Guerre israélo-palestinienne de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guerre israélo-palestinienne de 2021
Description de cette image, également commentée ci-après
Les forces de garde-frontière se déploient dans la ville de Lod après que l’état d’urgence y a été déclaré, le
Informations générales
Date
(1 mois et 8 jours)
Lieu Israël
Palestine
Frontière israélo-libanaise
Plateau du Golan
Casus belli
Issue

Cessez-le-feu en vigueur ; retour au statu quo ante bellum

Belligérants
Drapeau d’Israël Israël
Flag of Palestine.svg Bande de Gaza
  • Flag of Hamas.svg Hamas
  • Flag of the Islamic Jihad Movement in Palestine.svg Jihad islamique
  • PFLP Infobox Flag.svg Front populaire de libération de la Palestine[8]
  • Fatah Flag.svg Brigades des martyrs d'Al-Aqsa[9]
  • Groupuscules militants et factions dissidentes dont le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général et les Brigades des Moudjahidines[10].
  • Manifestants dans les territoires palestiniens occupés et en Israël

    Manifestants (en) et militants en Jordanie, au Liban et en Syrie
    Commandants
    Benyamin Netanyahou
    Benny Gantz
    Aviv Kokhavi
    Amikam Norkin
    Eli Sharvit (en)
    Kobi Shabtai
    Nadav Argaman (en)
    Flag of Hamas.svg Ismaël Haniyeh
    Flag of Hamas.svg Yahya Sinwar
    Flag of Hamas.svg Saleh al-Arouri (en)
    Flag of Hamas.svg Mohammed Deïf
    Flag of the Islamic Jihad Movement in Palestine.svg Abdelaziz Awda
    Flag of the Islamic Jihad Movement in Palestine.svg Ziad Nakhalé (en)
    Pertes
    Conflit Israël-Gaza :
    14 morts[12],[13] : 13 civils tués[14],[13] (1 Indienne[15], 2 Thaïlandais[14]), 114 blessés[16]
    1 soldat tué, 3 blessés[17],[18]
    1 drone aérien détruit (feu ami)[19]
    Émeutes à Lod, en Galilée et dans le Néguev :
    2 israéliens juifs tués[20],[21]
    195 civils blessés[22]
    300 policiers blessés[23]
    Cisjordanie :
    6 policiers aux frontières[24] et 2 soldats blessés[25]
    Bande de Gaza :
    256 personnes tuées, 2 000 blessés (sources médicales palestiniennes/ONU)[26],[27]
    128 civils tués (selon le HCDH)[27]
    80-225 militants tués (estimations basses du Hamas et du Jihad islamique[28], estimations plus élevées d'Israël[4])
    6 drones aériens[29] et « plusieurs » drones sous-marins (en) détruits (par Israël)[30]
    Cisjordanie :
    27 Palestiniens tués[27]
    + de 500 blessés[31]
    Émeutes à Lod :
    1 manifestant arabe israélien tué[32]
    Jérusalem-Est :
    1 000 manifestants palestiniens blessés[33]
    23 manifestants arrêtés[34]
    Frontière israélo-libanaise :
    1 manifestant libanais et 1 membre du Hezbollah tués à la frontière israélo-libanaise[35],
    [36],[37]
    Total :
    ~ 272 morts
    Plus de 72 000 Palestiniens déplacés[11]

    Conflit israélo-palestinien

    Batailles

    Israël et pays arabes (depuis 1948)

    Massacres

    La guerre israélo-palestinienne de 2021 fait référence à une série d’affrontements entre Israéliens juifs, Israéliens arabes et Palestiniens emmenés par le Hamas en 2021, au cours du mois de Ramadan ().

    Les premiers heurts ont lieu à Jérusalem le puis à Jaffa, dans un contexte de tensions religieuses exacerbées par la coïncidence des calendriers. Des revendications nationalistes se font jour le autour du quartier disputé de Cheikh Jarrah. L’envoi de roquettes sur Jérusalem par le Hamas le peu après la « Danse des drapeaux » lors de la journée de Jérusalem donne lieu à l’opération israélienne « Gardien des murailles » tandis que les Palestiniens parlent de la « bataille Épée d’al-Quds » ; les émeutes s’étendent simultanément dans le territoire israélien, en particulier dans les villes où cohabitent Israéliens juifs et arabes. La fin du Ramadan, qui coïncide avec la fête de Chavouot, s’accompagne d’une accalmie progressive, et un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas entre en vigueur le , les deux parties revendiquant la victoire[38].

    Pendant cette crise, environ 4 360 roquettes ont été tirées en direction d’Israël depuis Gaza, dont 680 ont atterri dans la bande de Gaza[38],[39] mais Israël est parvenu à minimiser le bilan humain de son côté grâce au Dôme de fer qui a intercepté plus de 90 % des roquettes à destination des zones peuplées[40],[41]. L’armée israélienne a quant à elle mené 1 500 frappes aériennes, terrestres et maritimes sur la Bande[42].

    Au moins 256 Palestiniens, dont 66 mineurs, ont été tués, plus de 1 900 personnes ont été blessées et au moins 72 000 ont été déplacées[11],[26]. En Israël, quatorze personnes ont été tuées[14],[43], dont deux mineurs[17], 343 civils ont été blessés par les tirs des organisations palestiniennes, dont 119 par des éclats, et 195 l’ont été lors des émeutes[22], outre les quelque trois cents policiers blessés dans l’exercice de leurs fonctions[23].

    Premières émeutes[modifier | modifier le code]

    Alors qu’Israël lève les restrictions sanitaires à la suite des succès de sa campagne de vaccination massive contre l’agent de la pandémie de Covid-19 qui a paralysé le pays pendant près d’un an, un premier incident est enregistré le 10 avril 2021, lorsqu’un chauffeur de bus juif accompagné de sa famille tente de prendre un raccourci par le village d’Issawiya ; le bus est caillassé et prend feu. La famille est secourue par la police tandis que les médias israéliens de droite parlent d’une tentative de lynchage[44].

    Trois jours plus tard, la police israélienne débranche les haut-parleurs de la mosquée al-Aqsa afin que l’appel à la prière ne perturbe pas les discours officiels lors des cérémonies du Jour du Souvenir qui se tiennent devant le Mur des Lamentations. Or cette soirée coïncide avec le premier soir du mois de Ramadan, et le geste qui passe inaperçu dans le monde occidental[3], est considéré par le Waqf de Jérusalem comme une violation du statu quo sur les lieux saints ; condamnée par la voix de son représentant officiel, l’ambassadeur de Jordanie (ar) Ghassan al-Majali, et par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas[1],[45],[46], cette anicroche qui survient peu après une autre plainte déposée par la Jordanie sur le nombre record de Juifs arrivés sur l’esplanade des mosquées (mont du Temple pour les Juifs) lors de la Pâque juive[47], est vite perçue dans le monde arabe comme une provocation et devient rapidement une « attaque contre Al-Aqsa » dans sa rhétorique, de même que la pose de barrières à la porte de Damas (empêchant ainsi les gens de s’asseoir sur cette place publique) , entraînant les premiers heurts avec la police[48].

    Les jours qui suivent voient la prolifération en divers points du pays d’événements appelés « terrorisme » ou « intifada Tiktok » dans les médias israéliens : de jeunes musulmans se filment en foulant du pied les symboles d’Israël et ses institutions ou en train d’agresser et d’humilier des Juifs de passage, en particulier haredim, avant de les diffuser sur les réseaux sociaux[49],[50]. Un motif nationaliste est pour la première fois mis en avant lors de l’agression d’un rabbin sioniste-religieux le 18 avril à Jaffa : ce n’est pas la figure religieuse qui aurait été visée mais l’« envahisseur » qui, comptant acquérir des unités de logement supplémentaires pour son académie talmudique, se voit accusé de vouloir judaïser la ville par ses agresseurs arabes ; ceux-ci promettent d’en expulser tous les Juifs[51].

    Le 22 avril, alors que les heurts entre manifestants arabes ou palestiniens avec la police se poursuivent, Bentzi Gopstein et une centaine de membres de La Flamme, son groupuscule nationaliste, défilent à Jérusalem en scandant « Mort aux Arabes », afin de « restaurer la dignité juive » en réaction au « terrorisme Tiktok » et au manque de réponse policière ; un policier sera blessé par jet de pierres d’un manifestant arabe, cinquante manifestants juifs et arabes seront interpellés au terme de ces affrontements au marché de Mahané Yehuda et à la porte de Damas qui impliqueront aussi des militants d’extrême-gauche[48],[50],[52].

    Dans les jours qui suivent, un conducteur et un promeneur juifs sont agressés, passés à tabac et manquent d’être lynchés[53] ; des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza vers le sud d’Israël, entraînant une riposte israélienne sur des cibles du Hamas[48]. Après avoir réuni le cabinet de sécurité, le Premier Ministre d’Israël Binyamin Netanyahou déclare envisager « tous les scénarios », assurant qu’Israël souhaite garantir la liberté de culte pour tous et appelant « les deux parties au calme »[50]

    Le 25 avril, Tor Wennesland (en), Coordinateur spécial des Nations-Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, condamne « les actes de provocation à travers Jérusalem » et « le lancement aveugle de roquettes vers les centres de population israéliens [qui] viole le droit international et doit cesser immédiatement, » appelant « toutes les parties à […] éviter une nouvelle escalade, en particulier pendant le mois sacré de Ramadan et cette période politiquement chargée pour tous » (Israël tient en effet des élections législatives, pour la quatrième fois depuis 2019, et l’on s’apprête à faire de même du côté palestinien, pour la première fois depuis quinze ans)[50]. L’Inspecteur-Général de la police Kobi Shabtai décide, à l’encontre de plusieurs de ses subalternes, de retirer les barrières de la porte de Damas dans une tentative d’apaisement (Ayman Odeh, tête de la Liste arabe unifiée qui accueille favorablement la volonté de calmer les esprits en hébreu, salue en arabe « une victoire miraculeuse des jeunes d’Al-Quds dans les affrontements » et les appelle à poursuivre « l’intifada [qui] mettra fin à l’occupation et hissera le drapeau palestinien sur [Jérusalem][54] »). Mahmoud Abbas décide néanmoins de repousser sine die les élections législatives palestiniennes, et le Hamas qui était donné favori, condamne le « coup d’état[55] » avant de rejoindre le président du Fatah dans sa condamnation d’Israël, qu’ils accusent conjointement d’en avoir empêché la bonne tenue. Yehouda Guetta, 19 ans, est assassiné par balles sur l’échangeur de Tappuah, en Cisjordanie, tandis qu’un autre étudiant est grièvement blessé, et une tentative d’assaut sur des soldats se solde par la mort de l’assaillante[48]. Cependant, la bousculade du mont Méron au cours de laquelle 45 personnes sont tuées et 150 autres blessées le , détourne provisoirement l’attention des événements de Jérusalem.

    Ceux-ci se poursuivent néanmoins, et cinq manifestants palestiniens sont arrêtés le dont un membre du Croissant-Rouge, pris en flagrant délit de jet de pierres[56]. Le même jour, Mohammed Deïf, commandant des Brigades Izz al-Din al-Qassam (branche armée du Hamas), prend la parole après un nouvel heurt en Cisjordanie, annonçant suivre tout ce qui s’y passe ainsi que dans la bande de Gaza et à Jérusalem, en particulier à Cheikh Jarrah ; il menace de passer à l’action mais l’échelon militaire israélien ne s’en formalise pas, estimant que le Hamas n’est pas intéressé par une confrontation et qu’il tente de détourner l’attention de l’annulation des élections[57].

    Nouvel embrasement[modifier | modifier le code]

    Les troubles redoublent d’intensité le , après que le parlementaire Itamar Ben-Gvir, chef du parti ultranationaliste Otzma Yehudit, s’est rendu à proximité des quartiers hautement sensibles de Shimon HaTzadik et Cheikh Jarrah pour établir ses bureaux afin, écrit-il sur son compte Twitter, de s’assurer que la police commence à s’occuper comme faire se doit des émeutiers parce que « le sang des résidents de Shimon HaTzadik n’est pas gratuit » ; des habitants du quartier arabe, épaulés par des activistes israéliens de Meretz et d’autres mouvements de gauche, ont en effet lapidé les Juifs qui étaient établis dans les lieux sans que les forces de l’ordre, pourtant situées à un jet de pierre, daignent intervenir[58],[59],[60].

    Banderole « Sauvez Cheik Jarrah » appendue aux murs du quartier ().

    Sis à Jérusalem-Est dont les Juifs ont été chassés en 1948, le quartier est considéré comme un microcosme du conflit israélo-palestinien[61] : selon des documents ottomans présentés par l'organisation représentant les intérêts des propriétaires juifs, des terres y ont été achetées par des fiducies juives à des propriétaires terriens arabes dans les années 1870[3] et établissent un quartier à proximité de la tombe de Simon le Juste (en) mais la Jordanie y a installé, avec l’appui des Nations unies, vingt-huit familles arabes ayant fui l’État d’Israël.
    À l’issue de la Guerre des Six Jours, Israël a rétabli sa souveraineté sur l'intégralité de Jérusalem, se hâte de déclarer la ville sa « capitale une et indivisible » et entreprend d'y « inverser les pourcentages d’habitants palestiniens d’un côté et juifs de l’autre ». Le quartier des Maghrébins est détruit, et des implantations juives sont construites autour de la ville[62]. Cependant, les habitants arabes du quartier Shimon HaTzadik, qui le considèrent comme une extension de Cheikh Jarrah, fondé en 1865 près de la tombe d’Hussam al-Din al-Jarrahi (en), n’entendent pas quitter les lieux.

    Un premier arrêt est rendu en 1974 en faveur des droits des descendants des Juifs expulsés mais la population arabe de Jérusalem, s’appuyant sur diverses résolutions de l’ONU, refuse cet état de faits. Or la Cour suprême d'Israël confirme en fin 2020 et début 2021 les verdicts antérieurs mais les familles palestiniennes — soutenues par diverses organisations de gauche dont l’Institut de Jérusalem pour la recherche politique (en), B'Tselem et Human Rights Watch — ont fait appel de cette décision[63],[64].

    Kobi Shabtai — qui ne semble pas s’être montré à la hauteur des événements — accuse Ben-Gvir d’avoir délibérément versé de l’huile sur le feu et maintient ses propos au cours des jours suivants[65]. L’intéressé, qui a notamment été enregistré pendant qu’il se moque d’un manifestant blessé par la police mais revenu sur les lieux pour protester[66], se défend toutefois de ces charges, et l’examen de sa messagerie téléphonique dévoilerait qu’il a, plutôt qu’échauffer les nerfs, voulu assurer l’établissement d’une présence policière en sa qualité de parlementaire pour protéger les Juifs du quartier ; il quitte les lieux environ vingt-quatre heures après son arrivée et cinq minutes après avoir obtenu que cette présence soit permanente, demandant la démission du chef de police qui ne ferait rien pour protéger les Juifs des émeutiers[60],[67]. Cependant, des Juifs en armes seraient, aux dires de reporters de l’Agence France-Presse, demeurés sur les lieux[68].

    Afin d’éviter l’escalade, la police asperge de Skunk l’ensemble des bâtisses afin d’en éloigner tous les belligérants[69], et le ministre de la Justice Benny Gantz ainsi que le conseiller juridique de l’État Avichaï Mandelblit demandent à la Cour suprême de reporter sa décision de trente jours[3].
    Le Ministre des Affaires étrangères iranien et son président entendent néanmoins attiser les flammes à l’approche de la Journée Mondiale d’Al-Qods, assurant leur soutien à la cause palestinienne dans son combat contre la « base terroriste » sioniste dont l’Iran refuse de reconnaître l’existence[70].

    Une Journée de Jérusalem sous tension[modifier | modifier le code]

    L’atmosphère se tend de plus en plus à l’approche du , quand coïncident Laylat al-Qadr (Nuit du Destin) au cours de laquelle le prophète de l’islam aurait reçu le Coran, et Yom Yeroushalayim (Journée de Jérusalem) qui célèbre la réunification de la ville. Par conséquent, beaucoup de musulmans voudront se rendre dans la mosquée al-Aqsa tandis que des Juifs — pour la plupart jeunes et s’identifiant au sionisme religieux — voudront, selon une coutume du jour, parader avec des drapeaux d’Israël (en) dans l’ensemble de Jérusalem, y compris les quartiers en proie à des émeutes.

    Or les esprits ne se sont pas calmés et des nouveaux affrontements ont lieu à Jumu'atul-Wida (en), le 7 mai. Selon un porte-parole de la mosquée, la police israélienne aurait voulu faire évacuer les quelque 70000 fidèles des lieux alors qu’il est de coutume d’y demeurer pendant le Ramadan, et certains auraient commencé à jeter des pierres, feux d’artifice et d’autres objets lourds qu’ils avaient précédemment entreposés. La police riposte à coup de grenades assourdissantes, gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, faisant de nombreux blessés parmi les manifestants dont 153 devront être hospitalisés[48]. En Samarie, trois individus transportant des armes à feu et des armes blanches en vue d’un probable attentat, ouvrent le feu sur un poste des gardes-frontières qui ripostent et abattent deux assaillants, blessant grièvement le troisième[71].

    Alors que la police entend empêcher l’arrivée de manifestants supplémentaires le 8 mai, des foules d’orants musulmans, encouragées par Moussa Abou Marzouk, l’un des chefs du Hamas qui accuse les Juifs de vouloir prendre la mosquée al-Aqsa, s’y sont rendues en masse. Les arrivants sont eux aussi munis d’objets contondants ou incendiaires qu’ils lancent sur les policiers israéliens[72]. On y chante, ainsi qu’au campus de l’Université hébraïque et en d’autres endroits, des appels à libérer al-Aqsa et frapper Tel Aviv ; des passants sont blessés et des biens sont saccagés[73],[74]. La police investit donc l’esplanade des Mosquées au lendemain, utilisant des grenades assourdissantes dont certaines atterrissent dans la mosquée, tandis que les émeutiers disposent de projectiles[3]. Des scènes similaires ont lieu dans la ville de Nazareth, où une manifestation de soutien aux habitants de Cheikh Jarrah dégénère en confrontations avec la police, et à Haïfa où des habitants de la ville, de Tayibe et de Sakhnin protestent avec violences contre « l’invasion par les colons de l’esplanade des mosquées »[75] (les Israéliens juifs seront qualifiés dans leur ensemble de mustawtinin, “colons,” au cours des jours et semaines suivants, qu’ils habitent au-delà ou en deçà de la ligne verte car dans une optique où tout le Moyen Orient, incluant la bande de terre entre la Méditerranée et le Jourdain, est arabe, tout l’état d’Israël est une terre occupée et tous ses habitants juifs sont des colons[76],[77],[78]). Des bédouins (he) sortent sur les routes de Galilée, et la police recommande aux conducteurs juifs de ne pas y circuler à la tombée de la nuit, ce qui rappelle aux habitants les couvre-feux en vigueur lors de la pandémie de Covid-19[79].

    Images et interview du policier qui a mis fin à une tentative de lynchage, porte des Lions.

    Le lundi , au cours duquel doivent se tenir les principales festivités de la Journée de Jérusalem, s’ouvre avec d’autres perturbations sur le mont du Temple, et plusieurs incidents sont signalés à Jérusalem, parmi lesquels deux attaques de véhicules à coup de pierres — l’une d’elles s’accompagne d’une tentative de lynchage et une enfant de sept mois est blessée à la tête au cours de l’autre[80].

    Le Premier Ministre d’Israël Binyamin Netanyahou — dont les adversaires de l’ensemble du spectre politique assurent être sur le point de monter un « gouvernement de changement » sous la houlette de Naftali Bennett et Yaïr Lapid, et auquel l’on reproche de reculer devant les violences arabes[81] — réitère cependant sa volonté de garantir la liberté de culte et de mouvement pour tous, et Kobi Shabtai renforce les effectifs à Jérusalem[72].
    Il n’est initialement question que de limiter le nombre de participants à la Danse des Drapeaux afin de ne pas réitérer les conditions ayant conduit à la catastrophe de Meron[82]. Cependant, les services de renseignement intérieur et militaire conseillent fortement, contra Shabtai et le ministre de l’Intérieur Amir Ohana, de modifier le parcours et d’éviter la porte de Damas en particulier ; le Premier Ministre s’y plie en dernière minute et l’organisateur de la Danse décide d’annuler la parade, ce qui est aussitôt salué par le Jihad islamique palestinien comme « une grande victoire pour les [Arabes] de [Jérusalem] »[83].

    L’évènement final de la Danse qui devait s’achever au Mur occidental, est cependant maintenu, sur fond d’affrontements supplémentaires entre forces de l’ordre et émeutiers. Au cours de ceux-ci, un projectile incendiaire est lancé sur un arbre proche de la mosquée, et l’arbre prend feu. Un film circule sur les réseaux sociaux qui montre les jeunes Juifs danser extatiquement sur fond d’incendie tandis que retentit Zakhreni na, un succès de rock hassidique (en) qui met en musique Juges 16:28 (« Souviens-toi donc de moi et renforce-moi donc, seulement cette fois, Dieu, et que d’un seul coup je tire vengeance pour mes deux yeux, des Philistins ! ») ; Yair Wallach et Ayman Odeh accusent les danseurs de glapir au génocide — « Philistins » a souvent été remplacé dans des rassemblements nationalistes par « Palestine » — mais le film ne peut déterminer s’ils dansaient au moment ou à cause de l’incendie[84],[85],[86] (il se dira aussi, parmi les fausses nouvelles colportées sur les réseaux sociaux, que l’incendie est le fait « du tir de bombes par les forces de l’occupation »[87]).

    Le Hamas qui revendique la responsabilité pour l’ensemble des évènements survenus depuis le Ramadan[75], émet le même jour un ultimatum à Israël de retirer toutes ses troupes du mont du Temple et de Cheikh Jarrah avant 18 heures, ce 10 mai. Quelques minutes après expiration, il tire une volée de 150 roquettes à tête lourde de type A-120 (A pour Ra’ad al-Attar, un cadre du Hamas de Rafah abattu en 2014, et 120 pour la portée du missile en kilomètres[88]) dont — c’est une première depuis 2014 — 7 sur Jérusalem et Beit Shemesh ; un missile antichar est également tiré sur un véhicule civil par le Jihad islamique qui fait circuler les images (le conducteur, qui en était momentanément sorti pour photographier un drapeau d’Israël, s’en tire avec des blessures légères[89]). L’opération Gardien des Murailles est alors déclenchée contre les organisations palestiniennes qui l’appeleront quant à elles Bataille Épée d’al-Quds[90],[91],[92],[93].

    Évènements au cours des onze jours de combats entre Israël et Gaza[modifier | modifier le code]

    10 mai[modifier | modifier le code]

    Théâtre des opérations - Israël et Cisjordanie.
    Théâtre des opérations - bande de Gaza.

    Au cours de la première nuit d’affrontements, Tsahal attaque par voie des airs plus de 130 cibles du Hamas et du Jihad islamique dans la bande de Gaza. Ces tirs causent la mort de 15 militants du Hamas et 9 mineurs selon un rapport du Croissant rouge mais le porte-parole de l’armée israélienne (en) estime que six de ces personnes de moins de 18 ans auraient été tués par des roquettes tirées par le Jihad islamique et retombées dans la bande de Gaza. Cependant, si les roquettes utilisées par les petits mouvements palestiniens sont produites localement, avec les matériaux du bord et sans aucune sophistication, il apparaît rapidement que le Hamas et le Jihad islamique ont acquis des missiles de leurs alliés syriens ou iraniens et que les performances de leur propre arsenal ont été, malgré leur production quasi-artisanale, améliorées avec l’aide officieuse de l’Iran : les projectiles causent plus de dommages et parviennent plus loin avec une plus grande précision[39],[94],[95]. Ils sont de plus lancés en grappe afin de saturer le Dôme de Fer et causer le plus de dommages possibles en zones civiles[96]. Bien que plus de 85% des tirs soient interceptés, des projectiles parviennent à forcer le barrage aérien et causer des dommages par impact direct dans les villes satellites de la bande (ils ne représentent, de plus, que l’un des volets des progrès du Hamas, qui a en outre renforcé ses capacités terrestres, maritimes et cybernétiques[97]). Le ministre de la Défense Benny Gantz fait donc fermer les écoles dans un périmètre de 40 kilomètres avec possibilité de 40 kilomètres supplémentaires en fonction de la situation[92],[98].

    Le sud n’est pas le seul point chaud d’Israël, secoué par des vagues de violence qui seront comparées par les témoins, des médias et le président de l’état d’Israël Reuven Rivlin, aux émeutes arabes de 1929[99], aux pogroms d’Europe de l’est[100],[101] ou encore à la Nuit de Cristal.
    À Lod, une ville du centre du pays qui connaît un important taux de criminalité mais dont le maire Yaïr Revivo (he) s’enorgueillissait jusque-là d’une cohabitation entre Juifs et Arabes vieille de 70 ans[101]. Des Israéliens arabes — qui, nonobstant leur opposition politique au sionisme, s’abstenaient ordinairement de se joindre aux hostilités envers l’état hébreu, à l’exception de manifestations au cours de la seconde intifada en octobre 2000, où ils se déclarèrent « Palestiniens d’Israël » et exprimèrent leur solidarité avec ceux de Cisjordanie et de la bande de Gaza[102] — descendent en masse dans les rues de la ville afin de « libérer Al-Aqsa par le feu et par le sang », mettent le feu à des poubelles, arrachent des feux et panneaux de signalisation, lapident des propriétés reconnaissables comme juives ou marquées comme telles par leurs voisins arabes, et retirent les drapeaux d’Israël pour leur substituer ceux de la Palestine. Un poste de mairie, des véhicules par dizaines, une synagogue, un hall d’étude et l’académie préparatoire militaire de Ramat Eshkol sont incendiés ; l’ensemble des livres saints qui s’y trouvent disparaissent dans les flammes, à l’exception des rouleaux de Torah que les étudiants sont parvenus à faire sortir[103],[104].

    Restes carbonisés des livres saints brûlés à l’académie de Ramat Eshkol.

    Quelque vingt de personnes qui s’étaient réunies pour une soirée de chants en l’honneur de la Journée de Jérusalem et n’ont pas encore pris la mesure de la gravité des évènements, décide de se rendre avec des drapeaux israéliens dans le quartier des Hasmonéens, en raison de sa proximité avec Ramat Eshkol, pour manifester leur solidarité avec les voisins barricadés dont les messages de détresse emplissent les groupes Whatsapp. Ils choisissent d’ignorer les citoyens arabes qui les ont pris à partie, criant à l’expulsion et au massacre des Juifs ; leurs agresseurs se mettent alors à les bombarder de pierres avec une telle violence que la voiture de la coordinatrice de la soirée, dans laquelle cette dernière avait voulu se réfugier, prend feu. Débordée par les quelque 80 incidents qui éclatent à chaque heure, la police dont cinq membres seront blessés dans les affrontements avec les émeutiers au cours de la soirée, ne prend pas les appels ou leur oppose une fin de non-recevoir ; une quinzaine de résidents du quartier, dont plusieurs possèdent un permis de port d’arme, descend pour protéger les assiégés, parmi lesquels de nombreux mineurs. Il est près d’une heure du matin lorsque la foule arabe, armée de pierres et de bouteilles incendiaires, se rue sur les Juifs aux cris d’Allahu akbar. Elle ne s’arrête pas lorsque ces derniers tirent en l’air, et les tireurs abaissent alors leurs armes en direction de la foule[99],[105]. Moussa Hassouna, 32 ans, s’écroule et un autre citoyen arabe est blessé. Arrivée sur les lieux après les évènements, la police disperse l’attroupement, les blessés sont transportés à l’hôpital Shamir et trois habitants juifs sont interpellés[106].

    Une habitation juive de Lod effractée, vandalisée et incendiée.

    Dans la ville voisine de Ramle, un autobus est vandalisé, et tout ce qui arbore des symboles religieux ou nationaux d’Israël, comme le commerce d’articles religieux juifs de la rue Herzl et diverses habitations, est pillé ou caillassé ; une synagogue est incendiée, ainsi que le cimetière juif. Les insurgés attaquent des passants et forces de l’ordre avec des projectiles incendiaires, enflammant des véhicules au passage[107]. D’autres débordements se produisent ensuite à l’hôpital où Moussa Hassouna et les blessés des deux villes ont été transportés (des faits similaires avaient déjà été enregistrés en 2016, à l’annonce de la mort d’un patient[108]) ; des centaines de factieux vandalisent les lieux et menacent de mort les patients ainsi que les membres du personnel hospitalier, en particulier ceux issus du secteur arabe, accusés de collusion avec l’ennemi[109].
    Des évènements de même nature ont lieu à Jaffa où des foules, venues manifester contre les actions de la police à Jérusalem et « la présence de colons sur le Mont du Temple », incendient des poubelles, détruisent des stations d’autobus et font, comme à Ramle, usage d’explosifs et feux d’artifice sur les policiers en présence[75]. Un passant juif qui veut photographier les émeutes, est tabassé à coups de batte et de chaise par les manifestants[110].

    Les manifestations se poursuivent aussi dans le nord du pays, où le poste de police de Kafr Manda (en) est pris d’assaut. Des feux de circulation sont arrachés, des pneus brûlés et des structures routières vandalisées à Umm al-Fahm et ailleurs, pour un montant estimé à des millions de shekalim[111] (à la date du , la plupart des feux de circulation de la route 65 n’ont pas été rétablis en dépit des travaux de réparation entrepris au lendemain des déprédations, ce qui a augmenté le nombre d’accidents routiers[112] : la veille, l’un d’eux s’est soldé par la mort d’Amana Abu Wasl, 68 ans, et a fait quatre blessés supplémentaires[113]).
    Les bédouins du Néguev ne sont pas en reste : un automobiliste est attaqué à coups de pierres à Meitar tandis que des bandes partent à l’assaut de stations de police à Shaqib al-Salam (en), Rahat et Tel Sheva (en). Des lignes d’autobus sont attaquées, et une conductrice est extirpée de son véhicule sur l’échangeur de Shoqat pour être brûlée ; sauvée par un camionneur, elle sera escortée vers un poste de police[104],[114].

    11 mai[modifier | modifier le code]

    Document du porte-parole de l’armée, désignant la tour Hanadi comme un objectif de l’armée israélienne en raison des centres de recherche et développement militaire et des bureaux de renseignement militaire qu’elle abrite pour le compte du Hamas.

    Au second jour de l’opération, Benny Gantz annonce la mobilisation de 7000 soldats réservistes, et des batteries de canons automoteurs Doher sont déployés le long de la frontière avec la bande de Gaza. Guidées par le service de renseignement intérieur, les frappes aériennes permettent d’éliminer un commando d’attaque par missile anti-tank et deux tireurs de roquettes dans la matinée, puis un commandant des Brigades Izz ad-Din al-Qassam et le responsable de la fabrication de fusées du Jihad islamique dans l’après-midi[115]. À 18:36, quatre-vingts avions attaquent 150 cibles dont 50 à 70 fosses de lancement dans le nord de la bande, et le porte-parole de l’armée annonce l’élimination de personnages-clés des mouvements palestiniens ainsi que la neutralisation de trois divisions de cette région qui se trouveraient désormais dans l’impossibilité d’expédier la moindre roquette[116].

    Abri anti-aérien collectif d’un ancien immeuble à Kfar Saba (les nouveaux immeubles sont, eux, pourvus d’un espace protégé dans les appartements). Ses habitants doivent, comme l’ensemble de la région de Tel Aviv, y descendre en moins de 90 secondes à chaque alerte rouge, et y demeurer 10 minutes après leur arrêt.

    Cependant, les mouvements palestiniens qui n’ont pas arrêté de pilonner la bordure de Gaza (en) et condamnent de ce fait les populations de villes entières à une vie de cloître et d’angoisse dans leurs abris[117], parviennent à frapper Ashkelon à la faveur d’une batterie Dôme de Fer défaillante qui n’intercepte pas les nombreux lancers, et font leurs premières victimes : Soumiya Santosh, 31 ans, auxiliaire de vie, est tuée sur le coup tandis que sa patiente de 80 ans, Naomi Pearlman, est grièvement blessée (et décède de ses blessures le [13]). La Défense passive enjoint les citoyens d’Ashkelon à ne pas sortir de leurs abris jusqu’à réparation de la batterie, et on lui en adjoint une autre par précaution[12],[116],[118]. Par ailleurs, le Hamas menace de faire feu sur la région de Tel Aviv à 21 heures après qu’Israël abat — après plusieurs avertissements et coups de semonce pour minimiser les victimes civiles[119] — la tour Hanadi, un immeuble mi-résidentiel mi-commercial de 13 étages à Gaza qui abritait, selon l'armée israélienne, le quartier général du renseignement du Hamas, celui de la Cisjordanie, le département de l’information et la brigade du Hamas à Gaza[120]. À 20:46, le Hamas — qui avait déjà montré sa capacité à atteindre Tel Aviv et sa banlieue en 2019[121] — effectue un tir sans précédent dans les affrontements antérieurs où plus de 500 roquettes de type A120, J80, J90, M75 et SH85[94], sont envoyées sur la région du centre, dont 137 en moins de min[122],[123].

