Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges
La fontaine et la mairie.
La fontaine et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Villersexel
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Villersexel
Maire
Mandat
Michel Boyer
2014-2020
Code postal 70400
Code commune 70187
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 10″ nord, 6° 35′ 10″ est
Altitude Min. 299 m
Max. 473 m
Superficie 3,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges

Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller keupérien de Haute-Saône, il fait partie de la concession de Corcelles exploitée de 1589 à 1922 mais aussi de celle de Gémonval exploitée de 1826 à 1944[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Granges-le-Bourg Rose des vents
Secenans N Saulnot
O    Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges    E
S
Vellechevreux-et-Courbenans Gémonval (Doubs)

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Granges-le-Bourg a été unie en 1807 avec La Chapelle-lès-Granges, Granges-la-Ville, Mignafans, Mignavillers et Secenans. En 1832, Crevans et Secenans sont séparées de Granges-le-Bourg et deviennent des communes.

Crevans reçoit en 1853 de Granges-le-Bourg le hameau de La Chapelle-lès-Granges et devient Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Villersexel.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Villersexel[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est agrandi, passant de 32 à 47.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de Villersexel, créée en le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965[4]   Émile Henriot    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 François Oudot    
mars 2008[5] mars 2014 Jean-Pierre Morel   Retraité des Ets Peugeot
mars 2014[6],[7] en cours
(au 6 juillet 2016)
Michel Boyer   retraité de GrDF

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 246 habitants, en diminution de -9,89 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1846 1851 1856
220 233 134 306 322 306 303 300 313
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
315 317 306 305 279 280 281 257 223
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
243 244 243 213 212 163 120 147 163
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
165 163 214 257 236 279 248 246 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services publics locaux[modifier | modifier le code]

Les enfants étant désormais scolarisés à l'école publique de à Saulnot, l'ancienne mairie-école reconstruite après la Seconde Guerre mondiale a été restructurée en 2016, et les locaux administratifs déplacés au rez-de-chaussée, les rendant ainsi accessibles aux personnes à mobilité restreinte[11],[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La fontaine circulaire édifiée en 1861 sur les plans de Félix-Hercule Grandmougin, architecte de la ville de Luxeuil, dont le puisard et l’abreuvoir sont reliés entre eux par des canaux permettant la circulation de l’eau[13].
  • La Vierge, de Georges Oudot, dont le père Louis était originaire de Crevans. Créée en 1952 en remplacement d'une ancienne vierge détruite lors d'un accident de la circulation, elle ne plut pas et du attendre 1971 pour être érigée sur la place du village[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Les maires de Crevans-et-la-Chapelle-lès-Granges », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 9 octobre 2016).
  4. a et b « L’unique vierge de Georges Oudot », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. « Jean-Pierre Morel sollicite un nouveau mandat », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Maire depuis 2008, après un premier mandat en tant que conseiller municipal, Jean-Pierre Morel, retraité des Ets Peugeot, sollicite un nouveau mandat ».
  6. « Michel Boyer conduit une liste », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Michel Boyer, premier édile », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Elu dès le premier tour avec neuf candidats de sa liste, dont ses adjoints d’aujourd’hui, un seul tour a permis à Michel Boyer de devenir maire de la petite commune avec 10 voix sur 12, lors du conseil ».
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « La mairie se modernise », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  12. « La mairie fait peau neuve à l’intérieur », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  13. « Les élus remontent leurs manches », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).