Criminalité en Afrique du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La criminalité en Afrique du Sud est un problème important, avec un taux de meurtres, attaques à main armée, viols et autres crimes supérieur à la majorité des autres pays dans le monde. Le sujet est devenu un débat politique majeur dans l'Afrique du Sud post-apartheid[1].

Patrouille de police dans les rues du Cap, 2010.


Types de crimes[modifier | modifier le code]

Meurtres[modifier | modifier le code]

En 2010, il y a eu environ 16000 meurtres en Afrique du Sud, pour comparaison la France, qui compte 10 millions d'habitants en plus, comptabilisait 682 meurtres en 2013, soit 2346 % en plus pour l'Afrique du Sud[2],[3],[4].

De plus, les chiffres officiels de la Police sud-africaine (SAPS)[5] sont considérés comme trafiqués par plusieurs instances internationales comme Interpol[réf. nécessaire]; alors que la moyenne annuelle des homicides est de 24206 depuis la fin de l'apartheid en 1994 d’après l'ASAP, Interpol déplore une moyenne deux fois plus élevée de 47882, mais en comptabilisant homicides et tentatives d'homicides [6].

Pour la période entre avril 2017 et avril 2018, les chiffres officiels de la SAPS ont comptabilisé 20 336 meurtres, soit 57 homicides par jour en moyenne (7 % de plus que l’année précédente). Une partie de ces meurtres provient des gangs (937 victimes) ou de violence entre compagnies rivales de taxis (237 victimes)[7].

Viols[modifier | modifier le code]

Le pays a un des taux de viols les plus élevés au monde, avec 65 000 viols et autres agressions sexuelles signalés pour l'année 2012, soit 127,6 pour 100 000 personnes dans le pays.

Ce taux de viol a conduit le pays à être surnommé la «capitale mondiale du viol»[8]. Une personne sur trois dans les 4.000 femmes interrogées par la Communauté de l'Information, empowerment and Transparency dit avoir été violée durant la dernière année, et plus de 25 pour cent des hommes sud-africains interrogés dans un sondage publié par le Medical Research Council (MRC) en juin 2009 ont admis avoir déjà violé; de ceux-ci, près de la moitié ont dit qu'ils avaient violé plus d'une personne. Sur quatre personnes ayant admis avoir commis un viol, trois indiquent qu'ils avaient violé pour la première fois au cours de leur adolescence. L'Afrique du Sud compte aussi parmi les taux de viols infantiles parmi les plus élevées au monde. Si le violeur est condamné, sa peine de prison est en moyenne de 2 ans[9].

Pour la période entre avril 2017 et avril 2018, la police a enregistré une moyenne de 110 viols déclarés chaque jour[7].

Piraterie routière[modifier | modifier le code]

Article connexe : Piraterie routière.
Un panneau routier indiquant une zone de forte densité de piraterie routière (hi-jacking hotspot).

L'Afrique du Sud détient un des taux de piraterie routière (ou carjacking) les plus élevés pour un pays industrialisé[10]. On estime qu'en 1998, 16 000 voitures étaient ainsi volées chaque année[11]. En 2016, le Institute for Security Studies compte 14 602 de ces attaques, en hausse de 14 % par rapport à l'an passé, avec les chiffres les plus élevés dans le Gauteng et le KwaZulu-Natal[12]. Les attaques se produisent le plus souvent dans certaines zones, parfois signalés par des panneaux, appelées hi-jacking hotspot[13].

Attaques de fermes[modifier | modifier le code]

L'Union Agricole du Transvaal avance le chiffre de 1544 fermiers tués entre 1990 et 2012, en majorité blancs[14], parfois tués avec leurs familles. Le sujet est devenu un débat politique important, plusieurs organisations et partis politiques accusant le gouvernement sud-africain de ne pas lutter efficacement contre ce phénomène[15]. Cependant, d'autres commentateurs font observer que les chiffres ainsi que les accusations de ces organisations sont exagérés[14]. En 2015, la Commission sud-africaine des droits de l’Homme dénonce ces meurtres par dizaines qui sont impunis. Elle constate que les fermiers aussi bien noirs que blancs sont visés, principalement pour des raisons financières, et non raciales[16].

Afin de lutter contre ces attaques, les fermiers s'arment de plus en plus et pour certains transforment leur foyers en véritables prisons[17].

Pour la période entre avril 2017 et avril 2018, la police sud-africaine comptabilise 62 personnes tuées dans des attaques de fermes, 52 de ces victimes ayant été les propriétaires de la ferme visée[7].