    Impact d’une roquette sur un bus à Holon le 11 mai 2021 ; l’explosion qui en résulte, détruit les voitures adjacentes (photographié par Yoav Keren).

    Une partie de ces roquettes explose dans la bande de Gaza et y alourdit le bilan civil (huit des neuf morts d’enfants en ce jour, seraient dues à des tirs palestiniens ; Mohammad Saber Ibrahim Suleiman, 15 ans, se trouve aux côtés de son père, commandant du Hamas)[124] mais la plupart atteignent le ciel de la métropole de Tel Aviv, et les alertes retentissent jusqu’au Sharon[125].
    Hormis les dégâts considérables que cause la chute de ces « feux d’artifice » ou de leurs débris interceptés (une classe de cours est complètement détruite à Ashkelon[126], un parking est endommagé dans le nord de Tel Aviv[127]), ils sont les plus létaux jamais envoyés par le Hamas : une roquette s’abat directement sur un bus à Holon, faisant 7 blessés dans l’explosion qui en résulte ; d’autres tombent sur Givatayim et Rishon LeZion, tuant Léa Yom-Tov, 63 ans, et faisant quatre blessés ; sa voisine, Ilana Cohen, 76 ans, décède dans la nuit de ce qu’elle a pris pour une attaque de panique mais qui se révèle être une crise cardiaque consécutive au choc. Orly Liron, 52 ans, chute en courant vers l’abri du moshav Netaïm, et en est grièvement blessée ; elle décède deux jours plus tard[12],[128].
    Le trafic aérien est interrompu et les vols à destination d’Israël sont détournés vers l’île de Chypre et la Grèce puis, le lendemain, vers l’aéroport d’Eilat[129]. Une roquette frappe l’un des oléoducs d’Ashkelon qui prend feu, sans interrompre l’activité de la centrale électrique[130].

    Ces évènements se produisent dans le même climat de peur, propice aux fausses rumeurs — des messages, parfois agrémentés de vidéos ou d’images, circulent allègrement sur les réseaux sociaux, aux côtés de scènes extraordinaires mais bien réelles des dernières actualités, pour avertir que « des Arabes se faisant passer pour des Juifs, frappent aux portes de Ramat Gan » et d’autres pour prétendre que « les Arabes sont informés par SMS » ou autrement mais, en tout cas, par avance des temps et lieux des volées planifiées etc.[131] —, et de violence que la veille : à Lod, où les familles juives des zones d’émeutes ou des quartiers à population mixte ont été préventivement évacuées[132], les troubles débutent à 15:00, lorsque la dépouille de Moussa Hassouna — que le cortège funèbre, les politiciens arabes et certains journalistes tiennent pour l’innocent martyr d’insurgés juifs dont il faut à présent venger le sang[133] mais qui était, selon les témoins juifs des évènements, un émeutier fauché en pleine action[134], et qu’une vidéo des évènements montre parmi des lanceurs de pierre[135] — est conduite au cimetière musulman ; des membres de la procession manquent de lyncher un caméraman de la 20e chaîne[136] et affrontent la police qui, après avoir riposté avec des grenades assourdissantes et des tirs à balles en caoutchouc, est obligée de se retirer lorsque deux policiers sont blessés ; elle préfère ensuite éviter les confrontations[137],[138].

    Les forces de garde-frontière viennent renforcer les effectifs de la police israélienne dans la ville de Lod, le .
    Épaves de voitures brûlées à Lod (photographie prise le 12 mai, au lendemain des émeutes nocturnes).

    Les émeutiers qui se comptent par centaines, et dont beaucoup ne sont apparemment pas de la ville[139], s’en donnent alors à cœur joie : scandant les chants guerriers de l’islam qui promettent aux Juifs le sort de leurs congénères à l’issue de la bataille de Khaybar, des bandes écument les rues de Lod, agressent des passants juifs, saccagent le musée de mosaïque nouvellement inauguré et ses pièces bimilliénaires qui faisaient partie de l’héritage culturel de la ville, incendient une autre synagogue et des dizaines de véhicules, lancent pierres et bouteilles incendiaires sur les biens et habitations marqués ou dénoncés comme juifs[140], et dont les occupants terrifiés doivent être évacués par la police en laissant leurs biens à la merci des voleurs et pilleurs[132],[141],[142],[143].
    Igal Yehoshoua, un résident sans histoire de Ganei Aviv âgé de 56 ans, rentre chez lui en voiture lorsque des individus lui barrent la route et, l’ayant identifié comme Juif, brisent les pare-brise à coups de briques qui le blessent à la tête, à la suite de quoi des émeutiers parviennent sur les lieux et se joignent à la curée ; après avoir été lynché par huit personnes (six citoyens israéliens et deux Palestiniens), l’homme — qui, aux dires de son frère, ne se sentait pas concerné par la déferlante, et se figurait qu’il lui suffirait de se faire reconnaître pour faire cesser net l’agression[144] — parvient au seuil de son domicile où il s’effondre[145]. Évacué par ambulance en état critique, il décède le 17 mai à l’hôpital et, étant inscrit comme donneur d’organes, fait don de ses reins à une patiente arabe qui n’a depuis cessé de plaider pour la paix[77],[146].
    Yaïr Revivo annonce que la municipalité a totalement perdu le contrôle de la situation, et presse le premier ministre de déclarer l’état d’urgence sur la ville sous peine d’y voir se déclencher une guerre civile car les habitants juifs, se sentant abandonnés par la police, commencent à s’organiser en comités de défense, épaulés par un groupe venu de l’implantation de Yitzhar[132] (l’un de ces volontaires raconte que des policiers requièrent leur escorte pour se rendre sur un point chaud[147]). Après avoir soumis la question au conseiller juridique de l’État, Binyamin Netanyahou se rend dans la ville, assurant des mesures fortes contre « l’anarchie des émeutiers que nous ne pouvons accepter » ; à défaut de renforts militaires, des unités des gardes-frontières viennent rejoindre les policiers, et Kobi Shabtai annonce qu’il établit lui aussi ses quartiers dans la ville tandis qu’Amir Ohana ne s’exprime pas sur les émeutes mais critique le maintien en détention du citoyen juif arrêté la veille, à l’instar d’autres personnalités de droite dont Naftali Bennett, et de contre-manifestants venus devant le tribunal pour soutenir les forces de l’ordre dans leur lutte contre le terrorisme, car cet homme soupçonné de meurtre par la police a agi, selon eux, en état de légitime défense[148],[149],[150],[151],[152].

    Les scènes d’anarchie sont encore plus fortes à Ramle où les centaines d’émeutiers arabes ne sont plus seuls à enflammer la ville : des centaines d’activistes juifs de droite qui ont répondu à l’appel de Ben-Gvir, sont harangués par Gopstein, et entendent leur rendre la pareille mais la police s’y oppose et monte des barrages qui empêchent la confrontation. Chahutant une équipe de reportage, ils lancent des pierres sur des conducteurs identifiés comme arabes. Des propriétés juives sont endommagées ainsi que la maison d’un citoyen arabe, des synagogues sont incendiées ainsi que le cimetière musulman. Les manifestants juifs seront dispersés par la police à coup de grenades assourdissantes[151],[153],[154],[155].

    À Umm al-Fahm, Haïfa, Qalansawe, Baqa al-Gharbiyye, Abou Snan (en), Basmat Tab'un (en), Tayibe et partout où les bombes ne tombent pas, les lapidations, blocages de route, combustions de pneus et autres gestes se multiplient en soutien à Gaza et à Cheikh Jarrah, où des centaines de manifestants agitent des banderoles aux slogans nationalistes en lançant des pierres sur la police tandis que des centaines de militants de gauche protestent à Jérusalem contre les violences policières. Interrogé par un journaliste, un citoyen arabe d’Acre justifie lui aussi les actes des émeutiers qui ont brûlé une station de police et lancé des pierres sur les forces de l’ordre, par les actes de la police à al-Aqsa. D’autres s’attaquent au restaurant et à l’hôtel Effendi d’Oury Yirmias (he) qui les considérait comme symboles de la coexistence ; Avi Har-even (he), ancien directeur de l’agence aérospatiale israélienne qui y logeait, est grièvement brûlé[149],[152],[156],[157], et décède moins d’un mois plus tard[43]. Ceux des émeutiers qui ont été arrêtés par la police, dont plusieurs sont mineurs, seront pour la plupart relâchés rapidement car « il est impossible de leur attribuer tous les dégâts »[158].

    Dans le sud du pays, environ deux cents personnes arborant le drapeau palestinien, manifestent à proximité de l’université Ben Gourion de Beersheva contre l’intervention de l’armée à Gaza ; des citoyens juifs de la ville arrivent sur le campus pour protester contre cette manifestation, et certains lancent des pierres sur les voitures dont ils supposent les conducteurs arabes, apparemment d’après la marque des véhicules[159]. À l’hôpital Soroka, les manifestations dégénèrent également lorsqu’un manifestant arabe de 18 ans poignarde un manifestant juif[160].

    À 2:50 du matin, un autre tir en rafale est lancé depuis Gaza à tous azimuts, atteignant pour la première fois Beersheva et, une nouvelle fois, la région du centre. Une habitante de Lod qui a rejoint l’abri anti-aérien public, remarque qu’elle se trouve à côté du voisin arabe qui a désigné sa voiture comme juive aux émeutiers[140] ; une roquette frappe de plein fouet une maison dans le village non-reconnu (en) de Dahmash en bordure de Lod, tuant Khalil Awad, 52 ans, et Nadeen Awad, sa fille de 16 ans. Yaïr Revivo rappelle aux habitants de Lod que les engins de mort du Hamas ne font pas la distinction entre Juifs et Arabes[12],[161].

    12 mai[modifier | modifier le code]

    Interception d’une roquette par le système Dôme de Fer.

    Après les tirs de la nuit, l’aviation israélienne repart de plus belle, abattant des immeubles utilisés par le Hamas, les maisons de hauts responsables militaires du mouvement et des fosses de lancement, en faisant à chaque fois son possible pour éviter les pertes civiles[119]. Au matin, une unité de missiles anti-char fait feu sur une jeep stationnée dans la bordure de Gaza, tuant le sergent Omer Tabib, 21 ans, et blessant grièvement deux autres soldats.

    Attaque par l’aviation d’un bâtiment servant, selon l’armée israélienne, aux communications des mouvements palestiniens.

    L’armée détruit la maison d’une personnalité haut-placée qui se double d’une cache d’armes, anéantit dans l’après-midi des batteries de lancement dirigées vers Ashdod et Ashkelon, lesquelles continuent d’essuyer le feu ininterrompu des mouvements palestiniens, ainsi que deux unités de missiles anti-char et une unité s’apprêtant à lancer un drone suicide. À quatorze heures, le porte-parole de l’armée annonce l’élimination ciblée de plusieurs militants proches de Mohammed Deïf ainsi que de cadres de la section R & D ; les documents saisis auprès du chef du département cyber du Hamas, font craindre à l’armée israélienne que le Hamas améliore la précision de ses engins en piratant les webcams personnelles et systèmes de surveillance des habitants de la bordure de Gaza. En soirée, une autre unité de missiles anti-chars relevant du Jihad islamique est neutralisée, et la tour A-Shourouk, un bâtiment de quatorze étages utilisé par le Hamas pour le renseignement militaire et les communications, est démoli. Les alertes retentissent une nouvelle fois dans le centre du pays, et le Hamas qui aura tiré plus de 1 200 roquettes sur Israël entre le 10 et le [162], fait une nouvelle victime dans le sud du pays : Ido Avigal, 5 ans, se trouve dans l’espace protégé de son appartement de Sderot lorsqu’un débris de roquette interceptée, transperce la fenêtre blindée et fait exploser la vitre qui servait de calfeutrage en cas d’attaque chimique ; grièvement blessés par les éclats, la mère et l’enfant sont transportés à l’hôpital où ce dernier décède de ses blessures. Le cabinet de sécurité décide alors d’une escalade dans les frappes sur Gaza[12],[120],[163],[164].

    À Lod, où l’état d’urgence a été déclaré, Benny Gantz n’a pas autorisé l’intervention de l’armée réclamée par Binyamin Netanyahou et de nombreux ministres[165], mais un couvre-feu est imposé de 20:00 à 4:00 afin de faire baisser les flammes. Des heurts éclatent avant même sa mise en application, impliquant des Arabes, des Juifs de droite voire de droite radicale, et les forces de l’ordre qui tentent de les séparer[164],[166].
    Pendant le couvre-feu, des jeunes Arabes — ceux-là mêmes qui étaient bien connus des forces de l’ordre, et dont le maire dénonçait l’audace voire l’effronterie dans leurs activités criminelles[167] mais dont la violence n’avait jusqu’alors pas de caractère nationaliste[142] — répondent à l’appel du muezzin de Lod et continuent à affronter les gardes-frontières ; la violence monte d’un cran lorsqu’ils se mettent à tirer à balles réelles sur le tout-venant, et blessent un citoyen juif[168]. Pendant ce temps, des émeutiers juifs aggressent un citoyen arabe à coups de pierres, objets contondants et tranchants, une citoyenne arabe de 33 ans, enceinte, est blessée à la tête et doit être emmenée à l’hôpital pour y être accouchée[169].

    Un commerce tenu par un Israélien arabe, dévasté par des Israéliens juifs à Bat Yam.

    Dans la ville de Bat Yam, des dizaines d’adhérents juifs à La Familia (he), l'organisation juive de supporters ultras du Beitar Jérusalem Football Club se concertent sur les réseaux sociaux pour marcher sur Jaffa avec l’intention de « restaurer la dignité juive » mais la police s’y oppose et ils se détournent vers la promenade maritime. Les devantures des commerces détenus par des Israéliens arabes — certains sont chrétiens[170] — sont vandalisées, et les magasins mis à sac. Un journaliste de la onzième chaîne, présent sur les lieux, décrit l’arrivée d’une voiture conduite par un Arabe qui se dirige vers les manifestants en accélérant, et « dont il n’est pas clair s’il a voulu foncer [sur eux] ou s’il a perdu le contrôle de son véhicule » (l’analyse des images infirmera la première hypothèse). L’automobiliste est extrait de l’habitacle et lynché à coups de pieds, de poings et de drapeau d’Israël en guise de massue par la foule — dont certains membres arborent des vêtements juifs — qu’un factotum isolé tente en vain de disperser[171],[172]. La classe politique juive de tout le spectre condamne immédiatement, et avec une rare unanimité, ce lynchage, de même que le primat de Sion (he) Yitzhak Yosef et le grand-rabbin ashkénaze David Lau[173].

    Filmé en direct, ce segment d’information occupe la majorité du temps d’écoute pour cette raison, et ne laisse qu’un filet aux nombreux évènements qui se sont produits dans la même soirée : à Jérusalem où des manifestations violentes se poursuivent quotidiennement à Cheikh Jarrah[174], un travailleur arabe de 25 ans est poignardé par un groupe de manifestants juifs[175],[169] ; à Herzliya, un chauffeur arabe de 60 ans est violemment agressé (promptement arrêtés par le Shin Beth, les perpétrateurs sont maintenus au secret et l’affaire n’est connue qu’à la conclusion du jugement, un mois plus tard)[176] ; à Haïfa, autre modèle de coexistence brisée[177], un terrain de stationnement est incendié à proximité d’un pâté juif ultra-orthodoxe, et près de soixante personnes doivent être hospitalisées[178], un conducteur arabe est attaqué par la foule et parvient à s’échapper en écrasant au passage l’un de ses assaillants[179] ; à Acre, les manifestants arabes continuent à brûler des hôtels, détruisent les installations ferroviaires, affrontent la police (l’un d’eux à balles réelles), et trois Israéliens juifs se font lyncher : Mordekhaï Katz est écharpé dans la même rue que le rabbin Elad Barzilay, un instituteur qui était venu pour empêcher ses élèves de participer aux manifestations quand il a été attaqué[169],[180],[181],[182], et Mor Janashvili rendait visite à sa mère dans l’un des quartiers mixtes de la ville lorsque des dizaines voire des centaines d’Arabes extatiques ont remarqué le drapeau d’Israël qui orne sa voiture ; caillassé tant et si bien qu’il perd le contrôle du véhicule — écrasant même l’un des assaillants —, il est poursuivi aux cris de « Mort aux Juifs » alors qu’il tente de se réfugier dans l’appartement de sa mère, et passé à tabac avec tout ce qui tombe sous la main des émeutiers avant d’être sauvé par des voisins arabes[183],[184]. Une famille juive échappe de peu au même sort à Kafr Qara[185], et un autre conducteur juif est sauvé d’une tentative similaire par des membres de l’association de secours arabe Al-Zahraoui après être entré par erreur à Tamra en suivant son assistant de navigation[186],[175] ; des manifestations violentes, caillassages et tentatives de lynchage ont lieu à Binyamina, Jisr az-Zarqa (en) et Tibériade, entraînant la fermeture de plusieurs routes en Galilée après que des manifestants arabes les ont bloquées, incendiant des pneus et lançant des pierres sur les voitures et leurs conducteurs ; la police disperse des manifestants juifs qui en font de même à Kiryat-Ata et en arrête à Or Aqiva[187],[188] ; à Umm al-Fahm, un garde-frontière est blessé par balles alors qu’il sondait les lieux à la recherche d’un lanceur de bouteilles incendiaires, et les émeutiers attaquent l’ambulance arrivée à son secours[189]. Divers troubles ont lieu à Houra (en) et Rahat[190], où un palier est franchi lorsque les émeutiers bédouins font usage, pour la première fois, d’armes à feu[191]

    Cette sélectivité dans le traitement de l’information rehausse le débat en Israël sur l’objectivité des journalistes et de leurs comptes-rendus[171] : beaucoup veulent établir, avant même les évènements de Bat Yam, une symétrie dans les faits entre les émeutiers juifs et arabes — certains avaient voulu y inclure le tireur juif de Lod[77],[134] qui sera relâché le lendemain avec ses co-détenus[192] — et l’arrestation de ces éléments pertubateurs mais minoritaires dans la société israélienne, serait le premier pas dans le retour à la coexistence ou au silence qui prévalaient avant les évènements[177],[193].
    D’autres s’insurgent contre l’artificialité de cette représentation qui voudrait transformer les émeutes en « violences communautaires » propres aux villes « mixtes » (du côté arabe, on préfère à ce vocable celui de « bi-nationales[194] ») : la violence n’y est pas limitée, comme l’illustre l’anecdote d’Itay Turgeman (he), un acteur qui « tremble de peur » et n’en revient pas d’avoir été verbalement agressé « au cœur de Tel Aviv », bastion de la gauche politique et de l’amitié entre les peuples alors qu’il avait innocemment demandé son chemin à un motocycliste de passage[195] ; elle ne répond pas au critère d’interchangeabilité qui caractérise la symétrie car les exactions de Juifs sont le fait d’une frange prompte au coup de poing, en particulier dans les meetings et manifestations politiques, alors que la poussée de fièvre révoltière a touché de larges pans de la population arabe, et non pas seulement ses extrêmes ; les Juifs ont, de plus, réagi à la violence arabe qui, elle, ne répondait pas à une violence juive — il n’y a eu aucune agression d’Arabes par des Juifs le lundi 10 mai 2021, et il ne s’y trouvait aucun « élément externe » à Lod qu’on puisse rendre responsable de telles agressions[196]. Les appels à la destruction pure et simple d’Israël ne sont pas tant la vocifération d’une volonté politique (bien que les revendications arabes ou palestiniennes en épousent volontiers les formes) que d’une indignation théologique, prégnante dans l’ensemble de la population arabo-musulmane d’Israël, indépendamment de son degré de pratique[197] ; il n’y a pas davantage proportionnalité dans le nombre des méfaits commis car ils sont à l’immense majorité le fait des citoyens musulmans, ainsi que le démontre un bilan établi une semaine plus tard[170],[198],[199],[200]. En outre, et hormis des voix isolées qui appellent au calme comme Lucy Aharish[193], leurs représentants sur les plateaux télévisés et dans les partis politiques n’ont de mots sévères que pour les Juifs dont « [les] larmes ne sont pas plus salées que celles des [Gazaouites][171] » et qui sont toujours, sinon les auteurs, les fauteurs des troubles qui déchirent le pays ; ils auraient inventé de toutes pièces un pseudo-vivre-ensemble, cache-sexe d’une longue suite d’humiliations, discriminations, spoliations et expropriations d’une population qui clame sa palestinité et revendique la terre sur laquelle elle vit comme fondamentalement arabe[77],[139],[201].
    Ce n’est qu’après l’admonestation sévère de Reuven Rivlin sur le « silence coupable des autorités » arabes à la vue des « images de pogrom à Lod et [des] émeutes à travers Israël, perpétrées par une masse arabe enflammée et assoiffée de sang, qui a porté atteinte à autrui, à leurs biens et a même profané les lieux saints d’Israël, [compromettant] la bonne entente dans l’état et le pays »[100], qu’une timide injonction à demeurer dans les bornes de la légalité apparaît chez les chefs des partis arabes, lesquels s’affichaient volontiers parmi les manifestants le jour précédent[202]. Benny Gantz s’entretient avec quelque 30 autorités juives comme arabes de l’ensemble du pays, aboutissant à une série de déclarations conjointement signées appelant à l’apaisement des esprits, au maintien de relations de bon voisinage, de la sécurité des résidents et de l’entraide mutuelle[203]. Mansour Abbas, le dirigeant de la Liste arabe unie qui avait mis fin aux tractations pour la formation d’un gouvernement dès le 10 mai[204], est le plus vocal dans ses appels au calme ; la foule à laquelle il s’adresse le somme vocalement de se taire[149].

    13 mai[modifier | modifier le code]

    Les forces de secours israéliennes à la manœuvre à Petah Tikva.

    Dans la nuit du 12 au 13 mai, le Hamas fait feu sur la région du centre, éventrant une habitation à Petah Tikva, causant un incendie qui s’étend aux alentours immédiats et faisant cinq blessés[205]. L’armée israélienne bombarde alors quelque 600 objectifs, abattant la banque centrale du Hamas, deux bâtiments du siège de la sécurité intérieure à Gaza, la maison d’un commandant de bataillon du Hamas et une escouade de sa section navale ; le ministère de la santé gazaouite rapporte 67 morts (dont 17 enfants) et 388 blessés (dont 50 femmes et 115 enfants) depuis le début des opérations[206].
    Le porte-parole de l’armée assure que la plupart des chaînes de production des missiles, tant du Hamas que du Jihad, ont été détruites et communique que l’armée s’attaque à présent aux institutions gouvernementales ; les organisations palestiniennes se trouveraient à court de munitions et auraient avancé pour cette raison une première demande de cessez-le feu médiée par l’Égypte, immédiatement refusée par Israël[207]. Réciproquement, Israël cherche à lancer un message net à l’ennemi de Gaza avant qu’une cessation des hostilités ne lui soit imposée par les États-unis, et les effectifs militaires sont renforcés[208],[209]. Dans la matinée et l’après-midi, alors que le Hamas envoie une nouvelle volée vers le centre et le sud qui ne se solde cette fois que par des dégâts matériels, quatre unités palestiniennes de missiles anti-char sont démantelées, et un avion F16 abat un drone du Hamas qui a pénétré dans l’espace aérien d’Israël. L’aviation attaque alors un poste d’observation et un complexe militaire du quartier général du renseignement du Hamas où se trouvent des dizaines de ses membres[210],[211],[212].

    Illustration du « métro » de Gaza (porte-parole de Tsahal).

    Dans la soirée, Tsahal attaque deux grands sites de production de roquettes dans le centre de Gaza, ainsi qu’une « cible spéciale, » située au cœur du territoire urbain. Cette cible s’avère être le « métro » de Gaza, un réseau de tunnels construit sous la ville — l’un d’eux passe sous une école de l’UNRWA qui devait servir d’abri public contre les bombardements de l’aviation israélienne et a elle-même été bombardée en raison dudit tunnel[213] — avec l’argent du Qatar et d’organisations caritatives qui parvient à Gaza pour son développement urbain, utilisé à des fins de guérilla urbaine et de trafics en tous genres — en temps de guerre, ce sont les missiles que les militants transportent d’un point à l’autre, avant de les enfouir dans un point de lancement souterrain fortifié, ce qui les rend si difficiles à détruire avant leur lancer[214],[215]. À 0:18, alors que le Hamas menaçait de représailles, le porte-parole de l’armée a communiqué aux organes de presse étrangère qu’Israël massait des troupes terrestres — dont on annonce déjà la mobilisation deux jours plus tôt[216] — à l’entrée de la bande de Gaza[217], tablant sur la descente des membres du Hamas dans ces boyaux souterrains afin d’y embusquer les troupes d’infanterie. Ce sont alors 160 avions venus de six bases différentes, des centaines d’obus d’artillerie et de chars, et des missiles guidés qui s’abattent sur la ville un peu après minuit, et la font trembler, davantage encore selon les Gazaouites, que lors de l'opération Bordure protectrice et auraient fait plus de cinquante blessés selon les sources palestiniennes[218].

    Gaza, après l’attaque de l’armée israélienne sur le « métro ».

    Cependant, et contrairement aux déclarations du porte-parole de l’armée, abondamment relayées par les consultants militaires des divers organes de la presse israélienne, elles ne font état d’aucun mort alors qu’Israël en proclame des centaines, et les rodomontades sont relativisées voire remisées dans les jours suivants[219]. D’aucuns accusent le général Aviv Kokhavi d’avoir inconsidérément déclenché une opération tenue secrète depuis 2018, sans obtenir les résultats escomptés[214],[220], et le Hezbollah s’attribuera le mérite d’avoir averti le Hamas des plans d’Israël[221]. Par ailleurs, les agences de presse accusent le porte-parole de l’armée de les avoir dupées et utilisées pour bluffer le Hamas mais lui plaide pour une mauvaise compréhension du terme « troupes terrestres » qui ne désigne pas, en Israël, l’infanterie mais l’artillerie ; ces explications peinent à convaincre, même en Israël[222].
    D’autre part, la situation humanitaire à Gaza devient urgente : une source sécuritaire affirme qu’il n’y aura bientôt plus que 4 heures d’électricité à Gaza en raison d’une pénurie de carburant (de nombreux tirs amis ont endommagé les lignes électriques[223]), et l’approvisionnement n'a plus lieu qu'une fois tous les 4 jours au lieu d’une fois tous les deux jours. En outre, les lancers ratés des organisations palestiniennes et les bombardements de l’armée israélienne ont laissé de nombreux Gazaouites sans domicile[224].

    À l’intérieur du pays, et en dépit de bulletins d’information faussement rassurants, Lod reste l’épicentre des émeutes malgré les initiatives citoyennes conjointes d’apaisement, les menaces du premier ministre qui autorise les détentions administratives et les efforts de la police qui a invité les dirigeants de la société arabe dans un effort de médiation[225]. C’est qu’elle n’a, en dépit de ses effectifs renforcés, « pas été formée pour faire face à une telle accumulation d’incidents, » de l’aveu du ministre de l’Intérieur[226] (Moshe Karadi, prédécesseur de Kobi Shabtai à la tête de la police d’Israël, lui propose le lendemain son aide ainsi que de treize officiers supérieurs à la retraite pour « rééduquer » les troupes[227]), et elle ne parvient pas à empêcher les nombreux incidents de la journée, dont l’attaque au couteau contre un Juif qui se rendait à la synagogue pour la prière du matin[228], des jets de pierres, l’incendie du centre multiculturel Chicago, d’une maison de Ramat Eshkol sous propriété juive et de la synagogue Dossa, lequel se produit au mépris du couvre-feu[229]. Elle ne fait pas non plus la différence entre les activistes de La Familia qui embrasent une voiture et une épicerie sous propriété arabe (l’incendie est rapidement maîtrisé par les voisins juifs), et les volontaires juifs arrivés à Lod pour prévenir les pillages et déprédations des propriétés juives ; certains sont appréhendés par les garde-frontières à la sortie des bus, d’autres sont pris pour cibles de fusillades, et deux d’entre eux sont blessés, ainsi qu’un membre du Magen David Adom[226],[230],[231] (les auteurs des tirs, Iyad et Amsalem Hassouna, sont arrêtés près de sept mois plus tard, au terme d’une enquête qui révèle également leur implication dans d’autres émeutes et évènements[232]).
    À Ramla, pourtant plus calme selon les critères policiers grâce aux efforts conjoints de la police et des clans locaux pour empêcher l’arrivée d’éléments extérieurs[233], les habitants essuient des tirs à balle réelle ainsi que des jets de pierre, et une bombe artisanale est lancée par des assaillants, rapidement mis en fuite par un passant armé[234],[235]. À Tel Aviv, des activistes d’extrême-droite attaquent une équipe de journalistes venue couvrir leurs actions après avoir eu vent par les réseaux sociaux de leur intention de se rendre une nouvelle fois à Jaffa[236]. Un peu plus tôt, un soldat qui traversait Jaffa, y est passé à tabac et doit être opéré en urgence à la suite d'un traumatisme crânien[231], une pizzeria de la chaîne Domino’s est préalablement fermée à Holon après que des messages d’extrémistes juifs ont explicitement visé le patron arabe du restaurant, des incendies éclatent à Rosh HaAyin[226], deux voitures de police sont incendiées à Kafr Qassem[175], et des citoyens juifs — parmi lesquels le petit-fils de Rehavam Zeevi — sont molestés à Jérusalem[188],[237].

    Les incidents s’enchaînent aussi dans le nord du pays : à Haïfa, un bus est caillassé par des émeutiers arabes, et une femme est légèrement blessée, après quoi les perturbateurs vandalisent la colonie allemande et attaquent un restaurant malgré la présence de clients et du personnel, recruté pour limiter les pillages. À l’autre bout de la ville, des activistes juifs saccagent la rue Allenby — la police est ostensiblement absente des lieux bien que des appels au rassemblement aient, là aussi, abondamment circulé sur les réseaux sociaux au vu et su de tous[238] ; il apparaît cependant le lendemain que de nombreuses arrestations ont été réalisées par des équipes infiltrées qui se déplacent dans des véhicules banalisés sur base d’informations dispensées par les services de renseignements, et des confrontations ont ainsi été évitées[239]. Cette nouvelle tactique illustre la collaboration entre forces de l’ordre et services de renseignement intérieur, lesquels effectuent discrètement le recrutement d’indicateurs, la collecte d’informations, le pistage des suspects dans la vie réelle ou par internet, et font occasionnellement usage de tactiques d’intimidation, afin d’aider la police à appréhender les émeutiers, de l’organisateur à l’exécutant[240]. Un chauffeur de taxi juif est blessé par jet de pierres lorsqu’il passe par un quartier arabe[231],[241]. Des troubles se produisent à Tibériade et à Acre, où des bateaux en rade ainsi que vingt B&B de la maison d’hôtes Melisandra sont incendiés[175],[242].
    À 21:35, Al-Jazeera fait savoir que des obus ont, pour la première fois depuis le début des hostilités, été lancés depuis le Liban mais le Hezbollah est rapidement mis hors de cause : trois Palestiniens du camp d’Al-Rashidya sont arrêtés à Tyr en raison de ces tirs, et un officiel palestinien déclare à un journal libanais que les groupes palestiniens voulaient ainsi déclarer l’unité des fronts de résistance[183],[243].
    Dans le triangle, une famille juive doit être évacuée en urgence par la police, avec l’aide de citoyens locaux, après être entrée par erreur à Umm al-Fahm où elle a été lapidée sans égards pour les enfants[244],[245], et trois citoyens arabes qui roulent à bord d’une automobile non immatriculée, perpètrent une fusillade contre un citoyen juif à l’entrée du village de Zalafa[246]. La police perd le contrôle de la situation dans l’ensemble du Wadi Ara, y compris le patelin de Nahf, et une station est incendiée à Qalansawe[247] ; des émeutiers obstruent le passage de la route 784 près Kafr Manda, ainsi qu’entre Fahm et Mousmous[248]. Isolés entre foyers de violence et routes bloquées, les habitants du village juif de Moreshet sont contraints de passer une quatrième nuit en état de siège et de couvre-feu[249].

