monarques d’Europe avec 3,5 milliards de dollars[25]. (2,7 milliards d'euros).
  7. Le roi Mohammed VI (en arabe : محمد السادس) du Maroc : 2,5 milliards de dollars (1,9 million d’euros). L’enrichissement constaté par le magazine Forbes de ce monarque est multiplié par cinq depuis l’an 2000 passant de 500 millions de dollars à 2,5 milliards de dollars[26].
  8. Cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, émir du Qatar avec 2,4 milliards de dollars[27].
  9. Le prince Albert II de Monaco : un milliard de dollars[28] (700 millions d'euros).
  10. Prince Karim Al Husseini, Aga Khan IV : 800 millions de dollars[29].
  11. Sultan Qabus Ibn Said (en arabe : قابوس بن سعيد ال بو سعيد), sultan d'Oman : 700 millions de dollars[30].
  12. La reine Élisabeth II du Royaume-Uni : 450 millions de dollars[31]. (349 millions d'euros).
  13. Cheikh Sabahal-Ahmed al-Jabir al-Sabah (en arabe : صباح الأحمد الجابر الصباح), émir du Koweït : 350 millions de dollars[32].
  14. Beatrix Wilhelmina Armgard d’Orange-Nassau (en néerlandais, prinses Beatrix van Oranje-Nassau), à l'époque encore reine des Pays-Bas : 200 millions de dollars[33]. (155 millions d'euros).

Perpétuation du pouvoir[modifier | modifier le code]

L’une des justifications de la monarchie, c’est la pérennité du pouvoir du roi jusqu’à la mort du souverain ou son abdication volontaire ou forcée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B.Cottret, La Révolution américaine…, 2003, p. 429
  2. La police marocaine réprime violemment une manifestation contre la grace du pédophile Espagnole.
  3. Charte des droits fondamentaux - Wikisource
  4. Raymond Fusilier, Les monarchies parlementaires, étude sur les systèmes de gouvernement (Suède, Norvège, Danemark, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) , éditions ouvrières, Paris, 1960.
  5. Pétition Abolition de la Monarchie en Europe
  6. (fr) « Justice. Ces affaires qui font trembler la couronne d'Espagne »,
  7. (fr) « Les faux pas de Juan Carlos »,
  8. El juez cita como imputada a la infanta Cristina en el ‘caso Urdangarin’, El País, 03-04-2013
  9. (es) La Fiscalía Anticorrupción recurrirá la imputación de la Infanta Cristina, El Mundo, 3/4/2013.
  10. Florence Beaugé, « L'espoir d'un changement, insufflé par l'exemple tunisien, gagne le Maroc », Le Monde, 2 mars 2011, p. 8
  11. [Interview de Aboubakr Jamaï, « Maroc : "C’est la première fois dans l’histoire du pays que celui-ci est confronté à un mouvement pour un changement de la nature même du régime" », Institut de relations internationales et stratégiques, publié le 9 mars 2011, consulté le 15 juin
  12. Allan Popelard, Paul Vannier, « A Marrakech, le mouvement du 20 février se poursuit », publié le 5 mai 2011
  13. http://hdr.undp.org/fr/data
  14. ref>http://www.slateafrique.com/89389/mohammed-vi-quatrieme-couronnee-la-plus-riche-du-monde-arabe
  15. http://www.demainonline.com/2013/11/19/maroc-la-mafia-pantagruelique/
  16. Sit-in ce soir à Rabat pour dénoncer la grâce royale du pédophile de Kénitra sur lakome.com
  17. Plusieurs sit-in pour dénoncer la grâce royale accordée au violeur de 11 enfants sur mamfakinch.com
  18. Une manifestation contre la grâce royale du pédophile espagnol dispersée sur Aufait
  19. VIDEO. Maroc : manifestations contre la libération d'un pédophile espagnol sur Le Parisien
  20. In Pictures: The World's Richest Royals Forbes Royales July, 7, 2010. 29 Apr 2011.
  21. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  22. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  23. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  24. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  25. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  26. http://www.slateafrique.com/89389/mohammed-vi-quatrieme-couronnee-la-plus-riche-du-monde-arabe Le roi du Maroc s'enrichit plus vite que son ombre.
  27. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  28. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  29. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  30. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  31. (In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  32. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.
  33. In Pictures: The World's Richest Royals - Forbes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]