Crime Does Not Pay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crime Does Not Pay
L'ombre projette la destinée du criminel (couverture du n°42 par Charles Biro)
L'ombre projette la destinée du criminel (couverture du n°42 par Charles Biro)

Éditeur Lev Gleason Publications
Fréquence Bimensuel du n° 22, juillet 1942 à 50, mar 1947

Mensuel du n° 51, mai 1947 à 147, jul 1955

Format Série Régulière
Date(s) de publication juillet 1942 - juillet 1955
Numéros 126
Personnages principaux Mr. Crime

Dessinateur(s) Charles Biro, Richard “Dick” Briefer, Rudy Palais, Dan Barry, George Tuska, Fred Guardineer, Alan Mandel, Jack Alderman, Alvin Hollingsworth, Ed Moore, Bob Moore, Walter Johnson.
Créateur(s) Bob Wood, Charles Biro

Crime Does Not Pay est un magazine de bande dessinée américain (un "comic-book" de format magazine) créé par Bob Wood et Charles Biro et publié par Lev Gleason Publications. Il prend la suite de Silver Streak Comics (en) et de ce fait commence au numéro 22 en juillet 1942. Premier titre du genre "true crime", les histoires narrent les hauts faits de criminels et gangsters, plus ou moins célèbres, basés en partie sur des faits réels. Selon Gerard Jones, Crime Does Not Pay fut "le premier comic qui ne soit pas d’humour à rivaliser en termes de ventes avec les comics de super-héros, le premier comic à ouvrir le marché de la bande dessinée à un large public masculin, adolescents et jeunes adultes » [1]. Les ventes, satisfaisantes au début, s'envolent après la guerre pour atteindre le million en 1948.

La mise en place du Comics Code Authority en septembre 1954 aura pour conséquence l'annulation du titre : afin de respecter les critères de publication, l'éditeur s’auto-censure ce qui produit un magazine aseptisé qui ne résistera que quelques mois, jusqu’au numéro 147 de juillet 1955 [2].

Une lettre de l'éditeur [3], signée par Charles Biro et diffusée à l’ensemble des auteurs, dessinateurs et rédacteurs leur dicte les « restrictions » à apporter aux histoires « dans l’intention d’établir une forme nécessaire d’auto-censure » [4]. Ces consignes concernent la représentation des protagonistes, de leurs actions et dialogues: les criminels ne doivent pas être décrits sous un jour favorable, contrairement aux policiers, juges et avocats; les actes criminels ou immoraux doivent recevoir un juste châtiment; les femmes ne doivent pas être sexy encore moins dénudées; ce qui est appelée "propagande politique" est catégoriquement exclue.

Comme son titre l’indiquait déjà, dès le début l'éditeur revendiquait un but édifiant : un texte de Lev Gleason daté de 1942 [5] explicite la position de l’éditeur et son refus de complaisance vis-à-vis du criminel ou d'héroïsation de ses actes [6].

Néanmoins, Crime Does Not Pay aura ouvert la brèche pour les « crime comics » : une trentaine de titres publiés entre 1948 et 1949 [7], parmi lesquels : Headline Comics et Real Clue de Jack Kirby et Joe Simon pour Hillman Periodicals (1947), Official True Crime Cases de Marvel (1947), Gang Busters chez DC Comics (1947), et Crimes by Women chez Fox (1948). En réponse à cette concurrence, Gleason et Biro lancèrent en 1948 Crime and Punishment.

Autre innovation: le narrateur apparaissant au numéro 24, dénommé Mr Crime et qui introduit et commente certaines histoires, est considéré comme le précurseur des "hôtes macabres" tels que le Gardien de la crypte de Tales from the Crypt de l'éditeur EC Comics.

Parmi les dessinateurs les plus récurrents, on retrouve le créateur, Charles Biro qui signe la totalité des couvertures, ainsi que Richard “Dick” Briefer, Rudy Palais, Dan Barry, George Tuska, Fred Guardineer, Alan Mandel, Jack Alderman, Alvin Hollingsworth, Ed Moore, Bob Moore, Walter Johnson.

Dans le numéro 31 de janvier 1944, l’histoire The Million Dollar Robbery, dessinée par Alvin Hollingsworth (25 février 1928-14 juillet 2000), est peut-être la première bande dessinée américaine réalisée par un Afro-Américain [8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Crime Does Not Pay Archives volumes 1 à 10 (éd. Philip Simon), Dark Horse Comics, 2012-2015

vol. 1.           [#22-25], mar 2012

vol. 2.           [#26-29], jul 2012

vol. 3.           [#30-33], nov 2012

vol. 4.           [#34-37], mar 2013

vol. 5.           [#38-41], sep 2013

vol. 6.           [#42-45], dec 2013

vol. 7.           [#46-49], apr 2014

vol. 8.           [#50-53], oct 2014

vol. 9.           [#54-57], apr 2015

vol. 10.         [#58-61], oct 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John F. Weinzierl, « Crime Does Not Pay », dans M. Keith Booker (dir.), Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels, Santa Barbara, Grenwood, , xxii-xix-763 p. (ISBN 9780313357466), p. 125-127.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gerard Jones, Men of Tomorrow: Geeks, Gangsters, and the Birth of the Comic Book, New York, Basic Books, (ISBN 0-465-03656-2)
  2. « GCD :: Series :: Crime Does Not Pay », sur www.comics.org (consulté le 21 septembre 2016)
  3. (en) Tim Pilcher, Little Book of Vintage Crime, Lewes, Ilex, , p. 14
  4. “These restrictions [were] conceived with the intention of establishing a much needed form of self-imposed censorship.“
  5. (en) Crime Does Not Pay Archive, vol. 1, Dark Horse, (ISBN 978-1595822895)
  6. " Crime Does Not Pay is more than just a magazine. It is dedicated to the youth of America with the hope that it will help better, cleaner young citizens. The object of the Editors is to bring home sharply, to make crystal clear, that CRIME DOES NOT PAY ! Crime never pays, it is a sucker’s game. Criminals are not heroes, they are not even brave or “nerry” – they are cowardly rats. Sooner or later they get their just reward. Their fate is prison and death."
  7. (en) Nicky Wright, « Seducers of the Innocent: The Bloody Legacy of Pre-Code Comics! », Comic Book Marketplace, no 65,‎ , p. 24-27, 56-50
  8. (en) Crime Does Not Pay Archive, vol. 3, Dark Horse Comics,