    Dans le Néguev, la police ferme préventivement la route 31, priant les autorités bédouines de restreindre les débordements de leurs jeunes et, de fait, une famille bédouine interrompt une tentative de lynchage[245]. Des incidents continuent cependant de se produire dans la soirée et la nuit, aux cours desquelles un automobiliste est chassé à coups de pierres et de balles près de Rahat[250], et une enfant de huit ans est blessée à la tête à l’entrée d’Abou Kuider[251].

    Dans le feu des évènements, Naftali Bennett qui avait affirmé la veille son soutien à l’opération militaire malgré ses critiques du Likoud[252], surprend lorsqu’il déclare, lors d’une conférence conjointe avec Yaïr Lapid, que le moment n’est pas opportun aux tractations gouvernementales, et il se raconte qu’il aurait, cédant aux pressions de sa proche collaboratrice Ayelet Shaked au vu de la situation sécuritaire, dit en privé que c’est l’idée même du gouvernement de changement qui ne serait plus à l’ordre du jour[253],[254]. Il reprend au cours des jours suivants le rôle de défenseur patenté d’Israël auprès d’Al-Jazeera, tandis que beaucoup de ceux qui accusent Binyamin Netanyahou d’avoir ourdi la dernière escalade — avec la complicité des organisations palestiniennes qui se sont considérablement renforcées sous son règne — ou de la prolonger en vue de torpiller le gouvernement Bennett-Lapid, prédisent qu’elle prendra fin rapidement puisque le premier ministre aurait obtenu, avec l’humiliation de Bennett, son « image de victoire »[85],[255].

    14 mai[modifier | modifier le code]

    Dans la nuit du 14 mai 2021, un tir de barrage s’abat une nouvelle fois sur Israël (filmé par Lisa Canalo).
    Impact d’un bombardement israélien sur un bâtiment civil de Gaza.

    Les hostilités ne cessent pas : le Hamas répond aux attaques contre le “métro” en expédiant massivement des volées vers le sud d’Israël et les basses terres où elles causent des dégâts humains et matériels considérables[256],[257], puis il fait décoller aux petites heures du matin deux drones qui sont rapidement abattus par le Dôme de Fer mais il n’en présente pas moins son incursion dans l’espace aérien israélien — qui s’est accompagnée d’alarmes et de course aux abris — comme une grande victoire[258]. Des escadrons de lancement de roquettes sont éliminés dans la mi-journée et une bouche de tunnel utilisée pour le lancement des missiles, est détruite avec des précautions chirurgicales pour ne pas endommager le jardin d’enfants et la mosquée situés à proximité[259],[260]. Vers 19:30, un immeuble est abattu qui abrite une succursale de la banque de production palestinienne, utilisée par le Hamas pour gérer l'économie de son bras militaire[261]. L’on apprend dans le même temps qu’une tentative d’éliminer des officiers supérieurs du Hamas, dont Mohammed Deif, a échoué[262]. Binyamin Netanyahou annonce qu’Israël n’a pas l’intention de s’arrêter[263].

    Dans l’intérieur d’Israël, l’approche des fêtes de l’Aïd el-Fitr (et de Chavouot) et les efforts internationaux afin de parvenir à un cessez-le-feu ne s’accompagnent pas de l’accalmie souhaitée[257],[264] mais, au contraire, d’un regain de tension dans la région de Jérusalem qui, après ses manifestations quotidiennes et une veille sans incidents particuliers, redevient le principal centre de friction : deux jours après les entretiens de Benny Gantz avec les autorités juives et arabes du corridor de Jérusalem en vue de refroidir les têtes brûlées[203], les factieux arabes, épaulés par quelque trois cents activistes juifs d’extrême-gauche, lancent des pierres et des feux d’artifice sur les bâtisses des Juifs à Shimon HaTzadik qui flanque Cheikh Jarrah ; la police arrête quatre manifestants et deux Juifs qui ont riposté par des tirs en l’air. Une voiture de police est enflammée à At-Tur (en), ainsi qu’une station du tramway à Shuafat et l’immeuble Beit Yonatan (en), sis à Silwan, est bombardé de fusées d’artifices jusqu’à ce que son toit s’embrase. Des manifestants arabes mettent également le feu au carrefour de Neve Ya'akov, et un conducteur est blessé par une grenade à gaz utilisée pour les disperser. Des affrontements éclatent aussi à Beit Safafa, Beit Hanina, aux postes de contrôle de Hizma et d’Azaria, près de Ma'aleh Adumim[265],[266].
    Un mouvement similaire s’observe dans le reste de la Cisjordanie où les actes isolés des jours précédents — une tentative d’attaque à l’arme blanche en Samarie le 11 mai qui n’avait fait aucune victime, y compris l’assaillante[267], une autre tentative près d’un point de contrôle à Hébron au terme de laquelle l’assaillant avait été blessé[268], et une fusillade près de Havat Gilad au cours de laquelle deux soldats avaient été blessés et qui s’était soldé par la mort de l’assaillant[269] — font place à d’importants heurts avec l’armée israélienne : après la prière du vendredi, des Palestiniens de tous âges et sexes protestent dans plus de deux cents localités contre Israël ; le Hamas, s’il ne les a pas incités, excite les manifestants à « brûle[r] la terre sous les pieds de l’Occupation »[270]. Deux soldats sont renversés près d’Ofra (en) par un assaillant palestinien qui tente ensuite de les poignarder et qu’ils abattent[271]. À Madama (en), un autre agresseur qui avait ouvert le feu sur le point de contrôle militaire après avoir tenté d’écraser les soldats en poste, est lui aussi abattu[272]. À Ya'bad, des centaines voire des milliers de Palestiniens se seraient rués contre l’armée israélienne qui aurait riposté. On enregistre aussi de nombreux jets de pierres, combustions de pneus et incendies près des implantations juives de Yakir (en), Nofei Nehemiah (en), Hébron et Ariel ainsi qu’à Kokhav HaShahar (en) et à Yitzhar. Au total, les affrontements auraient fait, selon le ministère de la santé palestinien, entre 9 et 11 morts du côté palestinien et plus de 150 blessés[270],[273] — ce bilan humain anormalement élevé, dont l’une des raisons serait le remplacement des garde-frontières appelés à l’intérieur du pays par des troupes moins expérimentées face à ces situations, joue en totale faveur du Hamas, qui se présente comme le fédérateur des « fils du peuple [palestinien] … d’Al-Quds, d’Al-Aqsa, de [l’intérieur du territoire israélien] ou de la rive occidentale, » lesquels se sont unis comme un seul homme face à « l’ennemi sioniste » et « bénéficient de l’entier soutien » du Hamas face à cette entité qui, assure-t-il, a franchi « les lignes rouges du sang palestinien et d’Al-Aqsa ». Il s’impose face à son frère ennemi, le Fatah, sur le terrain de celui-ci (de fait, à Urif où un manifestant a trouvé la mort, la rogne des jeunes Palestiniens n’était pas seulement dirigée contre Israël puisqu’ils ont brûlé une station et une voiture de police de l’Autorité palestinienne)[274].
    Le conflit menace de prendre des proportions régionales à Karameh, lorsqu’un demi-millier de manifestants s’éloigne de la route d’une marche de soutien aux Palestiniens — auxquels la plupart des Jordaniens sont plus ou moins étroitement apparentés — pour tenter de traverser le pont Allenby avant d’être dispersé par la police jordanienne[275]. Un mouvement similaire se produit au Liban dans la mi-journée : des manifestants, portant les couleurs du cèdre et du Hedjaz, parviennent en masse à la frontière et quelques-uns pénètrent à Metoula, en territoire israélien. Ils déclenchent des débuts d’incendie dans la réserve d’Iyon, provoquant les coups de semonce de chars israéliens qui atteignent plusieurs manifestants, et Muhammad Tahan succombe à ses blessures quelques heures plus tard ; le Hezbollah délivre un message de condoléances d’autant plus exceptionnel que Tahan n’est pas connu ni mentionné dans le communiqué comme un membre de la mouvance libanaise, et le conseil régional de Metoula recommande aux habitants d’éviter les abords de la frontière[276]. L’armée annonce le lendemain avoir arrêté au cours de la nuit une tentative d’infiltration en vue de réaliser un attentat à Metoula[277]. Vers 22 heures, trois roquettes sont tirées depuis la Syrie qui avait fait état d’une attaque israélienne sur son territoire plus tôt dans la journée, et deux d’entre elles s’écrasent dans le plateau du Golan sous contrôle israélien (la troisième retombe en Syrie) mais elles n’entraînent pas d’alarmes puisque leurs points de chute sont inhabités[260],[264],[278].

    Le centre du pays est toujours en proie à la guerre civile et Lod connaît son lot quotidien d’attaques de bâtiments publics : il est décidé d’affecter une force policière auprès des lieux de culte juif après que huit synagogues ont été vandalisées ou détruites depuis le début du conflit[279] ; la police appréhende un individu qui a balancé des cocktails Molotov sur la station de police et les policiers eux-mêmes[266]. Encouragés par les rabbins locaux et des grands noms du sionisme religieux, des Juifs de tout le pays parviennent dans la ville afin d’y passer le chabbat avec la communauté locale[280]. Craignant les troubles, la police dépêche des unités infiltrées dans la population, et une unité de mista'arvim — lesquelles opèrent d’ordinaire en Judée-Samarie — leur est adjointe[281] ; un rabbin rend un arrêt exceptionnel qui permet de photographier ou filmer les incidents qui se produiraient à chabbat[282]. C’est que le cheikh Youssef Elbaz (he), imam de la Grande Mosquée de Lod et fonctionnaire de l’État israélien à ce titre, épouse sans réserve les doctrines de la faction nord du Mouvement Islamique à laquelle il appartient (cette branche a été déclarée illégale en 2015, contrairement à la faction sud qui est représentée au parlement israélien par la Liste arabe unie et dont ressort Mansour Abbas[283], car elle appelle à la violence active contre Israël[284]), et pousse tant ses ouailles que ses abonnés sur Facebook à la confrontation avec l’« État ennemi », espérant « apporter des morts à l’occupation sioniste »[285].
    À Jaffa, des bouteilles incendiaires sont lancées dans le quartier Ajami par des individus encagoulés sur quatre maisons appartenant à des Juifs et sur celle de la famille Jantazi où l’on fêtait la fin du Ramadan, brûlant grièvement le fils Muhammad, douze ans[286],[287]. Malgré les déclarations univoques, répétées et entêtées du père de l’enfant sur l’ethnicité présumée des pyromanes, l’enquête menée conjointement par la police et le service de sécurité intérieure, aboutira quelques jours plus tard à l’arrestation de trois résidents arabes qui croyaient viser une maison de Juifs[288],[289]. Plusieurs voitures sont incendiées dont celles de l’actrice et parlementaire travailliste Efrat Rayten (en), un journaliste juif qui tentait de couvrir les évènements sera attaqué par des factieux arabes, et un restaurateur juif sera battu au cours de ce qui lui semble avoir été une embuscade planifiée[266],[287],[290].

    À Haïfa, la synagogue Shaarei Torah est lapidée et incendiée, et un passager d’autobus est attaqué par des manifestants arabes après qu’ils se sont assurés de sa judaïté[291], tandis qu’un journaliste est agressé à Kiryat-Ata par des activistes juifs qui l’ont reconnu comme arabe[292]. Le théâtre d’Acre, autre symbole de la coexistence judéo-arabe pour ses habitants, est incendié par des émeutiers arabes[266],[293]. Les routes de Galilée demeurent impraticables en raison de manifestations qui dégénèrent souvent en affrontements avec la police comme à Nazareth et à Dir al-Assad ou en conflagrations, comme à Shefa Amr où un entrepôt de la compagnie Egged est incendié avec les trois autobus qui y stationnaient[266],[287]. L’arrestation à Kafr Cana du cheikh Kamal Hatib (he), cadre de la branche nord du Mouvement Islamique, est opérée alors qu’il galvanise ses fidèles, et tourne elle-même à l’émeute, se soldant par plus de trente blessés[294]. Des habitants d’Oum al-Fahm sortent par centaines assiéger le village juif de Mei Ami (en) et, ne pouvant y entrer, lancent des pierres sur les habitants qui entretenaient avec eux des relations de bon voisinage[295]. Une famille juive arrivée par erreur à Salem (en), manque de s’y faire lyncher[296].

    15 mai[modifier | modifier le code]

    Tôt le matin du 15 mai, alors que 200 roquettes ont été tirées dans la nuit de Gaza vers les villes du sud et que Tsahal y a frappé des cellules terroristes, des points de lancement de roquettes à longue portée et un centre du Hamas comportant le bureau opérationnel du chef de la sécurité, des sources palestiniennes affirment que l’un de ces raids, effectué dans le nord de la bande, se serait accompagné d’importants dégâts collatéraux dans le camp Al-Shati (la plupart des comptes-rendus journalistiques omettent le conditionnel alors que la prudence de l’armée israélienne est aussi notoire que les retombées d’une partie des roquettes à proximité de leurs points de lancements ou à l’intérieur de la bande de Gaza) : Tsahal qui confirme seulement avoir mené une attaque dans les environs, aurait frappé sans coups de semonce le logement de la famille Abou Hattab qui se préparait à fêter l’Aïd el-Fitr, tuant deux femmes et huit enfants. Le Hamas revendique alors l’ensemble des tirs nocturnes, qu’il dédie « au massacre dans le camp de réfugiés d’Al-Shati et aux chouhada de la rive occidentale »[297],[298].

    Document du porte-parole de l’armée, désignant la tour Al-Jalaa comme un objectif de l’armée israélienne en raison du centre de renseignement militaire qu’elle abrite pour le compte du Hamas.

    Le Dôme de Fer abat, plus tard dans la journée, un drone suicide en provenance de Gaza, et l’aviation pulvérise la tour Al-Jalaa qui abrite les locaux de la chaîne de télévision Al Jazeera et de l’agence de presse Associated Press (AP) dans la bande de Gaza, une heure après que les personnes occupant l'immeuble en ont été prévenues et ont été évacuées[299].

    Destruction de l’immeuble en question, qui comporte aussi les bureaux des médias Al-Jazeera et Associated Press à Gaza

    Cette frappe provoque une émotion internationale considérable, et l’on y voit une atteinte à la liberté de la presse car les occupants de l’immeuble où étaient centralisées la plupart des informations de terrain[300], ont perdu la totalité de leur matériel de presse, et supputent avoir été la véritable cible de ces bombardements ; ils rejettent les allégations de l’armée israélienne selon lesquelles le Hamas qui « installe délibérément des cibles militaires dans des zones ultrapeuplées », y aurait entretenu « des entités appartenant au renseignement militaire de l’organisation terroriste Hamas, » n’ayant jamais croisé le moindre de ses membres[120],[301]. Bien qu’un ancien conseiller de Barack Obama juge les affirmations d’Israël fort plausibles[302], le secrétaire d’état des États-unis se montre initialement sceptique devant les pièces présentées, avant de rétracter ses propos[303]. Le 8 juin 2021, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis précisera, après que son pays a fourni des preuves tangibles aux instances idoines, que le Hamas y « développait un système de brouillage électronique devant être utilisé contre le système de défense Dôme de fer »[304].
    Les organisations palestiniennes, emmenées par le Hamas qui continue à dédier ses salves aux morts des heures précédentes et a promis de « faire trembler Tel Aviv » après l’effondrement de la tour, élargissent leurs bombardements depuis le sud du pays vers le centre, la plaine côtière et même en Samarie où certains missiles retombent dans des points de peuplement palestiniens. La volée, qui cause force dégâts matériels à Tayibe, Givat Shmouel, Rishon leZion, Holon, Lod et l’aéroport Ben Gourion, plonge de nombreux citoyens en état de choc et fait plusieurs blessées ainsi que deux morts : Gershon Franko, 55 ans, handicapé à 100%, ne parvient pas à fuir le missile qui atterrit près de son domicile à Ramat Gan, et Chava Vaknin de Holon, 73 ans, se blesse à la tête en courant à l’abri ; bien qu’apparemment peu touchée, elle décède le 23 mai des suites d’une hémorrhagie cérébrale[12],[14],[298],[305].

    Scène de l’impact de la roquette palestinienne à Ramat Gan.

    Sur la scène intérieure, et malgré les craintes sécuritaires en raison de la Journée de la Nakba, contrependant palestinien du Jour de l’Indépendance israélien, le reste de la journée est relativement calme : des manifestants portant drapeau palestinien défilent à Sakhnin, des Arabes et des Juifs tiennent des cérémonies conjointes d’exécration de l’état et l’armée d’Israël[306], une manifestation de quelque 300 personnes a lieu à Umm al-Fahm pour appeler le Hamas à « exploser Tel Aviv[307], » le porte-parole de l’antenne jérusalémite du Hamas publie fièrement sa répartie à l’agent du Shin Beth qui avait tenté de l’intimider[308], quinze bouteilles incendiaires prêtes à l’emploi sont saisies par la police des frontières sur le toit d’une mosquée à Lod, où l’état d’urgence est prolongé de quarante-huit heures[309], et l’errance de nombreux habitants de la bordure de Gaza, déplacés de leurs domiciles par ordre du gouvernement, démontre l’absence, malgré les promesses, de solution à leur détresse[310].
    L’atmosphère se tend en soirée : après deux attentats à la voiture-bélier enregistrés en Judée-Samarie, un soldat est poignardé à Qalqilya[305],[311], un autocar et une station de police sont lapidés dans le Néguev[312], un jeune Arabe tente d’écraser un policier à Haïfa[313], d’autres terrorisent les rues de Tibériade en frappant à tout va[314], un émeutier est arrêté après avoir tenté de mettre le feu à une station de police à Umm al-Fahm[315], à Ramle, l’échoppe tenue par un commerçant juif est incendiée jusqu’aux fondations[316], et à Shefa Amr, des pompiers dépéchés par les habitants pour maîtriser l’incendie qui se serait déclaré dans un immeuble de trois étages au cours des émeutes, se retrouvent dans un guet-apens et essuyent les jets de pierres de dizaines de manifestants[317].

    Peu après minuit, les tirs de roquettes reprennent.

    16 mai[modifier | modifier le code]

    Impact d’un missile tombé à Ramat Gan le 15 mai 2021.

    Une volée de quarante-deux roquettes est suivie après quelques heures d’une grappe de douze puis de tirs isolés pour atteindre un total de 120 roquettes, soumettant les villes du sud à une tension permanente ainsi que, plus sporadiquement, le centre du pays ; bien que nul ne soit directement atteint par ces tirs, dix personnes, dont un nourrisson de huit mois, sont blessées dans les bousculades qui accompagnent la course aux abris[318],[319]. L’armée israélienne lance alors la “seconde phase” de son offensive sur le “métro” de Gaza et bombarde les maisons de Yahya Sinwar et son frère Muhammad à Khan Younès après avoir détruit celle de son député, Khalil al-Haya, la veille — ceux-ci sont, outre leurs fonctions militaires, de hauts responsables politiques du Hamas. Des modèles avancés de lanceurs multicéphales avec lesquels une seule équipe peut effectuer un lancement simultané de quatre à neuf roquettes, sont détruits et plusieurs cellules terroristes sont ciblées à Shuja'iyya et Khan Younès en fin de matinée[320].
    Plusieurs de ces cibles auraient, de source palestinienne, été pillonnées sans sommation, et plus de 40 civils, dont douze femmes et dix enfants des familles élargies al-Kolak et Abou Al-Aouf sont tués, outre cinquante blessés à des degrés divers[321]. Parmi les victimes de l’attaque qui a non seulement causé le plus grand nombre de pertes civiles au cours de l’escalade mais a également touché des bâtiments du ministère de la santé gazaouite ainsi qu’une clinique de Médecins sans Frontières, figurent les docteurs Ayman Abou Al-Aouf, chef du service de médecine interne de l’hôpital Al-Shifa (en) ainsi que de l’unité Covid-19 de Gaza, et Moeein Al-Aloul, qui est l’un des seuls neurologues dans l’enclave[322]. Du côté israélien, l’on explique avoir tiré onze missiles sur un tronçon de 200 mètres au centre de la rue Wehda, afin de détruire un tunnel et un centre de commande souterrain du Hamas en causant un minimum de dégâts aux immeubles adjacents mais l’intrication des tunnels avec les fondations de ces bâtiments avait été sous-estimée et ils se sont effondrés en même temps que les installations visées[323]. Lors d’une interview donnée le 5 juin 2021, Yahya Sinwar reconnaîtra cette proximité entre installations civiles et militaires, après l’avoir niée[324] mais les images qui parviennent de Gaza font leur effet dans le monde et même en Israël : la fin des hostilités y fait, malgré les démentis d’un responsable politique[319], l’objet de discussions, bien que le Hamas tienne toujours debout[325], et qu’il continue de terroriser le sud du pays, notamment Ashkelon où une roquette frappe une synagogue dans laquelle des fidèles s’étaient réunis pour accueillir la fête de Chavouot[326].

    Les choses se tassent aussi sur le front intérieur, du moins à Lod et Ramla où l’état d’urgence sera levé le lendemain ; l’on ne déplore plus que des confrontations isolées au terme desquelles un habitant de Netanya est hospitalisé, et des incendies de commerces qui ne font ni morts ni blessés[327]. L’ambiance est toujours à la méfiance réciproque — les Arabes de la ville se disent apeurés par des « éléments extérieurs » qui agiraient en bandes, circuleraient avec la complaisance de la police et se livreraient à une chasse aux Arabes dont ils marqueraient au préalable les habitations ; le maire adjoint émet alors une lettre pour rétablir la vérité des faits, et rappeler qu’il n’y avait aucun élément extérieur, juif ou arabe, lorsque les Arabes de Lod décidèrent de s’en prendre sans préavis ni provocation à leurs concitoyens juifs au soir du 10 mai 2021[196],[328]. Une manifestation de mères juives et arabes est organisée pour demander conjointement la fin des violences[329]. Mansour Abbas se rend à l’une des synagogues incendiées en compagnie de Yaïr Revivo, posant aux côtés du maire en déclarant que l’acte est contraire à l’islam et qu’il fait de la reconstruction sa mission ; son entourage politique appelle à sa démission[330].
    Dans les villages du nord et du sud, même constat : la révolte a fait long feu et elle est sur le point de s’éteindre, bien que des perturbateurs tentent de l’aviver, qui en faisant le coup de poing contre la police à Tayibe, Jisr az-Zarqa et Furaydis (en)[331], qui en enflammant des pneus à l’entrée du village juif de Retamim, après y avoir déposé des balles pour mieux blesser ceux qui viendraient les éteindre[327].
    Les violences n’ont, en revanche, pas déserté Jérusalem : sept gardes-frontière sont renversés à Cheikh Jarrah par un automobiliste arabe, rapidement maîtrisé, sept Juifs détenteurs d’un permis de port d’arme sont arrêtés après avoir tiré sur des émeutiers arabes qui les avaient pris à partie, des désordres sont notés au cours de la nuit à Beit Hanina, et une autre attaque se produit contre un passant juif[24],[331],[332]. Une famille juive qui circule sur la route 90 dans la vallée du Jourdain, tombe sur un groupe d’émeutiers palestiniens et est obligée de fuir en trombe ; pensant se trouver devant une tentative d’attentat automobile, la police ouvre le feu sur la voiture des Israéliens, sans faire de blessés[333].

    Les habitants du pays se sentent cependant assez confiants pour risquer des célébrations de la Pentecôte juive, et une tribune s’effondre dans le lieu de culte improvisé à Giv'at Ze'ev par la cour hassidique de Karlin (he), faisant deux morts et 219 blessés[334].

    17 mai[modifier | modifier le code]

    Les canons ne tonnent plus sur le centre du pays mais les tirs sur Beersheva, le Néguev occidental et la bordure de Gaza se poursuivent à une cadence similaire à celle de la veille (260 roquettes le 17 mai contre 250 le 16[335]) ; Tsahal y riposte par une attaque sur un complexe de renseignement militaire du Hamas, fruit de la coopération entre l’armée de l’air, la division anti-cyber et la division du renseignement. Une nouvelle attaque est menée contre les maisons de cadres du Hamas, dont la luxueuse villa d’Abd al-Aziz Khalidi, le blanchisseur financier du Hamas, qui recèle l’orifice d’un tunnel[336]. L’armée israélienne poursuit ses attaques du “métro”, et publie les images d’une bouche situé près d’un jardin d’enfants et d’une mosquée, rappelant que le Hamas construit volontairement ses structures à proximité de bâtiments civils, lesquels sont employés comme boucliers humains[337]. À midi, la marine israélienne élimine un drone sous-marin ainsi que plusieurs membres de la section navale du Hamas puis l’aviation frappe 16 positions de lancement et élimine un commando sur le point de lancer des roquettes[338]. Les menaces de représailles du Hamas sur Tel Aviv à la suite de la destruction de la villa al-Khalidi ne se concrétisent pas mais les volées qui frappent le sud à 13h30 et en soirée, font huit blessés, ainsi que des dégâts matériels conséquents sur un jardin d’enfants. Tsahal retourne alors à Rimal pour une attaque qui se prolonge dans la nuit, faisant cette fois usage de bombes intelligentes qui lui permettent d’atteindre la force de sécurité intérieure du Hamas, des lanceurs multicéphales et un certain nombre de tunnels. Peu avant minuit, six missiles sont tirés du Liban, retombant pour la plupart sur son territoire et ne causant pas de dégâts[339].

    La journée se passe sans incident notoire dans les villes mixtes mais l’on assiste à un retour de flammes en Cisjordanie, où deux tentatives d’attaque à la voiture-bélier sont menées dans la journée, et se soldent mal pour leurs auteurs, qui sont arrêtés sans avoir pu causer de dommages conséquents ; le Fatah proclame une grève générale dans le secteur arabe, et appelle les Palestiniens à se joindre aux affrontements avec l’armée israélienne[340].

    Dans le nord du pays, la route 65 est, une fois de plus, bloquée par les Arabes, qui essaient de créer un convoi de véhicules depuis le triangle vers Umm al-Fahm, où les résidents affrontent les policiers. Un autre convoi circule sauvagement sur la route 444 en agitant des drapeaux du Hamas[341].

    18 mai[modifier | modifier le code]

    Tout au long de la journée, Tsahal continue à mener des attaques ciblées contre des structures terroristes et des sites de lancement de roquettes, s’attaquant en soirée au “métro” de Khan Younès et Rafah. Pendant ce temps, environ cent-quarante tirs — dont vingt retombent à proximité des expéditeurs — s’abattent sur les villes du sud ; un homme est blessé près du poste-frontière d'Erez, un impact direct fait sept blessés à Ohad ainsi que deux victimes thaïlandaises, arrivées en Israël pour travailler dans le bâtiment[14]. Un drone qu’Israël soupçonne être de fabrication iranienne, est également abattu en matinée près de la frontière jordanienne par laquelle il a pénétré en territoire israélien[342].
    Cependant, les combats ont diminué en intensité, et l’heure est aux premiers bilans : du côté de la bande de Gaza, les Nations unies attirent l’attention sur la crise humanitaire, déclarant que plus de 72 000 Palestiniens ont été déplacés à l'intérieur de la bande de Gaza, s'abritant principalement dans les 48 écoles de l’UNRWA de l'enclave[11],[343] mais lorsque l’armée de défense d’Israël rouvre au matin les points de passage pour fournir du carburant et du matériel médical, elle est rapidement contrainte de les refermer après une attaque au mortier qui blesse un soldat[344]. Du côté d’Israël, où la restitution de quatre Israéliens — dont deux, Hadar Goldin et Oron Shaul, ont probablement été tués lors de l’opération Bordure protectrice — est officiellement avancée comme une condition pour la fin des opérations, Aviram Shaul, le frère de l’un de ces disparus, estime que l’intention réelle de se tenir à cette position est maigre[345].

    Dans la société civile, les menaces de grève se sont concrétisées : bien que divers employés arabes se soient plaints de menaces de licenciement qu’ils jugent abusif et sans préavis de leurs patrons juifs après qu’ils leur ont annoncé leur volonté de joindre le mouvement[346], le secteur public est à l’arrêt total dans les implantations arabes pour marquer un « Jour de la Colère » placé sous le signe de la solidarité avec Al-Aqsa et Cheikh Jarrah, et des postes d’explication sont placés à la sortie des villes et villages afin de persuader les réfractaires de rentrer chez eux (certains de ces postes, stratégiquement placés, perturbent en outre la circulation au cas où les mots ne suffiraient pas[347]). Les transports publics où la population arabe est fortement représentée, sont fortement ralentis et il en va de même dans les professions de la santé[348]. Des lézardes apparaissent par ailleurs dans ce domaine qui était considéré comme l’une des dernières bulles de coexistence[349] : malgré les nombreuses amitiés personnelles, beaucoup décrivent à mots couverts des situations désagréables ; treize travailleurs dont onze arabes seront convoqués par leur hiérarchie pour avoir publié ou fait circuler des messages controversés sur les émeutes ou la situation sécuritaire, et si certains membres du personnel arabes s’excusent de leur absence forcée[347],[350],[351]. La chaîne de téléphonie Cellcom annonce une heure de cessation d’activités pour marquer sa volonté de renouer le dialogue, ce qui provoque l’ire du parlementaire Betzalel Smotrich (en) qui appelle à son boycott[352] — la direction de la chaîne précise, à la suite de cette réaction, que la coïncidence des dates est fortuite et n’indique en rien un soutien aux émeutes ; elle n’en perdra pas moins 11 000 abonnés[353].
    Des manifestations ont lieu à Haïfa, où elles n’entraînent pas de troubles de l’ordre, bien qu’un tronçon de la route 754 soit préventivement fermé[354]. À Jérusalem, quelques dizaines de manifestants lancent pierres et bouteilles incendiaires à la Porte de Damas, ainsi qu’à Cheikh Jarrah où ils sont plus nombreux[355]. À Hébron, un Palestinien qui voulait, comme l’avait demandé Mahmoud Abbas, se frotter à l’armée israélienne, tente d’ouvrir le feu sur des soldats à un point de sécurité ; il est abattu[356]. À Ramallah, deux soldats sont blessés par des tirs nourris[355].
    Le calme semble cependant revenu durablement sur Lod, et Kobi Shabtai y convoque une conférence de presse où il promet de poursuivre et châtier les « terroristes des deux côtés »[357]. Les propos de l’Inspecteur Général qui n’a cessé de faire porter le chapeau des émeutes arabes, tant à Cheikh Jarrah qu’à Lod et Ramle, au député kahaniste Itamar Ben-Gvir et ses acolytes d’extrême-droite[65], font le miel des tenants juifs et arabes de la symétrie mais ils agacent fortement les victimes juives des évènements[358], et suscitent même la désapprobation prudente d’un ancien haut fonctionnaire de la police d’Israël[359] ainsi que la publication d’un relevé provisoire qui montre que dix synagogues ont été brûlées contre 0 mosquées — lesquelles ont par ailleurs été utilisées comme entrepôt de pierres et de bouteilles incendiaires —, 112 maisons juives ont été enflammées contre 1 arabe (par des Arabes), 683 maisons juives ont été vandalisées contre 12 arabes, 386 maisons juives ont été pillées alors qu’on ne rapporte aucun cas dans les maisons arabes, 849 voitures de Juifs ont été incendiées contre 13 arabes, et sur les 5041 cas de caillaissages rapportés, seuls 41 sont le fait de Juifs[199].

    19 mai[modifier | modifier le code]

    Arrestation d’émeutiers bédouins dans le Néguev, le 19 mai 2021.

