Crise d'adolescence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Psychologie de l'adolescent.

L'adolescence représente une étape de la vie se trouvant entre l’âge enfant et l’âge adulte, cette étape comprend la puberté qui peut être difficile pour certaines personnes. L’adolescent est quelque chose de très critiqué, car en effet lorsque l’on entend le terme « Adolescence » on a tendance à évoquer les problèmes qui apparaissent lors de cette période. Ainsi le jeune à force d’entendre ces idées se fait une fausse image de lui-même, une mauvaise image dans laquelle il s’enferme où il se crée des difficultés. L’adolescent se mettrait donc en danger, mais pas seulement pour lui, aussi pour son entourage à cause d’une énergie inépuisable qu’il a besoin d’évacuer. Dans cette étape de la vie le jeune se cherche, ainsi l’incertitude est souvent présente chez lui, de plus les changements physiques et hormonaux contribuent à un déséquilibre sur le plan émotionnel. Ce passage correspond à une période d'affrontement mais aussi d'identification et d'adhésion. Ainsi certains adolescents vont rentrer dans une crise, la crise d'adolescence qui se traduit par un ensemble de trouble tels que des sautes d’humeurs, des attitudes de défi, une opposition aux parents, des comportements excessifs etc.

En psychologie, des auteurs comme Erik Erikson et James E. Marcia, ont décrit l'adolescence comme la période marquée par de nombreux changements dont celui de l'identité qu'ils décrivent comme "crise" au sens de bouleversement psychologique (cognitif et émotionnel) que l'adolescent ou le jeune adulte cherche à résoudre et qui lui permet de construire une identité stable et de s'orienter dans la vie.

Psychologie[modifier | modifier le code]

La période de l'adolescence est un passage normal dans la vie de chaque individu ,c'est une période où se produisent de nombreux changements rapides sous l'effet de la puberté. Ce passage de notre vie se caractérise par des changements physiques et comportementaux, elle symbolise la transition de l’adolescence au stade adulte. Durant cette période, l’adolescent se cherche, il crée sa propre identité. Les premiers facteurs que l’on peut remarquer au début de la crise d’adolescent, sont les transformations physiques tels qu'une nouvelle coupe de cheveux ou un nouveau style vestimentaire. Il cherche à se démarquer tout en cherchant à se trouver lui-même.

Au-delà des transformations physique il y aussi de transformations comportementales. L’enfant rentre dans la période d’opposition. Il montre son mécontentement et montre qu’il existe et qu’il est libre de choisir par lui-même. Ces changements se traduisent souvent par des désaccords fréquents avec la famille en particulier, cela peut d’ailleurs souvent aboutir à des conflits. En effet, les enfants ressentent un profond désir de s’affirmer et n’hésite plus à le montrer à leur parents. Ce changement est aussi un choc pour eux qui commencent à voir grandir leur petits. Ils n’ont pas l’habitude d’être contredits par leurs enfants qui jusqu’à ce moment écoutaient leur parents à la lettre.

De plus, cette crise d’adolescence peut parfois entraîner des comportements violents. C’est lors de cette période que l’enfant va découvrir les conflits, et particulièrement avec sa famille, qui sont des êtres qui lui sont chers. Ces premiers conflits sont donc souvent mal vécus par l’enfant. Cette période est dur à vivre pour les adolescents car ils prennent conscience du monde réel et est confronté à pleins de désillusions, des échecs, qui constituent des étapes normales de sa vie.

L’enfant durant cette période peut éprouver un certain mal-être, il commence tout juste à découvrir ses émotions, tel que l’Amour, la colère, la rancœur, et il lui faut du temps pour les apprivoiser. Cette abondance d’émotion simultanées peut amener le jeune à ne pas se sentir bien, il ne comprend pas ce qui lui arrive, cela n’arrange pas les relations sociales qu’il entretient, avec ses parents comme avec ses amis.

Depuis quelque temps, les jeunes vivent de moins en moins bien cette crise, cela est peut-être lié à la difficulté que nous avons à trouver notre place dans la société. On observe chez les jeunes de plus en plus de difficultés psychologiques qui peuvent amener à des problèmes tels que l’anorexie, la boulimie ou encore la consommation de produits stupéfiants. Selon les pédopsychiatres, « seuls 15 % à 20 % des adolescents sont pris de diverses manières dans la spirale d’une crise qu’ils ne maîtrisent plus »

Chez les filles, il arrive que la crise d’adolescence arrive plus tard que chez les garçons. En effet, les filles sont souvent plus renfermées et laissent moins paraître leurs émotions et ressentis. Elles expriment donc moins de comportements violents et d’opposition en même temps que les garçons, qui ont plus de mal à se contenir. Cette crise d’adolescent se manifestera, dans la plupart des cas, plus tard.