Armes utilisées[modifier | modifier le code]

Les criminels sud-africains utilisent souvent des pistolets (Makarov PM) et des fusils d'assaut (AKM ou Type 56) issus des trafic d'armes. En effet la fin des guerres civiles angolaise et mozambicaine ont alimenté le trafic d'armes.

Évolution[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de meurtres de 1915 à 2015.

Pendant l'Apartheid[modifier | modifier le code]

Le taux d'homicides est difficile à mesurer pendant la période de l'Apartheid, car les bantoustans sont ignorés dans les décomptes nationaux, ce qui sous-évalue les homicides dans la population noire. En tenant compte de cette réserve, le taux d'homicide en Afrique du Sud s'accroît soudainement à la fin des années 1970, passant d'environ 30 à environ 50 homicides pour 100 000 habitants. Les années 1990 représente un nouveau bond, avec un taux au dessus de 70 en 1990 et 1990. Le pic se situe lors de la fin de l'Apartheid, avec 78 pour 100 000 sur l'année 1993-1994. Durant la période de l'Apartheid, de 1953 à 1993, la moyenne annuelle de meurtres était de 7036 par an, mais avec une population sud-africaine beaucoup moins élevée[18],[6],[14].

Après l'Apartheid[modifier | modifier le code]

La moyenne passe de 7036 meurtres par an à 24206 d’après l'ASAP, durant la période post-apartheid[19].

Le taux de criminalité diminue régulièrement depuis la fin de l'Apartheid jusqu'en 2012 où il est redescendu à 30 pour 100000. Le taux d'homicide a ensuite augmenté les trois années suivantes, atteignant ainsi 33 en 2015[20],[21],[22]. Les violences sexuelles sont en baisse, mais toutes les victimes ne se signalent pas à la police.

Par province[modifier | modifier le code]

Nombre d'homicides par 100 000 personnes d'avril à mars de chaque année[23],[24]

Province 94/95 95/96 96/97 97/98 98/99 99/00 00/01 01/02 02/03 03/04 04/05 05/06 06/07 07/08 08/09 09/10 10/11 Δ%
Eastern Cape 76.8 73.4 70.4 61.5 59.6 56.2 50.7 55.2 52.1 48.6 48.6 53.2 52.6 51.1 49.5 48.4 47.3 −5,1 %
État-Libre 50.6 54.0 50.7 46.1 43.3 38.6 33.9 34.2 35.2 30.5 30.7 29.5 32.2 29.7 31.6 31.4 34.1 6,5 %
Gauteng 83.1 81.3 76.6 78.2 77.5 64.6 63.1 54.1 53.3 48.8 41.6 38.8 40.8 38.9 37.9 32.7 29.1 −26,5 %
Kwazulu-Natal 95.0 92.5 76.4 72.9 75.1 67.7 61.4 57.0 56.5 53.9 51.1 49.9 50.4 47.0 47.0 40.4 35.2 −28,5 %
Mpumalanga 37.5 43.6 50.0 42.8 39.7 35.6 32.0 29.6 33.1 30.4 31.9 25.4 24.8 23.6 25.1 24.3 20.0 −31,6 %
Nord-Ouest 37.6 44.5 46.7 38.9 40.9 31.6 30.2 30.2 30.7 25.9 23.9 22.8 24.4 24.3 25.1 21.5 23.2 −13,9 %
Northern Cape 69.5 83.9 70.3 64.7 70.4 58.4 55.6 54.8 52.7 40.4 38.1 36.4 38.1 38.3 36.5 33.2 31.0 −20,6 %
Limpopo 22.2 19.8 19.0 19.3 18.4 15.3 14.6 16.1 13.2 12.9 13.8 12.9 13.9 12.9 14.2 14.6 12.2 −3,6 %
Western Cape 71.5 83.9 79.4 80.6 86.9 77.0 84.0 76.2 79.5 63.1 58.7 59.2 60.7 58.6 44.6 42.4 44.2 −18,6 %
Afrique du Sud 66.9 67.9 62.8 59.5 59.8 52.5 49.8 47.8 47.4 42.7 40.3 39.6 40.5 38.6 37.3 34.1 31.9 −19,6 %

Moyens de lutte et de protection[modifier | modifier le code]

L'Afrique du Sud est un pays où un très grand nombre d'armes sont en circulation. À partir de 2004, il devient obligatoire de suivre une enquête de police et un entraînement au tir pour avoir le droit d'en détenir une. Sous le régime de l'Apartheid, il était légal de tuer pour défendre ses biens, mais depuis 1994 et la nouvelle constitution, seule la légitime défense est autorisée[25].