    La nuit du 18 au 19 mai ressemble aux précédentes avec ses barrages sur le sud d’Israël et ses frappes sur le réseau de tunnels du sud de la bande de Gaza. Alors que les pressions internationales sur Israël, déjà sensibles et tangibles, se font de plus en plus lourdes[360], cinquante-deux avions de combat auraient, selon le porte-parole de l’armée israélienne, « attaqué 40 cibles souterraines du Hamas avec 120 munitions de précision le long d’un itinéraire de 12 kilomètres pendant environ 25 minutes, » faisant dix morts dans les rangs du Hamas et du Jihad islamique ; cependant, la cible prioritaire de ces attaques, Mohammed Deif, en réchappe[361]. D’autres objectifs sont détruits, parmi lesquels des dépôts de munitions et des postes de lancement de roquettes mais celles-ci n’en continuent pas moins de tomber vers 1:00 sur Ashdod, Ashkelon, Yavne, Rehovot, Ness Ziona et leurs environs — le Hamas dit viser des bases d’aviation[362] — puis, environ une heure plus tard, sur Sderot et ensuite sur la bordure de Gaza ; les tirs reprennent dans l’après-midi et en soirée, blessant cette fois un homme de 72 ans à Sderot[363]. Dans le même temps, les forces de Tsahal stationnées dans le nord d’Israël, envoient seize obus sur le Liban qui a, une fois de plus, tiré quatre missiles sur Israël[364] — l’un de ces missiles tombe à Shefa Amr sur un terrain de football[365] ; le vétéran de la vingtième chaîne d’information qui couvre l’évènement et déplore qu’il fût désert au moment de l’impact, déclenche un scandale qui se conclut par son remplacement le jour suivant[366] ; celles qui ont été mobilisées au sud continuent de détruire l’arsenal des organisations palestiniennes, dont des roquettes sol-sol lourdes, et des lanceurs multicéphales dont certains ont été cachés au sein d’immeubles civils[367],[368].

    Dans l’intérieur du pays, un incident se produit encore à Kiryat Arba, une implantation juive sise près de Hébron, où une Palestinienne vide un chargeur de M16 sur les personnes qui patientaient sur une aire d’auto-stop sans les atteindre, et est abattue par les forces israéliennes[369].
    Des arrestations s’effectuent du nord au sud, où la constitution d’une unité composée de forces motorisées, d’anti-émeutes du Yassam et d’agents infiltrés de la police aux frontières sous la guidance du service de renseignement intérieur, a permis de restaurer le calme[370]. 1 319 personnes dont 1160 arabes sont arrêtées pour avoir participé aux émeutes (252 ont moins de 18 ans), et 170 d’entre elles (155 arabes) dont le motif nationaliste a été prouvé, sont inculpées au pénal pour faits de violences envers des policiers, vandalisme et incendie criminel[371]. Le parlementaire Ahmad Tibi — pour lequel il ne pourrait y avoir de symétrie entre un « occupant » qui « multiplie les provocations à Al-Aqsa et Cheikh Jarrah, » et un « assiégé » qui lui tient tête depuis Gaza — appelle à leur libération immédiate car « le manque de symétrie crie aux cieux », du fait des biais policiers et médiatiques en défaveur des manifestants arabes alors qu’aucune charge n’aurait été retenue contre le moindre Juif, y compris la police juive qui aurait tabassé les manifestants arabes à Beersheva, les gangs juifs qui auraient éborgné son voisin dans l’indifférence juive générale, l’instituteur juif qu’un film a montré en train de jeter des pierres à Lod — cet instituteur, en réalité le directeur d’un lycée, sera mis au pied par sa hiérarchie qui déposera également une plainte à la police pour ces faits le lendemain de cette interview ; l’homme a, pour sa part, expliqué avoir agi pour se défendre après s’être rendu auprès d’une famille juive de la ville qui avait été attaquée chez elle[372] — et le tireur juif qui y aurait assassiné Moussa Hassouna ; la réconciliation entre Juifs et Arabes, assure le politicien, ne se fera pas sur commande[373]. Une série d’initiatives citoyennes, épaulée par le maire, voit pourtant le jour à Haïfa pour restaurer et promouvoir « une voix sensée de coexistence »[374].

    20 mai[modifier | modifier le code]

    Aux petites heures du matin, les organisations palestiniennes tirent une nouvelle salve de roquettes sur les villes du sud (près de 300 missiles sont expédiés vers le sud entre 19:00 et 7:00 depuis la bande de Gaza, et 42 y retombent[375]) qui causent de nouveaux dégâts et manquent de faire des victimes à Sderot[376] puis une autre vers 9:30 du matin tandis que l’aviation israélienne parvient à endommager un tunnel de guerre du Hamas à Beit Hanoun, deux stations souterraines de lancement de roquettes à Jabalya qui avaient tiré sur Tel Aviv, et un lance-roquettes multicéphale à Khan Younès qui contient encore un projectile en attente d’être lancé[375],[377]. Dans l’après-midi, les tirs sur Gaza reprennent après qu’un missile antichar a touché un autobus de navette vide au passage d’Erez, et deux tunnels offensifs en construction, situés dans le nord de Gaza et à Beit Hanoun, sont bombardés ; Ashkelon où la municipalité a fait installer, après dix jours de bombardements, des aires de protection dans les rues — qui demeurent cependant trop lointaines pour certaines franges de la population[378] —, est de nouveau touchée et un habitant est blessé par explosion d’une bombonne de gaz[379].

    Malgré la poursuite des affrontements, les attaques diminuent en intensité[375] ; la fin des combats est dans l’air[377] et dans toutes les conversations : Yaïr Lapid qui détient toujours le mandat présidentiel pour former le nouveau gouvernement bien que ce projet semble avoir été compromis par l’escalade, dénonce la mauvaise gestion de la crise par le gouvernement Netanyahou-Gantz et déclare qu’on ne peut faire fi de la volonté états-unienne de clôturer l’opération militaire[380], l’Aman se déclare satisfait, estimant que les objectifs de la liste qu’il a établie, ont pour la plupart été atteints[381], et son ancien directeur Amos Yadlin (en) estime qu’Israël devrait déclarer le cessez-le-feu unilatéralement pour cette raison[382], de même que l’ancien chef d’état-major Gadi Eizenkot[383], tandis que l’éditorialiste Gilad Sharon (he) estime cette liste trop technique et sans rapport avec la victoire sur le Hamas[384] ; d’autres appellent à prendre des mesures préventives contre la prochaine escalade qui ne manquera pas de venir des villes israéliennes à fort contingent arabe[385] ou de Cisjordanie[386], où environ quarante membres et hauts responsables du Hamas — dont le frère de Jibril Rajoub — ont été appréhendés dans la nuit afin de mettre fin aux troubles de l’ordre qu’ils instiguent[377].
    Interviewée pour la première fois depuis l’incendie de ses biens, Efrat Rayten, parlementaire du Parti travailliste, se soucie davantage du retour à la routine : elle se dit en effet apeurée à l’idée de circuler dans Jaffa et appelle à la répression policière mais affirme par ailleurs que la plupart des citoyens arabes de la ville sont modérés et que les excès des autres seraient dus aux « [provocations] de La Familia et d’autres »[387]. C’est dans un même esprit de conciliation que l’union estudiantine de l’Université hébraïque de Jérusalem décide que le Jour de l’Étudiant à Jérusalem ne se tiendra plus le Jour de Jérusalem, jugé trop « chargé »[388].

    Les tirs des organisations palestiniennes sur le sud s’intensifient en soirée et l’armée israélienne, qui a éliminé l’unité anti-char responsable du tir sur la navette, recommande aux habitants de ne pas sortir de chez eux ; on annonce que les études seront de nouveaux interrompues ; une maison et une entreprise sont touchées ainsi que les sources de Ramat Eshkol[389]. Bien que le cabinet israélien ait annoncé à l’Égypte son acceptation des termes du cessez-le-feu[390], Tsahal reprend ses attaques sur les lanceurs de roquettes, y compris souterrains et sol-sol, tuant un certain nombre d’activistes à Gaza. Vers 23 heures, elle aurait déjoué une tentative d’infiltration par le Hamas en vue d’attaquer les unités israéliennes stationnées à la frontière[391].
    Des alertes se font entendre à Beeri, Aloumim (en) et Nahal Oz de 0:27 à 1:49[392]. Craignant que les organisations palestiniennes ne tentent à tout prix d’avoir le dernier mot avec un tir massif sur le centre du pays, Tsahal laisse ses effectifs à Gaza, et se tient sur le pied de guerre[393],[394].

    21 mai - Cessez-le-feu[modifier | modifier le code]

    Le 21 mai à 2 heures du matin (heure locale), un cessez-le-feu inconditionnel entre en vigueur en Israël entre Israël et le Hamas. Il a été négocié sous les auspices du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a lui-même remercié le président américain Joe Biden pour son rôle dans le succès de cette entremise (c’est bien sous la pression de ce dernier que Binyamin Netanyahou s’est engagé à interrompre les hostilités[395]) tandis que le Qatar, où Tor Wennesland (en) avait rencontré Ismaël Haniyeh, semble avoir été moins déterminant mais devrait jouer un rôle prépondérant dans la reconstruction de Gaza[396]. Le président américain déclare à ses interlocuteurs israéliens qu'il veillera au réapprovisionnement par les États-Unis du Dôme de fer qui les protège des attaques terroristes, et assure à l'Autorité palestinienne ainsi qu’au Hamas, que les États-Unis participeront avec la communauté internationale à la reconstruction de Gaza tout en veillant à ce que le Hamas ne reconstitue pas ses stocks d'armement[397].

    Premiers bilans et perspectives[modifier | modifier le code]

    Analyses[modifier | modifier le code]

    Selon l’orientologue Mordekhaï Kedar, l’opposition des Arabes (musulmans) israéliens et du Hamas à l’état d’Israël est, avant tout, ancrée dans l’islam et leur conflit est, bien qu’Israël regimbe à s’y laisser entraîner, une guerre de religions. Si les Juifs voient dans l’état d’Israël la réalisation politique de leur espérance nationale, les musulmans considèrent cet état comme doublement illégitime : d’une part, les Juifs actuels sont, selon leur vision des choses, issus de peuplades inexplicablement converties qui n’ont plus rien à voir avec les Bani Isra'il de la sourate Al-Isra car ceux-ci ont disparu de la scène de l’histoire ; il n’y a donc pas de peuple juif mais un ensemble de communautés qui ont inventé cette notion alors qu’elles n’ont en commun que leur doctrine mosaïque, laquelle a, de surcroît, été rendue caduque par la révélation faite au prophète, au même titre que le christianisme. D’autre part, les musulmans exercent un droit de propriété inaliénable sur les terres conquises par l’islam, actuellement ou à un moment donné de l’histoire, et les adhérents du judaïsme n’y ont droit d’existence que soumis à la dhimma. Or ils ont prétendu y ériger un espace où ils en seraient dispensés et pourraient, arrogance suprême, régir les musulmans. C’est pourquoi les slogans brandis ou clamés par les manifestants lors des émeutes sont de nature religieuse (les Arabes et Palestiniens ne réclament pas l’égalité des droits ou l’établissement d’une nation mais le massacre des Juifs comme au temps de Mahomet), et les troubles ont commencé lors du mois de Ramadan car les compromis adoptés au cours de l’année par les musulmans vis-à-vis de l’islam, n’ont plus lieu d’être[197].

    Victimes[modifier | modifier le code]

    Selon les sources palestiniennes, les bombardements israéliens ont tué 232 Palestiniens dont 65 enfants, et fait 1 900 blessés ; selon les sources israéliennes, 4300 roquettes ont été tirées vers Israël et 90 % d'entre elles ont été interceptées par le système antiaérien « Dôme de fer » mais douze Israéliens ont été tués et 355 blessés[398]. En 2022, le bilan établit à « 14 le nombre de morts en Israël pendant ces onze jours d’affrontements qui ont fait plus de 250 morts dans la bande de Gaza, selon les données de l’ONU »[13].

    Autres[modifier | modifier le code]

    Dans la bande de Gaza, où un narratif de victoire circulait déjà le 20 mai[399], l’ambiance est aux cris de victoire et à la liesse dès l’entrée en vigueur du cessez-le-feu ainsi qu’à Jérusalem-est, en Cisjordanie, à Umm al-Fahm et ailleurs : des milliers d’Israéliens arabes et de Palestiniens descendent en masse dans les rues des villes en chantant avoir « libéré Gaza par le feu et par le sang », tirent en l’air et acclament Mohammed Deif. Des feux d’artifice éclatent, des drapeaux palestiniens sont hissés et Khalil al-Haya, le député de Yahya Sinwar dont la maison a été détruite, sort de son bunker en déclarant qu’« [Israël] a échoué » ; l’un des fêtards déclare que « l’Aïd al-Fitr commence aujourd’hui pour nous. Nous sommes désolés et tristes pour les personnes qui ont perdu leurs maisons et leurs proches mais nous continuerons de célébrer »[400].

    En Israël, la nouvelle du cessez-le-feu est accueillie en demi-teinte : le Premier Ministre Binyamin Netanyahou et son ministre de la Défense Benny Gantz discourent longuement de la victoire tactique et stratégique d’Israël sur le Hamas[393] — disposant d’un service de renseignement de pointe qui la dote d’une capacité à conduire une campagne aérienne par des moyens précis qui minimisent les dommages collatéraux, Israël a pu mener ses opérations sans trop de pression internationale pour y mettre fin, et cent kilomètres de tunnels de guerre ont été ainsi démolis à travers la bande de Gaza, dont certains pénétraient dans le territoire israélien ; ses sites de production et développement de roquettes, de drones marins et sous-marins ont également été détruits[401]. Son secteur R&D, et particulièrement son cybersystème, a été décapité car ses installations sont parties en fumée et ses éminences grises ont été éliminées[402].

    Néanmoins, l’opération en majorité voire en totalité aérienne qui a permis de minimiser les victimes militaires, n’est pas parvenue à venir à bout de tout l’arsenal des organisations palestiniennes[401]. « Le Hamas a encaissé un sérieux revers » sonne pour beaucoup comme un cliché de plus en plus creux car il s’en est relevé à chaque fois, s’est renforcé entre chaque nouveau round[403], et reviendra sans aucun doute pour le prochain et les suivants tant que le monde tiendra Israël pour responsable de la situation à Gaza[404]. Gideon Saar, démissionaire du Likoud et contempteur déclaré de son dirigeant, juge « embarrassant » que Binyamin Netanyahou, « disposant des meilleurs services de renseignement et de l'armée de l'air au monde, [ait] réussi à obtenir du Hamas un 'cessez-le-feu inconditionnel'. » Avigdor Liberman, l’ancien ailier qui s’est depuis délié, exige, après l’arrêt des opérations militaires, celui des transferts monétaires qataris avalisés par le Premier Ministre — peu, en Israël, croient encore qu’ils desservent des buts humanitaires[405]. De surcroît, Oron Shaul et Hadar Goldin (ainsi qu’Abera Mengistu et Hisham al-Sayed[406]) ne sont pas rentrés[407], et ce cessez-le-feu qui ravit les habitants de Tel Aviv, fait beaucoup de mécontents, en particulier dans le sud du pays et spécialement à la bordure de Gaza, qui attendaient une issue plus décisive aux combats et se déclaraient prêts à leur poursuite le temps nécessaire[408]. Reprenant leurs doléances, Naftali Bennett — qui parlera lui aussi d’« honte nationale » deux jours plus tard[409] — appelle à la même mesure pour Sderot que pour Tel Aviv[405].
    Benny Gantz réitère alors qu’Israël est sans conteste possible le grand vainqueur militaire de l’opération, rappelle qu’elle n’avait pas pour but la soumission des mouvements palestiniens mais la restauration de la force de dissuasion israélienne face à eux, assure que cet objectif a bien été atteint car les dirigeants du Hamas et du Jihad islamique savent qu’ils demeurent des cibles et qu’Israël ne tolèrera plus les provocations sur son territoire ni aux abords ; il promet aussi que les grandes questions dont la restitution des disparus, seront dûment traitées dans les négociations qui auront pour but de déboucher sur une solution politique satisfaisant de façon durable Israéliens et Palestiniens[410].

    Jour d’après[modifier | modifier le code]

    Après les célébrations de nuit, les habitants de la bande de Gaza découvrent au matin l’ampleur des dégâts causés par les affrontements, diligemment documentés par les photographes de Reuters et de l’AFP, sans toutefois émettre la moindre critique vis-à-vis du Hamas ; Yahya Sinwar sort de sa planque pour se rendre à la tente de deuil de Bassam Issa, tué dans les premiers jours de combat, sans autre allocution ou discours[411] ; le Waqf de Gaza appelle à réciter la Salat al-Gha'ib (en), prière funéraire pour « les absents, » c’est-à-dire ici pour les morts ensevelis dans les tunnels, que les organisations palestiniennes n’ont pas déterrés en temps réel afin de ne pas saper le moral de leurs troupes et éviter que d’autres militants ne soient piégés en tentant de porter secours à leurs compagnons[412],[413],[414].
    Sur les 72 000 Palestiniens déplacés dans les bâtiments de l’UNRWA, moins de 1 000 y resteront réfugiés et les Nations unies débloquent 16 millions de dollars, en insistant que cette aide doit profiter à la population civile et non au Hamas ; 13 camions de l’ONU et de diverses ONG traversent le passage de Kerem Shalom pour apporter à la population nourriture et premières nécessités médicales, y compris des vaccins contre le SARS-CoV-2[415]. Les affrontements n’en ont pas moins ramené Gaza à l’après-guerre de 2014, et la destruction n’a pas épargné les quartiers plus privilégiés où vivent les 7 000 résidents millionaires de la bande (l’un de ses habitants rapporte être redevenu agriculteur afin de subsister)[416] ; des projets de développement doivent être remis à une date indéterminée alors que Gaza s’était, entre autres, dotée d’un hôpital américain privé et qu’un accord avec Israël sur la construction d’une ligne de gaz, aurait dû lui assurer un approvisionnement en électricité normal ; l’ordre des priorités a cependant changé et le Hamas éloigne la population et la presse des zones sensibles, i.e. des tunnels et tours bombardés, interdisant de publier quoi que ce fût à ce sujet, de crainte qu’Israël n’en tire quelque information[411].

    En Israël, après que vacances et loisirs avaient été mis en sourdine dès les premiers jours du conflit[417], la vie reprend, l’on ressort et se détend[418], les suspensions d’étude sont supprimées[419] et la plate-forme d’extraction de gaz naturel qui est une source de revenus et d’énergie importante en Israël, recouvre ses activités interrompues pendant la confrontation[420]. Cependant, les économistes et les citoyens savent, avant même le cessez-le-feu, que ce conflit de onze jours — qui a causé une perte de quelque 540 millions de shekels pour les trois premiers jours des combats[421], et s’est accompagné de déficits consécutifs à l’opération même ainsi qu’aux dommages dus aux bombes et aux émeutes[422] — reviendra plus cher à Israël que l’opération Bordure protectrice de 2014, qui en a duré cinquante[423], alors que le pays sort à peine de la pandémie de COVID-19[424].

    Il se dégage aussi d’une analyse de terrain qu’au delà de l’aspect militaire où l’armée s’est montrée à la hauteur de la situation qui a, à bien des égards, ressemblé à la grande simulation qu’elle avait planifiée — émeutes sur le mont du Temple, attaques terroristes en Judée-Samarie entraînant des barrages depuis Gaza et confrontation généralisée avec le Hezbollah —, l’opération Gardien des murailles n’a pas mis fin à la crise israélo-palestinienne de 2021 : les exigences mutuellement incompatibles, dont la question de l’argent du Qatar que l’échelon militaire préconise de ne pas restituer au mouvement islamiste mais à l’Autorité palestienne[425], rendra les négociations entre Israël et le Hamas houleuses[426] et les diplomates interrogés ne se montrent pas optimistes sur leurs chances d’aboutir[427] ; les tensions restent palpables dans les villes où des émeutes ont eu lieu, et le service de crise Eran rapporte 7 200 appels d’Israéliens juifs ou arabes de ces villes[428] ; l’intervention directe de l’Iran dont le drone abattu demeure immergé dans l’une des sources de la vallée du Jourdain, n’avait pas été prévue[427] ; des émeutes ont repris sur le mont du Temple, où des centaines de jeunes ont lancé des cocktails Molotov et des pierres sur des policiers à la fin des prières du vendredi, faisant circuler sur Tiktok la vidéo d’un policier israélien isolé, renversé par l’une des personnes en présence alors qu’il court dans les escaliers au milieu des quolibets de la foule[429]. Or, dans un contexte politique demeuré délicat où ni le camp Netanyahou ni le camp Lapid n’atteignent les 61 parlementaires nécessaires pour former un gouvernement, Betzalel Smotrich, chef de Hatzionout hadatit (he) menace de quitter la coalition gouvernementale si l’accord de cessez-le-feu devait, comme l’a annoncé un haut responsable du Hamas, inclure des garanties concernant Cheikh Jarrah et al-Aqsa, et exige de « voir le Mont du Temple s’ouvrir aux Juifs »[405] (ce sera chose faite le 22 mai ; Des Palestiniens font alors circuler des photos d’activistes juifs armés sur les réseaux sociaux pour insinuer qu’ils comptent arriver à Al-Aqsa en armes[430]).

    Réactions internationales[modifier | modifier le code]

    Nikos Dendias en visite en Israël auprès de son homologue Gabi Ashkenazi, le 18 mai 2021.

    Le 9 mai 2021, l'Égypte et la Jordanie (les deux premiers États arabes à avoir reconnu Israël (en)) convoque chacune leur ambassadeur israélien respectif pour leur faire part de leurs inquiétudes concernant l'escalade des tensions à Jérusalem-Est[431]. Les États-Unis bloquent au Conseil de sécurité des Nations unies une déclaration approuvée par 14 des 15 pays membres appelant « à un cessez-le-feu et à une reprise de négociations ». Le président américain Joe Biden apporte son soutien à Israël[432].

    Le 12 mai 2021, le gouvernement du Koweït (en) annonce que ceux qui expriment leur soutien à l'égard d'Israël, que ce soit sur les médias sociaux ou dans la vraie vie, seront passibles de dix années d'emprisonnement et de 5 000 dinars (soit environ 13 759 euros) d'amende[433]. Le 28 mai 2021, le parlement koweïtien adopte officiellement cette mesure antisioniste[434].

    L’Autriche hisse le 13 mai sur des bâtiments officiels le drapeau israélien par « solidarité » face aux « attaques dirigées depuis la bande de Gaza » par « le Hamas et d’autres groupes terroristes », a expliqué le chancelier conservateur Sebastian Kurz[435].

    Le 14 mai 2021, Benjamin Netanyahou remercie dans une déclaration vidéo le président américain Joe Biden, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre britannique Boris Johnson, ou encore la chancelière allemande Angela Merkel pour lui avoir apporté leur soutien[436].

    Le 15 mai 2021, le maire de Nice Christian Estrosi, qui avait signé un arrêté interdisant l’affichage ostentatoire de drapeaux étrangers sur l’hypercentre de la ville lors de la coupe du monde de football en 2014[437], fait flotter le drapeau israélien aux devants de l'hôtel de ville à la même hauteur que le drapeau français pour faire « face au terrorisme du Hamas ». Ce geste lui vaudra des menaces de mort[438].

    Le 15 mai 2021, date anniversaire de la fin du mandat britannique sur la Palestine, des manifestations de soutien sont organisées en faveur du peuple palestinien dans de nombreux pays y compris occidentaux comme la France, l'Espagne et l'Angleterre. La préfecture de police de Paris interdit les rassemblements prévus à la suite de la demande du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, ce dernier invite également les préfets à la vigilance et à la fermeté ainsi qu'à mobiliser leurs services de renseignements[439]. À Paris, entre 2 500 et 3 500 manifestants (selon les chiffres du ministère de l'Intérieur) se rassemblent et font face à des agents des forces de l'ordre en surnombre (4 200) et faisant usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour les disperser[440]. D'autres rassemblements ont eu lieu sur le territoire français, rassemblant au total plus de 22 000 personnes dans une soixantaine de manifestations[441].

    Le 17 mai 2021, les 130 membres de la Chambre des représentants de Jordanie réclament de manière unanime l'expulsion d'Amir Weissbrod (he), l'ambassadeur israélien dans le pays, en raison des « crimes commis contre les Palestiniens à Jérusalem et à Gaza »[442]. Le 25 mai 2021, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi (en), convoque Weissbrod pour demander la libération immédiate de deux ressortissants jordaniens emprisonnés en Israël depuis le 16 mai pour avoir traversé la frontière armés de couteaux[443].

    Le 21 mai, le secrétaire général du gouvernement marocain avait adressé une lettre à Ismaïl Haneyeh, président du bureau politique du Hamas, le félicitant “à l’occasion de la victoire du peuple palestinien et sa forte résistance” contre “l’entité sioniste”. Une réaction intervenue le jour de l’entrée en vigueur de l’accord de cessez-le-feu conclu entre Israël et les factions palestiniennes dans la bande de Gaza après onze jours de violences.[444]

    Après l’escalade[modifier | modifier le code]

    Vitre brisée dans la synagogue centrale de Lod le 24 mai, alors que le calme est censé être revenu.
    Distao Bissat, 74 ans, accompagne ses proches lorsqu’il est écrasé le 30 mai 2021 par deux motocyclistes roulant à toute allure à Ramla. Près de deux mois plus tard, le délit de fuite se révèle être un meurtre.

    Dans les jours qui suivent le cessez-le-feu, sa consolidation fait l'objet d'intenses efforts diplomatiques. Ainsi, le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi se rend le 30 mai pour la première fois depuis 13 ans en Égypte[445] alors que le même jour, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou reçoit à Jérusalem le chef des services secrets égyptiens Abbas Kamel (en)[446].

    Courtisé par les deux camps avant le début du conflit, Mansour Abbas apparaît comme le grand gagnant politique après celui-ci[447], et décide de reprendre les négociations avec le bloc Lapid-Bennett, leur permettant d’atteindre la majorité, et mettant fin à l’ère Netanyahou après 12 ans.

    Le 7 juin 2021, Avichai Mandelblit informe la Cour suprême d'Israël qu'il n'interviendra pas dans cette affaire car le cas des familles arabes est trop faible[448].

    Le 14 juillet 2021, le Hamas menace d’une reprise des hostilités le 23 juillet, au sortir de l’Aïd al-Adha, si le gouvernement israélien ne consent pas à la reprise des transferts monétaires en provenance du Qatar. La montée de Juifs au Mur occidental provoque des remous dans le secteur arabe qui appelle une fois de plus à défendre Al-Aqsa.

    Le 25 mai 2021, l'Arabie saoudite ferme son espace aérien aux avions israéliens[449].

    Le 26 mai 2021, le Dáil irlandais adopte une motion déposée par le parti Sinn Féin qualifiant l'occupation illégale des territoires palestiniens d'« annexion de facto », faisant ainsi de l'Irlande le premier État de l'Union européenne à reconnaître Israël comme une puissance occupante[450].