Cette crise d’adolescent est aussi provoqué par un désir de liberté. Les adolescents commencent à vouloir sortir, sans leurs parents, et c’est parfois dur pour eux de faire confiance à leur enfants qu’ils estiment encore jeune. Cependant, c’est en trouvant cette liberté contrôlée que l’enfant va s’épanouir, découvrir de nouvelles choses, créer son propre vécu. Il est donc important pour les parents de laisser leurs enfants acquérir petit à petit cette liberté, qui les mènera ensuite vers l’acquisition de l’autonomie.

Cette crise est normale et présente chez chaque personne, mais il convient tout de même de garder un œil sur l’enfant, afin de s’assurer que ces comportements liés à cette crise ne perdurent pas et n’amènent pas de problèmes comportementaux ou psychologiques durables.

Il est logique de penser qu'en raison de ces nombreux changements, les adolescents sont particulièrement stressés et d'humeur inégale. Cependant, les recherches en psychologie invalident l'idée que les adolescents sont plus stressés ou traversent des crises plus que ne le font les adultes[1].

Les changements que traversent les adolescents leur font éprouver des doutes, des remises en cause, des recherches par essais-erreur. La crise d'identité de l'adolescence a été décrite en particulier par Erik Erikson. Erickson a basé sa théorie sur l'observation clinique et thérapeutique d'adolescents perturbés (le plus souvent des garçons et d'origine européenne)[1].

Le psychologue James E. Marcia a également détaillé les états identitaires de l'adolescent, les définissant par la présence ou non de crises et d'engagements[2].

Certaines des conclusions de Erikson et de Marcia ont été remises en question. Les études expérimentales en particulier ont mené à une vision plus modérée, moins grave, des difficultés rencontrées par les adolescents lorsque les études portent sur des adolescents d'une population représentative de la population générale[1].

Différences interculturelles[modifier | modifier le code]

L'adolescence est prolongée dans les société occidentales où l'éducation secondaire puis supérieure donne aux jeunes plusieurs années pendant lesquelles ils peuvent s'interroger sur leur orientation et leur avenir. Certaines sociétés moins privilégiées économiquement n'offrent pas aux adolescents cette période propice aux questionnements et à la construction d'une identité. La construction du soi y est plus interdépendante. La transition entre l'enfance et l'âge adulte (les responsabilités adultes, telles que le mariage et la maternité et paternité) peut y être brève ou inexistante[3].

Phénomène social[modifier | modifier le code]

Michel Fize remet en cause l'idée que la crise de l'adolescence est un phénomène naturel et défend la thèse que la crise d'adolescence a une origine purement sociale, c'est-à-dire construite et influencée par l'environnement[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Eysenck 2000, p. 469-471.
  2. Papalia 2010, p. 290-291.
  3. Eysenck 2000, p. 475.
  4. Michel Fize, Le livre noir de la jeunesse, Paris, Renaissance, , 318 p. (ISBN 978-2750903039)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael W. Eysenck, Psychology, a student handbook, Hove, UK, Psychology Press, , 979 p. (ISBN 0-86377-474-1). 
  • Diane E. Papalia, Sally W. Olds et Ruth D. Feldman, Psychologie du développement humain, 7ème édition, Montréal, Groupe de Boeck, , 482 p. (ISBN 9782804162887). .
  • Collectif, La Crise d'adolescence. Débats des psychanalystes avec des anthropologues, des écrivains, des historiens, des logiciens, des psychiatres, des pédagogues, Paris, Denoël « Espace analytique », 1984.
  • Erik Erikson, Adolescence et crise, la quête de l'identité, Paris, Champs Flammarion, 1993.
  • Michel Fize, Ne m'appelez plus jamais crise ! Parler de l'adolescence autrement, Erès, 2003.
  • Françoise Rougeul, Comprendre la crise d'adolescence : Guide pratique à l'usage des parents, Eyrolles « Pratiques », 2009.
  • Pascal Hachet, « Parents et adolescents en crise », Nîmes, Champ social, 2009.
  • Collectif, « Manuel de survie pour parents d'ados qui pètent les plombs », Paris, Les Liens qui libèrent, 2013.
  • Philippe Lacadée, L'éveil et l'exil : Enseignements psychanalytiques de la plus délicate des transitions : l'adolescence, Éditions Cécile Defaut, 2007 (ISBN 978-2350180557).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]