  • Voitures lance-flammes: Le Blaster (surnommé le « lance-flammes BMW ») est un véhicule créé en 1998 par le sud-africain Fourie Charl pour fournir une défense contre les braquages de véhicules, et pouvant tuer ou rendre aveugle l’agresseur.
  • Protection des fermes: de plus en plus de fermiers blanc transforment leurs fermes en véritables prisons et s'enferment à l’intérieur durant la nuit quand la plupart des massacres de fermiers blancs se produisent[26].
  • Communautés fermées: des zones exclusivement résidentielles se trouvant la plupart du temps dans des villes, entourées par des murs et parfois par des barrières électrifiées (comme Bryntirion ou une partie d'Erasmuskloof à Pretoria). Les habitants y vivent protégés de l’extérieur par murs, gardes, caméras et autres techniques de protection.
  • Villages ou zones réservés à certaines communautés: les deux plus connus étant Orania dans le Cap-Nord et la communauté fermée de Kleinfontein (près de Pretoria), des localités exclusivement réservés aux Afrikaners. Ces communautés sont souvent accusées d'être un retour déguisé au temps de l'apartheid. Certains habitants expliquent leur souhait d'échapper à l’insécurité comme étant une des raisons de leur installation au sein de ces communautés[27].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) South Africa debates persistent troubles since end of apartheid, The Boston Globe, 13 avril 2013
  2. (en) http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/statistics/crime/Homicide_statistics2013.xls
  3. (en) http://www.westerncape.gov.za/general-publication/crime-statistics-20032004-20092010-20112012?toc_page=1
  4. (en) http://www.iss.co.za[réf. incomplète]
  5. (en) (af) http://www.saps.gov.za/statistics/reports/crimestats/2013/crime_stats.htm
  6. a et b (en) http://www.frontline.org.za/Files/PDF/murder_southafrica%20%285%29.pdf
  7. a b et c Criminalité en Afrique du Sud: le constat d'échec des autorités, RFI, 11 septembre 2018
  8. SA 'rape capital' of the world, News24, 22 November 2005. Retrieved 7 January 2012.
  9. (en) Baby rapes shock South Africa, BBC, 11 décembre 2011
  10. (en) ISS, « Crime in South Africa: A country and cities profile » [archive du ], Institute for Security Studies (consulté le 5 mars 2013)
  11. Rory Caroll, Carjacking: the everyday ordeal testing South Africa, Guardian (March 2, 2006)
  12. https://www.issafrica.org/media-room/videos-and-infographics/carjacking-across-south-africa
  13. http://buzzsouthafrica.com/exposed-see-30-locations-where-hijacking-happens-most-in-south-africa/
  14. a b et c (en) Are SA whites really being killed like flies, Mail and Guardian, 10 octobre 2013
  15. (en) South African farmers fearing for their lives, The Telegraph, 1er décembre 2012
  16. http://geopolis.francetvinfo.fr/afrique-du-sud-la-criminalite-dans-les-fermes-fait-polemique-79175
  17. Le désarroi des fermiers blancs d'Afrique du Sud, Le Figaro, 25 novembre 2008
  18. voir Démographie de l'Afrique du Sud
  19. Afrique du Sud: Les taux de la criminalité sont en hausse, Tixup, 20 septembre 2013
  20. South Africa's mysterious murder rate, Dayly Maverick, 02/10/2015 (en)
  21. La criminalité est en hausse en Afrique du Sud, Radio France internationale, 20 septembre 2013
  22. http://www.rfi.fr/afrique/20150524-afrique-sud-hausse-criminalite-securite-police-fiela-gareth-newham
  23. SAPS data reproduced by the Institute for Security Studies « https://web.archive.org/web/20120117073047/http://www.iss.co.za/CJM/statgraphs/murder1.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  24. South African Murder rates 2003–2010 « https://web.archive.org/web/20120402030544/http://www.saps.gov.za/statistics/reports/crimestats/2011/categories/murder.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  25. http://www.liberation.fr/planete/2004/07/03/l-afrique-du-sud-s-arme-d-une-nouvelle-loi_485186
  26. http://www.letemps.ch/Page/Uuid/09ff534e-733d-11df-aafa-b3b9883b65b0%7C2#.Uqj81ic-c3I
  27. Le dernier ghetto des Afrikaners, Journal du dimanche, 30 juin 2013