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    1. a et b (he) « Mi’hashash lehafra’a batqassim : noutqou ramqolim misgad al-Aqsa » [« Par crainte de perturbation lors des cérémonies : les haut-parleurs de la mosquée al-Aqsa ont été débranchés »], sur Aroutz 20,‎ (consulté le ).
    2. Thierry Oberlé, « À l’origine d’un embrasement, les tensions autour de la mosquée al-Aqsa », sur Le Figaro, .
    3. a b c d et e Patrick Kingsley, « After Years of Quiet, Israeli-Palestinian Conflict Exploded. Why Now? », The New York Times,‎ (lire en ligne).
    4. a et b « Israel-Gaza ceasefire holds despite Jerusalem clash », BBC News,‎ (lire en ligne).
    5. Nidal Al-mughrabi, Jonathan Saul et Rami Ayyub, « Israel and Hamas both claim victory as ceasefire holds » Accès limité, sur Reuters, (consulté le ).
    6. (en) Ron Ben Yishai, « How data and AI drove the IDF operation in Gaza », Ynet News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    7. (en) TOI staff, « Shin Bet aiding attempt to clamp down on Jewish-Arab 'terror' wracking cities », Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    8. (ar) « Katayib "alshhyd 'Abu eAli Mustafa": 'amam alSihianat khiaran, almawt 'aw alrahil » [« Brigades du shahid Abou Ali Moustapha : "Le sionisme a deux options: la mort ou le départ" »], sur Al Mayadeen,‎ .
    9. (ar) Marwan Maher, « Katayib al'Aqsaa tuelan musharakatiha fi darb 'Iisrayiyl bidarb 106 sarukh waqadhifa » [« Les Brigades Al-Aqsa annoncent leur participation à la frappe sur Israël, avec 106 roquettes et missiles »], sur Al-Masri al-youm, (consulté le ).
    10. Joe Truzman, « Analysis: 17 Palestinian militant factions identified in recent Gaza conflict », FDD's Long War Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    11. a b et c « UN: There is no 'safe place' in Gaza, 72,000 people displaced », sur www.jpost.com.
    12. a b c d e et f (he) « Mit’hilat shomer ha’homot : 13 harouggim beIsrael — ele prateihem », sur Ynet, (consulté le ).
    13. a b c et d Avec l’AFP, « Israël. Une rescapée de la Shoah décède de ses blessures, causées par la guerre à Gaza », sur Ouest France, (consulté le ).
    14. a b c d et e « 73-year-old Israeli woman who fell in rocket shelter dies of injuries », The Times of Israel, (consulté le ).
    15. « Struck by rocket strike during video call with husband, Kerala woman dies in Israel » [archive du ], sur Press Trust of India, India Today, (consulté le ).
    16. « Magen David Adom: 12 killed in Israel in rocket attacks, 312 injured », sur The Times of Israel, (consulté le ).
    17. a et b « A child, a teen, a man unable to run: 10 Gaza rocket victims in Israel », sur The Times of Israel, (consulté le ).
    18. « Israeli Officials Expect Gaza Cease-fire 'Within Days' as Rocket Barrages Fired at South », sur Haaretz (consulté le ).
    19. Bisht Inder Singh, « Israel’s Iron Dome Downed Own Drone During Fighting », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    20. « Israeli seriously hurt by Arab mob in Lod dies of wounds », sur The Times of Israel, (consulté le ).
    21. « Israeli space scientist hurt in riot dies of injuries », AP News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    22. a et b (he) « Mit’hilat mivtsa Shomer Ha’homot: 13 harouggim beIsra'el » [« Depuis le début de l’opération Gardien des Murailles : 13 personnes ont été tuées en Israël »], sur Ynet, (consulté le ).
    23. a et b (he) Roni Alshikh, « Proïeqt ha’hlashat hamishtara hitzlia’h yoter midaï » [« Le projet d’affaiblissement de la police a trop bien réussi »], sur Ynet, (consulté le ).
    24. a et b Alex Richardson, « Palestinian killed after ramming car into 6 Israeli police in Jerusalem - police », sur Reuters, (consulté le ).
    25. « 2 soldiers shot in legs, injured during violent riot near Ramallah », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    26. a et b « US Secretary of State announces aid to Gaza », sur RTE, (consulté le ).
    27. a b et c Occupied Palestinian Territory (oPt): Response to the escalation in the oPt Situation Report No. 1: 21-27 May 20217 May.
    28. Fares Akram, « Hamas leader says 80 fighters killed in war with Israel », sur AP News, (consulté le ).
    29. Seth J. Frantzman, « Iron Dome intercepts drone during combat for first time, says Israeli military », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    30. « Israel carried out its deadliest strike yet, as the fighting raged on. », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    31. Mel Frykberg, « Several Palestinians killed by Israeli fire in West Bank protests », sur www.aljazeera.com.
    32. « 33-year-old man killed in Lod amid violent riots across Israel » [archive du ], sur The Times of Israel, (consulté le ).
    33. 'Killing blockaded civilians and destroying infrastructure on a massive scale: Israel is committing war crimes in the Gaza Strip,'B'Tselem 15 May 2021.
    34. Aaron Boxerman, « 25 wounded, 23 arrested in Arab protests in Jerusalem and across Israel » [archive du ], sur The Times of Israel, (consulté le ).
    35. (en) « Hezbollah says Lebanese man killed by Israeli gunfire at border was fighter in group » [archive du ], sur Times of Israel, (consulté le ).
    36. (en) « Thousands flee homes as Israel continues air raids on Gaza: Live », .
    37. Virginia Pietromarchi,Mersiha Gadzo,Ted Regencia, « Several children killed as Israel pounds Gaza refugee camp » [archive du ], sur www.aljazeera.com (consulté le ).
    38. a et b (en) « Israel-Palestinian ceasefire comes into effect », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    39. a et b (en) Arshad Mohammed, Jonathan Saul, John Irish et Parisa Hafezi, « Israel's Gaza challenge: stopping metal tubes turning into rockets », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ] Accès limité, consulté le ).
    40. (en) Anshel Pfeffer, « The Costly Success of Israel's Iron Dome », sur The Atlantic, (consulté le ).
    41. (en) Jen Kirby, « Israel's Iron Dome, explained by an expert », sur Vox, (consulté le ).
    42. (en) « 'Flash Update #02: Situation in the occupied Palestinian territory' », OCHA, .
    43. a et b « Har-Even succombe à ses blessures dues à l’incendie criminel d’un hôtel à Akko », sur The Times of Israel, .
    44. (he) « Mishap’ha nitsla milynch al yedei Aravim mimizra’h Yeroushalayim » [« Une famille sauvée d’un lynchage perpétré par des Arabes de Jérusalem-Est »], sur Aroutz 20,‎ (consulté le ).
    45. (en) Daoud Kuttab, « Israel criticized for silencing call to prayer from Al-Aqsa Mosque », sur Religion News Service, (consulté le ).
    46. (en) « Presidency slams deactivation of Al-Aqsa Mosque loudspeakers during prayers », sur WAFA news, (consulté le ).
    47. (en) Tovah Lazaroff, « Jordan warns Israel it’s violating Temple Mount status quo », sur Jerusalem Post, (consulté le ).
    48. a b c d et e (en) « From TikTok to Temple Mount clashes: 28 days of violence in Jerusalem », sur The Forward, (consulté le ).
    49. (he) « Tofa’a matrida : tse’irim ’aravim toqfim ezra’him tmimim - ouma’alim leTiktok » [« Un phénomène préoccupant : des jeunes Arabes attaquent des citoyens innocents - et téléchargent sur Tiktok »], sur N12, (consulté le ).
    50. a b c et d (en) Fares Akram et Josef Federman, « Jerusalem tension triggers Gaza-Israel fire exchange », sur Associated Press News, (consulté le ).
    51. (he) « Harav Ma’li : "Ana’hnou be’ad dou-qioum, ana’hnou lo mefa’hdim liyhiot kan" » [« Le Rav Mali : “Nous sommes pour la coexistence, nous n’avons pas peur d’être ici” »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    52. (he) « Assarot ptsou’im ve’atsourim belayla shel ’imoutim biYroushalayim ; nahag houtqaf ve yara baavir » [« Des dizaines de blessés et d’interpellés dans une nuit d’affrontements à Jérusalem ; un chauffeur a été attaqué et a tiré en l’air »], sur Israël Hayom, (consulté le ).
    53. (he) « Hanahag hayehoudi shehoutqaf biYroushalayim : "’Hashavti sheamout" » [« Le conducteur juif qui a été attaqué à Jérusalem : "J’ai cru mourir" »], sur Israël Hayom, (consulté le ), (he) « Hatsaïr shehoutqaf biYroushalayim al yedei ’aravim : "Ana’nou beintifada lekol davar veinyan" » [« Le jeune Juif qui a été attaqué à Jérusalem par des Arabes : "Nous sommes dans une intifada à tout point de vue" »], sur Maariv.com, (consulté le ).
    54. (he) Daniel Siryoti, « Ayman Odeh: "Ha'intifada teśayem ett hakiboush vetanif ett ha deǵel hapalestini ’al Yeroushalayim" » [« Ayman Odeh : “L’Intifada mettra fin à l’occupation et hissera le drapeau palestinien sur Jérusalem” »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    55. (en) AP, « Hamas slams 'coup' after President Mahmoud Abbas delays Palestinian elections », CBC News, (consulté le ).
    56. (he) « Hame’haot haalimot nimshakhot : hamisha ’atsourim be’hashad lehafarat seder beSheikh Jarra’h » [« Les manifestations violentes se poursuivent : 5 personnes arrêtées pour suspicion de trouble de l’ordre public à Cheikh Jarrah »], sur Maariv online, (consulté le ).
    57. (he) « Bema’arekhet habitakhon he’erikhou she’Hamas lo meounyan behaslama ’im Israël. ’Ad etmol » [« À la Défense, on a estimé que le Hamas ne souhaite pas une escalade avec Israël. Jusqu’hier. »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ).
    58. (he) « Imoutim beSheikh Jarra’h : 15 atsourim beggin hafarot seder veyidouyi avanim » [« Affrontements à Cheikh Jarrah : 15 personnes arrêtées pour trouble de l’ordre public et jet de pierres »], sur Maariv online, (consulté le ).
    59. (he) « Podcast "e’had beyom" : haqrav al Sheikh Jarra’h » [« Podcast Un par jour : la bataille de Cheikh Jarrah »], sur Mako, (consulté le ).
    60. a et b (he) « Ma beemet qara beSheikh Jarra’h ? » [« Que s’est-il vraiment produit à Cheikh Jarrah ? »], (consulté le ).
    61. (en) « Why the Sheikh Jarrah dispute has captured international attention », sur www.thejc.com (consulté le ).
    62. Pierre Barbancey, « La colonisation de Jérusalem, de l’expulsion aux contrôles des couches pour bébés », sur L'Humanité, .
    63. (he) « Toshvei Sheikh Jarra’h vehamitna’halim lo hiǵi’ou lehaskama, veha'elyon yakhri’a bepinouï mishpa’hot palestinyot » [« Les résidents de Cheikh Jarrah et les colons ne sont pas parvenus à un accord, et la Cour suprême déterminera quant à l’expulsion de familles palestiniennes »], sur Haaretz, (consulté le ).
    64. (en) « 2021 Israel-Palestine conflict explained: What's fueling clashes that originated in Jerusalem » Accès limité, sur ABC7, (consulté le ).
    65. a et b « Itamar Ben Gvir, un ultranationaliste accusé d’avoir attisé les violences à Jérusalem », sur France24.com, (consulté le ), voir aussi (he) Baruch Kera, « Hamafka"l leNetanayahou: "Ben Gvir metzit intifada yehoudit" » [« L’Inspecteur Général à Netanyahou : “Ben-Gvir déclenche une intifada juive” »], sur 13News, (consulté le ), (he) Alexandra Lukash, « Ben Gvir: Qarati lefater ett hamafka"l, veaz houashamti bea’haryout leIntifada » [« Ben-Gvir : j’ai appelé à la démission de l’Inspecteur Général et on m’a accusé d’avoir provoqué l’intifada »], sur Ynet, (consulté le ) & « Kobi Shabtai accuse Itamar Ben Gvir d’attiser les émeutes entre Juifs et Arabes », sur The Times of israel, .
    66. (en) Ramzy Baroud, « Muna is Palestine, Yakub is Israel: The Untold Story of Sheikh Jarrah », sur Counterpunch, (consulté le ).
    67. (he) « Ben Gvir yefane ett lishkato beSheikh Jarra’h: "Marbitsim layehoudim veraq ani provoqator" » [« Ben-Gvir évacuera son bureau de Cheikh Jarrah : "On frappe les Juifs et moi seul suis un provocateur" »], sur Maariv, (consulté le ).
    68. (en) « 'Silence is not an option' in east Jerusalem for Palestinians », sur France24.com, (consulté le ).
    69. (en) « I live in Sheikh Jarrah. For Palestinians, this is not a ‘real estate dispute’ », sur Guardian.com, (consulté le ).
    70. « Iran : à l’approche de la Journée Mondiale d’Al-Qods, M. Zarif qualifie Israël de "régime d’appartheid" », sur I24News, (consulté le ) & Agence France-Presse, « Tensions entre l’Iran et Israël — Israël n’est « pas un pays, mais une base terroriste », selon Ali Khamenei », sur La Presse, (consulté le ).
    71. (he) « Halo’hemet she’hisla ett hame’hablim: "Kadourim sharqou me’al harosh, nitralnou bli shenipaga’" » [« La combattante qui a éliminé les terroristes: "Des balles sifflaient au-dessus de nos têtes, nous avons neutralisé sans être touchés" »], sur N12, (consulté le ).
    72. a et b (en) « Clashes, prayers in Jerusalem on Muslim Laylat al-Qadr », sur Reuters.com, (consulté le ).
    73. (en) « Palestinians, Israel police clash at Al-Aqsa mosque; 53 hurt », (consulté le ), (en) « ‘Strike Tel Aviv’: Palestinians at Temple Mount chant in support of Hamas », (consulté le ).
    74. (he) « Lefa’hot 6 yehoudim nifggeou mehitpar’out ’aravim samoukh lehar Hatsofim » [« Au moins 6 Juifs blessés au cours des émeutes arabes près du mont Scopus »], sur INN (Aroutz 7), (consulté le ).
    75. a b et c (he) « ’Imoutim biYroushalayim, beHayifa oubeNetsaret : avanim, ’atsourim verimonei helem » [« Conflits à Jérusalem, Haïfa et Nazareth: pierres, détenus et grenades assourdissantes »], sur Ynet, (consulté le ).
    76. « Des Arabes israéliens fustigent la présence de « mustawtinin » à Lod », (consulté le ).
    77. a b c et d (he) Or Ravid, « Niqba' mouto shel Igal Yehoshoua, toshav Lod sheniftsa qashe meyidouyi avanim ’al rikhvo bemehoumot ha'ir » [« La mort d’Igal Yehoshua, un habitant de Lod gravement blessé par des pierres sur son véhicule au cours des émeutes dans la ville, a été prononcée. »], sur N12, (consulté le ).
    78. (he) Ariel Kahana, « Mikim’at ribonout ’al Ofra, hafakhnou lemitna’halim beRamla » [« De presque-souveraineté à Ofra, nous sommes devenus des colons à Ramle »], (consulté le ).
    79. (he) « HaYehoudim baGalil netsorim bebateihem ba’erev : "Me’hakim shehamedina ta’hil ribounout gam ’al hashta’him ha’ele" » [« Les Juifs de Galilée sont barricadés dans leurs maisons le soir : "Nous attendons que l’état établisse aussi sa souveraineté sur ces territoires" »], (consulté le ).
    80. (he) « Hanahag shessarad nissayon lynch beshaar haarayot : "Hame’hablim pat’hou ett hadlatot vehemshikhou lehakot" » [« Le conducteur qui a survécu à une tentative de lynchage à la Porte des Lions : "Les terroristes (sic) ont ouvert les portes et continué à cogner »], sur Ynet, (consulté le ).
    81. (he) « HaLikoud nikhna leteror beHar haBayit - veze lo yihye a’heret ’im Yemina » [« Le Likoud cède au terrorisme sur le Mont du Temple - et il n’en sera pas autrement avec Yamina »], sur N12, (consulté le ).
    82. (he) « HaRikoudgalim hashana yitnahel karaggil lema’et hagbala a’hat » [« La Danse des Drapeaux se tiendra cette année comme d’habitude, à l’exception d’une limitation »], sur Srugim,‎ (consulté le ).
    83. (he) « Baregga haa’haron: Netanyahou qava ki mitsad hadgalim lo yaavor beshaar Shkhem » [« Au dernier moment: Netanyahou a décidé que la procession des drapeaux ne passerait pas par la porte de Damas »], sur Ynet, (consulté le ).
    84. (en) « The violence that began at Jerusalem’s ancient holy sites is driven by a distinctly modern zeal », sur The Guardian.com, (consulté le ).
    85. a et b (en) Oliver Holmes et Julian Borger, « 31 people dead as Netanyahu vows to intensify Gaza attacks », sur The Guardian, (consulté le ).
    86. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaggid hashidour ha’israeli, (consulté le ).
    87. (he) « "Israël yore ptsatsot behar habayit", "mitna’hel daras tza’ir": feik niouz baśia’h hafalestini » [« “Israël balance des bombes sur le Mont du Temple,” “un colon a écrasé un jeune” : fake news dans le discours palestinien »], sur Ynet, (consulté le ).
    88. (he) « ’Al shem Ma’ha"t Rafia’h she’houssal beTsouk Eitan: zou haraqeta ha’hadasha shenourta le'ezor Yeroushalayim » [« Au nom d’un chef de brigade de Rafah abattu lors de Bordure protectrice : voici la nouvelle roquette qui a été tirée sur la région de Jérusalem »], sur Ynet, (consulté le ).
    89. (he) « Ronen ’hazar larekhev hassarouf sheniga metil noun tet: "Nitsalti ki yatsati letsalem ett deggel Israel » [« Ronen est revenu auprès du véhicule carbonisé par l’impact du missile anti-tank : "J’ai été sauvé parce que je suis sorti photographier le drapeau d’Israël" »], sur Ynet, (consulté le ).
    90. (en) « IDF sends reinforcements to Gaza border as Hamas issues ultimatum on Jerusalem », sur Times of Israel, (consulté le ), (en) « Israel Strikes Hamas Targets After Rockets Fired at Jerusalem », sur Wall Street Journal, (consulté le ).
    91. (he) « HaJihad Ha'Islami mefarsem: ti’oud yeri til noun tet le’ever rekhev be’otef ’Aza » [« Le Jihad islamique publie : documentation du missile anti-char vers une voiture dans la bordure de Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    92. a et b (en) « Tel Aviv battered in unprecedented Gaza barrage », sur Jerusalem Post, (consulté le ).
    93. (ar) « Tymnaan bimaerakat almuqawamat dida aliahtilal.. "Sayf alQuds" asm 'ahdath mawalid Rafah » [« En l’honneur de la bataille de la résistance contre l’occupation : “Saïf al-Quds” est le nom en vogue à Rafah »], sur AlJazeera,‎ (consulté le ).
    94. a et b Jacques Pezet, « Quel type de roquettes sont tirées sur Israël ? », sur Libération, (consulté le ).
    95. (he) « BeIsra'el houfte’ou meheiqef hayeri: "Lo poslim pe’oula qarqa’it" » [« En Israël, on a été surpris de la portée des tirs : “Nous n’excluons pas une opération terrestre” »], sur Ynet, (consulté le ).
    96. Cf. « Conflit israélo-palestinien : Daniel Saada accuse le Hamas de "crimes de guerre les plus abjects" », sur Europe1, (consulté le ).
    97. (he) Elior Levi, « Qomando yami, ra’hfanim mitabdim veraqetot meshoudragot: kakh hit’atzem ’Hamas » [« Commando naval, drones suicides et roquettes modernisées : voici comment le Hamas s’est renforcé »], sur Ynet, (consulté le ).
    98. (he) « Tsaha"l : taqafnou halayla 130 ye’adim » [« Tsahal : nous avons attaqué 130 objectifs cette nuit »], sur Ynet, (consulté le ), (he) « Hamivtsa baretsou’a - "Shomer Ha’homot" ; pgi’a yeshira bishnei Mivnim beAshkelon » [« L’opération dans la bande [de Gaza a pour nom] Gardien des Murailles; impact direct sur deux bâtiments à Ashkelon »], sur Ynet, (consulté le ),
      (he) « Dover Tsaha"l: shloshet hayeladim nehergou metil sheshigger ’Hamas. Ein qesher lassikoul hamemouqad shel ish ’Hamas shenissa leshagger til » [« [Communiqué du] porte-parole de Tsahal : les trois enfants ont été tués par un missile lancé par le Hamas. Il n’y a pas de rapport [entre ce tir et] l’élimination ciblée d’un homme du Hamas qui a tenté de lancer un missile »], sur News 1, (consulté le ),
      (he) « Tsaha"l : 6 yeladim ’azatim nehergou meshigourim koshlim shel haJihad misheta’h haretsou’a » [« Tsahal: 6 enfants gazaouites ont été tués par des lancements manqués du Jihad depuis le territoire de la bande [de Gaza] »], sur Ynet, (consulté le ),
      (he) « Haslama badarom - halimoudim lo yitqaïmou betva’h shel 40 kilometer meAza » [« Escalade dans le sud - les études n’auront pas lieu dans un périmètre de 40 kilomètres depuis Gaza »], sur Haaretz, (consulté le ),
      (he) « Raqeta pag’a bebeito beSderot" "Yashavnou lishtot oupit’om haya pitzoutz" » [« Une roquette a touché sa maison à Sderot : “Nous étions assis en train de boire quand il y a soudainement eu une explosion” »], sur Ynet, (consulté le ).
    99. a et b (he) « Lod bo’eret: "Para’ot Tarpa"t ’al stero'idim" » [« Lod en ébullition : "[On dirait] les émeutes de 1929 sous stéroïdes »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    100. a et b (he) « Rivlin: Mar'e hapara’ot ’al yedei hamon ’aravi moussat vetzame dam hou bilti nisla’h » [« Rivlin : les images d’émeutes perpétrées par une masse arabe enflammée et assoiffée de sang , est impardonnable »], sur Haaretz, (consulté le ).
    101. a et b (he) « "70 shnot dou qiyoum beLod nirmessou beretzef irou’ei pogrom" » [« "70 ans de coexistence à Lod ont été piétinés dans une série d'événements de pogrom" »], sur Srugim,‎ (consulté le ).
    102. (he) « Hata’out hakfoula shel ’Arviei Israel: shalosh he’arot ’al hamatsav habit’honi » [« La double erreur des Arabes d’Israël: trois remarques sur la situation sécuritaire »], (consulté le ).
    103. (he) « Ti’oud: mafgginim beLod he’hlifou ett deggel Isra'el bedeggel Falestin » [« Documentation : des manifestants à Lod ont remplacé le drapeau israélien par le drapeau palestinien »], sur Ynet, (consulté le ), voir aussi (he) « Brahanu Tegenye ’hossef: ma garam lo leazil dmaot beshidour ’haï » [« Branu Tegene dévoile ce qui l’a fait pleurer lors du direct »], sur Maariv, (consulté le ).
    104. a et b (he) « Avanim, hatzatot venissyonot lynch : hame’haa zalga lare’hov ha’aravi bera’hvei hamedina, me’ot ne’etsrou » [« Pierres, incendies et tentatives de lynchage : la protestation a débordé dans la rue arabe à travers l’État, des centaines d’arrestation »], (consulté le ).
    105. (he) « Mehoumot beLod oubeYaffo: ’hamisha shotrim niftze’ou be’imoutim ’im por’im » [« Heurts à Lod et Jaffa : cinq policiers blessés lors d’affrontements avec les émeutiers »], (consulté le ).
    106. (he) « Qorban rishon lehitpar’ouyot haalimot beLod, shlosha neetsrou » [« Une première victime dans les émeutes violentes à Lod, trois personnes ont été arrêtées »], sur Maariv, (consulté le ) (indique erronément que M. Hassouna est âgé de 25 ans ; il a 32 ans et trois enfants, d’après « Aviv shel Moussa shenoura lamavet: "Lo yodea eikh kessaper layeladim shelo" », sur Walla, (consulté le ).
    107. (he) « Mehoumot neǵed Yehoudim beRamla : "Kol bayit ’im deggel Isra'el - ’hataf avanim" » [« Émeutes contre les Juifs à Ramle : “Toute maison avec un drapeau d’Israël - s’est pris des pierres” »], sur Kipa,‎ (consulté le ).
    108. (he) « ’Hole sofani niftar, qrovav shavrou qirot bebeit ’holim » [« Un patient en phase terminale est décédé, ses proches ont cassé les murs dans l’hôpital »], (consulté le ).
    109. (he) « Lea’her ha'eirou’im beRamle oubeLod: ’assarot hitpa’arou bebeiha"h Assaf Harofe » [« Après les évènements à Ramle et à Lod : des dizaines ont créé des émeutes à l’hôpital Assaf Harofe »], sur Israel Hayom, (consulté le ), (he) « Hitpa’arouyot bera’havei haaretz: ’Aravi ben 32 noura lamavet beLod, 8 plougot milouïm shel Maga"v gouyissou » [« Émeutes dans le pays: un Arabe de 32 ans a été abattu à Lod, 8 divisions réservistes des garde-frontières ont été mobilisées »], sur Walla, (consulté le ).
    110. (he) « Tsilem hitpar’ouyot - ve’avar lynch ’al yedei ’Aravaim » [« Il photographiait les émeutes - et a été lynché par des Arabes »], (consulté le ).
    111. (he) « Tlishat ramzorim vetsmiggim olim baesh: nezakim shel milionim letashtiot kvishim beshel hahitpar’ouyot » [« Arrachage de feux de circulation et brûlage de pneus : Des dommages [s’élevant à] des millions dans les infrastructures routières à cause des émeutes »], sur Ynet, (consulté le ).
    112. (he) « Kvish 65 notar lelo ramzorim. Hatoshavim: "’Onesh qoleqtivi" » [« La route 65 demeure sans feux de circulation. Les résidents: "[C’est une] punition collective" »], (consulté le ).
    113. (he) Ali Mughrabi, « Te'ouna qatlanit samoukh le’Ar’ara: hasafta neherga, hahorim niftze’ou qashe » [« Accident mortel près d’Arara : la grand-mère tuée, les parents grièvement blessés »], sur 13News, (consulté le ).
    114. (he) « Emesh : nissayon lynch samoukh leMeitar - nahag nitsal beness » [« Hier soir: tentative de lynch près de Meitar, le conducteur a miraculeusement survécu »], sur 0404, (consulté le ).
    115. (he) « Tsaha"l veSahaba"k ’hislou ett rosh haye’hida haraqetit shel haJihad ha'Islami » [« Tsahal et le Shabak ont éliminé le responsable de l’unité des roquettes du Jihad islamique »], sur Ynet, (consulté le ), (he) « Yeri leAshkelon, Tsaha"l paga’ berav qomot. Oushar giyouss alafim lemilou'im » [« Tir sur Ashkelon, Tsahal a tiré sur un immeuble. Le recrutement de milliers de réservistes a ét approuvé »], sur Ynet, (consulté le ), (he) « Lo’hamei Maglan veEgoz pog’im bepe’ilei teror sheshigrou tilim le’ever Israel » [« Des combattants de Maglan et d’Egoz attaquent des terroristes qui ont tiré des missiles sur Israël »], sur IDF,‎ (consulté le ), (he) « Shaba"k veTsaha"l : "’Hissalnou ett rosh ma’arakh haraqeti shel haJihad ha'islami » [« Shabak et Tsahal : nous avons éliminé le chef de la formation de fusées du Jihad islamique »], sur Maariv, (consulté le ).
    116. a et b (he) « Shtei harouggot ve’assarot nifaga’im beAshkelon; be’Aza: ’hissoulim vehashmadat borot shigour » [« Deux victimes et des dizaines de blessés à Ashkelon ; Gaza: éliminations et destruction de fosses de lancement »], sur Ynet, (consulté le ).
    117. Cf. (he) Ran Boker, « Aviv Gefen hofi’a badarom: "Nitza’hnou ett haqorona vehefsadnou la'enoshyout" » [« Aviv Geffen s’est produit dans le sud : “Nous l’avons remporté sur le corona et perdu sur l’humanité” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Shiri Brok-Saggi et Maayan Peleg Aviram, « Lama kesheyesh hafouga ana’hnou ma’adifim shekvar tihye shouv az’aqa ? » [« Pourquoi préférons-nous, quand il y a une pause, avoir à nouveau une alerte ? »], sur Ynet, (consulté le ).
    118. (he) « Hassiba lakamout haadira shel pgi’ot beAshqelon" taqala bema’arekhet Kippat Barzel » [« La cause de l’immense quantité à Ashkelon : une panne dans le système du Dôme de Fer »], sur Maariv, (consulté le ).
    119. a et b (he) « Isra'el hitri’a oupag’a be’od rav-qomot be’Aza, bakhir baJihad: Tel Aviv tisha'er ta’hat esh » [« Israël a averti et frappé un autre immeuble à Gaza, un responsable du Jihad : Tel Aviv demeurera sous le feu »].
    120. a b et c (he) Yoav Zeitoun, « Migdalei hateror: elou ravei haqomot sheTsahal he’heriv bamivtza » [« Tours du terrorisme : voici les gratte-ciel que l’armée israélienne a détruits au cours de l’opération »], sur Ynet, (consulté le ).
    121. (he) « "Yeri beta’out" bapa’am hashniya » [« Un “tir par erreur,” pour la seconde fois »], (consulté le ).
    122. (he) « Yeri kaved le’ever hamerkaz ; av oubito nehergou mipgiya yeshira beLod, ishna neherga beRishle"ts » [« Tir nourri sur le centre: un père et sa fille ont été tués par impact direct à Lod, une femme a été tuée à Rishon LeZion »], sur Walla, (consulté le ).
    123. (en) « Gaza tower block destroyed by Israel strike, Hamas fires back 130 rockets at Tel Aviv », sur Alarabiya news, (consulté le ) & (en) « Rockets fired towards Tel Aviv after Gaza tower block destroyed », sur Aljazeera, (consulté le ).
    124. (en) « Palestinian group: At least some Gaza child victims killed by failed rocket fire », (consulté le ).
    125. (en) « IDF strikes Hamas leaders amid heavy rocket attacks; major rioting in Lod », sur Times of Israel, (consulté le ).
    126. (he) « Haraqeta hitpotsetsa bakita: "Im hayou limoudim - haya po teva’h" » [« La roquette a explosé dans la classe : “S’il y avait eu cours, c’aurait été un massacre” »], sur Ynet, (consulté le ).
    127. (he) « Nefila betzfon Tel Aviv: "ha’ir - matara rashit" » [« Impact dans le nord de Tel Aviv : “La ville est une cible capitale” »], sur Ynet, (consulté le ).
    128. (he) « "Li’hyot bli ima" : Leah bat ha-63 neherga mipggiyat raqeta beveita beRishle"ts » [« “Vivre sans mère” : Léa, 63 ans, a été tuée par l’impact d’une roquette sur sa maison, à Rishon LeZion »], sur N12, (consulté le ).
    129. (he) « Natba"g nisgar — venifta’h me’hadash » [« L’aéroport Ben Gourion a été fermé, puis rouvert »], sur Israel Hayom, (consulté le ), (he) « Natba"g nisgar lin’hitot matossei noss’im shemoufnim lessde hateoufa Ramon » [« L’aéroport Ben Gourion a été fermé aux atterrissages des vols passagers qui sont redirigés vers l’aéroport Ramon »], sur Ynet, (consulté le ).
    130. (en) « Israeli energy pipeline hit in Gaza rocket attack, sources say », sur Reuters, (consulté le ).
    131. (he) Yuval Man, « Bemaqbil layeri me’Aza: meta’h shel feik niouz » [« En même temps que les tirs depuis Gaza : un barrage de fake news »], sur Ynet, (consulté le ).
    132. a b et c (he) « Lod ’al saf mil’hama — toshavim pounou mibateihem, rosh ha’ir doresh ’otser tsva’i » [« Lod au bord de la guerre, des habitants évacués de leurs maisons, le maire exige un couvre-feu militaire »], sur Kipa,‎ (consulté le ).
    133. Cf. (he) Josh Breiner, « Hamevougarim optimim, akh tze’irei Lod ne’houshim linqom: "Ha’ir teva’er ’ad she'e’had mehem yamout" » [« Les adultes sont optimistes mais les jeunes de Lod sont déterminés à se venger : "“La ville brûlera jusqu’à ce que l’un d’eux meure” »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ).
    134. a et b (he) « Eikh neherag Moussa ’Hassouna » [« Comment Moussa Hassouna a été tué »], sur Presspectiva,‎ (consulté le ).
    135. (en) « Amnesty: Israel unleashed 'ruthless excessive force' on Palestinians », sur Turkish Radio & Television World, (consulté le ).
    136. (he) « Tsafou : katav ’hadashot 13 ’hotef gaz madmi’a bapanim beLod » [« Regardez : un reporter de la 13e chaîne se prend du gaz lacrymogène en pleine figure à Lod »], sur Ice, (consulté le ), (he) « Tsalam ’Arouts 20 messaper ’al hatqifa she’avar ’al yedei ’Aravim beLod » [« Le caméraman de la 20e chaîne raconte l’attaque sur sa personne par des Arabes de Lod »], sur 20il,‎ (consulté le ).
    137. (he) « ’Imoutim alimim behalvayat toshav Lod shenoura lamavet; nayedet mishtara veotobous houtsetou » [« Affrontements violents au cours de l’enterrement du citoyen de Lod tué par balles ; une voiture de police et un autobus incendiés »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ).
    138. (he) « Hapara’ot shehetsitou ett Lod : "Ra'inou pogrom moul ha’einayim" » [« Les émeutes qui ont enflammé Lod : “Nous avons vu un pogrom devant nos yeux” »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    139. a et b Cf. (he) Igal Mosko, « Lod, ’ir mil’hama: "HaNakba mamshikha, menassim leha’if otanou mehadama ouleyahed ota » [« Lod, ville de guerre : “La Nakba continue, on essaie de nous expulser de la terre et de la judaïser” »], Interview réalisée par Igal Mosko entre les 11 et 15 mai à Lod, sur N12, (consulté le ).
    140. a et b Cf. (he) « "Hashakhen ha’aravi mekaven ett hapore’a eize rekhev shayakh keYehoudi. A’har kakh, tsarikh lashevet ito bamiqlat" » [« “Le voisin arabe indique à l’émeutier quel véhicule appartient à un Juif. Ensuite, vous devez vous asseoir avec lui dans l’abri” »], sur Ynet, (consulté le ).
    141. (en) « Arab rioters attack two major symbols of Israel’s ancient heritage » Accès limité, sur Haaretz.com (consulté le ).
    142. a et b (he) « “Beqoshi hitzalnou ett beit haknesset” : hatoshavim pinou ett sifrei haTorah, mosdot datiim ’houlelou » [« “Nous avons sauvé la synagogue de justesse” : les habitants ont évacué les rouleaux de la Torah, des institutions religieuses ont été profanées »], sur Ynet, (consulté le ).
    143. (he) « ’Od layla shel para’ot beLod: bet knesset ’ole baesh » [« Encore une nuit d’émeutes à Lod : une synagogue prend feu »], sur Srugim,‎ (consulté le ),
      (he) « Anarkhiya be’ir Lod : 2 ptzou’im qashe ; batei knesset ’olim belehavot » [« Anarchie dans la ville de Lod : 2 blessés graves ; des synagogues montent en flammes »], sur Kikar Hashabbat, (consulté le ).
    144. (he) Kobi Nachshoni, « A’hiv shel Yigal Yehoshoua shenirtza’h belynch beLod safad bahalvaya: "Heemanta bedou-qiyoum" » [« Le frère d’Igal Yehoshoua, assassiné lors d’un lynchage à Lod, a prononcé l’éloge funèbre lors de l’enterrement : “Tu croyais à la coexistence” »], sur Ynet, (consulté le ).
    145. (he) Eli Senyor, « Heqimou ma’hsomim kedei le'ater Yehoudim - veragnou be'avanim: pou’ana’h retza’h Yigal Yehoushoua beLod » [« Ils ont mis des barrages en place pour localiser les Juifs - et ont lapidé : le meurtre de Yigal Yehoshua à Lod a été élucidé »], sur Ynet, (consulté le ).
    146. (en) « A Jewish man was killed in eruption of violence in Israel. His kidney gave new life to an Arab woman, who is now pleading for peace. », sur Chicago Tribune, (consulté le ).
    147. (he) Moshe Mayersdorf, « Toshav Yitzhar she’azar letoshvei Lod: “hayitaron shelanou barosh” » [« Un résident de Yitzhar qui a aidé les habitants de Lod : “Notre avantage est dans la tête” »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    148. (he) « Netanyahou beLod: “Anarkhia shel por’im sheana’hnou lo messougalim leqabel” » [« Netanyahou à Lod : “L’anarchie des émeutiers que nous ne pouvons accepter” »], sur Davar, (consulté le ).
    149. a b et c (he) « Matzav ’heiroum beLod: ptzou’im qashe bemehoumot, plougot Maga"v houzneqou » [« État d’urgence à Lod : blessés graves dans les émeutes, des divisions de garde-frontières appelées »], (consulté le ).
    150. (he) « O’hana neǵed ma’atzar toshav Lod ha’hashoud sheyara lamavet be’Aravi: “Noss'ei nesheq hem makhpil koa’h lenitroul miyadi” » [« Ohana contre l’arrestation de l’habitant de Lod soupçonné d’avoir causé la mort d’un Arabe par balles: "Les porteurs d’armes sont un multiplicateur de force pour une neutralisation immédiate" »], sur Ynet, (consulté le ).
    151. a et b (en) « Israel Set to Impose Curfew in Mixed Jewish-Arab Town Over Rioting » Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ).
    152. a et b (he) « Bizman meta’h haraqetot hakaved: hafganot vehitpa’arouyot bera’havei haaretz » [« Pendant le barrage de roquettes: manifestations et émeutes à travers le pays »], sur Ynet, (consulté le ).
    153. (he) « Meot pe’ilei yamin taqfou Aravim beRamle, hamishtara yarta le’evram rimonei helem » [« Des centaines d’activistes de droite ont attaqué des Arabes à Ramle, la police a balancé des grenades assourdissantes sur eux »], sur Haaretz, (consulté le ).
    154. (he) « Beshidour ’haï: katav Hadashot 13 Baroukh Qera houtqaf beRamla » [« Pendant le direct : le reporter de la treizième chaîne Baroukh Qera a été attaqué à Ramle »], sur Maariv, (consulté le ).
    155. (en) « Closure, curfew declared over Lod following severe riots », sur Jpost.com, (consulté le ).
    156. (he) Boaz Cohen, « Tzapou: mafgginim sorfim pa’hei zevel besderot Hamagginim oubeKiryat Eliezer » [« Regardez: Des manifestants brûlent des poubelles sur le Boulevard HaMaginim et à Kiryat Eliezer »], sur Kolbo Haïfa vehaqiryot, (consulté le ).
    157. (he) « Mehoumot be’Akko: miss’adat "Oury Boury" ba’ir ha’atiqa houtzeta » [« Émeutes à Acre : le restaurant “Oury Boury” de la vieille ville a été incendié »], sur Walla, (consulté le ).
    158. (he) Ahiya Raabad, « Shi’hrour sitoni shel ’Aravim sheyid’ou avanim betzafon: "I efshar leya’hess lahem ett kol hanezaqim" » [« Libération en masse des Arabes qui ont jeté des pierres dans le Nord : “Il est impossible de leur attribuer tous les dégâts” »], (consulté le ).
    159. (he) Shimon Ifergan, « Meot stoudentim beBen Gourion mafgginim neǵed tqifat Tsaha"l be’Aza » [« Des centaines d'étudiants Ben Gourion protestent contre l’attaque de Tsahal à Gaza »], sur Mako, (consulté le ), (he) Ilana Curiel, « Ishoum neǵed Yehoudim mehadarom: "Yidou avanim ’al klei rekhev shessavrou sheyesh bahem ’Aravim" » [« Accusation contre les Juifs du sud : “Ils ont jeté des pierres sur des véhicules qu’ils pensaient conduits par des Arabes »” »], sur Ynet, (consulté le ).
    160. (he) « Pigou’a dqira beBeer Sheva; ezra’him hishtaltou ’al hame’habel » [« Attaque à l’arme blanche à Beersheva ; des civils ont maîtrisé le terroriste »], sur Srugim,‎ (consulté le ), (en) Emanuel Fabian, « Jewish teen seriously hurt in Beersheba stabbing; Arab Israeli suspect arrested », sur Times of Israel, (consulté le ).
    161. (he) « Meta’h leili kaved lamerkaz veladarom, av oubito nehergou leyad Lod » [« Lourde volée nocture au centre et au sud, un père et sa fille ont été tués près de Lod »], (consulté le ).
    162. (en) « TV: Some 1,200 rockets have been launched from Gaza so far », sur Times of Israel, (consulté le ).
    163. (he) « Meta’him lelo hafsaqa me’Aza. Netanyahou: "Nakè bateroristim makot shelo ’halmou aleihen" » [« Barrages incessants depuis Gaza. Netanyahu : “Nous allons frapper les terroristes comme ils n’en ont pas rêvé” »], sur Ynet, (consulté le ),
      (he) « Ele bekhirei "forom hamatè haklali" shel ’Hamas she’houslou bemivtsa' meyou’had » [« Voici les membres supérieurs du “Forum de l’état-major général” du Hamas qui ont été tués lors de l’opération spéciale »], sur IDF,‎ (consulté le ),
      (he) Matan Tzouri, « "Natqou matzlemot mehareshet": ’hashash lemitqefet saïber ’al yishouvei ha’otef » [« “Déconnectez les caméras du réseau” : crainte d’une cyberattaque sur les implantations de la bordure »], sur Ynet, (consulté le ).
    164. a et b (he) « Haqabinett isher ’aliyat madrega betqifot beAza; ’imoutim alimim bein ’Aravim leYehoudim » [« Le cabinet a autorisé de passer au stade supérieur dans les attaques sur Gaza ; violents affrontements entre Arabes et Juifs »], sur Calcalist, (consulté le ).
    165. (he) « Hamishtara ibda shlita: Netanyahou rotze leafsher hakhnassat ’hayalim le’arim, Gantz mitnaǵed » [« La police a perdu le contrôle, Netanyahou veut autoriser l’entré de soldats dans les villes »], sur Ynet, (consulté le ), (he) « Sarim darshou yeshiva be’iqvot haanarkhia beLod: mazkir hamemshala ’hassam ett qvoutzat hawatsap » [« Des ministres ont exigé une réunion en raison de l’anarchie à Lod, le secrétaire du gouvernement a bloqué le groupe Whatsapp »], sur Ynet, (consulté le ).
    166. (he) « Ne’erakhim lim'houmot beLod: houkhraz otser mi-20:00, yoter me-20 ne’etsrou » [« On se prépare aux émeutes à Lod : un couvre-feu a été déclaré à partir de 20:00, plus de 20 personnes ont été arrêtées »], sur Ynet, (consulté le ).
    167. Cf. (en) « Lod mayor Yair Rebibo: Jewish criminals have some compassion, Arabs: none », sur INN - Arutz Sheva, (consulté le ).
    168. (he) « ’Imoutim vehitpa’arouyot ba’arim hame’ouravot: Yehoudi niftsa miyeri beLod » [« Affrontements et émeutes dans les villes mixtes : un Juif a été blessé par balles à Lod »], sur Kan, (consulté le ).
    169. a b et c (he) « Obdan shlita artzi: Yehoudim ve’Aravim houtqefou, nishqelet hakhrazat matzav ’heroum be’od ’arim » [« Perte de contrôle national : Juifs et Arabes attaqués, l’état d’urgence est envisagé dans d’autres villes »], sur Ynet, (consulté le ).
    170. a et b (he) « Avri Gil’ad: "Al tit’ou, ze mered ’aravi, lo mil’hamat ezra’him" » [« Avri Gilad : “Ne vous y trompez pas, c’est une révolte arabe, pas une guerre civile” »], sur Israël Hayom, (consulté le ).
    171. a b et c (he) « Ani ’itonaït aval hashorashim shli beSderot: Shirit Avitan Cohen ’al t’houshat hashever shehovila ota lintosh ett oulpan Kan 11 » [« Je suis journaliste, mais mes racines sont à Sderot : Shirit Abittan-Cohen sur la sensation de rupture qui l’a menée à quitter le studio de Kan 11 »], sur Globes, (consulté le ), contra : (he) « Hadma’ot shel Shirit Avitan Cohen nog’ot lalev aval zou lo kol hatmouna » [« Les larmes de Shirit Abittan-Cohen sont touchantes, mais ce n’est pas toute l’image »], sur Mako, (consulté le ).
    172. « Que sait-on de cette vidéo d’un Arabe israélien lynché ? », sur Libération, .
    173. (he) « Tgouvot ’harifot bema’arekhet ha politit lalynch beBat Yam » [« Violentes réactions dans la classe politique au lynchage de Bat Yam »], sur N12, (consulté le ), (he) Rafael Cohen, « Para’ot: lynch beYehoudi - be’Akko, oube’Aravi - beBat Yam » [« Émeutes : Lynchage d’un Juif - à Acre, et d’un Arabe - à Bat Yam »], sur Kikar Hashabbat, (consulté le ) & (he) Itamar Eichner et Eli Senyor, « Netanyahou: Gam im hadam rotea’h, i efshar laqa’hat ’Aravi vela’assot bo lynch » [« Netanyahou : Même si le sang bout, il est impossible de prendre un Arabe et de le lyncher »], sur Ynet, (consulté le ).
    174. (he) Gilad Cohen, « Sheikh Jarra’h: assara ne’etzrou be’hashad lehafarat seder vegrimat nezeq leklei rekhev samoukh lashkhouna » [« Cheikh Jarrah : Dix personnes arrêtées pour des soupçons de troubles de l’ordre et dépradation de véhicules à proximité du quartier »], sur Ynet, (consulté le ).
    175. a b c et d (he) Carmel Libman, « Hapatzou’a belynch beTamra: "Ezra’h ’aravi hitzil oti, lo koulam anashim ra’im » [« La victime du lynchage à Tamra : “C’est un citoyen arabe qui m’a sauvé, ils ne sont pas tous mauvais” »], sur N12, (consulté le ).
    176. (he) Ran Shimoni et Diaa Hajj Yahya, « ’Hamisha toshavei Peta’h Tiqva mouashamim betqifat mouslemi ben 60 beHertzliya » [« Cinq habitants de Petah Tikva accusés d’avoir agressé un musulman de 60 ans à Herzliya »], sur Haaretz, (consulté le ), (he) Branu Tegene, « "Hal'a, teror, teror !": hahitkatvouyot shehovilou lenissayon halynch beHertzliya ne’hsefot » [« “Allez, terrorisme, terrorisme !” : la correspondance qui a conduit à la tentative de lynchage à Herzliya est révélée »], sur N12, (consulté le ) & (he) Or Heller et al., « 7 Yehoudim ’hashoudim betqifat ’Aravi samoukh lemisgad bizman "Shomer Ha’Homot" » [« Sept Juifs soupçonnés d’avoir agressé un Arabe près d’une mosquée lors de “Gardien des Murailles” »], sur 13News, (consulté le ).
    177. a et b (he) Yoav Etiel, « "Larishona lo marǵish dou-qiyoum beHaïfa": haqriyot le’herem ’al ’aravim ma’amiqot ett hasheśa » [« “Pour la première fois, je ne ressens pas la coexistence à Haïfa” : les appels au boycott des Arabes creusent le fossé »], sur Walla, (consulté le ).
    178. (he) « Lynchim bemispar mokdim; 59 nifǵe’ou qal meshe'ifat ’ashan beshel hatzatat ’henyon be’Haïfa » [« Lynchages en plusieurs points; 59 blessés légers par inhalation de fumée après l’incendie d’un parking à Haïfa »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    179. (he) « Tza’ir ’aravi houtqaf be'akhzariout biydei Yehoudim beHaïfa » [« Un jeune Arabe attaqué avec cruauté par des Juifs à Haïfa »], sur Walla, (consulté le ).
    180. (he) Shiri Hadar, « Ba’al malon be’Akko: "Sarfou po hakol. Ko’hot hamishtara yoshvim mi’houtz la’ir veshotim tè" » [« Un hôtelier à Acre : “Ils ont tout brûlé ici. Les forces de police sont assises en dehors de la ville et boivent du thé” »], sur Ynet, (consulté le ).
    181. (he) « Biglal nezeq beta’hanat Akko: ein rekhavot yeshirot leNahariya oumimena » [« En raison des dommages à la gare d’Acre : il n’y a pas de trains directs depuis et vers Nahariya »], sur Ynet, (consulté le ).
    182. (he) « "Hitrassaqti ’al hakvish ve’hikiti lebeïtot": patzou’a mehalynch be’Akko mesha’hzer ett rig’ei ha'eima » [« “Je me suis écrasé sur la route en attendant les coups” : un blessé du lynchage d’Acre reconstitue les moments de crainte »], sur Kan, (consulté le ), (he) « Yehoudi niftza’ enoshot belynch be’Akko » [« Un Juif grièvement blessé lors d’un lynchage à Acre »], sur Aroutz7, (consulté le ) & (he) « "Taviou tzava": Harav she’avar lynch be’Akko nassa la'assof ett talmidav venil’ham ’al hayyav » [« “Amenez l’armée” : le rabbin qui s’est fait lyncher à Acre allait chercher ses élèves et s’est battu pour sa vie »], sur Maariv, (consulté le ).
    183. a et b (he) Collectif, « Yeri haraqetot nimshakh; Tsaha"l betqifot nir’havot baretzou’a — ’idkounim shotafim » [« Les tirs de roquettes se poursuivent ; Tsahal dans de vastes attaques dans la bande de Gaza — Mises à jour régulières »], sur Ynet, (consulté le ).
    184. (he) Ahiya Raved, « Diber ’im a’hiv keshehoutqaf belynch be’Akko: "Shama’ti 'Itba’h al Yehoud', amarti lo 'Til’hatz ’al hagaz'" » [« Il parlait à son frère lorsque celui-ci a été victime d’un lynchage à Acre : “J’ai entendu 'Massacrez les Juifs', je lui ai dit 'appuie sur le champignon'” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) id., « Nitzal melynch be’Akko: "Nafalti vehit’hilou lidqor, ’hashavti she'amout" » [« Le rescapé du lynchage à Acre : “Je suis tombé et ils ont commencé à poignarder, j’ai pensé que je ne m’en sortirais pas vivant” »], sur Ynet, (consulté le ).
    185. (he) Collectif, « Kfar Qara: arba’a ne’etsrou be’hashad lelynch bemishpa’ha yehoudit » [« Kafr Qara : quatre personnes ont été arrêtées pour suspicion de lynchage d’une famille juive »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    186. (he) Carmel Libman et Fourat Nasser, « Nissayon lynch baGalil: nahag yehoudi nikhnas beta’out leTamra vehoutqaf » [« Tentative de lynchage en Galilée : un conducteur juif est erronément entré à Tamra, et a été attaqué »], sur N12, (consulté le ).
    187. (he) Mikhal Ruben, « Mehoumot bekvish Ata-Byalik: "Me’hapsim nehaǵim ’aravim kedei leharbitz lahem" » [« Émeutes sur la route Ata-Bialik : “On recherche des chauffeurs arabes pour les cogner” »], sur Krayot.Mynet, (consulté le ) & (he) « "2 anashim ’avrou po lynch": ti’oud leil hafra’ot betzomet Binyamina » [« “2 personnes ont subi un lynchage ici” : description d’une nuit de troubles au carrefour de Binyamina »], sur Walla, (consulté le ).
    188. a et b (he) Ahiya Raved et al., « "Ma’asse teror": Kitvei ishoum neǵed por’im beOr Aqiva oubiYroushalayim » [« “Acte terroriste” : acte d’inculpation contre des émeutiers d’Or Aqiva et Jérusalem »], sur Ynet, (consulté le ).
    189. (he) Eli Senyor, « Shoter noura beOum al Fahm — amboulanss shehiǵiya lifnoto houtqaf » [« Un policier a été abattu à Umm al-Fahm, l’ambulance arrivée pour l’évacuer a été attaquée »], sur Ynet, (consulté le ).
    190. (he) Ilana Curiel, « Merkaz shitour qehilati houtzat be’Houra, ne’etzrou 5 ’hashoudim beyidouï avanim beRahat » [« Un centre de police communautaire a été incendié à Houra, 5 suspects ont été arrêtés pour avoir jeté des pierres à Rahat »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Yaron Rabinovich, « Kvish 31 nisgar shouv ’eqev hafarot seder » [« La route 31 est à nouveau fermée en raison de troubles de l’ordre »], sur Aradnik,‎ (consulté le ).
    191. (he) Ilana Curiel, « Yeri ’haï le’ever rekhev baNeǵev: "’Aliyat madrega retzinit" » [« Tir à balles réelles sur un véhicule dans le Néguev : "Sérieuse escalade" »], sur Ynet, (consulté en ).
    192. (he) « Ha’atsourim bayeri beLod shou’hrerou - Hamishtara: lo ne’etsar af ’Aravi mitpare’a » [« Les détenus de la fusillade de Lod ont été libérés . La police : aucun Arabe émeutier (sic) n’a été arrêté »], sur Kipa,‎ (consulté le ).
    193. a et b (he) « Loussi Aharish: "Ana’hnou a’him ve'af qitzoni lo yeshane ett ze" » [« Lucy Aharish : “Nous sommes frères, et nul extrémiste n’y pourra rien changer” »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    194. E.g. (he) « Haǵisha hayeshana le’ayefa shel Mansour Abbas » [« L’approche usée jusqu’à la fatigue de Mansour Abbas »], sur Si’ha mekomit,‎ (consulté le ).
    195. (he) « Itay Tourdjeman: "Ani ro’ed mipa’had be'emtsa Tel Aviv" » [« Itay Turgeman : “Je tremble de peur au milieu de Tel Aviv” »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    196. a et b (he) Netanel Izak, maire adjoint de Lod, « Hakol hit’hil mehapogromim shel yom sheni » [« Tout a commencé par les pogromes de lundi »], sur Ynet, (consulté le ).
    197. a et b (he) Mordechai Kedar, « HaJihad betokh Isra'el » [« Le jihad à l’intérieur d’Israël »], sur NFC, (consulté le ) & (he) id., « Para’ot Tashp"a » [« Émeutes 5781 »], sur Youtube, .
    198. (he) « ’Amit Segal: Lo, ein simetria » [« Amit Segal : Non, il n’y a pas symétrie »], sur N12, (consulté le ), contra: (he) « Segal tzodeq, ein simetria, aval hafoukh » [« Segal a raison, il n’y a pas de symétrie, mais à l'envers »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ) ; voir aussi : (he) « Simetria » [« Symétrie »], sur Israël Hayom, (consulté le ), (he) « Shivion ’herdati: lama hasmol me’hapess simetria » [« Égalité paniquée : pourquoi la gauche recherche-t-elle la symétrie ? »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    199. a et b (en) « The Muslim Riots in Data: 10 Synagogues, 112 Jewish Homes Burned », (consulté le ).
    200. (he) « Me'ora’ot tashp"a - "be’hazara la’atid" » [« Les évènements de 5781 : "Retour vers le futur" »], sur Mida,‎ (consulté le ).
    201. (en) Nimer Sultany, « Peaceful coexistence in Israel hasn’t been shattered – it’s always been a myth », sur The Guardian, (consulté le ), (en) « Harmonious coexistence is a myth for Palestinians in Israel », sur TRT World, (consulté le ) & (en) Rami Younis, « Don’t mourn a coexistence that never existed », sur +972 Magazine, (consulté le ), cf. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaǵid hashidour ha'israeli, (consulté le ) & (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaǵid hashidour ha'israeli, (consulté le ).
    202. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaǵid hashidour ha'israeli, (consulté le ).
    203. a et b (he) « Meta’him kvedim nourou ladarom, yeled miSderot patzou’a anoush » [« De lourds barrages ont été tiré dans le Sud, un enfant de Sderot mortellement blessé »], sur Zman Israel, (consulté le ).
    204. (he) « Be’iqvot hahaslama: Ra"am hiqpiya ett hamassa oumatan haqoalitzioni » [« En raison de l’escalade : la Liste arabe unie a gelé les négotiations pour la coalition »], (consulté le ).
    205. (he) « Meta’him leyliim: pgi’a yeshira ouptzou’im bePeta’h Tiqva » [« Barrages nocturnes : impact direct et blessés à Petah Tikva »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) « Kmo zirat mil’hama: ti’oud mimaqom hapgi’a bePeta’h Tiqva » [« Comme une scène de guerre : description de la scène de l’attentat à Petah Tikva »], sur Ynet, (consulté le ).
    206. (he) « Tsaha"l: ha'az’aqot batzafon - shav; ’Hamas houfta me’otzmat hatqifa » [« Tsahal : “Les alertes dans le Nord sont fausses, le Hamas a été surpris par la puissance de [notre] attaque” »], sur N12, (consulté le ).
    207. (he) Yoav Zeitoun, « Dover Tsaha"l: Rov ma'arakh hayitzour shel ’Hamas vehaJihad houshmad » [« Porte-parole de Tsahal : La plupart des chaînes de production du Hamas et du Jihad ont été détruites »], sur Ynet, (consulté le ).
    208. (he) « Isra'el rotze lifgo’a enoshot ba’Hamas aval ze yakhol litzor ’imout ’im Artzot Habrit » [« Israël veut mortellement blesser le Hamas mais cela pourrait créer une confrontation avec les États-Unis »], sur Globes, (consulté le ).
    209. (he) Yoav Zeitoun, « Tsaha"l meggayess 7000 ’hayalei milou'im, houkhraz ’otzer yetzi'ot male bema’arakh halo’hem » [« Tsahal recrute 7 000 réservistes, une interdiction de sortie complète a été décrétée dans le secteur combattant »], sur Ynet, (consulté le ).
    210. (he) Yoav Zeitoun et al., « Be'emtza hayom: ’assarot raqetot leyishouvei hamerkaz, ’helqan yourtou; raqeta besheta’h patoua’h ba’Arava » [« En pleine journée : des dizaines de roquettes ont touché le centre, certaines ont été interceptées ; une roquette dans une zone ouverte dans l’Arava »], sur Ynet, (consulté le ).
    211. (he) Yoav Zeitoun, Elior Levi et Matan Tzouri, « Tsaha"l hepil klei tayis bilti me'ouyashim she’hadrou misheta’h ’Aza » [« Tsahal a abattu des drones qui ont pénétré depuis Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    212. (he) Yoav Zeitoun, « 170 ptzatzot be-18 daqot vehapalat mala"tim: ti’oud metqifot ’heil ha’avir » [« 170 bombes en 18 minutes et abattage de drones : compte-rendu des attaques de l’armée de l’air »], sur Ynet, (consulté le ).
    213. (en) « The neutrality and inviolability of UNRWA installations must be respected at all times », sur UNRWA, .
    214. a et b (he) Ron Ben Yishai, « Hape’oula hassodit hagdola be’Aza — bemahadoura mougbelet » [« La Grande Opération Secrète à Gaza, version limitée »], sur Ynet, (consulté le ).
    215. (he) « Bein Yeroushalayim, Qatar ve’Aza » [« Entre Jérusalem, le Qatar et Gaza »], sur Kan, (consulté le ), contra : (en) « The Strategic Genius Behind Allowing Qatari Suitcases of Cash into Gaza », sur the Begin-Sadate Center for Strategical Studies, (consulté le ), voir aussi (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaggid hashidour ha’israeli, (consulté le ).
    216. (he) Yoav Zeitoun, « Golani baderekh vegam hatanqim: mehei’arkhot Tsaha"l liqrat har’havat hamivtsa » [« Les Golanim sont en route, ainsi que les chars : quelques préparatifs de Tsahal en vue de l’extension des opérations »], sur Ynet, (consulté le ).
    217. E.g. « Des soldats israéliens ont pénétré dans la bande de Gaza, annonce Tsahal », sur L’Obs, .
    218. (he) Yoav Zeitoun, Elior Levi et Matan Tzouri, « Ha"metro" shel ’Hamas bamoqed: Tsaha"l shigger halayla ke'elef ptzatzot oupagazim » [« Le “métro” du Hamas dans le viseur : Tsahal a tiré environ un millier de bombes et d’obus cette nuit »], sur Ynet, (consulté le ).
    219. (he) Yoav Zeitoun, « Hahona’a ’avda ’helqit: raq kama assarot pe’ilim nikhnessou la"metro shel ’Hamas" » [« Le bluff n’a que partiellement fonctionné : seules quelques dizaines de militants sont entrées dans le “métro du Hamas” »], sur Ynet, (consulté le ), voir aussi (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaggid hashidour ha’israeli, (consulté le ).
    220. (he) Yoav Limor, « ha’hoshekh biqtze haminhara: kakh hishmid Tsaha"l ett ha"metro" shel ’Hamas » [« L’obscurité au bout du tunnel : voici comment Tsahal a détruit le “métro” du Hamas »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    221. (he) Dean Shmuel Elmas, « ’Hizballah: massarnou la’Hamas meïda ’al kavanat Tsaha"l litqof ett hametro » [« Hezbollah : Nous avons fourni au Hamas des informations sur l’intention de Tsahal d’attaquer le métro »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    222. (en) « Israeli Military Accused of Using Media to Trick Hamas », sur Voice of America News, & (en) « IDF spokesman denies deliberately misleading press on nonexistent Gaza invasion », sur Israel Hayom, (consulté le ), cf. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Ta'aggid hashidour ha’israeli, (consulté le )
      Contra :
    223. Collectif, « En ciblant Israël, le Hamas abîme 5 de ses lignes d’électricité à haute tension », sur +Times of Israel, (consulté le ).
    224. (he) « Gorem bit’honi: "5 sha’ot ’hashmal be’Aza, hamatzav sham qashe yoter mibeTzouk Eytan" » [« Source sécuritaire : “5 heures d’électricité à Gaza, la situation y est plus difficile qu’à Bordure Protectrice” »], sur Ynet, (consulté le ).
    225. (he) Nina Fuchs & Ahiya Raved, « ’Aravim veYehoudim beyouzmot piyouss meshoutafot: la’atzor ett ha'alimout » [« Arabes et Juifs dans des initiatives conjointes de réconciliation : mettre fin à la violence »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Gil’ad Morag, « Netanyahou ’al ha'alimout ba’arim hame’oravot: "Lehishtamesh bem’atzarim minhaliim » [« Netanyahou sur les violences dans les villes mixtes : “Utiliser la détention administrative” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Eli Senyor, « Manhiggei ha’hevra ha’aravit beLod zoumnou lehidabrout bamishtara; gam halayla ’otzer ba’ir » [« Les dirigeants de la société arabe à Lod ont été invités à des entretiens avec la police ; cette nuit aussi, couvre-feu sur la ville »], sur Ynet, (consulté le ).
    226. a b et c (he) Eli Senyor et Alexandra Lukash, « Hassar O’hana: Hape’ilout hashigratit shel hamishtara lo bnouya letzever eirou’im kaze » [« Le ministre Ohana : “L’activité routinière des forces de l’ordre n’est pas conçue pour faire face à une telle accumulation d’incidents” »], sur Ynet, (consulté le ).
    227. (he) Eli Senyor, « A’harei obdan hashlita: "’honkhim" lebekhirei hamishtara - nitzavim leshe’avar » [« Après la perte de contrôle : les “mentors” des officiers supérieurs de la police - d’anciens commissaires »], sur Ynet, (consulté le ).
    228. (he) Carmel Libman et al., « Gam haboqer: ha'alimout be’arim hame’ouravot nimshekhet » [« Ce matin aussi : la violence dans les villes mixtes se poursuit »], sur N12, (consulté le ).
    229. « Une synagogue incendiée à Lod », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le ).
    230. (he) Alon Hakmon, « "Kmo besseret mil’hama": hitnadev lè'avtea’h dirot beLod veniqla leqrav yeriyot » [« “Comme dans un film de guerre” : il s’était porté volontaire pour sécuriser des appartements à Lod, il s’est retrouvé au sein d’une fusillade »], sur Maariv online, (consulté le ).
    231. a b et c (he) Joshua Breiner et al., « Gam halayla Yehoudim ve’Aravim taqfou ze ett ze bera’havei haaretz, ’hayal ben 19 niftza’ qashe beYaffo » [« Ce soir aussi, Juifs et Arabes se sont mutuellement attaqués à travers le pays, un soldat de 19 ans grièvement blessé à Jaffa »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ) & (he) Moshe Nussbaum, Brahanu Tegenye et Or Ravid, « Hitpa’arouyot ba’arim hame’oravot, ’hayal ’avar lynch beYaffo veniftza qashe, shnei ptzou’im miyeri beLod » [« Émeutes dans les villes mixtes : un militaire lynché à Jaffa et grièvement blessé, deux blessés par balle à Lod »], sur N12, (consulté le ).
    232. (he) Or Ravid, « Pou’ana’h erou’a yeri beLod bemivtsa "Shomer Ha’Homot": shnei toshavei ha’ir you'ashamou beteror » [« Une fusillade à Lod au cours de l'opération Gardien des Murailles a été résolue : deux habitants de la ville seront accusés de terrorisme »], sur N12, (consulté le ).
    233. (he) Shim’on Kampinsky, « Ha’arim hame’oravot bo’arot, Ramle shomeret ’al sheqet ya’hassi: "Lo niten sheyaharsou ett ma’arekhet haya’hassim hatova bein Yehoudim le’Aravim ba’ir" » [« Les villes mixtes brûlent, Ramla maintient une paix relative : “Nous ne laisserons pas détruire les bonnes relations entre Juifs et Arabes dans la ville” »], sur Mako, (consulté le ).
    234. (he) Bar Peleg, « ’Aravim zarqou mit’an tzinor beRamle le’ever shtei nashim. Ein nifga’im » [« Des Arabes ont lancé une bombe artisanale à Ramla sur deux femmes. Aucune victime »], sur Haaretz, (consulté le ).
    235. (he) Yoni Kampinsky, « Ramle: "Zarqou ’alenou mit’an, nitzalnou beness" » [« Ramla : “On a jeté sur nous une charge [explosive], nous avons été sauvés par miracle” »], sur Aroutz 7 - INN, (consulté le ).
    236. (he) Saggi Bin Noun, « ’Itonaï vetsalam shel Kan11 houtqefou be'alimout qasha beTel Aviv » [« Compte-rendu : un journaliste et un photographe de Kan 11 ont été violemment agressés à Tel-Aviv »], sur eWalla, (consulté le ).
    237. (he) Shlomi Heller, « Ha'alimout bire’hovot Yeroushalayim: Yehoudim houtqefou beSheikh Jarra’h oubiSha’ar Shkhem » [« Violences dans les rues de Jérusalem : des Juifs ont été attaqués à Sheikh Jarrah et à la porte de Damas »], sur Kol Ha’ir, (consulté le ).
    238. (he) Liran Levi, « Hahit'arggenout ha'alima glouya lakol, vehamishtara lo maggi’a la’atzor ota » [« L’organisation violente se fait aux yeux de tous, et la police ne vient pas l’arrêter »], sur Walla, (consulté le ).
    239. (he) Carmel Libman, « Haqlata ’hossefet: hataqtiqa ha’hadasha shel hamishtara ledikouï hamehoumot » [« L’enregistrement révèle : la nouvelle tactique de la police pour réprimer les émeutes »], sur N12, (consulté le ).
    240. (he) Hassan Shaalan et Yoav Zeitoun, « Hoda'ot SMS meShaba"k le'ezra’him ’aravim: "Na’anish otkha" » [« Messages par SMS du Shin Beth aux citoyens arabes : “Nous allons te punir” »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Shimon Ifergan, « Giyouss sokhnim, haqlatot mehamisgadim ouma’aqav bareshet: shitot Shaba"k lehaggiya lapor’im » [« Recrutement d'agents, enregistrements dans les mosquées et surveillance sur Internet : les méthodes du Shin Beth pour atteindre les émeutiers »], sur Mako, (consulté le ).
    241. (he) Yaron Carmi, « Mitpar’im yehoudim taqfou vezar’ou heres bere’hov Allenby be’Haïfa » [« Des émeutiers juifs ont attaqué et semé le chaos dans la rue Allenby à Haïfa »], sur HaiPo, (consulté le ), (he) Yoav Etiel, « Falanggot haqitzoniim meshatqot ett ’Haïfa veha’ir ’hatzouya leshtayim » [« Les phalanges extrémistes paralysent Haïfa et la ville se divise en deux »], sur Walla, (consulté le ), (he) Ahiya Raved, « Otobous nirgam be'avanim, isha niftze’a qal » [« Un bus a été bombardé de pierres à Haïfa, une femme a été légèrement blessée »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Yaron Carmi, « ’Haïfa'i houtqaf be'avanim ’al yedei por’im ’aravim ’ett shenahag berikhvo beknissa le’Halissa » [« Un habitant de Haïfa attaqué à coups de pierres par des émeutiers arabes alors qu’il conduisait sa voiture à l’entrée de Halissa »], sur Haipo, (consulté le ).
    242. (he) Or Heller et Yossi Eli, « Beshel erou’ei ha'alimout: tzav giyouss le-10 plougot Maga"v bemilou'im » [« En raison des incidents de violence : ordre de recrutement de dix compagnies de police des frontières en réserve »], sur 13News, (consulté le ).
    243. (he) Ahiya Raved et al., « Shalosh raqetot nourou miLevanon le’ever haGalil hama’aravi venaflou bayam » [« Trois roquettes ont été tirées du Liban sur la Galilée occidentale et sont tombées dans la mer »], sur Ynet, (consulté le ), (en) Dan Williams, « Three rockets launched toward Israel from Lebanon, no damage - Israeli military », sur Reuters, (consulté le ) & (en) Collectif, « Lebanon: Rockets launched from coastal region towards Israel », sur The Middle East Eye, (consulté le ).
    244. (he) Ahiya Raved, « Bnei mishpa’ha houtqefou beOum al Fa’hem, ve’houltzou ’al yedei hamishtara; matzavam qal » [« Les membres d’une famille ont été attaqués à Umm al-Fahm et secourus par la police ; leur état est léger »], sur Ynet, (consulté le ), (he) id., « Mishpa’ha niqle’a lemaarav avanim baTzafon" "Halom belahot" » [« Une famille tombée dans une embuscade de pierres dans le Nord : “Cauchemar” »], sur Ynet, (consulté le ).
    245. a et b (he) Ilana Curiel, Ahiya Raved et Alexandra Lukash, « Niqle’ou lenissyonot lynch bakvish, ’Aravim ouBedouïm say’ou: "Hayinou betou’him shenamout" » [« Ils ont été embûchés dans des tentatives de lynchage sur la route, des Arabes et Bédouins les ont aidés : "On était sûr de mourir" »], sur Ynet, (consulté le ).
    246. (he) Elad Huminer, « Houtar lepirsoum: pou’an’hou nissayon lynch bekfar Qara oupigou’a yeri beWadi ’Ara » [« Autorisé à la publication : une tentative de lynchage de Juifs à Kafr Qara et une fusillade à Wadi Ara, ont été résolus »], sur Kipa, (consulté le ).
    247. (he) « La plupart des villages et des villes arabes brûlent de violents affrontements entre les habitants et les forces de sécurité, même le petit village de Kafr Nahf en Galilée », Statut d’Amar Assadi, responsable d’Amar Assadi News, sur Telegram, (consulté le ), (he) « Incendie du poste de police à Qalansawe », Statut d’Amar Assadi, sur Telegram, (consulté le ).
    248. (he) « Yidouï avanim veyeri ziqouqim beKfar Manda » [« Jets de pierres et de feux d’artifice à Kafr Manda »], sur INN-Aroutz 7, (consulté le ) & (he) « Hamehoumot betzomet Fa’hem ouMousmous: 11 mafgginim ne’etzrou be’hashad leyidouï avanim, hav’arat tzmiggim oupgi’a beramzorim outamrourim » [« Émeutes au carrefour Fahm et Mousmous : 11 manifestants arrêtés, soupçonnés d’avoir jeté des pierres, brûlé des pneus et vandalisé des feux et signaux de circulation »], sur Hamal, (consulté le ).
    249. (he) « Matzor leyli ’al hayishouv Moreshet beGalil » [« Siège de nuit sur le village de Moreshet en Galilée »], sur INN-Aroutz 7, (consulté le ).
    250. (he) Ilana Curiel, « Yom a’harei pigou’a yeri be'ezor Rahat: Shaba"k vehamishtara ’atzrou ’hashoudim » [« Au lendemain d’une fusillade dans les environs de Rahat : le Shin Beth et la police ont interpelé des suspects »], sur Ynet, (consulté le ).
    251. (he) Eliav Batito, « Yalda bat 8 niftzea beinoni meyidouï avanim leever rekhev beknissa leAbou Qwider » [« Une fillette de 8 ans légèrement blessée par jet de pierres sur un véhicule à l’entrée d’Abou Kuider »], sur Maariv, (consulté le ).
    252. (he) Moran Azoulay, « Bennett taqaf ett haLikoud akh hivtia’h ǵibouï; Lapid na’housh bema'amatz lehaqamat memshala » [« Bennett a attaqué le Likoud mais a promis son soutien ; Lapid est déterminé dans ses efforts pour former un gouvernement »], sur Ynet, (consulté le ).
    253. (he) Moran Azoulay, « Hamou"m lehaqamat memshala houqpa akh lo yarad mehapereq » [« Les négociations pour la formation du gouvernement ont été gelées mais non abandonnées »], sur Ynet, (consulté le ).
    254. (he) Tal Shalev, « Bennett qaras ta’hat hala’hatz shel Shaked vehe’eniq leNetanyahou tmounat nitza’hon » [« Bennett s’est effondré sous la pression de Shaked et a octroyé à Netanyahou une image de victoire »], sur Walla, (consulté le ).
    255. (he) Doron Koren, « Ouberosh kat haqonspiratzia - Lapid veLiberman » [« Et à la tête de la secte du complot, Lapid et Liberman »], sur Haaretz, (consulté le ).
    256. (he) Yoav Zeitoun et Itamar Eichnet, « Patzou’a beinoni, ’halonot menoupatzim ve’horim beqirot: leil qrav beAshqelon » [« Blessé modéré, vitres brisées et trous dans les murs : une nuit de combat à Ashkelon »], sur Ynet, (consulté le ).
    257. a et b (he) Collectif, « Meta’him ’al yishouvei hadarom; divoua’h: Mitzrayim hetzi’a hafsaqat esh — ’idkounim shotafim » [« Barrages sur les peuplements du sud ; rapport : L’Égypte a proposé un cessez-le-feu — mises à jour régulières »], sur Ynet, (consulté le ).
    258. (he) Elior Levi, Yoav Zeitoun et Matan Tzouri, « Me’Aza lemo’atza ezorit Eshkol: ti’oud mehamra'at hamala"t hamit'abed shehoupal » [« De Gaza au conseil régional d’Eshkol : Description du vol du drone-suicide abattu »], sur Ynet, (consulté le ).
    259. (he) Yoav Zeitoun, « Tsaha"l taqaf pir minhara shel ’Hamas bedrom retzou’at ’Aza » [« Tsahal a attaqué une bouche de tunnel du Hamas dans le sud de la bande de Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    260. a et b (he) Tal Lev Ram, Miran Spielberg et Eliav Batito, « Nimshakim hameta’him le’ever haDarom: shtei taqriot ’hariggot nirshemou baTzafon » [« Les tirs de barrages vers le sud se poursuivent ; deux incidents inhabituels enregistrés dans le nord »], sur Maariv, (consulté le ).
    261. (he) Elior Levi et Yoav Zeitoun, « Ti’oud: Tsaha"l maftzitz ett "banq hayitzour" shel ’Hamas be’Aza » [« Compte-rendu : Tsahal bombarde la “banque de production” du Hamas à Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    262. (he) Yoav Zeitoun, « Tsaha"l nissa le’hassel mefaqdim bekhirim be’Hamas, akh hem sardou » [« Tsahal a tenté d’éliminer des hauts commandants du Hamas, mais ils ont survécu »], sur Ynet, (consulté le ).
    263. « L’armée israélienne mène de nouveaux bombardements sur Gaza », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    264. a et b « Israel pounds Gaza to curb Palestinian militants but rockets still fly », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    265. (he) Nir Hasson et Yanal Jabarin, « Hamishtara pizra bekoa’h hafgana bemerkaz ha’ir, arba’a mafgginim ne’etzrou » [« La police a dispersé par la force une manifestation dans le centre-ville, quatre manifestants interpellés »], sur Haaretz, (consulté le ).
    266. a b c d et e (he) Collectif, « BeLod, yeri ’al shotrim, be’Akko houtzat teiatron, batzafon ne’hsemou kvishim » [« A Lod, des tirs sur la police, à Acre, un théâtre a été incendié et dans le Nord, des routes ont été bloquées »], sur Ynet, (consulté le ).
    267. (he) Carmel Dangoor, « Nissayon pigou’a dqira samoukh lahatma"r Shomron — ein nifga’im » [« Tentative d’attaque au couteau près du poste de police de Samarie - aucun blessé »], sur Kan, (consulté le ).
    268. (he) Ido Ben Porat, « Me’habel nissa lidqor ’hayalim be’Hevron - venoura » [« Un terroriste a tenté de poignarder des soldats à Hébron - et a été abattu »], sur INN - Aroutz Sheva, (consulté le ).
    269. (he) Elisha Ben Kimon, « Shnei ptzou’im beinoni miyeri le’ever ’emda tzva’it beShomron, hame’habel ’houssal » [« Deux blessés moyens par balles dans un poste militaire en Samarie, le terroriste a été tué »], sur Ynet, (consulté le ).
    270. a et b (he) Eyal Arvid et al., « Hamehoumot hitpashtou liYhouda veShomron, 9 Palestinim nehergou miyeri Tsaha"l — ve’Hamas melabe » [« Les émeutes se sont étendues à la Judée et à la Samarie, 9 Palestiniens ont été tués par des tirs de Tsahal, et le Hamas excite »], sur Ynet, (consulté le ).
    271. (he) Elisha Ben Kimon, « ’Houssal me’habel shenissa lidross velidqor ’hayalim baknissa leOfra » [« Un terroriste qui a tenté d'écraser et de poignarder des soldats à l'entrée d'Ofra a été tué »], sur Ynet, (consulté le ).
    272. (he) Elisha Ben Kimon, « Lo’hem hamilouïm sheniftsa bepigou’a beShomron: "Hevanti shetzarikh lirot, a’heret amout" » [« Le combattant de réserve blessé dans un attentat en Samarie : “J’ai compris qu’il fallait tirer, sinon je mourrais” »], sur Ynet, (consulté le ).
    273. (en) Mel Frykberg, « Several Palestinians killed by Israeli fire in West Bank protests », sur AlJazeera, (consulté le ).
    274. (he) Elior Levi, « 9 Palestinim nehergou me'esh Tsaha"l baGada — veze heisseg la’Hamas » [« Neuf Palestiniens ont été tués par des tirs de Tsahal en Cisjordanie, et c’est un accomplissement pour le Hamas »], sur Ynet, (consulté le ).
    275. (en) Suleiman Al-Khalidi et al., « Jordanian police disperse protesters near border with West Bank », sur Reuters, (consulté le ).
    276. (he) Liad Osmo, Yoav Zeitoun et Ahiya Raved, « Levanonim mafgginim bagvoul leyad Metoula ve’hatzou leIsra'el, haroug miyeri Tsaha"l » [« Des Libanais manifestent à la frontière près de Metoula et pénètrent en Israël, l’un d’eux a été tué par des tirs de Tsahal »], sur Ynet, (consulté le ) & « Décès d'un manifestant libanais blessé par l'armée israélienne après avoir franchi la frontière », sur L'Orient-Le Jour, .
    277. (he) Yoav Zeitoun, « Tsaha"l paga be’houliyat me’hablim shenista la’hdor miLevanon oulevatze’a pigou’a beMetoula » [« Tsahal a frappé une cellule terroriste qui tentait de s’infiltrer depuis le Liban et de mener une attaque à Metoula »], sur Ynet, (consulté le ).
    278. (he) Tal Lev Ram, « Taqrit nossefet baTzafon: shalosh raqetot shougrou meSouria lesheta’h Isra'el » [« Nouvel incident dans le nord : trois roquettes ont été lancées depuis la Syrie sur le territoire israélien »], sur Maariv, (consulté le ).
    279. (he) Eli Senyor, Itamar Eichner et Ahiya Raved, « A’harei she-8 batei knesset beLod housh’hetou, hamishtara taggen ’aleihem » [« Après le vandalisme de huit synagogues de Lod, la police va les protéger »], sur Ynet, (consulté le ).
    280. (he) « HaRav Shmouel Eliyahou: Mitzva lehagi’a leshabbat leLoud » [« Le rabbin Shmuel Eliyahou : c’est une mitsva d’arriver à Lod le chabbat »], sur INN - Aroutz 7, (consulté le ) & (he) Yoni Kampinsky, « Meraggesh: hamitnadvim shehiggi’ou mikol ra’havei ha'aretz » [« Émouvant : les volontaires qui sont venus à Lod de tout le pays »], sur INN - Aroutz 7, (consulté le ).
    281. (he) Shimon Ifergan, « Larishona: mishteret Isra'el hekhnissa mista’arvin le’ir Lod » [« Pour la première fois : la police israélienne fait entrer des mista’arvim dans la ville de Lod »], sur N12, (consulté le ).
    282. (he) « Rav Ha’ir Lod: moutar lehistovev ouletzalem beshabbat » [« Le rabbin de Lod : Il est permis de circuler [avec un appareil] et de prendre des photos le chabbat »], sur Kikar HaShabbat, (consulté le ).
    283. (en) « Mansour Abbas, Ra"am - United Arab List », sur Knesset (site officiel), (consulté le ).
    284. (he) Itamar Eichner, Hassan Shaalan et Yoav Zeitoun, « Haplag hatzfoni shel HaTnoua HaIslamit houtza mi’houtz la’hoq » [« La faction nord du Mouvement islamique a été déclarée illégale »], sur Ynet, (consulté le ).
    285. (en) « Molotov cocktail thrown at Jewish home in Lod as unrest continues », sur Israel haYom, .
    286. (he) Hassan Shaalan, « Baqbouq tav’era letokh hasalon: yeled ’aravi nikhva bepanav beYaffo » [« Une bouteille incendiaire dans le salon : un garçon arabe a été brûlé au visage à Jaffa »], sur Ynet, (consulté le ).
    287. a b et c (he) Alon Hakmon et Arik Bender, « Ben 12 niftza qashe mibaqbouq tav’era shehoushlakh lebeyto, ’hanyon Egged houtzat beShefar’am » [« Un garçon de 12 ans a été grièvement blessé à Jaffa par un cocktail Molotov lancé sur son domicile ; le parking Egged a été incendié à Shefa Amr »], sur Maariv, (consulté le ).
    288. (he) Gilad Morag et Ahiya Raved, « Ishoum neǵed mashli’hei baqbouq hatav’era beYaffo: "Hamatara — lisrof ett hamishpa’hot lamavvet" » [« Accusation contre les lanceurs de cocktails Molotov à Jaffa : “L'objectif était de brûler les familles à mort” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Josh Breiner, Bar Peleg et Diyaa Hajj Yahya, « Hamishtara ma’hziqa bere'aya mada’it haqosheret ett ha’hashoud bezriqat baqbouq hatav’era beYaffo lama’asse » [« La police a une preuve scientifique reliant le suspect du lancement d’un cocktail Molotov à Jaffa à l’acte »], sur Haaretz, (consulté le ).
    289. (he) Baroukh Shapira, « ’Aravi nossaf ne’etzar be’hashad lezriqat baqbouq hatav’era she patz’a ben 12 beYaffo » [« Un autre Arabe a été arrêté, soupçonné d’avoir lancé la bouteille incendiaire qui a blessé le jeune de 12 ans à Jaffa »], sur JDN, (consulté le ).
    290. (he) Li Naïm et Gideon Oko, « Houtqaf beYaffo ’al reqa leoumani: "Ze haya maarav metoukhnan, qaftzou ’alaï ’im alot » [« Attaqué à Jaffa sur fond nationaliste : “C’était une embuscade planifiée, ils me sont tombés dessus avec des matraques” »], sur N12, (consulté le ) & (he) Alexandra Lukash, « Menahel hamiss’ada shehoutqaf beYaffo messaper ’al rig’ei ha'eima: "Hevanti she'ani ’hayav lehila’hem ’al ha’hayim sheli » [« Le gérant du restaurant qui a été attaqué à Jaffa raconte les moments d'horreur : “J’ai réalisé que je devais me battre pour ma vie” »], sur Ynet, (consulté le ).
    291. (he) « Sgan rosh ha’ir ’Haïfa, David ’Etzioni, biqer ett Benny Salman shehoutqaf ’al yedei toshavim ’aravim ba’ir » [« L’adjoint au maire de Haïfa, David Etzioni, a rendu visite à Benny Salman, qui a été attaqué par des habitants arabes de la ville »], sur Hadashot Haïfa vehaqiryot, (consulté le ).
    292. (he) Fourat Nassar, « Haalimout be’arei Isra'el lo posseqet: ’Aravi houtqaf ’al yedei Yehoudim beQiryat Ata » [« La violence dans les villes israéliennes ne s’arrête pas : un Arabe a été attaqué par des Juifs à Kiryat Ata »], sur N12, (consulté le ).
    293. « La nuit de vendredi a vu des émeutes entre Arabes et Juifs – du nord au sud », sur The Times of Israel, .
    294. (he) Ahiya Raved, « Bakhir baTnou’a haIslamit ne’etzar beKfar Kana, 30 niftzeou bamehoumot » [« Un haut responsable du Mouvement islamique a été arrêté à Kafr Cana, 30 blessés dans les émeutes »], sur Ynet, (consulté le ).
    295. (he) Moshe Haas, « Gam beMei Ami: me'ot ’Aravim hitnaplou ’al gderot hamoshav » [« Également à Mei Ami : des centaines d’Arabes ont attaqué les clôtures du moshav »], sur Hakol Hayeudi,‎ (consulté le ).
    296. (he) « "Hikou otanou ’im alot, hit’hananti sheyafsiqou biglal hayeladim" » [« “Ils nous ont battus avec des matraques, je les ai suppliés d'arrêter à cause des enfants” »], sur Mako, (consulté le ).
    297. « Près de 200 projectiles tirés sur Israël entre vendredi soir et samedi matin », sur The Times of Israel, , (he) Liad Osmo et Elior Levi, « HaPalestinim to’anim: "Tsaha"l heftzitz beit mishpa’ha, lefa’hot shiv’a yeladim veshtei nashim nehergou" » [« Les Palestiniens affirment : “Tsahal a bombardé une maison familiale, au moins 7 enfants et deux femmes ont été tués” »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Jaki Houry et Associated Press, « Shmona yeladim veshtei nashim bnei ota mishpa’ha nehergou betqifat Tsaha"l bitzfon haretzou’a » [« Huit enfants et deux femmes de la même famille ont été tués lors d'une attaque de Tsahal dans le nord de la bande de Gaza »], sur Haaretz, (consulté le ) & « Dix membres d'une même famille tués dans une frappe israélienne », sur L'Orient-Le Jour, .
    298. a et b (he) Lilach Shoval, « Mitqafa neǵed bekhirei ’Hamas: ha'eirou’a sheleta’anat ha'irgoun hovil lameta’h lemerkaz » [« L’attaque contre de hauts responsables du Hamas : l’incident qui, selon l’organisation, a conduit au barrage sur le centre »], sur Israel Hayom, (consulté le ).
    299. (he) Fares Akram (AP), « "Hayou lanou esser daqot lehitpanot. ’Amadnou batzad lir'ot eikh habinyan hofekh le'avaq" » [« “Nous avions dix minutes pour évacuer. Nous sommes restés à l’écart pour regarder le bâtiment se transformer en poussière.” »], sur Calcalist, (consulté le ) & « Frappe israélienne sur l’immeuble des médias Al-Jazeera et Associated Press à Gaza », sur Le Figaro, .
    300. (en) Alexandra Olson, « Media demand Israel explain destruction of news offices », sur AP, (consulté le ).
    301. « L’immeuble abritant les locaux d’Associated Press et Al-Jazira à Gaza pulvérisé par un missile israélien », sur Le Monde, .
    302. Hala Oulkili, « Israël musèle la presse à Gaza ? Retour sur une fake news », sur Causeur.fr, (consulté le ).
    303. (en) « UN court pressed to probe Israel strike on media office », sur AlJazeera, (consulté le ) & (en) Fadel Allassan, « Blinken says he hasn’t seen evidence Hamas was in AP building Israel struck », sur Axios, (consulté le ), contra : (en) Collectif, « Blinken says U.S. received more information on Gaza high-rise bombing », (consulté le ).
    304. (he) Yona Leibzon, « Erdan le-AP: hiftzatznou ett habinyan shelakhem be’Aza ki nissou leshabesh mimenou ett Kipat Barzel » [« Erdan à l’AP : Nous avons bombardé votre immeuble à Gaza parce qu’on y essayait de perturber le Dôme de fer »], sur N12, (consulté le ), « Israël affirme que le Hamas cachait un système de brouillage dans l’immeuble détruit abritant des médias », sur Le journal de Montréal, .
    305. a et b (he) Elior Levi et Yoav Zeitoun, « ’Hamas yara leShomron ke"solidariout" — haraqetot naflou bekfarim palestinim » [« Le Hamas a tiré “par solidarité” sur la Samarie — les roquettes ont atterri dans des villages palestiniens »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Collectif, « Yeri ner’hav lamerkaz velaSharon — haroug beRa"g, nefilot bemoqdim rabim vegam beShomron » [« Tirs intensifs sur le centre et le Sharon — un mort à Ramat Gan, impacts en de nombreux endroits et en Samarie »], sur Ynet, (consulté le ).
    306. Aron Boxerman, « Journée de la Nakba : Des milliers d’Israéliens appellent à la coexistence », sur The Times of Israel, .
    307. (he) Noa Shpigel, « Ke-300 hefgginou bakikar harashit, ’helqam qore la’Hamas lehaftzitz ett T"A » [« Environ 300 ont manifesté sur la place principale, certains appelant le Hamas à exploser Tel Aviv »], sur Haaretz, (consulté le ).
    308. (he) Elior Levi, « "Ya ’hatikhat efess": hassi’ha shel pa’il ’Hamas ’im ish Shaba"k » [« “Espèce de nul” : la conversation de l’activiste du Hamas avec l’homme du Shin Bet »], sur Ynet, (consulté le ).
    309. (he) Josh Breiner, « Matzav ha’heiroum beLod hou'arakh, ’otzer he’hel be-19:00 » [« L’état d’urgence maintenu à Lod, couvre-feu à 19h »], sur Haaretz, (consulté le ).
    310. (he) Matan Tzouri, « Toshavei ha’otef shehitpanou ne'elatzim lindod bein batim: "Shouv shakhe’hou otanou" » [« Les habitants de la bordure [de Gaza] évacués sont obligés d’errer entre les maisons : “Nous avons, une fois de plus, été laissés pour compte” »], sur Ynet, (consulté le ).
    311. (he) Elisha Ben-Kimon, « ’Hayal niftza miyeri be'ezor Qalqiliya, matzavo qal » [« Un soldat a été blessé par balle dans la région de Qalqilya, son état est qualifié de léger »], sur Ynet, (consulté le ).
    312. (he) Almog Ben Zikhri, « Rahat — shnei qtinim sheyidou avanim ne’etzrou » [« Rahat : deux mineurs qui lançaient des pierres ont été arrêtés »], sur Haaretz, (consulté le ).
    313. (he) « ’Haïfa: divoua’h ’al nissayon lidross shoter » [« Haïfa : tentative d’écrasement d’un policier »], sur INN-Aroutz7, (consulté le ).
    314. (he) Ahiya Raved, « Hahitpa’arouyot nimshakhot: ’Aravim hishtolelou ’im alot beTveria » [« Les émeutes continuent : les Arabes se déchaînent à coups de matraque à Tibériade »], sur Ynet, (consulté le ).
    315. (he) « Toshav Oum al Fa’hem ne’etzar be’hashad lehatzatat neqoudat hamishtara ba’ir » [« Un habitant d’Umm al-Fahm a été arrêté, soupçonné d'avoir mis le feu à un poste de police de la ville »], sur INN-Aroutz7, (consulté le ).
    316. (he) Roy Rubinstein & Eli Senyor, « ’Hanout shel Yehoudi houtzeta kalil beshouq beRamle, lo hayou nifga’im » [« Un magasin juif a été complètement incendié dans un marché de Ramla, sans faire de victime »], sur Ynet, (consulté le ).
    317. (he) Eli Senyor, « ’Hashad le"kipa adouma" lakaba'im: houzmenou lesreifa beShfar’am venigremou be'avanim » [« Soupçon de “Petit chaperon rouge” aux pompiers : appelés pour un incendie à Shefa Amr, ils ont été lapidés »], sur Ynet, (consulté le ).
    318. (he) « Tzeva adom beNa’hal Oz shebe’otef ’Aza » [« Alerte rouge à Nahal Oz dans la bordure de Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    319. a et b (he) Collectif, « Meta’him bilti posqim ’al hadarom. Gorem medini: hafsaqat esh — lo ’al hapereq » [« Barrages constants au sud. Acteur politique : un cessez-le-feu n’est pas à l’ordre du jour »], sur Ynet, (consulté le ).
    320. (he) Yoav Zeitoun et Elior Levi, « ’Od 100 ptatzot houtlou ’al "hametro shel ’Hamas"; houtqefou batei Sinwar ve'a’hiv » [« Encore 100 bombes larguées sur le “métro du Hamas” ; les maisons de Sinwar et de son frère ont été attaquées »], sur Ynet, (consulté le ).
    321. (en) Rasha Abou Jalal, « These civilians died in Israeli raid on their homes in Gaza City », sur Al-Monitor, (consulté le ).
    322. (en) Aaron Boxerman, « ‘Screams under the rubble’: 42 said killed in Israeli airstrike in Gaza City », sur Times of Israel, (consulté le ), (en) Joseph Stepansky, « ‘Huge loss’: Experienced Gaza doctors killed in Israeli attacks », sur Al Jazeera, (consulté le ), (en) « Israeli airstrikes wiped out the family of Gaza's leading doctor. Only his teenage son survived », sur The Independent, (consulté le ).
    323. (en) Bel Trew, « 'Your worst nightmare': Inside the deadliest night of Israel’s attacks on Gaza », sur The Independent, (consulté le ) & (en) Patrick Kingsley, Iyad Abuheweila et Evan Hill, « Dreams in the Rubble: An Israeli Airstrike and the 22 Lives Lost », sur The New York Times, (consulté le ).
    324. « Hamas admits using civilians as human shields », sur All Arab News, (consulté le ).
    325. (he) Elior Levi, « Exit me’Aza: akhshav tzarikh lessayem » [« Exit de Gaza : maintenant, il faut finir »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Ron Ben-Yishai, « Me’hapsim siyoum ’had tzdadi: beqabinet meroutzim, ve’hosheshim mehistabkhout » [« Cherche fin unilatérale : au cabinet, on est satisfait, et on craint les complications »], sur Ynet, (consulté le ).
    326. (he) Roy Rubinstein et al., « Meta’h raqetot ba’hag: raqeta hitpotzetza bebeit kneśet beAshqelon, az’aqot bere’havei haDarom » [« Barrage de roquettes pendant la fête : une roquette a explosé dans une synagogue à Ashkelon, alertes dans tout le sud »], sur Ynet, (consulté le ).
    327. a et b (he) Ilana Curiel, Roy Rubinstein et Gilad Cohen, « Qli’im betzmiǵim bo’arim ve’atzourim baDarom; ti'oud: ma'arav letze’irim bekvish 40 » [« Balles dans les pneus en feu et charges contre des émeutiers dans le sud ; embuscade pour les jeunes sur la route 40 »], sur Ynet, (consulté le ).
    328. Cf. (he) Hassan Shaalan et Roy Rubinstein, « Gam ’Arviei Lod veYaffo meta'arim hayei pa’had: "Mafqirim otanou" » [« Les Arabes de Lod et de Jaffa décrivent eux aussi une vie dans la peur : “On nous abandonne” »], sur Ynet, (consulté le ).
    329. (he) Miada Abou Halad et Rivka Lion-Zada, « "Lihyot hayeled haqatan sheśam ett ha'etzba beseker" » [« “Être le petit garçon qui met le doigt dans le barrage” »], sur Ynet, (consulté le ).
    330. (he) Roy Rubinstein, « Ha"k Mansour Abbas biqer bebeit knesset shehoutzat beLod: "Ze menouǵad le'islam. Alimout — kav adom » [« Le député Mansour Abbas a visité une synagogue incendiée à Lod : “C'est contraire à l’islam, la violence est une ligne rouge” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Fourat Nassar, « Abbas biqer bebeit knesset shehoutzat beLod: "Ovil ett shiqoum haheress" » [« Abbas a visité une synagogue incendiée à Lod : “Je dirigerai la restauration de ce qui a été détruit” »], sur N12, (consulté le ) ; (he) Michaël Hauser Tov, « Besvivat Mansour qor'im lehitpatrouto eqev biqouro bebeit knesset shehoutzat beLod » [« L’entourage de Mansour Abbas appelle à sa démission en raison de sa visite dans une synagogue incendiée à Lod »] Accès limité, sur Haaretz, (consulté le ).
    331. a et b (he) Ami Rojkes Dombe, « Gam halayla: hamishtara tipla bemispar eirou’ei hafarot seder » [« Cette nuit aussi : la police a fait face à plusieurs troubles de l’ordre »], sur Israel Defense, (consulté le ) & (he) « Échange de tirs entre la police et des anonymes à Tayibe », Statut d’Amar Assadi, sur Telegram, (consulté le ).
    332. (he) Gilad Cohen et Nina Fuchs, « Shiv’a lo’hamei Maga"v niftze’ou bepigou’a drissa beSheikh Jarra’h, hame’habel noutral » [« Sept gardes-frontière ont été blessés dans un attentat à la voiture bélier à Cheikh Jarrah, le terroriste a été neutralisé »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Nina Fuchs, « Betzel hitpa’arouyot bemizra’h Yeroushalayim: Yehoudim neetzrou be’hashad leyeri be’Aravim » [« À l’ombre des émeutes à Jérusalem-Est : des Juifs arrêtés soupçonnés d’avoir tiré sur des Arabes »], sur Ynet, (consulté le ).
    333. (he) Lia Spilkin, « ’Hayalim yarou beshoǵeg ’al mishpa’ha isra'elit shenass’a babiq’a: "Eirou’a sheyakhol haya lehigamer a’heret" » [« Des soldats ont tiré accidentellement sur une famille israélienne voyageant dans la vallée du Jourdain : “Un incident qui aurait pu se terminer différemment” »], sur N12, (consulté le ).
    334. (he) Hayim Golditsch et al., « Shni harouggim ve-219 ptzou’im beqriśat tribouna bebeit kneśet beGivat Ze'ev » [« Deux morts et 219 blessés dans l’effondrement d’une tribune dans une synagogue à Givat Zeev »], sur Ynet, (consulté le ).
    335. (en) « Escalation from the Gaza Strip - Operation Guardian of the Walls - Summary », sur The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, (consulté le ).
    336. (he) Elior Levi et Yoav Zeitoun, « Tsaha"l hishmid a’houza mefo'eret be’hof ’Aza shemimena yatz'a minhara » [« Tsahal a détruit une magnifique villa sur la côte de Gaza d’où émergeait un tunnel »], sur Ynet, (consulté le ), (en) Shimon Ifergan, « The IDF bombed ‘Abd al-‘Aziz al-Khalidi’s villa, Hamas’s Money Launderer », sur i-AML, (consulté le ).
    337. (he) Yoav Zeitoun et Elior Levi, « 15 km shel minharot: Tsaha"l taqaf shouv ett "hametro shel ’Hamas" » [« 15 km de tunnels : Tsahal a derechef attaqué le “métro du Hamas” »], sur Ynet, (consulté le ) & « Tsahal a frappé un tunnel du Hamas situé près d’une maternelle et d’une mosquée », sur The Times of Israel, .
    338. (he) Yoav Zeitoun et Elior Levi, « Tsaha"l sikel pigou’a yami ’im kli tzolel bilti meouyash shel ’Hamas » [« Tsahal a déjoué une attaque navale par sous-marin sans pilote du Hamas »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) « Klei shit vetayiś taqfou emtza’ei le’hima yami shel Hamas » [« Des navires et des avions ont attaqué des forces navales du Hamas »], sur IDF,‎ (consulté le ).
    339. (he) Collectif, « Nezeq legan yeladim beSderot mipgi’at raqetot; shiggourim gam beLevanon » [« Dommages causés par les tirs de roquettes à un jardin d’enfants de Sderot ; lancers du Liban également »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Yoav Zeitoun, « Mefaqed hatayeśet she’hisla ett bekhir haJihad: "Lo tamid yod’im ett zehout habekhirim shetoqfim" » [« Le commandant de l’escadrille qui a éliminé un haut responsable du Jihad : “Nous ne connaissons pas toujours l’identité des hauts responsables que nous attaquons” »], sur Ynet, (consulté le ).
    340. (he) Elior Levi et Yoav Zeitoun, « Fata"h qara laPalestinim lehishtatef be’imoutim ’im ko’hot habita’hon; soukal pigou’a drissa leyad Shkhem » [« Le Fatah a appelé les Palestiniens à participer aux affrontements avec les forces de sécurité ; un attentat automobile déjoué près de Naplouse »], sur Ynet, (consulté le ).
    341. (he) « Shlosha toshavei Tayibe ne’etzrou be’hashad lehishtatfout behafarot seder bekvishei ’arei hameshoulash » [« Trois habitants de Tayibe ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir participé à des émeutes sur les routes des villes du trianle »], sur Maariv, (consulté le ), cf. (he) « On signale sur la route 65 une procession de véhicules qui devrait quitter certaines implantations arabes dans le triangle et finalement atteindre Umm al-Fahm etc. », Statut d’Amar Assadi, sur Telegram, (consulté le ) & (he) « Umm al-Fahm : il y a peu de temps, la police a tiré des coups de semonce en l’air sur des véhicules et a signalé des affrontements sur les lieux. », Statut d’Amar Assadi, sur Telegram, (consulté le ).
    342. (he) Yoav Zeitoun, Ahiya Raved et Liad Osmo, « Houpal mala"t she’hadar lebiq’at haYarden, az’aqa badarom a’harei shesh sha’ot shel sheqet » [« Un drone qui a pénétré dans la vallée du Jourdain a été abattu, alarme dans le sud après 6 heures de silence »], sur Ynet, (consulté le ).
    343. Linah Alsaafin, « 'We need food': Palestinians displaced in Gaza call for supplies », sur Al Jazeera, (consulté le ).
    344. Judah Ari Gross, « Un soldat blessé par des tirs de mortiers lors du transfert de l’aide à Gaza », sur The Times of Israel, .
    345. (he) Alexandra Lukash, « A’hiv shel Oron Shaoul: "Haratzon leha’hzir ett hashvouyim vehane’edarim sho'ef le'efes" » [« Le frère d’Oron Shaul : “Le désir de ramener les captifs et les disparus tend vers zéro” »], sur Ynet, (consulté le ).
    346. (he) Hassan Shaalan, « Iyoumim bepitourim ’al ’ovdim ’aravim shelo hiǵi’ou beshel hashvita : "Q’hou be’heshbon sheatem lo ’hozrim" » [« Menaces de licenciement des travailleurs arabes qui ne sont pas venus en raison de la grève : “Prenez en compte que vous ne reviendrez pas” »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Furat Nasser et Carmel Libman, « ’Ovdim ’aravim sheratzou lishbot ouyimou bepitourim: "Tamid tish'arou ezra’him soug bet" » [« Les travailleurs arabes qui voulaient faire grève ont été menacés de licenciement : “Vous resterez toujours des citoyens de seconde zone” »], sur N12, (consulté le ) & (he) Hadas Yom Tov, « Pitourei ha’ovdim sheshavtou beYom haZa’am: "Tza’ad mar’hiq lekhet" » [« Licenciement de travailleurs qui ont fait grève le Jour de la Colère : “Une manœuvre qui va trop loin” »], sur Davar, (consulté le ).
    347. a et b Cf. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaggid hashidour ha'israeli, (consulté le ).
    348. (he) Assaf Zgryzek, Hassan Shaalan et Elisha Ben-Kimon, « Shvita klalit bamigzar: ’aśaqim oubatei sefer nisǵerou, shiboushim bata’hboura hatzibourit » [« Grève générale dans le secteur [arabe] : commerces et écoles fermés, transports en commun perturbés »], sur Ynet, (consulté le ).
    349. Cf. (he) Adir Iancu, « Neǵed ǵiz’anout: tzvatei refoua yehoudim ve’aravim pirsemou mikhtav be’ad dou-qiyoum » [« Contre le racisme : des équipes médicales juives et arabes publient une lettre en faveur de la coexistence »], sur Ynet, (consulté le ), (he) Campus médical Rambam, « "Bamishmeret sheli, ein maqom la’alimout": BeRamba"m, Yehoudim ve’Aravim mishp’ha a’hat gdola » [« “Pas de violence sous ma garde” : à Rambam, Juifs et Arabes sont une grande famille »], sur Haipo, (consulté le ) & (he) Roni Linder, « "Ze lo dou qiyoum, ze mevouśas ’al shtiqa": hamigdalor shel ma’arekhet habriout ’omed lemiv’han » [« “Ce n’est pas une coexistence si ça repose sur la réduction au silence” : le phare du système de santé sur la sellette »] Accès limité, sur The Marker, (consulté le ).
    350. (he) Assaf Zgryzek, « ’Hevrat Kavim tamkha be’ovdeiha ha’aravim: "Hane’edarim lo yipaǵ’ou" » [« La compagnie Kavim a soutenu ses employés arabes : “Les absents ne seront pas pénalisés” »], sur Ynet, (consulté le ).
    351. (he) Meirav Cohen, « Ha'iyoum bepitourim bema’arekhet habriout: 11 ’ovdim ’aravim ve-2 yehoudim zoumnou leshimou’a » [« Menace de licenciements dans le système de santé : onze travailleurs arabes et deux juifs ont été convoqués pour audience »], sur Walla news, (consulté le ).
    352. (he) Lia Spilkin, « Cellcom hodi’a ’al shvitat me’ha'a shel Yehoudim ve’Aravim: Smotritch ǵina vealafim hitnatqou » [« Cellcom annonce une grève de protestation de Juifs et d’Arabes : Smotrich a condamné et des milliers de personnes se sont déconnectées »], sur N12, (consulté le ).
    353. (he) Collectif, « Za’am ’al shvitat hame’ha'a shel ’ovdei Cellcom » [« Fureur face à la grève de protestation des travailleurs de Cellcom »], sur Kan, (consulté le ), (he) Anat Bain-Leibovitz, « Hamashber beCellcom: ha'im efshar haya limno’a oto vekeitzad ze yigamer » [« La crise de Cellcom : aurait-on pu l’éviter et comment va-t-elle se terminer? »], sur Globes, (consulté le ) & (he) Refaela Goichman, « Yoter me-11 elef leqo’hot natshou ett Cellcom ba’hodesh shebo Smotritch qara la’herem ’aleiha » [« Plus de 11 000 clients ont quitté Cellcom au cours du mois où Smotrich a appelé à la boycotter »] Accès limité, sur The Marker, (consulté le ).
    354. (he) Ahiya Raved, « Meot ’Aravim mafǵinim be’Haïfa; 34 ne’etzrou leyad Kfar Cana » [« Des centaines d’Arabes manifestent à Haïfa ; 34 ont été arrêtés près de Kafr Cana »], sur Ynet, (consulté le ).
    355. a et b (he) Inbar Toizer et Ghanem Ibrahim, « Pigou’a yeri samoukh leRamallah: ’hayal ve’hayelet niftze’ou beinoni veqal » [« Attentat à l’arme à feu près de Ramallah : un et une militaires ont été modérément et légèrement blessés »], sur N12, (consulté le ).
    356. (he) Yoav Zeitoun, Elisha Ben-Kimon et Elior Levi, « Nissayon pigou’a meshoulav beYom haZa’am: ’houssal be’Hevrom me’habel shenassa sakin, nesheq oumit’anim » [« Tentative d’attentat combiné le Jour de la Colère : un terroriste portant un couteau, des armes et des explosifs a été abattu à Hébron »], sur Ynet, (consulté le ).
    357. (he) « Hamafka"l beLod: yesh teroristim mishnei hatzdadim; O’hana: hitbat’out meqomemet » [« L’Inspecteur Général à Lod : il y a des terroristes des deux côtés ; Ohana : déclaration scandaleuse »], sur 13News, (consulté le ).
    358. (he) « Hamishtara zan’ha ett Yehoudei Lod ouma’ashima ett "shnei hatzdadim" » [« La police a délaissé les Juifs de Lod et accuse à présent les “deux côtés” »], sur Globes, (consulté le ), cf. (he) « Mehatsad hasheni im Gayi Zohar » [« De l’autre côté avec Guy Zohar »], sur Kan 11 - Taaggid hashidour ha’israeli, (consulté le ).
    359. (he) « Raq ratsa leharǵi’a: hata’out shel mafka"l hamishtara Kobi Shabtai » [« Il a seulement voulu apaiser : l’erreur de l’Inspecteur Général de la police Kobi Shabtai »], sur N12, (consulté le ).
    360. (he) Itamar Eichner et Liad Osmo, « Gover hala’hatz ’al Isra'el lehaskim lehafsaqat esh "miyadit" » [« La pression s’accentue sur Israël pour accepter un cessez-le-feu “immédiat” »], sur Ynet, (consulté le ).
    361. (he) Yoav Zeitoun et Elior Levi, « Mou’hamad Def nitzal pa’amaïm me’hiśoul; halayla: 122 ptzatzot ’al "hametro" shel ’Hamas » [« Mohammed Deif a survécu à deux tentatives d’élimination ; ce soir : 122 bombes sur le “métro” du Hamas »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Amir Bohbot, « Habekhirim ’al hakavenet: Tsaha"l niśa le’haśel ett Mou’hamad Def pa’amaïm mit’hilat hamivtza » [« Les hauts responsables dans le viseur : Tsahal a tenté par deux fois d’éliminer Mohammed Deif depuis le début de l’opération »], sur Walla, (consulté le ).
    362. (he) Elior Levi et al., « Halayla: yeri ladarom oulaShfela; ’Hamas: hamatara — bsiśei ’heil ha'avir » [« Ce soir : tir vers le sud et les basses terres ; Hamas : nous visons les bases de l’armée de l’air »], sur Ynet, (consulté le ).
    363. (he) Amir Bohbot, Yanir Yagne et Barak Ravid, « Hayom ha-10 lele’hima badarom: meta’him la’otef oulashfela, adam niftza beinoni » [« Dixième jour des combats dans le sud : barrages à la bordure et la Shephela, un homme modérément blessé »], sur Walla, (consulté le ).
    364. (he) Collectif, « Arba raqetot shougrou miLevanon litzfon ha'aretz, Tsaha"l heshiv esh » [« Quatre roquettes ont été tirées du Liban vers le nord du pays, Tsahal a riposté »], (consulté le ).
    365. (he) Ahiya Raved, « Shfar’am a’harei hashigourim miLevanon: "Hatil lo mavdil bein ’Aravi leYehoudi" » [« Shefa Amr après les tirs depuis le Liban : “Le missile ne fait pas la différence entre un Arabe et un Juif” »], sur Ynet, (consulté le ).
    366. (he) Yaakov Farber, « ’Harig: haparshan hatzva’i hitbate betzoura qasha oupoutar meha'aroutz » [« Inhabituel : le commentateur militaire a employé des mots durs et a été licencié de la chaîne »], sur Behadrei Haredim, (consulté le ).
    367. (he) Yoav Zeitoun, « Hahafta’a shemekhinim be’Aza? Tsaha"l taqaf raqeta ’atirat mishqal » [« La surprise qu’on prépare à Gaza ? Tsahal a attaqué une roquette lourde »], sur Ynet, (consulté le ).
    368. (he) « Mivtza Shomer Ha’homot - sikoum 19.05 » [« Opération Gardien des murailles - Résumé du 19.05 »], sur IDF.il,‎ (consulté le ) & (en) « Operational update: Operation Guardian of the Walls - second week », sur IDF.il, (consulté le ).
    369. (he) Nir Dvori et Lia Spilkin, « Palestinit yarta be-M16 betrempiada beKiryat Arba ve’housla » [« Une Palestinienne a tiré au M16 sur une station d’auto-stop à Kiryat Arba et a été abattue »], sur N12, (consulté le ).
    370. (he) Shimon Ifergan, « Kakh ’housla intifadat ha'avanim baNeǵev » [« Voici comment l’intifada des pierres a été déjouée dans le Néguev »], sur N12, (consulté le ).
    371. (en) « Prosecutors said to indict 170 people so far for riots, 15 of them Jewish », sur Times of Israel, (consulté le ) & (he) Gilad Morag, « Tqifot shotreim, vandalizm vehatazatot: ha'ishoumim she'a’harei hahitpa’arouyot » [« Attaques de policiers, vandalisme et incendie criminel : [voici] les charges après les émeutes »], sur Ynet, (consulté le ).
    372. (he) Tamar Trabelsi Haddad, « Misrad ha’hinoukh hitlonen bamishtara neǵed menahel shetou’ad meyade avanim ’al ’Aravim » [« Le ministère de l’Éducation a porté plainte à la police contre un directeur qui a été filmé en train de jeter des pierres sur des Arabes »], sur Ynet, (consulté le ).
    373. (he) Alexandra Lukash, « Ahmad Tibi: "Lesha’hrer ett ha’atzourim ha’aravim. ’Hośer haśymetria zo’eq lashamayim" » [« Ahmad Tibi : “Libérez les détenus arabes. Le manque de symétrie crie au ciel” »], sur Ynet, (consulté le ).
    374. (he) Ahiya Raved, « Betzel hameti’hot: qampeyin piyous ve'a’hdout beqerev toshavei ’Haïfa » [« À l’ombre des tensions : une campagne pour la réconciliation et l’unité parmi les habitants de Haïfa »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) id., « Ohel hidabrout yehoudi-’aravi be’Haïfa: "Hashalom beinenou qodem leze ba’houtz" » [« Une tente de dialogue judéo-arabe à Haïfa : “La paix entre nous prime sur celle à l’extérieur” »], sur Ynet, (consulté le ).
    375. a b et c (he) Yoav Zeitoun, Elior Levi et Itamar Eichner, « Az’aqa be’otef ’Aza a’harei 8 sha’ot shel sheqet, Tsaha"l hif’hit ett otzmat hatqifot be’Aza » [« Alerte dans la bordure après 8 heures de silence, Tsahal a réduit l’intensité des attaques à Gaza »], sur Ynet, (consulté le ).
    376. (he) Eitan Glickman, « "Haya po 'boum' adir vehadelet nisgera, qara l'Avishag sheli nes » [« “Il y a eu un énorme 'boum' et la porte s’est fermée, un miracle est arrivé à m[a fille] Avishag” »], sur Ynet, (consulté le ).
    377. a b et c (he) Collectif, « Halayla: met’h liVeer Sheva vela’Hatzerim betzel divou’him ’al hitqadmot lireǵi’a » [« Ce soir : Barrage à Beersheva et Hatzerim dans l’ombre des rapports de progression vers l’accalmie »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Elior Levi et Yoav Zeitoun, « Gal ma’atzarim leili shel Tsaha"l beYo"sh: ke-40 ne’etzrou, bahem bekhirei ’Hamas » [« Vague nocturne d’arrestations de Tsahal en Judée-Samarie : environ 40 personnes ont été arrêtées, dont des hauts responsables du Hamas »], sur Ynet, (consulté le ).
    378. (he) Dina Haloutz, « LeRosa ve-8 bnoteiha meAshqelon, ein zman laroutz lamigounit: "Hedbaqti ett ha’halonot beniyar deveq" » [« Pour Rosa et ses 8 filles d'Ashkelon, il n’y a pas [assez] de temps pour courir à l’aire de protection : “J’ai renforcé les fenêtres avec du ruban adhésif” »], sur Ynet, (consulté le ).
    379. (he) Yoav Zeitoun et al., « ’Hamas yara til noun tet ’al tiyoulit reiqa, mata’hei patzmarim kvedim la’otef » [« Le Hamas a tiré un missile antichar sur une navette vide, un barrage d’obus lourds dans l'enveloppe »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Collectif, « 10 lo’hamim yardou mehatiyoulit daqot lifnei shenifǵe’a, beAshqelon houtzevou raq ’akhshav migouniyot » [« 10 combattants sont sortis de la navette quelques minutes avant qu’il ne soit touché, à Ashkelon, ce n’est que maintenant qu’on place des aires de protection »], sur Ynet, (consulté le ).
    380. (he) Moran Azoulay, « Lapid: "Hatzava hitzlia’h, hamemshala nikhshela. Lo lehit’alem mibakashat Bayden leśiyoum hamivtza" » [« Lapid : “L’armée a réussi, le gouvernement a échoué. N’ignorez pas la demande de Biden de mettre fin à l’opération” »], sur Ynet, (consulté le ).
    381. (he) Yoav Zeitoun, « "Mimashnou tokhniot shelo yakholnou ledamyen": beAma"n omrim - rov hamatarot hamashma’outiot houtqefou » [« “Nous avons concrétisé des plans que nous ne pouvions pas imaginer,” dit l’Aman - les cibles les plus importantes ont été attaquées »], sur Ynet, (consulté le ).
    382. Cf. (he) Ori Wertman, « Yadlin tzodeq: Tsaha"l amad bemeśima venakhon sheya’atzor » [« Yadlin a raison : Tsahal a été à la hauteur et il est justifié qu’il arrête »], sur Makor Rishon, (consulté le ).
    383. (he) Roy Rubinstein et Itamar Eichner, « Eizenkot: Tzarikh hafsaqat esh ’had-tzdadit kesheIsra'el taśig ett matarot hamivtza » [« Eizenkot : Il faut un cessez-le-feu unilatéral dès qu’Israël aura atteint les objectifs de l’opération »], sur Ynet, (consulté le ).
    384. (he) Gilad Sharon, « Lehakhri’a ett ’Hamas bli laharog af e’had » [« Vaincre le Hamas sans tuer personne »], sur Ynet, (consulté le ).
    385. (he) Oren Ebman, « Para’ot ka'ele ’od ya’hzerou, lakhen daroush "mishmar leoumi" » [« De telles émeutes reviendront, et c’est pourquoi une “Garde nationale” est nécessaire »], sur Ynet, (consulté le ).
    386. (he) Elisha Ben-Kimon, « Ha’hashash: retzef pigou’im biYhouda veShomron - gam a’harei sheyouśag sheqet badarom » [« Crainte d’une série d’attentats terroristes en Judée-Samarie - même après le retour du silence dans le sud »], sur Ynet, (consulté le ).
    387. he-latn, Attila Somfalvi, Efrat Rayten: "Mistovevet be’hashash beYaffo a’harei sheśarfou li ett ha'oto, tzarikh yad qasha, Efrat Rayten : “Je me promène avec appréhension dans Jaffa depuis que ma voiture a été incendiée, il faut une main de fer”, Ynet, 20 mai 2021, consulté le 3 août 2021.
    388. (he) Gilad Cohen et Sivan Hilai, « "Yom ta’oun": yom hastoudent biYroushalayim kvar lo ye’arekh beYom Yeroushalayim » [« “Un jour chargé” : le Jour de l’étudiant à Jérusalem n’aura plus lieu le jour de Jérusalem »], sur Ynet, (consulté le ).
    389. (he) Gilad Carmeli et Matan Zuri, « Nezeq kaved mireśiśei raqeta beparq Eshkol: "Ezor hama’ayanot nifga mashma’outit" » [« Dommages importants causés par les éclats de roquettes dans le parc Eshkol : “La zone des sources est considérablement endommagée” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Collectif, « Hameta’him ladarom nimshakhim, ein limoudim miBe'er Sheva ’ad haSharon hadromi » [« Les barrages au sud continuent, pas d’études de Beersheva jusqu’au sud du Sharon »], sur Ynet, (consulté le ).
    390. (he) Collectif, « Divou’him ’al hafsaqat esh mima’har, hameta’him me’Aza nimshakhim » [« Rapports de cessez-le-feu à partir de demain, les volées de Gaza se poursuivent »], sur Ynet, (consulté le ).
    391. (he) Yaron Avraham, « ’Haśifa: sha’ot lifnei hafsaqat ha'esh, Tsaha"l sikel pigou’a mashma’outi bigvoul haretzou’a » [« Scoop: quelques heures avant le cessez-le-feu, Tsahal a déjoué une attaque significative à la frontière de Gaza »], (consulté le ).
    392. (he) Itamar Eichner et al., « Meta’him ’ad harega ha'a’haron: hafsaqat ha'esh nikhneśet letoqef » [« Des barrages jusqu’au dernier moment : le cessez-le-feu entre en vigueur »], sur Ynet, (consulté le ).
    393. a et b (he) Nir Dvori, « Hamahalakh shel Tsaha"l: kakh nimna meta’h ra'ava leTel Aviv beshe’atayim hadramatyot lifnei hafsaqat ha'esh » [« Le mouvement de Tsahal : voici comment un baroud d’honneur sur Tel-Aviv a été évité dans les deux heures dramatiques précédant le cessez-le-feu »], (consulté le ).
    394. (he) Ron Ben-Yishai, « "Hamatossim ba'avir, habinyanim beśakana": Tsaha"l hizhir — ve’Hamas lo yara ett meta’h haśiyoum lamerkaz » [« “Les avions sont en l’air, les bâtiments sont en danger” : Tsahal a prévenu - et le Hamas n’a pas tiré le barrage de fin vers le centre »], sur Ynet, (consulté le ).
    395. (he) AP, « Hatelefonim meNetanyahou, hala’hatz mibayit: me'a’horei haqlayim shel hafsaqat haesh » [« Les appels de Netanyahou, la pression de chez soi : dans les coulisses du cessez-le-feu »], sur Ynet, (consulté le ).
    396. (he) Liad Osmo, « Hapra’him leA-Sissi: Mitzrayim mitzva ’atzma me’hadash keśa’hkan ezori ’hashouv » [« Les fleurs pour A-Sissi : l’Egypte s’est repositionnée comme un acteur régional important »], sur Ynet, (consulté le ) & (en) Tovah Lazaroff, Lahav Harkov et Hadassah Brenner, « Israel announces unconditional ceasefire with Hamas, ending Gaza combat », sur The Jerusalem Post, (consulté le ).
    397. (he) « Bayden: "hivta’hti leNetanyahou shene’hadesh ett mlaï kipat barzel" » [« Biden : “J’ai promis à Netanyahu que nous renouvellerons le stock du Dôme de fer” »], sur Ynet, (consulté le ) & (en) Nidal Al-mughrabi, Jonathan Saul et Rami Ayyub, « Israel and Hamas both claim victory as ceasefire holds », sur Reuters, .
    398. Christophe Lucet, « Conflit Israël – Palestine : après le cessez-le-feu, quel bilan et quelles perspectives ? », sur Sud Ouest, .
    399. (he) Elior Levi, « Be’Hamas, kvar meśakmim ett hama’arakha: "Ana’hnou yarinou, aval haTzionim hit’hilou" » [« Le Hamas résume déjà la campagne : “Nous avons tiré, mais ce sont les sionistes qui ont commencé” »], sur Ynet, (consulté le ).
    400. (he) Elior Levi, Hassan Shaalan et Liad Osmo, « Be’Aza, baǴeda oubemizra’h Yeroushalayim: ’haǵigot "nitza’hon" a’harei hafsaqat ha'esh » [« À Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est : célébrations de “victoire” après le cessez-le-feu »], sur Ynet, (consulté le ).
    401. a et b (he) Ron Ben-Yishai, « Hahatzla’hot vehakishlonot shel "Shomer ha’homot" » [« Les succès et les échecs de Gardien des Murailles »], sur Ynet, (consulté le ).
    402. (he) Tal Shachaf, « Kakh houshmad ma’arakh haśayiber shel ’Hamas » [« Voici comment le cybersystème du Hamas a été détruit »], sur Ynet, (consulté le ).
    403. (he) « "’Hamas safag maka qasha": kvar shamanou ett ze pa’am. Ve’od pa’am » [« “Le Hamas a subi un coup dur” : nous avons déjà entendu cela une fois. Et encore une fois »], sur Ynet, (consulté le ).
    404. (he) Dana Wolf, « ’Aza t’hila » [« Gaza d’abord »], sur Ynet, (consulté le ).
    405. a b et c (he) Moran Azoulay, « Ka’aś beyamin ’al Netanyahou be’iqvot hafsaqat ha'esh » [« Colère à droite contre Netanyahou suite au cessez-le-feu »], sur Ynet, (consulté le ).
    406. Cf. (en) Judah Ari Gross, « Trump envoy implies IDF soldier declared killed in action is still alive », sur Ynet, (consulté le ).
    407. (he) Alexandra Lukash et Raanan Ben-Zur, « Zehava Shaul: "Hapa’am hayiti betou’ha sheOron veHadar ya’hzerou" » [« Zehava Shaul : “Cette fois, j’étais sûre qu’Oron et Hadar reviendraient” »], sur Ynet, (consulté le ).
    408. (he) Itamar Eichner, « Miri Regev laramatka"l: "Ha’am rotze lehamshikh bemivtza" » [« Miri Regev au chef d’état-major : “Le peuple veut continuer l'opération” »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Assaf Kamar et al., « Badarom oubamerkaz ’hozrim lashigra: "Rotzim sheqet aval hama’arakha lo nigmera" » [« Dans le sud et le centre, les gens retournent à la routine : “Nous voulons le silence mais la bataille n’est pas terminée” »], sur Ynet, (consulté le ).
    409. (he) Moran Azoulay, « Bennett taqaf ett Netanyahou: "Mevoukha leoumit"; HaLikoud heǵiv: sheyitztaref ta’hat Netanyahou » [« Bennett a attaqué Netanyahu : “Embarras national” ; Le Likoud a répondu : Qu’il se joigne à Netanyahou »], sur Ynet, (consulté le ).
    410. (he) Yoav Zeitoun et Attila Somfalvi, « Gantz le-ynet: "Sinwar mit’haret begadol, ’akhshav lo nishma mimeno" » [« Gantz à Ynet : “Sinwar regrette profondément, nous n’entendrons plus parler de lui à présent” »], sur Ynet, (consulté le ).
    411. a et b (he) Elior Levi, « Toshavim be’Aza ’hosheshim mehalikh hashiqoum ha' arokh: "SheNetanyahou ya’azor lanou, lo le’Hamas" » [« Les habitants de Gaza craignent le long processus de réhabilitation : “Que Netanyahou nous apporte son aide, pas au Hamas” »], sur Ynet, (consulté le ).
    412. (en) « Gaza’s Awqaf calls for performing Salat al-Gha'ib for martyrs of Israeli Occupation aggression », sur Roya News, (consulté le ).
    413. (he) Elior Levi & agences d’information, « ’Ayei ’hourvot be’Aza, baboqer she'a’harei: "Hayom Eid el-Fitr mat’hil mib’hinatenou » [« Des monceaux de ruines à Gaza, le matin d’après : “l’Aïd al-Fitr commence aujourd’hui pour nous” »], sur Ynet, (consulté le ).
    414. (he) Elior Levi, « Larishona miśiyoum hamivtza: manhig ’Hamas be’Aza yatza mehabounqer » [« Pour la première fois depuis la fin de l'opération : un leader du Hamas à Gaza a quitté son bunker »], sur Ynet, (consulté le ).
    415. (en) « Daily Press Briefing by the Office of the Spokesperson for the Secretary-General », sur UN.org, .
    416. (he) Smadar Peri, « ’Hamam mefo'ar, brikhot pratiot verekhavim yeqarim: ha’hayim hanotzetzim shel ’ashirei ’Aza » [« Hammam luxueux, piscines privées et véhicules coûteux : la vie en paillettes des riches de Gaza »] Accès limité, (consulté le ).
    417. (he) Meirav Crystal, « Yerida bemekhirot leShavouot, qoshi behazmanat onlayin oupǵi’a be’isqei halayla » [« Baisse des ventes pour Chavouot, difficulté à commander en ligne et atteinte des commerces de nuit »], sur Ynet, (consulté le ).
    418. (he) Gilad Carmeli, « Revavot metayelim a’harei hafsaqat ha'esh, ha'atarim beDarom ’adayin sgourim » [« Des dizaines de milliers de promeneurs après le cessez-le-feu, les sites du sud sont toujours fermés »], sur Ynet, (consulté le ).
    419. (he) Yoav Zeitoun & al, « Le'a’her hafsaqat ha'esh: piqoud ha’oref heśir ett hahagbalot, halimoudim yit’hadshou beshavou’a haba » [« Après le cessez-le-feu: la Défense passive a levé les restrictions, les cours reprendront la semaine prochaine »], sur Ynet, (consulté le ).
    420. (he) Noa Fisher, « A’harei shehoushbeta bemahalakh hamivtza: Isra'el horta ’al haf’alata me’hadash shel asdat Tamar » [« Après sa fermeture pendant l’opération : Israël a ordonné la réactivation de la plate-forme Tamar »], sur Ynet, (consulté le ).
    421. (he) Navit Zomer, « Ha’arakha: nezeq shel 540 milion sheqel lemesheq bishloshat hayamim ha'a’haronim » [« Estimation : 540 millions de shekels de dommages à l’économie au cours des trois jours précédents »], sur Ynet, (consulté le ).
    422. (he) Gad Lior, « 4000 tvi’ot nezeq, 120 milion sh’ leyom le’hima: "Shomer ha’homot" kvar ’ole kmo kol "tzouq Eytan" » [« 4000 demandes de dommages et intérêts, 120 millions de shekels par jour de combat : “Gardien des Murailles” coûte déjà autant que “Bordure protectrice” »], sur Ynet, (consulté le ).
    423. (he) Netanel Gamas, « 200 milion sheqel: Hanezeq larekhoush prati kvar gadol yoter mimivtza Tzouk Eytan, she'arakh 50 yom » [« 200 millions de shekels : les dégâts sur la propriété privée sont déjà plus importants que lors de l’opération Bordure protectrice, qui a duré 50 jours »] Accès limité, sur The Marker, (consulté le ) & (he) Amiram Barkat, « Shomer ha’homot neǵed Shomer hakoupa: ’alout hamivtza lo tistakem be’alouyot hale’hima » [« Gardien des murailles contre Gardien de la caisse : le coût de l’opération à Gaza ne se réduira pas aux coûts des combats »], sur Globes, (consulté le ).
    424. (en) Manuel Trajtenberg et Tomer Fadlon, « The Economic Costs of Operation Guardian of the Walls », sur The Institute for National Security Studies, (consulté le ).
    425. (he) Yossi Yehoshua, « Tsaha"l mamlitz: Hakeśef haqtari lo you’avar yeshirot le’Hamas » [« Tsahal recommande : l’argent qatari ne sera pas transféré directement au Hamas »], sur Ynet, (consulté le ).
    426. Cf. (he) Itamar Eichner, Elior Levi et Liad Osmo, « Shiqoum ’Aza? Hatna'im sheyaqshou ’al hasdara bein Isra'el le’Hamas » [« La reconstruction de Gaza ? Les conditions qui vont compliquer l’arrangement entre Israël et le Hamas »], sur Ynet, (consulté le ) & (he) Elior Levi, « Hahasdara betov im ’Hamas kashla. Higi’a hazman lehasdara bera » [« L’arrangement à l’amiable avec le Hamas a échoué. Il est temps de faire un arraisonnement »], sur Ynet, (consulté le ).
    427. a et b (he) Yoav Zeitoun, « Hatar’hish she’helqo harishon hitmamesh - vetmounat hamatzav be’hamesh zirot » [« Le scénario dont la première partie s'est réalisée - et la situation dans cinq arènes »], sur Ynet, (consulté le ).
    428. Zeela Kotler Hadari, « Une ligne de crise inondée d’appels à cause des émeutes entre Juifs et Arabes », sur The Times of Israël, .
    429. (he) Haim Golditsch et Elior Levi, « Imoutim beHar HaBayit: avanim oubaqbouqei tav’era ’al hashotrim » [« Affrontements sur le mont du Temple : pierres et cocktails Molotov sur des policiers »], sur Ynet, (consulté le ).
    430. (he) Haim Goldschmit, « "Yalla, Muhammad Def!": haTiktok mamshikh letadleq ett hamehoumot biYroushalayim » [« “Allez, Mohammed Deif !” : Tiktok continue d’alimenter les émeutes à Jérusalem »], sur Ynet, (consulté le ).
    431. (en) Ahmed Asmar, « Jordan summons Israeli envoy over escalation in Jerusalem », Agence Anadolu, (consulté le ).
    432. Bruno Odent, « Conflit israélo-palestinien : Washington joue l'obstruction à l’ONU », sur L'Humanité, .
    433. (en) « Kuwaiti Govt announces 10 years jail, fine for those who support Israel », Free Press Kashmir (en), (consulté le ).
    434. (en) « Kuwait to jail, fine anyone who deals with Israel », Gulf Today (en), (consulté le ).
    435. Marc de Miramon, « Proche-Orient. La Palestine seule au monde ou presque », .
    436. Par Times of Israel Staff, « Netanyahu remercie Biden, Macron, Johnson, Kurz, Merkel “et d’autres” », sur fr.timesofisrael.com, .
    437. « Estrosi refuse de retirer son « arrêté anti-drapeaux » suspendu par la justice », sur LeMonde, (consulté le ).
    438. Alexandre Mottot, « Le soutien de la mairie de Nice à Israël fait polémique », France Bleu, (consulté le ).
    439. « La Préfecture de police interdit la manifestation de soutien à Gaza prévue samedi à Paris », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    440. « Israël-Palestine : 22 000 manifestants en soutien aux Palestiniens en France, 51 personnes interpellées, selon le ministère de l'Intérieur », sur Franceinfo, (consulté le ).
    441. « “Gaza se meurt” : de Paris à Marseille, une soixantaine de manifestations en « solidarité avec les Palestiniens » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    442. « Jordanie: les députés demandent l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël », Le Figaro, (consulté le ).
    443. (en) Khitam Al Amir, « Jordan summons Israeli ambassador over arrest of Jordanians », Gulf News, (consulté le ).
    444. « El Othmani félicite le Hamas, le chef du bureau de liaison d’Israël au Maroc réplique sur Twitter », sur Telquel.ma (consulté le ).
    445. (en) Al-Masry Al-Youm, « Israeli FM visits Egypt for first time in 13 years », sur Egypt Independent, .
    446. « Netanyahu accueille le chef des services secrets égyptiens », sur The Times oIsrael, .
    447. (he) Moti Sklar, « Davka akhshav — Mansour Abbas » [« Précisément maintenant : Mansour Abbas »], sur Ynet, (consulté le ).
    448. (en) Netael Bandel, « Israel Won't Intervene in Sheikh Jarrah Case, Making Eviction of Palestinian Families More Likely », .
    449. Abdel Ra'ouf D. A. R. Arnaout, « L'Arabie saoudite empêche un avion israélien de traverser son espace aérien », Agence Anadolu, (consulté le ).
    450. (en) Marie O'Halloran et Ellen O'Riordan, « Ireland becomes first EU country to declare Israel is involved in ‘de facto annexation’ », The Irish Times, (consulté le ).

    Articles connexes[modifier | modifier le code]

    Liens externes[modifier | modifier le code]